Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Pierre Mac Orlan

Pierre Mac Orlan
Né en 1882, après une enfance passée entre Orléans et Rouen, Mac Orlan entre à l'école Normale d'instituteurs de Rouen qu'il abandonne un an plus tard et part s'installer à Montmartre. Il y vit quelques années de bohême, rédigeant des poèmes et chansons et s'essayant à la peinture. En 1912, il pu... Voir plus
Né en 1882, après une enfance passée entre Orléans et Rouen, Mac Orlan entre à l'école Normale d'instituteurs de Rouen qu'il abandonne un an plus tard et part s'installer à Montmartre. Il y vit quelques années de bohême, rédigeant des poèmes et chansons et s'essayant à la peinture. En 1912, il publie son premier roman, La Maison du retour écoeurant. Ses premiers succès datent des années 1920 : Marguerite de la Nuit (1924), Quai des Brumes (1927). En 1950, il est élu membre de l'Académie Goncourt. Il meurt à Saint-Cyr-sur-Morin en 1970.

Avis sur cet auteur (7)

  • add_box
    Couverture du livre « Le quai des brumes » de Pierre Mac Orlan aux éditions Folio

    Bill sur Le quai des brumes de Pierre Mac Orlan

    Un soir de neige, à Montmartre, Jean Rabe entre au Lapin Agile, à Montmartre, pour y trouver un peu de chaleur, et quelques sous pour payer un abri pour la nuit.

    Le patron lui offre a boire, et une épaisse tartine de rillettes pour calmer la faim qui l'assaille. Dans la nuit qui s'avance, ils...
    Voir plus

    Un soir de neige, à Montmartre, Jean Rabe entre au Lapin Agile, à Montmartre, pour y trouver un peu de chaleur, et quelques sous pour payer un abri pour la nuit.

    Le patron lui offre a boire, et une épaisse tartine de rillettes pour calmer la faim qui l'assaille. Dans la nuit qui s'avance, ils sont rejoint par un peintre allemand, puis un soldat déserteur, tout juste rentré du Maroc, et Nelly, la blonde qui offre ou vend ses charmes et qui a de grandes ambitions.

    Chacun se raconte, dévoile quelques pans de vie, jusqu'à ce qu'une course poursuite déchire la nuit et qu'éclatent des coups de feu. Quand le calme revient, Zabel le boucher, encore couvert de taches de sang entre au café pour se réconforter.

    Dans une deuxième partie, on découvrira ce que vont devenir ces cinq personnages, de clochards en soldats, grande courtisane et gibier de potence.

    Un roman noir, très noir auquel je n'ai pas trouvé beaucoup de points communs avec le film éponyme. Un style au premier abord décousu, qui s'unifie ensuite en nous offrant une description très crue du Paris d'avant 1920.

    Pierre Mac Orlan a très bien su dépeindre la misère des personnages, vendant jusqu'à leurs vêtements pour arriver à se payer à manger, vivant sous les ponts jusqu'à trouver la générosité d'un bistrotier bien cachée sous ses abords bourrus.

    Un roman écrit en 1927, et que j'ai lu dans l'édition originale de 1955, découverte dans la bibliothèque de ma grand-mère lorsque nous avons vidé sa maison l'année dernière !

  • add_box
    Couverture du livre « Contes de la pipe en terre » de Pierre Mac Orlan aux éditions Terre De Brume

    petemcpig sur Contes de la pipe en terre de Pierre Mac Orlan

    J’adore Pierre Mac ORLAN. Je l’admire. Et pas seulement parce que nous partageons un prénom. Pierre Mac ORLAN a fait de tout. Pierre Mac ORLAN savait tout faire. D’aucun diront qu’à trop se diversifier il n’excellait nulle part. Ce serait du grand n’importe quoi. Moi je l’admire pour tout. Ses...
    Voir plus

    J’adore Pierre Mac ORLAN. Je l’admire. Et pas seulement parce que nous partageons un prénom. Pierre Mac ORLAN a fait de tout. Pierre Mac ORLAN savait tout faire. D’aucun diront qu’à trop se diversifier il n’excellait nulle part. Ce serait du grand n’importe quoi. Moi je l’admire pour tout. Ses récits de voyages, ses histoires d’aventures, ses contes, ses écrits romanesques, ses chansons, ses romans jeunesse, ses romans de jeunesse, ses nouvelles, ses essais, ses morceaux de science fiction, … Tout.

    Ses Contes de la pipe en terre sont un formidable exemple de son imagination débordante. Mais un exemple seulement, pas du tout une synthèse de son savoir-faire. On y découvre une galerie de portraits réussis et variés, souvent drôles mais pas que. Mais quand même souvent drôle. Du vrai Mac ORLAN, à l’image de sa sirène qui n’était qu’une morue. Le tout est saupoudré d’un zeste de coquinerie pas désagréable et l’on voyage. Oh oui, on voyage, à travers le monde, à travers le temps, à travers les hommes. Parfois ses écrits relèvent de l’hommage, notamment adressés à Robert Louis STEVENSON, là aussi un incroyable homme de talents. Un écrivain d’une grande polyvalence et au talent fou. La reconnaissance des deux me semble malheureusement handicapée par leur volonté de toucher à tout, comme si le fait de vouloir écrire pour les enfants ou les plus grands pouvait être une tare. Mais comme il serait bon de découvrir leur alter égo du vingt-et-unième siècle. En attendant, découvrez ou Mac ORLAN ou jetez-vous dans ses univers fabuleux.

    J’adore Pierre Mac ORLAN et pas seulement parce qu’il termina son existence en rédigeant, entre autre, des essais consacrés au rugby et à son romantisme, comme un dernier pied de nez à tout ce qu’il était.

  • add_box
    Couverture du livre « Les feux du «batavia» » de Pierre Mac Orlan aux éditions Cartouche

    petemcpig sur Les feux du «batavia» de Pierre Mac Orlan

    J'adore Pierre Mac ORLAN. J'en ai déjà parlé autour de ses Contes de la pipe en terre dont je disais que qu'il n'étaient pas une synthèse mais un exemple de son savoir-faire. Associés au Feux du Batavia, on se fait une idée plus exacte de l'homme et de son oeuvre.

    J'adore Pierre Mac ORLAN. J'en ai déjà parlé autour de ses Contes de la pipe en terre dont je disais que qu'il n'étaient pas une synthèse mais un exemple de son savoir-faire. Associés au Feux du Batavia, on se fait une idée plus exacte de l'homme et de son oeuvre.

  • add_box
    Couverture du livre « L'ancre de miséricorde » de Pierre Mac Orlan et Francis Lacassin aux éditions Libretto

    Jean-françois Joubert sur L'ancre de miséricorde de Pierre Mac Orlan - Francis Lacassin

    aventure, suspens on est acteur et spectateur de ce jeune mousse, et Brest de 1900 est si bien décrite qu'elle m'ouvre les veines de plaisiir, j'aime cet auteur

    aventure, suspens on est acteur et spectateur de ce jeune mousse, et Brest de 1900 est si bien décrite qu'elle m'ouvre les veines de plaisiir, j'aime cet auteur