Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Ohkubo Kei

Ohkubo Kei

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis sur cet auteur (2)

  • add_box
    Couverture du livre « Arte T.4 » de Ohkubo Kei aux éditions Komikku

    Les Lectures de Sophie sur Arte T.4 de Ohkubo Kei

    J’ai l’impression de me répéter quand je vous parle du graphisme de cette série. Je l’aime énormément pour la qualité des détails des œuvres d’art, de l’architecture et des vêtements, mais j’ai toujours du mal avec le traitement des visages que je trouve un peu trop caricatural. Heureusement que...
    Voir plus

    J’ai l’impression de me répéter quand je vous parle du graphisme de cette série. Je l’aime énormément pour la qualité des détails des œuvres d’art, de l’architecture et des vêtements, mais j’ai toujours du mal avec le traitement des visages que je trouve un peu trop caricatural. Heureusement que la qualité du reste et de l’intrigue surpasse ce défaut qui en devient de fait presque un détail…
    On est toujours à Florence, en plein cœur de la Renaissance, et on suit à travers les yeux d’Arte l’évolution du monde des arts, et de la société en général, avec son machisme ordinaire… Arte continue à tracer son chemin sans se soucier de ce que pensent les gens qui l’entourent, ce qui lui réussit plutôt bien. Grâce à Véronica, elle a appris l’art de la négociation, et comment avancer dans un monde d’hommes quand on est une femme. Elle a réussi à se faire accepter par la guilde des peintres de Florence. Elle apprend à lire à une jeune couturière pour l’aider à s’extirper de sa pauvre condition.
    Et ici, elle fait la connaissance d’une jeune veuve enceinte, Lusanna, qui est une amie de Léo; et qui se trouve dans une situation qui semble de prime abord désespérée. Mais c’est sans compter sur l’obstination d’Arte.
    J’aime vraiment énormément son caractère, sa volonté quasiment sans faille, et le soupçon de naïveté qui lui permettent d’avancer sans se poser trop de questions. Je craignais que ses sentiments pour Léo en fassent une midinette, mais je suis ravie de voir que ça ne l’empêche nullement de faire des projets et d’avancer. La fin de ce quatrième tome est d’ailleurs la fin d’un arc narratif, et annonce un renouveau intéressant de l’intrigue.

    https://leslecturesdesophieblog.wordpress.com/2018/10/21/arte-tome-4-kei-ohkubo/

  • add_box
    Couverture du livre « Arte T.1 » de Ohkubo Kei aux éditions Komikku

    Raphaëlle Lebarbier sur Arte T.1 de Ohkubo Kei

    L'aristocratie à l'époque de la Renaissance en Italie. Le peuple est pauvre mais l'art connaît un véritable réveil chez les artistes florentins, une apogée !
    C'est au cœur de la Cité au lys rouge que grandit Arte, la jeune fille très dynamique et enthousiaste que l'on va découvrir dans cette...
    Voir plus

    L'aristocratie à l'époque de la Renaissance en Italie. Le peuple est pauvre mais l'art connaît un véritable réveil chez les artistes florentins, une apogée !
    C'est au cœur de la Cité au lys rouge que grandit Arte, la jeune fille très dynamique et enthousiaste que l'on va découvrir dans cette série. Animée par sa passion qu'est le dessin, Arte se rebelle contre sa famille, sa mère surtout, qui lui reproche sa façon de vivre pour l'art et non pour les hommes et la richesse.
    Elle fugue et décide alors de vivre de sa passion. En cherchant un atelier où elle pourrait devenir apprenti, elle se rend compte de l'énorme obstacle devant elle : elle est une femme, et les hommes refusent très catégoriquement de prendre une apprentie à cette époque très sexiste.
    Arte trouve heureusement Léo, un homme bougon mais susceptible de trouver une place à Arte dans sa vie de peintre.

    Arte est un nom loin d'être japonais, les personnages sont tous Italiens, Florentins pour être précise et en cela, le manga est assez rare. La ville de Florence se transforme en théâtre où évolue des personnages agréables à découvrir, très réalistes, comme Léo ou la courtisane. Arte a une forte personnalité et m'a très vite plu.

    Très belle découverte. Je n'accrochais pas au premier abord au synopsis, mais dès que j'ai ouvert ce manga, je me suis sentie invitée à découvrir une partie de l'histoire fascinante du monde. Je pense que le côté féministe du personnage principal n'y est pas pour rien.
    Dans une période telle que la Renaissance, je pensais découvrir la peinture, ce qui ne m'attirait malheureusement pas plus que cela, et une histoire d'amour peut-être. Néanmoins, le mangaka Kei Ohkubo a fait bien plus, il a transformé un combat pour l'égalité homme/femme dans un manga aux graphismes sublimes !
    La documentation nous éclaire tout en nous distrayant avec une ambiance jeune et énergique, et non jeunesse. Je découvre la ville de Florence et j'adore.

Thèmes en lien avec Ohkubo Kei

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !