Paul Auster

Paul Auster
Paul Auster est né en 1947 à Newark dans le New Jersey.

De 1965 à 1970, il étudie les littératures française, anglaise et italienne à Columbia University où il obtient un Master of Arts. Il publie à cette époque des articles consacrés essentiellement au cinéma dans la Columbia Review Magazine, et ... Voir plus
Paul Auster est né en 1947 à Newark dans le New Jersey.

De 1965 à 1970, il étudie les littératures française, anglaise et italienne à Columbia University où il obtient un Master of Arts. Il publie à cette époque des articles consacrés essentiellement au cinéma dans la Columbia Review Magazine, et commence l’écriture de poèmes et de scénarios pour films muets.

De 1971 à 1975, il s’installe à Paris et, en connaisseur attentif de notre langue, il traduit Dupin, Breton, Jabès, Mallarmé, Michaux et Du Bouchet. Unearth, son premier recueil de poèmes paraît aux Etats-Unis en 1974, puis en France, en 1980, aux éditions Maeght.
Sa Trilogie new-yorkaise, constituée de Cité de Verre (1987), Revenants (1988) et La Chambre dérobée (1988), paraît aux éditions Actes Sud et connaît un succès immédiat auprès de la presse et du public.

Suivront des essais, des recueils de poésie et de nombreux romans, dont Moon Palace (1990) ou encore Léviathan qui obtient en 1993, le Prix Médicis étranger.

Paul Auster a aussi écrit des pièces de théâtre dont Laurel et Hardy vont au paradis qui a été joué au Théâtre de La Bastille en 2000, Cité de verre a été adapté en bande dessinée par David Mazzucchelli en 1995. En 1993, La Musique du hasard a fait l’objet d’un film réalisé par Philip Haas.

Son ½uvre, qui connaît un succès mondial, est adaptée au théâtre (Laurel et Hardy vont au paradis au théâtre de La Bastille en 2000), en bande dessinée (Cité de verre avec des illustrations de David Mazzucchelli en 1995) et au cinéma (La Musique du hasard réalisé par Philip Haas en 1991).

Passionné depuis toujours par le cinéma, Paul Auster réalise Smoke et Brooklyn Boogie en collaboration avec Wayne Wang. En 1996, ces deux films sont diffusés sur les écrans internationaux. Smoke obtient le Prix du meilleur film étranger au Danemark et en Allemagne.

En 1998, Paul Auster écrit et réalise Lulu on the bridge, avec Harvey Keitel, Mira Sorvino et Willem Dafoe, film sélectionné à Cannes dans la catégorie “un certain regard”.
Il poursuit son activité de cinéaste en réalisant La Vie intérieure de Martin Frost d’après un scénario composé à partir de l’une des intrigues de son roman, Le Livre des illusions, en 2007.
En 2009, il publie Seul dans le noir aux éditions Actes Sud.

Son nouveau roman, Invisible paraît en librairie le 3 mars 2010.
Et dans la collection Thesaurus, l’¼uvre romanesque t.3 sort en avril 2010.

En France, toute l’½uvre de Paul Auster, traduite en trente-cinq langues, est publiée chez Actes Sud. Il est membre de The Academy of Arts and Letters et a reçu le Prix du Prince des Asturies en 2006 (entre autres distinctions prestigieuses).

Paul Auster vit à Brooklyn avec sa femme, la romancière Siri Hustvedt.

Articles (2)

  • Un monde flamboyant de Siri Hustvedt
    Un monde flamboyant de Siri Hustvedt

    « Les femmes doivent-elles être nues pour rentrer au Metropolitan Museum ? » se demandaient avec une ironique naïveté les Guerrilla Girls, un groupe d'artistes féministes né dans les années 1980 à New York. Ces héroïnes masquées cherchaient à lutter contre la sous-représentation des femmes et la misogynie du monde de l'art contemporain. Trente ans plus tard, Siri Hustvedt reprend ce combat à son compte dans son dernier roman, « Un Monde Flamboyant ».

  • Excursions dans la zone intérieure de Paul Auster
    Excursions dans la zone intérieure de Paul Auster

    Excursions dans la zone intérieure (Actes Sud) est le nouveau livre de Paul Auster, point sans doute final à un diptyque entamé avec Chronique d’hiver en 2013.

Voir tous les articles

Avis (74)

  • Couverture du livre « Dans le scriptorium » de Paul Auster et Christine Le Boeuf aux éditions Actes Sud

    laurence bandelier sur Dans le scriptorium de Paul Auster - Christine Le Boeuf

    J’ai toujours beaucoup aimé les romans de Paul Auster, mais il est vrai que j’ai tardé à lire celui-ci. Habituellement, lorsque le nouveau livre d’un auteur que j’apprécie grandement sort en librairie, je me précipite pour l’acheter.
    Alors pourquoi ai-je attendu pour Dans le scriptorium ?...
    Voir plus

    J’ai toujours beaucoup aimé les romans de Paul Auster, mais il est vrai que j’ai tardé à lire celui-ci. Habituellement, lorsque le nouveau livre d’un auteur que j’apprécie grandement sort en librairie, je me précipite pour l’acheter.
    Alors pourquoi ai-je attendu pour Dans le scriptorium ? Peut-être parce que certaines personnes autour de moi en ont parlé sans enthousiasme, d’autres en restaient déroutées… J’ai laissé un peu de temps s’écouler et puis je me suis lancée.
    Après coup, je peux comprendre la perplexité qu’il est possible de ressentir. Ce livre est assez déroutant car dès le début, il nous intrigue, nous nous demandons où Paul Auster veut en venir. Le roman n’étant pas long (environ 150 pages), nous attendons avec impatience l’événement déclencheur de l’histoire qui nous permettrait de comprendre le clef de l’histoire.
    En réalité, seuls les lecteurs fidèles de Paul Auster peuvent très vite avoir une ébauche de réponse. D’ailleurs, ce livre ne semble adressé qu’aux connaisseurs de son œuvre. Lorsque Mr Blank apprend petit à petit les noms des personnes qui le visitent ou qui sont sur les photographies, nous ressentons le même sentiment que lui : ces noms nous disent quelques choses, nous sommes certains de les avoir déjà rencontrés. Mais comment est-ce possible ?!
    Et puis, tout d’un coup, comme pour Mr Blank, la lumière jaillit. Pour lui, ces personnes ont croisé son chemin (de quelle façon, nous ne le savons pas encore) et pour nous… ce sont des personnages d’autres romans de Paul Auster !!
    A partir de ce moment là, l’histoire prend une autre dimension. Et nous nous demandons, si par hasard, ce Mr Blank ne serait pas … Paul Auster qui ferait, en quelque sorte, son propre procès et reprendrait un thème souvent utilisé en littérature ou au cinéma de la confrontation de l’écrivain et de ses personnages qui échappent à son emprise.
    En effet, l’œuvre de Luigi Pirandello, par exemple, tourne toute entière autour de l’improbable relation entre les écrivains et les protagonistes de leurs œuvres qui cherchent à s’émanciper ou à comprendre leur sort. Dans « Harry dans tous ses états » de Woody Allen, celui-ci joue le rôle d’un écrivain, Harry. La scène finale relate la reconnaissance professionnelle de ce fameux Harry, invité à une cérémonie en hommage à son œuvre, où tous les personnages de ses romans font partie de la fête.
    Cette confusion entre réalité et fiction est une mine d’intrigues pour les auteurs et une source de réflexion profonde pour les lecteurs. Paul Auster, dans ce dernier livre, nous entraîne dans la remise en question de cet homme et nous invite à partager son cheminement intérieur, sans pour autant nous donner la clef du mystère, laissant à chacun le loisir d’y déceler ce qu’il veut bien y voir.
    Un réel plaisir de lecture. Bien joué Mr Paul Auster !

  • Couverture du livre « 4 3 2 1 » de Paul Auster aux éditions Actes Sud

    Emma C sur 4 3 2 1 de Paul Auster

    Difficile de parler de 4321 juste après avoir tourné la 1024e page de ce livre magistral.
    Pour ceux qui doutent Paul Auster est de retour et de belle manière.
    Un roman incroyable un personnage, Ferguson, que l’on suit de 0 à 20 ans environs dans 4 versions possibles de sa vie. Non pas quatre...
    Voir plus

    Difficile de parler de 4321 juste après avoir tourné la 1024e page de ce livre magistral.
    Pour ceux qui doutent Paul Auster est de retour et de belle manière.
    Un roman incroyable un personnage, Ferguson, que l’on suit de 0 à 20 ans environs dans 4 versions possibles de sa vie. Non pas quatre histoires l’un après l’autre, mais quatre histoires, en même temps, découpées en quatre sous chapitres. Une construction incroyable mais où jamais le lecteur ne se sent perdu, aucune difficulté à suivre le cours de ces vies parallèles.
    Un morceau de l’histoire des Etats Unis, les années 60, découvert par le prisme des personnages ; La lutte pour les droits civiques, les assassinats de Martin Luther King, de JFK, des Black Panthers, les révoltes étudiantes contre la guerre du Vietnam.
    Et enfin la création littéraire, pourquoi, comment écrire ?
    Une fresque absolument magnifique qui mérite bien les plus de mille pages que son auteur lui a consacrée.
    Une vraie réussite

  • Couverture du livre « 4 3 2 1 » de Paul Auster aux éditions Actes Sud

    Bernault Jean-Serge sur 4 3 2 1 de Paul Auster

    J'ai découvert Paul Auster en 1993 avec son roman LEVIATHAN. J'ai ensuite lu, avec plus ou moins de bonheur, presque tout ce que cet immense auteur a publié . Jusqu'à ce livre, ce monument, 4 3 2 1 où j'ai retrouve le Paul Auster de LEVIATHAN. 4 3 2 1 est un pur chef-d'oeuvre de virtuosité...
    Voir plus

    J'ai découvert Paul Auster en 1993 avec son roman LEVIATHAN. J'ai ensuite lu, avec plus ou moins de bonheur, presque tout ce que cet immense auteur a publié . Jusqu'à ce livre, ce monument, 4 3 2 1 où j'ai retrouve le Paul Auster de LEVIATHAN. 4 3 2 1 est un pur chef-d'oeuvre de virtuosité littéraire.

Voir tous les avis