4 3 2 1

Couverture du livre « 4 3 2 1 » de Paul Auster aux éditions Actes Sud
  • Date de parution :
  • Editeur : Actes Sud
  • EAN : 9782330090517
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
  • Nombre de pages : (non disponible)
  • Collection : (non disponible)
  • Genre : (non disponible)
  • Thème : Littérature Anglo-Saxonne
  • Prix littéraire(s) : (non disponible)
Résumé:

Le premier roman de Paul Auster en sept ans. Une architecture narrative inédite. Une expérience de lecture inoubliable. Un roman-kaléidoscope où un personnage, Ferguson, incarne toutes les figures du destin protéiforme que le monde et l'Amérique des années 1950 furent susceptibles de proposer à... Voir plus

Le premier roman de Paul Auster en sept ans. Une architecture narrative inédite. Une expérience de lecture inoubliable. Un roman-kaléidoscope où un personnage, Ferguson, incarne toutes les figures du destin protéiforme que le monde et l'Amérique des années 1950 furent susceptibles de proposer à l'individu, de l'enfance à l'entrée dans l'âge adulte. Tout en restant fidèle aux obsessions littéraires qui sont les siennes, Paul Auster, avec cet ambitieux et ample nouveau roman, renouvelle et détourne brillamment le genre du roman initiatique en le confrontant à l'Histoire du XXe siècle.

Donner votre avis

Articles (2)

Voir tous les articles

Les derniers avis

  • Difficile de parler de 4321 juste après avoir tourné la 1024e page de ce livre magistral.
    Pour ceux qui doutent Paul Auster est de retour et de belle manière.
    Un roman incroyable un personnage, Ferguson, que l’on suit de 0 à 20 ans environs dans 4 versions possibles de sa vie. Non pas quatre...
    Voir plus

    Difficile de parler de 4321 juste après avoir tourné la 1024e page de ce livre magistral.
    Pour ceux qui doutent Paul Auster est de retour et de belle manière.
    Un roman incroyable un personnage, Ferguson, que l’on suit de 0 à 20 ans environs dans 4 versions possibles de sa vie. Non pas quatre histoires l’un après l’autre, mais quatre histoires, en même temps, découpées en quatre sous chapitres. Une construction incroyable mais où jamais le lecteur ne se sent perdu, aucune difficulté à suivre le cours de ces vies parallèles.
    Un morceau de l’histoire des Etats Unis, les années 60, découvert par le prisme des personnages ; La lutte pour les droits civiques, les assassinats de Martin Luther King, de JFK, des Black Panthers, les révoltes étudiantes contre la guerre du Vietnam.
    Et enfin la création littéraire, pourquoi, comment écrire ?
    Une fresque absolument magnifique qui mérite bien les plus de mille pages que son auteur lui a consacrée.
    Une vraie réussite

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • J'ai découvert Paul Auster en 1993 avec son roman LEVIATHAN. J'ai ensuite lu, avec plus ou moins de bonheur, presque tout ce que cet immense auteur a publié . Jusqu'à ce livre, ce monument, 4 3 2 1 où j'ai retrouve le Paul Auster de LEVIATHAN. 4 3 2 1 est un pur chef-d'oeuvre de virtuosité...
    Voir plus

    J'ai découvert Paul Auster en 1993 avec son roman LEVIATHAN. J'ai ensuite lu, avec plus ou moins de bonheur, presque tout ce que cet immense auteur a publié . Jusqu'à ce livre, ce monument, 4 3 2 1 où j'ai retrouve le Paul Auster de LEVIATHAN. 4 3 2 1 est un pur chef-d'oeuvre de virtuosité littéraire.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • moi j'ai eu du mal à m'y retrouver avec cette architecture 1 2 3 4.
    du coup je n'ai pas bien accroché.

    moi j'ai eu du mal à m'y retrouver avec cette architecture 1 2 3 4.
    du coup je n'ai pas bien accroché.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Ce livre est un pavé, et pour cause: il contient quatre histoires. Quatre fois le même garçon, mais quatre vies différentes. J'ai trouvé l'idée excellente. C'est le premier Auster que je lis, et j'en suis ravie. Les mots sont choisis, pesés, et on suit avec bonheur les 4 vies de ce garçon.

    Ce livre est un pavé, et pour cause: il contient quatre histoires. Quatre fois le même garçon, mais quatre vies différentes. J'ai trouvé l'idée excellente. C'est le premier Auster que je lis, et j'en suis ravie. Les mots sont choisis, pesés, et on suit avec bonheur les 4 vies de ce garçon.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Découverte de Paul Auster à travers ce roman ...... 1016 pages .... je n'ai pas choisi la facilité me direz-vous mais que ne ferait-on pas pour un comité de lecture, pour l'amour de la littérature, par curiosité aussi !
    Je crois avoir fait l'essai de le lire il y a quelques années mais je n'en...
    Voir plus

    Découverte de Paul Auster à travers ce roman ...... 1016 pages .... je n'ai pas choisi la facilité me direz-vous mais que ne ferait-on pas pour un comité de lecture, pour l'amour de la littérature, par curiosité aussi !
    Je crois avoir fait l'essai de le lire il y a quelques années mais je n'en garde aucun souvenir et je ne sais même pas si je suis allée au bout du livre ! C'est tout dire.
    Que serait notre vie si dès le départ les dés sont pipés : une erreur sur le nom de famille à l'arrivée de cette famille à Ellis Island, lorsque cet émigré russe hésite à révéler son nom de famille : Reznikoff de peur d'être refoulé et sur les conseils d'un compatriote et avec un accent déplorable celui-ci révèle : Ikh hob fergessen (J'ai oublié) et que l'employé comprend : Fergusson.
    Voilà tout commence déjà par un changement d'identité puis l'auteur a décidé de donner 4 destins à son héros. Archie Isaac Fergusson aura 4 vies possibles, 4 destinées suivant les événements : argent, décès, opportunités, rencontres, amour etc....
    Le roman est dense, les phrases sont parfois longues, interminables, il y a un gros travail pour décortiquer les pensées, les visions, les aspirations de Fergusson. C'est un roman/chronique d'une tranche de vie de 0 à 20 ans d'un américain, issue de l'immigration, juif et aspirant à devenir écrivain. On pénètre dans son conscient et parfois son insconcient.
    Une part de Paul Auster lui-même ? Oui sûrement (j'ai lu qu'il a été très marqué par le décès brutal d'un de ses amis suite à un anévrisme cérébral et qu'il reprend d'ailleurs dans une de ses vies d'Archie), car il reprend beaucoup de sa vie, de son amour de la France, de ses écrivains, de son amour de New York etc.... et c'est là justement ce que je reprocherais à ce roman. On se perd dans des détails certes intéressants pour des néophytes de la "pomme" mais qui noient un peu la narration. Je pense, mais ce n'est que mon avis, que le livre aurait pu faire 300 à 400 pages de moins pour le public français.
    Je me suis attachée à une version du personnage de Fergusson, celui qui me correspondait le plus, certains personnages comme Amy sont présents dans les 4 versions, avec bien sûr car c'est le but du jeu d'écriture, des rôles différents comme pour l'ensemble de son entourage, et je me suis attachée à lire dans le sens où l'auteur nous le propose, quitte à prendre des notes afin de m'y retrouver, mais je pense que la lecture par numéro de Fergusson est possible et peut être commandée pour des lecteurs accrochant moins au aller-retours entre les destins différents.
    Archie Fergusson a 4 possibilités, ses amis, ses parents et ses relations aussi. Des personnalités différentes suivant les circonstances. Un gros travail de mémoire, de documentation pour montrer également que rien n'est anodin, qu'un événement politique, personnel ou familial peut tout changer et que votre vie peut prendre un autre chemin.
    Chroniques d'une Amérique des années 50/60, politique, religieuse, raciste, classes sociales, oui c'est cela Paul Auster, 1016 pages pour un tour d'horizon de son Amérique suivant qui l'on est.
    Lecture ardue par moment, longue, très longue même si j'ai eu des moments de plaisir à suivre ce jeune homme plein d'amour de la littérature, du cinéma, des rues de sa ville et de ses Universités. A conseiller à des vrais amateurs de littérature, amoureux des mots, des ambiances et des expériences littéraires.
    J'ai déjà prévu de lire Trilogie New-Yorkaise et Moon Palace pour me faire une véritable opinion sur l'auteur, mais pas tout de suite, je vais me laisser le temps de me décharger de ce pavé.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Difficile d'écrire encore quelque chose sur ce pavé tant tout a déjà été dit. Personnellement, j'ai adoré même si l'ampleur de la chose (et donc de sa lecture) m'a quelque peu effrayée au départ. Mais mon amour pour Paul Auster l'a emporté. Et je dois dire que j'ai retrouvé le Paul Auster que...
    Voir plus

    Difficile d'écrire encore quelque chose sur ce pavé tant tout a déjà été dit. Personnellement, j'ai adoré même si l'ampleur de la chose (et donc de sa lecture) m'a quelque peu effrayée au départ. Mais mon amour pour Paul Auster l'a emporté. Et je dois dire que j'ai retrouvé le Paul Auster que j'ai aimé à ses débuts et que j'avais un peu perdu ces dernières années. J'ai adoré me plonger et passer plus de 15 jours en compagnie de Ferguson et ses quatre destins. Ce livre est foisonnant, passionnant. Il y a des variations et des constantes dans ces quatre récits. Paul Auster décline les parcours des quatre possibilités du petit-fils de l'immigrant Ferguson. Quatre trajectoires pour un seul personnage, quatre répliques de Ferguson qui traversent l'histoire américaine des années cinquante et soixante (guerre du Vietnam, Nixon, Kennedy…). Les mêmes personnages entourent Ferguson, à commencer par ses parents dont la vie et le destin varient selon les histoires, mais aussi Amy, dont Ferguson sera amoureux dans toutes les versions, ses oncles et tantes, ses amis. de même, toutes les versions de Ferguson ont un goût pour l'art et la littérature, une certaine sensibilité politique démocrate, un vrai goût pour la langue française et la France. le texte est émaillé de très nombreuses références littéraires, cinématographiques, musicales, culturelles. Il y a sans doute beaucoup de Paul Auster dans ces quatre personnages.
    « Identiques mais différents, ce qui voulait dire quatre garçons ayant les mêmes parents, le même corps, le même patrimoine génétique, mais chacun vivant dans une maison différente, dans une ville différente, avec sa propre panoplie de circonstances. Poussé de ci de là sous l'effet de ces circonstances, les garçons commenceraient à se différencier à mesure que le livre avancerait, ils marcheraient et galoperaient à travers l'enfance, l'adolescence et le début de l'âge adulte en tant que personnages de plus en plus différents, chacun sur sa propre voie distincte tout en restant pourtant la même personne, trois versions imaginaires de lui-même, et lui-même interviendrait comme le Numéro Quatre pour faire bonne mesure, l'auteur du livre, mais il ignorait pour l'instant les détails, il ne comprendrait ce qu'il faisait qu'après avoir commence à le faire .. il n'y avait qu'une chose de certaine. L'un après l'autre les Ferguson imaginaires devaient mourir… il allait alors se retrouver seul avec lui-même, le dernier encore debout. D'où le titre du livre : 4 3 2 1 »

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Nous suivons la vie d Archie Ferguson de la rencontre de ses parents, sa naissance à ses 22 ans.
    Paul Auster nous livre 4 vies différentes de Ferguson avec à chaque fois des éléments qui changent dans sa vie ( ex ses parents restent ensemble , se séparent ou l un meurt) et qui vont donc...
    Voir plus

    Nous suivons la vie d Archie Ferguson de la rencontre de ses parents, sa naissance à ses 22 ans.
    Paul Auster nous livre 4 vies différentes de Ferguson avec à chaque fois des éléments qui changent dans sa vie ( ex ses parents restent ensemble , se séparent ou l un meurt) et qui vont donc modifier le cours de sa vie , ses choix ( aurait il mieux réussi riche ou sans le sou ...)
    Comment le livre fonctionne : il est divisé en 7 parties et chacune de ces parties comprend 4 chapitres : 1.1, 1.2, 1.3,1.4 puis 2.1.....
    La suite de l histoire de 1.1 est 2.1 ( mais entre temps vous aurez lu 1.2, 1.3...). Je préfère le dire car je ne l ai compris qu arrivez à 2.2 .... je vous conseille même de prendre des notes pour vous rappeler à la reprise d un chapitre 4.3 quels étaient les éléments changeants de 2.3 ...
    Ce livre est l occasion également pour Paul Auster de nous raconter l Amérique des années 50-60 et tous les grands événements qui s’y sont déroulés ( kennedy, le black put du 9/11/65 , la guerre du Vietnam, mai 68...) et de nous conseiller tous les livres et toute la musique qu il faut avoir lus et écoutés dans sa vie pour se forger une culture minimum
    Ce livre est donc très intéressant par tous ces aspects
    Point négatif : c’est tres long

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • *** 4 3 2 1 ***
    de Paul Auster (traduction de Gérard Meudal)
    Éditions Acte Sud

    Connaissez-vous Saul Kripke ?

    Pas celui de "Big Bang Theory" qui se prénomme Barry (quoique la pomme ne tombe jamais loin de l'arbre
    Voir plus

    *** 4 3 2 1 ***
    de Paul Auster (traduction de Gérard Meudal)
    Éditions Acte Sud

    Connaissez-vous Saul Kripke ?

    Pas celui de "Big Bang Theory" qui se prénomme Barry (quoique la pomme ne tombe jamais loin de l'arbre

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Je ne fais pas partie des inconditionnelles d'Auster. De lui, j'ai tenté deux romans qui m'ont laissée de marbre et un qui m'a enthousiasmée mais dont je reconnais le côté sulfureux, Invisible. Pourtant, quand j'ai croisé la route de ce roman, en janvier dernier, au WH Smith parisien,...
    Voir plus

    Je ne fais pas partie des inconditionnelles d'Auster. De lui, j'ai tenté deux romans qui m'ont laissée de marbre et un qui m'a enthousiasmée mais dont je reconnais le côté sulfureux, Invisible. Pourtant, quand j'ai croisé la route de ce roman, en janvier dernier, au WH Smith parisien, impossible pour moi de ne pas être attirée. Il venait de sortir en grand format américain, il était donc énorme avec ses 1000 pages et j'aimais beaucoup la couverture. Pour une fois, j'ai lu la quatrième de couverture pour tenter de comprendre pourquoi Auster avait quitté ses formats relativement courts et j'ai été séduite par l'idée de donner à son personnage principal, Archie Ferguson, quatre destins différents. On sent très vite qu'Archie ne doit pas être très éloigné de l'auteur. Il vit à la même époque, semble avoir les mêmes origines et veut devenir écrivain. En lisant ce roman, on comprend bien (enfin, je l'ai compris ainsi) que la vie est un éternel renoncement, une éternelle croisée des chemins. Or ces chemins, on ne pourra pas tous les prendre. A l'âge de Paul Auster, on peut avoir envie d'imaginer ce qu'auraient pu être ces autres vies, surtout quand on est un écrivain qui a réussi, sinon, j'imagine bien la déprime. Alors, oui, c'est un poil trop long, oui, j'ai sauté quelques phrases mais dès la première page, j'ai travaillé sur un extrait pour l'étudier avec mes secondes avec qui j'abordai Ellis Island et la semaine dernière, j'ai étudié un passage avec mes terminales sur l'enrôlement des jeunes à la guerre du Vietnam. C'est à la fois un destin personnel et celui d'une génération. Il m'a fallu 400 pages pour pouvoir dire que ça me plaisait mais j'ai beaucoup aimé les explications sur la genèse habilement imbriquées dans le roman. La fin de chaque partie surprend et c'est sans doute l'une des grandes réussites de ce pavé. Précisons aussi, comme me le faisait remarquer un collègue d'histoire-géo qu'on en apprend beaucoup sur les mouvements radicaux étudiants. Il y a des réflexions intéressantes sur l'écriture, comme par exemple la différence entre écrire pour la presse et écrire un roman. Et bien sûr, puisque c'est Auster, la sexualité est scrutée sous de bien nombreux aspects, c'est l'avantage d'avoir quatre destins. Vous l'aurez sans doute compris, ce qui m'a séduite, ce n'est pas tant la plume d'Auster que la construction du roman et son contenu historique.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Ce merveilleux roman possède une ÉNORME qualité : il est inénarrable !

    Tout ce que l’on peut en dire, c’est que nous partageons durant 1016 pages, la vie du jeune Archie Ferguson, fils de Stanley Ferguson, lui même troisième fils d’un immigré venu faire fortune aux États-Unis et mort...
    Voir plus

    Ce merveilleux roman possède une ÉNORME qualité : il est inénarrable !

    Tout ce que l’on peut en dire, c’est que nous partageons durant 1016 pages, la vie du jeune Archie Ferguson, fils de Stanley Ferguson, lui même troisième fils d’un immigré venu faire fortune aux États-Unis et mort prématurément ... Ou plutôt non, que nous partageons quatre versions différentes de ce qu’aurait pu être sa vie, selon les circonstances réelles ou imaginaires ...

    Et l’on ne s’ennuie pas une seule minute ! Nous vivons et ressentons les émotions du jeune garçon, qui nous conte avec brio le quotidien américain des années 50 et 60, les évènements marquants de cette période, les joies de vivre et le mal être selon les moments ...

    Et surtout, personne ne sait raconter comme Paul Auster ... Ah ! ces merveilleuses pages où il nous raconte sa passion pour le formidable duo comique, formé par les inoubliables Stan Laurel et Oliver Hardy !

    Et même si l’on peut se sentir parfois un peu “dérouté” par les diverses versions, pas un instant l’on ne se lasse !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
Voir tous les avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions

Récemment sur lecteurs.com