Milan Kundera

Milan Kundera

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Vidéos relatives à l'auteur

Articles en lien avec Milan Kundera (5)

Avis sur cet auteur (40)

  • add_box
    Couverture du livre « L'ignorance » de Milan Kundera aux éditions Gallimard

    Lirealaurore sur L'ignorance de Milan Kundera

    Je suis une inconditionnelle de Kundera, donc voilà un de plus que j'ai aimé, adoré...
    En résumé
    De quoi se souvient-on ? Telle est bien la vertigineuse question que pose le plus français des romanciers tchèques dans un roman aux multiples facettes. Un subtil voyage au cœur de la psyché...
    Voir plus

    Je suis une inconditionnelle de Kundera, donc voilà un de plus que j'ai aimé, adoré...
    En résumé
    De quoi se souvient-on ? Telle est bien la vertigineuse question que pose le plus français des romanciers tchèques dans un roman aux multiples facettes. Un subtil voyage au cœur de la psyché humaine.
    Un avis
    "Si quelqu'un pouvait détenir dans sa mémoire tout ce qu'il a vécu, s'il pouvait à n'importe quel moment évoquer n'importe quel fragment de son passé, il n'aurait rien à voir avec les humains : ni ses amours, ni ses amitiés, ni ses colères, ni sa faculté de pardonner ou de se venger ne ressembleraient aux nôtres."
    L'épopée du retour appartient-elle encore à notre époque ? L'Odyssée serait-elle concevable de nos jours ? A quoi se rapporte la notion de patrie ? La brièveté de la vie nous permet-elle de nous attacher à un autre pays ? Comment accorder les mémoires de ceux qui se retrouvent après de longues années d'absence ? Les souvenirs ont-ils un volume temporel mesurable ? Comment cohabiter avec les morts ?
    Autant de questions que se posent Josef et Irena, de retour à Prague pour une courte visite. Il a quitté son pays pour le Danemark parce qu'il ne pouvait supporter de le voir asservi et humilié, elle est partie à Paris parce que la police secrète ne laissait pas son mari en paix. Veufs l'un et l'autre, ils se confrontent au passé, s'interrogent sur l'avenir vers lequel le présent les mène, se rencontrent. Ils orchestrent, à leur manière, la lente cérémonie des adieux définitifs à ce pays d'origine qu'ils aiment entre tous et qu'ils sont prêts à perdre une nouvelle fois, sans regret.
    A travers ce récit où les destins se brassent et s'enchevètrent, où l'Histoire de la Tchécoslovaquie épouse la fiction romanesque, Milan Kundera interroge le concept du Grand Retour au pays d'origine. Tendue par une écriture dénuée d'artifice, L'Ignorance est l'une de ses œuvres les plus abouties.

  • add_box
    Couverture du livre « L'insoutenable légèreté de l'être » de Milan Kundera aux éditions Gallimard

    Maëtte sur L'insoutenable légèreté de l'être de Milan Kundera

    Une des plus belle histoire d'amour que j'ai lue, une des premières aussi, dont la musique continue à m'accompagner. Une lecture inoubliable qui donne follement envie d'aimer.

    Une des plus belle histoire d'amour que j'ai lue, une des premières aussi, dont la musique continue à m'accompagner. Une lecture inoubliable qui donne follement envie d'aimer.

  • add_box
    Couverture du livre « L'insoutenable légèreté de l'être » de Milan Kundera aux éditions Gallimard

    Mumu Dans le Bocage sur L'insoutenable légèreté de l'être de Milan Kundera

    Qui n'a pas entendu parler de ce roman..... Roman oui peut-être mais presque un essai, un pamphlet de l'auteur sur l'amour : celui de Tomas et Tereza, sur l'existence, vus sous différents angles : amoureux, politique, sociétal entre autres.

    Parce qu'aimer c'est renoncer à la force....
    Voir plus

    Qui n'a pas entendu parler de ce roman..... Roman oui peut-être mais presque un essai, un pamphlet de l'auteur sur l'amour : celui de Tomas et Tereza, sur l'existence, vus sous différents angles : amoureux, politique, sociétal entre autres.

    Parce qu'aimer c'est renoncer à la force. (p164)

    Milan Kundera examine, on pourrait dire à la loupe, la relation entre Tomas et Tereza, vue par l'un ou l'autre, leur rencontre, leurs déchirements, la jalousie, l'exode etc... mais aussi à travers Sabina, la maîtresse de Tomas et Franz qui va partager sa vie après qu'elle ait quitté Tomas. Il étudie chaque point de vue, de chaque protagoniste, les dissèque dans les moindres détails. On passe d'une époque à l'autre, on revient en arrière pour mieux comprendre.

    Le roman se divise en sept parties (la dernière "le sourire de Karénine" (leur chien) est particulièrement touchante). Parfois le passage d'une partie à l'autre est un peu difficile, il faute reprendre la chronologie, se remémorer les faits, les replacer dans le contexte. Certains faits ou personnages (comme le fils de Tomas qu'il a refusé de voir) apparaisse brutalement....

    Des profils très différents : Tomas, homme à femmes mais qui ne peut vivre sans Tereza, qui s'accroche à lui comme à une bouée de survie, qui s'endort en ne le lâchant pas, jalouse nocturne des femmes que voit Tomas, qui sent l'odeur du sexe sur lui. Sabina, elle, est la femme libre, qui veut que sa vie soit légère, artiste elle ne s'attache pas. Franz lui a quitté femme et fille pour vivre avec Sabina et partira après leur rupture sur la frontière cambodgienne se confronter aux affres de la guerre et à la manipulation des images par les médias.

    Crois-moi un seul livre interdit dans ton ancien pays signifie infiniment plus que les milliards de mots que crachent nos universités. (p151)

    Mais bien au-delà de l'amour, Kundera examine l'attachement à son pays, l'invasion par l'étranger, l'exil et les renoncements nécessaires afin de donner à l'humain son équilibre, sa légèreté, son bonheur. Faut-il combattre, faut-il partir, faut-il accepter quand l'envahisseur impose sa dictature. 

    L'écriture et le style m'ont plu mais c'est cela relève presque de la philosophie de la vie, des valeurs humaines, de l'attitude de l'humain face à des exactions, 

    Est-on innocent parce qu'on ne sait pas ? un imbécile assis sur le trône est-il déchargé de toute responsabilité du seul fait que c'est un imbécile ? (p255)

    le rapport à la religion, à la croyance et à ses incohérences.

    La merde est un problème théologique plus ardu que le mal. Dieu a donné la liberté à l'homme et on peut donc admettre qu'il n'est pas responsable des crimes de l'humanité. Mais la responsabilité de la merde incombe entièrement à celui qui a créée l'homme, et à lui seul. (p352)

    Véritable constat sur l'humanité, sur ses dérives, qui ne peut laisser indifférent, une lecture qui porte à réfléchir sur notre propre vie, sur notre propre attitude, qui m'a permis également de faire une introspection dans ma propre vie, sur les événements qui se répètent, sans que peu de chose change, malheureusement toujours d'actualité. C'est le genre de livre que l'on peut lire à n'importe quelle époque, on trouvera toujours à puiser.

  • add_box
    Couverture du livre « L'insoutenable légèreté de l'être » de Milan Kundera aux éditions Gallimard

    Sophie Wag sur L'insoutenable légèreté de l'être de Milan Kundera

    Amour, jalousie, séduction, espionnage, étrangeté, surveillance, malaise. Kundera et son écriture fluide pour un roman dérangeant;

    Amour, jalousie, séduction, espionnage, étrangeté, surveillance, malaise. Kundera et son écriture fluide pour un roman dérangeant;