Raymond Queneau

Raymond Queneau

Dès 1924, Raymond Queneau adhère au mouvement surréaliste, qu'il quittera en 1929 pour des raisons, affirmera-t-il, strictement personnelles. Il commence à s'intéresser aux fous littéraires, dont il compile les écrits. Il publie son premier livre 'Le Chiendent', et obtient le prix des Deux-Magots...

Voir plus

Dès 1924, Raymond Queneau adhère au mouvement surréaliste, qu'il quittera en 1929 pour des raisons, affirmera-t-il, strictement personnelles. Il commence à s'intéresser aux fous littéraires, dont il compile les écrits. Il publie son premier livre 'Le Chiendent', et obtient le prix des Deux-Magots. A trente-trois ans, il devient, en tant que lecteur d'anglais, membre du comité de lecture des Editions Gallimard. 'Zazie dans le métro', son roman le plus connu paraît en 1959. Queneau y fait preuve d'un grand sens de l'humour et d'une inventivité formelle parfaite. Le livre sera adapté au cinéma par Louis Malle. Raymond Queneau est également le parrain du premier volume de la fameuse collection de la Pléiade.

Avis (19)

  • Couverture du livre « Zazie dans le métro » de Raymond Queneau aux éditions Gallimard

    Fanfan La Tulipe sur Zazie dans le métro de Raymond Queneau

    Ah Raymond Queneau et son art de manier la langue française! A lire absolument!

    Ah Raymond Queneau et son art de manier la langue française! A lire absolument!

  • Couverture du livre « Le chiendent » de Raymond Queneau aux éditions Gallimard

    isav sur Le chiendent de Raymond Queneau

    Premier roman de ce grand auteur français, il est injustement le moins connu et qu'on l'adore ou qu'on le déteste, il ne peut laisser indifférent.
    Pas d'intrigue mais les péripéties de personnages ordinaires qui se croisent dans leur vie de tous les jours, Queneau les appelle lui-même « être...
    Voir plus

    Premier roman de ce grand auteur français, il est injustement le moins connu et qu'on l'adore ou qu'on le déteste, il ne peut laisser indifférent.
    Pas d'intrigue mais les péripéties de personnages ordinaires qui se croisent dans leur vie de tous les jours, Queneau les appelle lui-même « être plat », « être de réalité minime », ou « être de consistance réduite ». Ce sont de parfaits anti-héros que l'on observe avec amusement et que l'on croit même reconnaître à chaque coin de rue.
    Quand l'ordinaire devient passionnant, la routine peut conduire à l'aventure et tout devient possible.
    Un roman qui nous interpelle et nous fait voir la vie autrement. du grand Queneau !

  • Couverture du livre « Les fleurs bleues » de Raymond Queneau aux éditions Gallimard

    Sophie Wag sur Les fleurs bleues de Raymond Queneau

    A lire et à relire! ce livre est tellement merveilleux, plein de jeux sur les mots de jeux sur les sonorités. L'histoire est perchée mais le livre savoureux!

    A lire et à relire! ce livre est tellement merveilleux, plein de jeux sur les mots de jeux sur les sonorités. L'histoire est perchée mais le livre savoureux!

Voir tous les avis

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !

Récemment sur lecteurs.com