Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Philippe Carrese

Philippe Carrese
Né à Marseille en 1956, Philippe Carrese est un brillant touche-à-tout (réalisateur, dialoguiste, romancier... et même musicien) passionné de séries B, de BD et de jazz. Figure emblématique du milieu littéraire phocéen, son cri de "désamour" sur la ville de Marseille, paru en 2006 dans feu Mars-M... Voir plus
Né à Marseille en 1956, Philippe Carrese est un brillant touche-à-tout (réalisateur, dialoguiste, romancier... et même musicien) passionné de séries B, de BD et de jazz. Figure emblématique du milieu littéraire phocéen, son cri de "désamour" sur la ville de Marseille, paru en 2006 dans feu Mars-Mag, provoque aujourd'hui la polémique.

Avis sur cet auteur (4)

  • add_box
    Couverture du livre « Retour à San Catello » de Philippe Carrese aux éditions Editions De L'aube

    Catherine Monneraye sur Retour à San Catello de Philippe Carrese

    J'ai beaucoup aimé m'y plonger ....

    J'ai beaucoup aimé m'y plonger ....

  • add_box
    Couverture du livre « Une Belle Histoire D'Amour » de Philippe Carrese aux éditions Fleuve Noir

    Manue la petite antiboise sur Une Belle Histoire D'Amour de Philippe Carrese

    Quand on commence à lire ce livre on se demande où est l'enquête et s'il y aura des meurtres. Mais plus on avance et plus on découvre une histoire d’amour hors du commun.
    Je ne pense pas que ce genre d’histoire arrive à tout le monde et surtout en si peu de temps. En effet l’histoire dure...
    Voir plus

    Quand on commence à lire ce livre on se demande où est l'enquête et s'il y aura des meurtres. Mais plus on avance et plus on découvre une histoire d’amour hors du commun.
    Je ne pense pas que ce genre d’histoire arrive à tout le monde et surtout en si peu de temps. En effet l’histoire dure vraiment une à deux journées. Et pourtant il s’en passe des choses !

    Ce que j’ai trouvé assez sympa ce sont les coupures dans l’histoire entre Pindur et Lucas Rozarian. Pindur raconte à Rozarian ce qui lui est arrivé. Et ce dernier coupe souvent la parole à Pindur pour lui demander plus d’explications.
    On ne sait pas vraiment quel type de relation entretiennent Pindur et Rozarion et ce qui est vraiment génial c’est que Philippe Caresse ne nous le dit qu’à la dernière page. De plus on ne s’attend pas du tout à cette relation, c’est donc vraiment une surprise.

    Les idées sont pour ma part trop irréalistes. Philippe Caresse est un marseillais comme son personnage Pindur. On peut penser que certaines idées sont peut-être arrangées ou grossies soit tout lui est vraiment arrivé soit Pindur a peut-être arrangé la réalité à sa sauce.

    Le style de l’auteur est assez particulier. Personnellement cela m’a parfois dérangée… Je n’ai pas trop compris certaines choses, expressions, ou humour, mais cela est peut-être dû au fait que je ne sois pas marseillaise.
    Le style est aussi un peu trop familier… et m’a un peu gênée à certains moments… J’aurais peut-être voulu un ton un peu plus sérieux pour certaines scènes. Je pense qu’avec un ton différent cela aurait donné une autre dimension à l’histoire.

    Pour ce qui est des descriptions cela reste simple, il n’y en a pas beaucoup, j’ai été un peu frustrée de ce côté-là moi qui aime les histoires avec plein de détails…

    La fin est vraiment bien trouvée, on ne s’attend pas du tout à ce genre de retournement de situation. Philippe Caresse arrive vraiment à surprendre ses lecteurs !
    Les personnages sont attachants, pleins de vie et Philippe Caresse caricature aussi certains traits des personnages en les accentuant. C’est assez comique de voir comment ces derniers sont traités.

    Ce qui est bien c'est que l'auteur rajoute une sorte de lexique, il ne nous aide pas vraiment à tout comprendre mais c'est original. Par contre j'aurais mis les explications au fur et à mesure de l'histoire, (par exemple au bas des pages) et non à la fin...
    C’est un livre que je conseille tout d'abord à ceux qui sont marseillais, puis à ceux qui ont envie de passer un moment de détente en lisant un polar un peu hors du commun !

    http://fais-moi-peur.blogspot.fr/2015/01/affaire-n014-une-belle-histoire-damour.html

  • add_box
    Couverture du livre « Virtuoso ostinato » de Philippe Carrese aux éditions Editions De L'aube

    Denis Arnoud sur Virtuoso ostinato de Philippe Carrese

    Dans ce roman nous suivons Marzio Belonore à deux périodes de sa vie. Le roman s'ouvre en 1911 alors qu'une automobile est coincée dans une ornière à l'orée d'un champs à San Catello en Lombardie. Dans ce trou perdu, les automobiles on ne les connaît qu'en photo et on s'en méfie. A San Catello...
    Voir plus

    Dans ce roman nous suivons Marzio Belonore à deux périodes de sa vie. Le roman s'ouvre en 1911 alors qu'une automobile est coincée dans une ornière à l'orée d'un champs à San Catello en Lombardie. Dans ce trou perdu, les automobiles on ne les connaît qu'en photo et on s'en méfie. A San Catello on vit encore comme au XIXème siècle, beaucoup des paysans du cru n'ont jamais vu la ville et s'en portent très bien.

    Parallèlement nous retrouvons Marzio, devenu violoniste virtuose qui se prépare pour un concert à la Scala de Milan en tant que soliste. Anxieux, il revient sur son passé, se remémore tous les événements qui l'ont conduit là, sur cette scène prestigieuse.

    Tout à donc commencé en 1911 quand cette voiture est restée coincée dans un fossé aux abords du champ de Volturno Belonore. Cette voiture transporte un employé de ministère de haut niveau vers un rendez vous d'importance. Pour ce sortir de ce mauvais pas et constatant le manque d'empressement de la famille Belonore à l'aider (à San Catello on s'occupe de ses affaires et tout ce qui est étranger est suspect), l'homme va faire croire au paysan que son champ contient un minerai très recherché, qu'il marche sur une fortune. Volturno est un homme droit dans ses bottes, sûr de son fait, il est déjà le petit roi du village, mais cette promesse de fortune va mobiliser toute son énergie, il ne va plus penser qu'à cet espoir de richesse et entraîner toute sa famille et le village dans sa folie prospectrice. Une folie qui va mener au drame.

    Virtuoso ostinato est un roman passionnant qui nous parle de folie, d'aveuglement. La folie du désir de richesse, la folie de l'amour. L'amour de Marzio pour Ofelia, la jeune femme de son père auprès de laquelle il a grandi et dont il est fou amoureux depuis toujours. Cet amour est impossible, mais Marzio a une autre passion la musique, il va s'y plonger corps et âme. Pour Marzio, la musique comme la vie est un combat, un combat contre les autres, un combat contre la résignation, contre soi même, contre les autres qui eux aussi luttent pour obtenir une parcelle de bonheur. Un bonheur qui semble bien inaccessible aux habitants de San Catello. Philippe Carrese nous plonge dans cette Italie du début du XXème siècle, une Italie divisée, pas encore réunifiée, divisée comme le village lui même. L'Italie paysanne, un monde où il faut lutter pour vivre ou il faut être obstiné pour sortir du lot, même si cette obstination ne peut mener qu'à la tragédie. Philippe Carrese signe ici un très beau roman, émouvant, poignant sur cette fatalité qui frappe l'homme, celle de courir obstinément vers son malheur. Un roman âpre comme la terre lombarde, mais aussi flamboyant, plein d'une faconde toute italienne dans sa description savoureuse et pleine d'un humour grinçant des querelles entre villageois. Une bien belle découverte. Un roman intense.

    "Sur le plateau, Alfredo Visconti, premier violon, fait un geste discret. Toute la troupe se met en branle. Rite immuable : le hautbois lance sa plainte. C'est la curée, l'interminable minute de l'accord, la chasse à la note juste. Tous les timbres convergent vers ce la glacé et rectiligne, avant que les cuivres ne viennent parader avec leur si bémol claironnant. Les corridas ont leurs fanfares qui annoncent, joyeuses, le carnage à venir. Les philharmoniques ont elles aussi leur prodrome rituel : l'accord. Une fois l'eurythmie de l'orchestre réglée, l'hallali pourra commencer : la meute sera parée. Marzio observe les violonistes sur le devant de scène. Une fois de plus, l'ennemi le plus redoutable sera dans ses rangs : celui dont il devra se méfier se tiendra pile derrière lui. "

  • add_box
    Couverture du livre « Une Petite Biere Pour La Route » de Philippe Carrese aux éditions Fleuve Noir

    Francis Ortigoza sur Une Petite Biere Pour La Route de Philippe Carrese

    Désopilant ! Comme souvent avec Carrese (excepté "Enclave" évidemment

    Désopilant ! Comme souvent avec Carrese (excepté "Enclave" évidemment