Patrice Franceschi

Patrice Franceschi

Écrivain, cinéaste, président de la Société des Explorateurs Français, Patrice Franceschi est aventurier.

Depuis 25 ans, il multiplie les expéditions à travers le monde (Pygmées d'Afrique, Indiens d'Amazonie, Papous de Nouvelle-Guinée etc.) et organise de nombreuses missions humanitaires dans le...

Voir plus

Écrivain, cinéaste, président de la Société des Explorateurs Français, Patrice Franceschi est aventurier.

Depuis 25 ans, il multiplie les expéditions à travers le monde (Pygmées d'Afrique, Indiens d'Amazonie, Papous de Nouvelle-Guinée etc.) et organise de nombreuses missions humanitaires dans les zones de guerre (Afghanistan, Bosnie, Somalie, Kurdistan, etc.). Il a reçu la grande médaille de l'exploration de la Société de Géographie. Auteur du premier tour de la planète en ULM entre 1984 et 1987, il est aujourd'hui le capitaine du navire d'exploration La Boudeuse. Il est l'auteur de nombreux ouvrages dont De l'esprit d'aventure avec Gérard Chaliand et Jean-Claude Guilbert chez Arthaud.

 

Crédit photo Wikipedia

Articles en lien avec Patrice Franceschi (2)

Avis sur cet auteur (11)

  • add_box
    Couverture du livre « Il est minuit, monsieur K » de Patrice Franceschi aux éditions Points

    Fantomas 57 sur Il est minuit, monsieur K de Patrice Franceschi

    Un huis clos entre deux homme que tout semble opposer et qui in fine on bien plus de points commun qu'il n'y parait. Le dossier que se disputent les deux hommes n'est qu'un prétexte à philosopher, à s'opposer sur la vision du monde et la solitude du chasseur...et du chassé !!!!

    Un huis clos entre deux homme que tout semble opposer et qui in fine on bien plus de points commun qu'il n'y parait. Le dossier que se disputent les deux hommes n'est qu'un prétexte à philosopher, à s'opposer sur la vision du monde et la solitude du chasseur...et du chassé !!!!

  • add_box
    Couverture du livre « Dernières nouvelles du futur » de Patrice Franceschi aux éditions Grasset Et Fasquelle

    Fantomas 57 sur Dernières nouvelles du futur de Patrice Franceschi

    Il ressort de toutes ces nouvelles le ridicule de la condition humaine, la puérilité collective de nos actes. Franceschi choisis ici des histoires courtes et impactantes qui attaquent notre conscience.
    J'ai adoré....

    Il ressort de toutes ces nouvelles le ridicule de la condition humaine, la puérilité collective de nos actes. Franceschi choisis ici des histoires courtes et impactantes qui attaquent notre conscience.
    J'ai adoré....

  • add_box
    Couverture du livre « Mourir pour Kobané » de Patrice Franceschi aux éditions Tempus/perrin

    NADIA D'ANTONIO sur Mourir pour Kobané de Patrice Franceschi

    Ce grand baroudeur – aventurier – écrivain – aviateur – marin (tout cela pour un seul homme), qu'est Patrice Franceschi, est aussi un homme engagé dans la résistance afghane et il soutient depuis longtemps et activement, ses amis Kurdes.
    Avec « Mourir pour Kobané », c'est l'histoire d'une...
    Voir plus

    Ce grand baroudeur – aventurier – écrivain – aviateur – marin (tout cela pour un seul homme), qu'est Patrice Franceschi, est aussi un homme engagé dans la résistance afghane et il soutient depuis longtemps et activement, ses amis Kurdes.
    Avec « Mourir pour Kobané », c'est l'histoire d'une guerre trop souvent ignorée. En faire la lecture est une bonne « piqûre de rappel. »

    Patrice débute son récit par ces lignes : « Deux années se sont écoulées depuis la première édition de ce récit. Conçu comme la guerre romanesque et révolutionnaire d'hommes et de femmes avec lesquels je m'étais intimement lié, je voulais qu'il se suffise à lui-même quel que soit le passage du temps et on n'y trouvera donc rien de changé. »
    Au moment où il écrivait ceci, personne ne pouvait dire comment tout cela finirait. Mais il était certain que Rakka tomberait et que c'en serait fini de l'hégémonie de Daech en Syrie.

    « Mourir pour Kobané – sans point d'interrogation – est le récit de deux années de compagnonnage avec les Kurdes de Syrie. Un récit de terrain, engagé, à hauteur d'homme, volontairement trempé dans le seul « savoir de la chair ». (…) Kobané ? Kurdes contre islamistes ? Une guerre qui, comme à Dantzig autrefois, nous concerne tous. »

    Pendant deux ans, Patrice Franceschi a été sur le terrain, avec les Kurdes de Syrie, se trempant volontairement dans le « savoir de la chair. »

    Chaque chapitre de l'ouvrage débute par une citation stoïcienne, ainsi en a décidé Patrice après que l'un de ses compagnons lui ait fait des remarques sur ses lectures. Il a côtoyé les Peshmerga - le PKK – les « Yapagués" (YPG : Unités de Défense du Peuple) - les "Yapajas" (YPJ : Unités de Défense Féminines) - des "amazones de feu", des guerrières prêtes à tout, même à mourir s'il le fallait et qui gardaient, pour cela, soit une balle pour elles, soit une grenade : plutôt mourir que tomber dans les mains des barbares.

    C'est avec passion que j'ai lu cet ouvrage d'un écrivain qui ne cesse de m' étonner. Son témoignage est bouleversant et effrayant. Je me demande pourquoi j'avais laissé ce petit livre de côté car lorsque je vois le nom de « Patrice Franceschi », je m'empresse de lire ses écrits…. Voilà donc que j'ai rétabli cet oubli (mais rien ne dit qu'il n'en reste pas d'autres : à vérifier).
    Difficile d'en dire plus car c'est un ouvrage à lire d'urgence, si ce n'est déjà fait.

    En guise de conclusion, j'ai choisi les dernières lignes de « Mourir pour Kobané » : « Rien n'est donc joué. Mais une chose est sûre désormais. Ces Kurdes qui partagent nos valeurs, sont les seuls à marcher main dans la main avec les chrétiens, les seuls à protéger les musulmans vivant chez eux, les seuls à respecter les minorités, les seuls à se battre farouchement contre l'islamisme radical. (…) Si nous nous en souvenons assez longtemps, peut-être finirons-nous par les aider comme il se doit. Massivement et courageusement. Pour garder là-bas comme chez nous, à l'exemple des combattants de Kobané, un quart d'heure de souffle de plus que le destin. »

    J'ajoute simplement que cet ouvrage bouleversant est un véritable « Requiem pour les Kurdes oubliés ». Alors, ne les oublions pas.

  • add_box
    Couverture du livre « Première personne du singulier » de Patrice Franceschi aux éditions Points

    Les Jolis Choux Moustachus sur Première personne du singulier de Patrice Franceschi

    Il y a des livres qui vous laissent dans un état second. Des livres qui vous bouleversent. Des livres dont vous ne savez pas trop quoi penser. Des livres qui vous font vous questionner.

    Première personne du singulier est de ceux-là.

    Quatre nouvelles. Quatre histoires. Quatre décisions....
    Voir plus

    Il y a des livres qui vous laissent dans un état second. Des livres qui vous bouleversent. Des livres dont vous ne savez pas trop quoi penser. Des livres qui vous font vous questionner.

    Première personne du singulier est de ceux-là.

    Quatre nouvelles. Quatre histoires. Quatre décisions. Quatre destins.
    Voilà une manière de résumer cet ouvrage dont la lecture, d’une manière ou d’une autre, vous chamboulera.

    Le livre de Patrice Franceschi nous livre quatre récits dans lesquels les personnages sont confrontés à un choix impossible. Celui qu’il paraît impensable de faire tant les conséquences seraient abominables, indélébiles, irréversibles. Et pourtant, chacun va devoir y faire face. Seul. En son âme et conscience.

    Pour ma part, j’ai été traversée par des sentiments vraiment différents pour chacune des nouvelles. Peut-être parce que chaque récit puise dans des « cordes sensibles » différentes, et qu’on est tous plus ou moins sujet à l’émotion dans une circonstance plutôt qu’une autre.

    Je ne dévoilerai évidemment pas les titres des nouvelles qui ont ma préférence, sans quoi votre éventuelle lecture pourrait être faussée héhé