Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Nicolas Leclerc

Nicolas Leclerc

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis sur cet auteur (6)

  • add_box
    Couverture du livre « Le manteau de neige » de Nicolas Leclerc aux éditions Seuil

    Bernard Viallet sur Le manteau de neige de Nicolas Leclerc

    Dans une ferme isolée du Jura, Etienne, un vieil agriculteur, vit dans un isolement sauvage avec sa femme léthargique qui passe toutes ses journées, immobile sur un fauteuil depuis une vingtaine d’années. Un jour, elle sort sans la moindre raison de cette torpeur et le prend par surprise. Elle...
    Voir plus

    Dans une ferme isolée du Jura, Etienne, un vieil agriculteur, vit dans un isolement sauvage avec sa femme léthargique qui passe toutes ses journées, immobile sur un fauteuil depuis une vingtaine d’années. Un jour, elle sort sans la moindre raison de cette torpeur et le prend par surprise. Elle se lève brusquement de son fauteuil, prend un couteau et tranche la jugulaire de son mari… La jeune Katia est haptophobe. Elle ne supporte aucun contact physique avec quiconque, même avec les membres de sa propre famille. Cette particularité lui vaut quolibets et sarcasmes de ses camarades de collège. Mais un jour, la souffre-douleur se rebiffe. Une grande violence s’empare d’elle et elle agresse une élève qui la persécutait. C’est la petite fille d’Etienne, lequel a fait d’elle son héritière…
    « Le manteau de neige » est un roman d’horreur et de fantastique basé sur toutes sortes de phénomènes paranormaux comme les hantises, les esprits frappeurs, les fantômes et autres revenants. Trois générations de drôles de loustics se succèdent dans ce récit très sombre. La haine, la perversité et le mal sont omniprésents du début à la fin. Les cadavres s’accumulent au fil d’une intrigue assez bien tournée quoi que pas mal controuvée. La clé de l’affaire remontant à la seconde guerre mondiale (avec juifs, résistants et collabos) manque totalement d’originalité. Ce genre d’histoire a déjà été racontée des centaines et peut-être des milliers de fois. Nicolas Leclerc y rajoute une sorte de « fatum », de malédiction de transmission de père en fils de l’instinct et de la jouissance de tueur tortionnaire. L’ensemble laisse une impression assez malsaine. Le lecteur peine à croire que pareils monstres aient pu exister dans la réalité et sévir pendant des dizaines d’années sans jamais se faire prendre ! Trop c’est trop. On patauge dans l’invraisemblable et on finit par ne même plus y croire. Âmes sensibles et cartésiens s’abstenir !

  • add_box
    Couverture du livre « Le manteau de neige » de Nicolas Leclerc aux éditions Seuil

    mavic_lit sur Le manteau de neige de Nicolas Leclerc

    Parfois ne pas lire les résumés a du bon. Allez savoir pourquoi mais je m’étais imaginée une sorte de thriller haletant limite huis clos, de quoi m’enjailler toute seule. Et en fait pas du tout ! Je peux même vous dire que je suis un peu sortie de ma zone de confort et que j’ai complètement...
    Voir plus

    Parfois ne pas lire les résumés a du bon. Allez savoir pourquoi mais je m’étais imaginée une sorte de thriller haletant limite huis clos, de quoi m’enjailler toute seule. Et en fait pas du tout ! Je peux même vous dire que je suis un peu sortie de ma zone de confort et que j’ai complètement adoré ce livre ! C’est d’ailleurs un véritable coup de coeur que j’ai eu pour cette intrigue où il est difficile de s’arrêter une fois commencé.

    Je vous parle aujourd’hui de Le manteau de neige de Nicolas Leclerc paru aux éditions du Seuil.

    Pour moi, ce livre je le qualifie comme un thriller horrifique paranormal. Oui juste ça haha. Si ça peut déconcerter au début (surtout si comme moi vous ne lisez pas les quatrièmes de couverture), je me suis vite laissée prendre au jeu de ce mystère qui entoure Katia, déjà bien éprouvée par sa vie d’ado.

    Ca démarre fort dès le début et ensuite c’est un enchaînement de rebondissements et de frayeur qui vous attend tout du long. Moi qui ai souvent du mal quand le paranormal intervient dans le thriller, j’ai trouvé ici qu’il desservait complètement l’histoire et permettait ainsi d’apporter du sens à ce qui de premier abord n’en possède pas du tout.

    J’aurais pu croire que ça ferait des situations rocambolesques en mode « mais c’est quoi ce bordel ?!! » et en fait pas du tout. Ca s’imbrique assez bien, je n’ai pas eu la sensation que ça tombe comme un cheveu sur la soupe et surtout ça entraîne une atmosphère ô combien pesante au sein de la famille de Katia.

    Ce thriller, il amène un stress permanent. Je n’ai jamais été autant sur le qui-vive à me prendre la tête, à me demander ce qui allait se passer à la page suivante et à ne pas lire la nuit ! Ah la flippette que je suis a été servi niveau ascenseur émotionnelle de la peur et de l’angoisse.

    De plus, les conditions météos ne font que renforcer cette senstion oppressante, le sentiment que quelque chose va arriver et que ce qui va en découler ne sera pas forcément de bon augure. Et ce changement de climat va évoluer tout du long en se calquant à la perfection aux péripéties que vont vivre nos protagonistes.

    D’ailleurs parlons du protagoniste principal, Katia. J’ai adoré ce personnage et son évolution. On apprend dès le début qu’elle est haptophobe (maladie qui empêche tout contact avec les autres) et que sa vie se résumé à peu près à l’enfer sur terre (à peu près hein !). Alors ajoutez à cela ses communications avec le fantôme et vous voilà avec quelqu’un qui ne sait plus très bien qui elle est et si elle est vraiment saine d’esprit.

    Pourtant, on va la voir évoluer, on va la voir prendre des décisions avec des conséquences parfois assez désastreuses et surtout on va la voir reprendre sa vie en mains petit à petit. Parce que pour combattre ses démons intérieurs ne faut-il pas se battre contre soi-même aussi ? J’ai beaucoup aimé l’approche du personnage et de sa maladie et comment elle intervient dans l’intrigue.

    Ca m’a pas mal touchée et j’ai développé une certaine empathie envers elle. Là où elle pourrait agacer à certains moments on finit surtout par comprendre le pourquoi du comment. C’est un véritable coup de coeur pour moi !

    En bref,

    Un coup de coeur ! Grâce aux personnages, grâce à l’intrigue mais surtout grâce à l’écriture fluide et immersive de l’auteur. J’ai eu la sensation d’être plongée dans un film où les rebondissements et les révélations sont placés au bon moment pour continuer d’éveiller la curiosité du lecteur. Curieuse je l’ai été assurément ! Je me suis laissée prendre dans les filets et jusqu’à la fin j’ai gobé chaque mot de chaque page.

    Un livre à mettre dans la plus grande majorité des bibliothèques, et à lire surtout !

  • add_box
    Couverture du livre « Le manteau de neige » de Nicolas Leclerc aux éditions Seuil

    Ju lit les Mots sur Le manteau de neige de Nicolas Leclerc

    Je n’imaginais pas que plonger dans ce livre serait aussi prenant ! Dès le prologue, on glisse entre les pages, pour en ressortir sonné, le cerveau en ébullition, avec le plein d’interrogations….

    Lorsque je l’ai commencé, je pensais lire un énième thriller, qui promettait malgré tout, car la...
    Voir plus

    Je n’imaginais pas que plonger dans ce livre serait aussi prenant ! Dès le prologue, on glisse entre les pages, pour en ressortir sonné, le cerveau en ébullition, avec le plein d’interrogations….

    Lorsque je l’ai commencé, je pensais lire un énième thriller, qui promettait malgré tout, car la quatrième de couverture, ne dévoile que très peu de chose tout en donnant l’envie de le lire. Pourtant, j’ai vite compris que ma lecture serait différente et je dois dire que ce premier roman se démarque par son intrigue avec cet aspect paranormal que j’affectionne particulièrement.

    L’idée que le paranormal puisse égrener les chapitres arrive rapidement, le thriller fantastique a pris le pas sur le thriller traditionnel pour mon plus grand plaisir.

    Nous découvrons aux côtés de Katia, cette ado mal dans sa peau, la révélation de son donc médiumnique, qui se déclenche à un moment clé de l’intrigue. L’enterrement de ce grand-père qu’elle ne connaît pas, poignardé par une grand-mère qui vit dans un état végétatif depuis 30 ans ! 30 ans et un soir, elle se lève et trucide son mari…

    Les causes vont se révéler aussi étranges qu’horribles. Une fois cette mise en bouche faite, les chapitres s’alternent entre réalité et fantasmagorie.

    Les visions de Katia, jalonnent le récit et donnent peu à peu corps à une intrigue dont les crimes passés et présents permettent de reconstruire ce puzzle à la construction narrative qui alterne entre réalité et surnaturel. Les informations qu’elle reçoit de ces fantômes, permettent peu à peu d’élucider les mystères auxquels Katia est confrontée.

    Je me suis immergée complètement dans cette enquête, menée à la fois par Katia au gré de ses visions, mais aussi par sa mère, très septique au départ, puisqu’elle est persuadée que la maladie de sa fille prend de l’ampleur, mais son amour, fera fi de ses préjugés. Au rythme de cette enquête paranormal, on découvre l’amour maternel qui va plonger dans les méandres de l’histoire familial, pour y découvrir l’horreur qui a traversée le temps et l’espace.

    On se plaît à croire que cela peut être plausible, l’auteur y apportant toute la crédibilité d’un bon thriller paranormal, doublé d’une évolution des personnages et de leur relation qui vient enrichir le récit, jusqu’à élucider le mystère…

    Les lieux dans lesquels se déroulent les événements, donnent corps à cette histoire glaciale, avec cette ferme perdue dans une forêt, entourée de neige… Une ambiance qui vient accentuer la tension nerveuse des protagonistes, comme celle du lecteur. Les descriptions sont visuelles, et on se perd dans ces caves et grottes, au moment où, la mère, Laura s’y perd. On ressent sa frustration, son angoisse qui monte crescendo et qui vient nous surprendre et nous oppresser. On vit cette intrigue aux côtés de Katia et de sa mère.

    L’auteur aborde plusieurs sujets, avec talent, en les rendant accessibles avec une construction narrative de très bonne qualité, il ne s’abandonne pas aux clichés liés au surnaturel et garde sa trame directrice tout le long, c’est-à-dire le thriller !

    À travers, ce récit, plusieurs thèmes sont abordés, notamment la psychologie, la schizophrénie, mais aussi l’hypnose et son utilisation dans le milieu psychiatrique avec les bienfaits que cela peut apporter. Le poids des secrets, des non-dits… D’ailleurs, l’auteur n’hésite pas à nous parler des livres qui ont nourris ses recherches et on comprend mieux la maîtrise de son sujet.

    Friande de ce genre, que l’on ne trouve que rarement, j’ai eu du mal à lâcher ma lecture où, malgré la présence du surnaturel, la réalité prend le pas sur l’imagination.

  • add_box
    Couverture du livre « Le manteau de neige » de Nicolas Leclerc aux éditions Seuil

    Les livres de K79 sur Le manteau de neige de Nicolas Leclerc

    Lorsque l’on m’a proposé de découvrir ce premier roman, je ne savais pas du tout dans quoi je me lançais. Attiré par la couverture écarlate magnifique, je ne me suis pas fait prier tant je souhaitais en savoir plus sur ce livre intriguant.

    Comme je ne lis quasiment jamais le résumé des...
    Voir plus

    Lorsque l’on m’a proposé de découvrir ce premier roman, je ne savais pas du tout dans quoi je me lançais. Attiré par la couverture écarlate magnifique, je ne me suis pas fait prier tant je souhaitais en savoir plus sur ce livre intriguant.

    Comme je ne lis quasiment jamais le résumé des livres, je pensais entrer dans un polar se déroulant dans la forêt, mais j’ai très vite compris qu’il en était autrement. Dès les premiers chapitres, en présence de visions et de fantômes, l’histoire tend plutôt vers le thriller fantastique.

    Katia a un don de médium. Le surnaturel joue donc un rôle important dans le récit, les évènements alternent entre réalité et vision. Les crimes d’hier entre en résonance avec ceux d’aujourd’hui. La narration fait des bons dans le passé afin de reconstruire tout le puzzle de l’histoire. Au contact de ses fantômes, l’héroïne récolte des informations et les pièces se mettent en place.

    Grâce à une plume agréable et un rythme soutenu, l’aventure se lit facilement et les pages se tournent toutes seules. Je regrette seulement qu’en utilisant le monde des esprits pour dévoiler la vérité, l’auteur se facilite la tâche. En effet, lorsque les investigations bloquent, les protagonistes font appel à l’au-delà. L’utilisation de paranormal dans l’enquête sert alors de raccourci scénaristique. Ce petit bémol est donc uniquement lié au genre du livre et non à la qualité intrinsèque de celui-ci.

    Mis de côté ce détail (qui ne gêne peut-être que moi !), pour un premier roman, Nicolas Leclerc fait preuve d’une véritable maitrise du sujet. Les péripéties nous gardent éveillé et on ne s’ennuie jamais. Il manque peut-être un peu de profondeur, mais sa plume développe une efficacité certaine qui tient le lecteur en haleine de bout en bout. Simple page-turner, vous ne lâcherez pas ce livre et embarquerez avec délectation dans les sombres secrets de cette famille, où la réalité dépasse l’imagination.

    http://leslivresdek79.com/2020/02/07/524-nicolas-leclerc-le-manteau-de-neige/

Bibliographie de Nicolas Leclerc (1)

Thèmes en lien avec Nicolas Leclerc

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !