Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Marcel Proust

Marcel Proust

1871-1922 - Fils d'un médecin réputé, Marcel Proust naît à Paris dans une famille fortunée qui lui assure ue vie facile et lui permet de fréquenter les salons mondains. Après des études au lycée Condorcet, il devance l'appel sous les drapeaux. Rendu à la vie civile, il suit à l'Ecole des Sciences...

Voir plus

1871-1922 - Fils d'un médecin réputé, Marcel Proust naît à Paris dans une famille fortunée qui lui assure ue vie facile et lui permet de fréquenter les salons mondains. Après des études au lycée Condorcet, il devance l'appel sous les drapeaux. Rendu à la vie civile, il suit à l'Ecole des Sciences politiques les cours d'Albert Sorel et de Leroy-Beaulieu; à la Sorbonne ceux de Begson dont l'influence sur son oeuvre sera majeure. Vers 1900, il part à Venise et se consacre à des questions d'esthétique. Il publie une traduction du critique d'art anglais Ruskin (1904) dont les conceptions le marqueront. Après la mort de ses parents, sa santé se détériore. Il vit en reclus et s'épuise au travail. En 1919, il reçoit le prix Goncourt pour "A l'ombre des jeunes filles en fleurs". Trois ans plus tard, une bronchite l'emporte.

Articles en lien avec Marcel Proust (5)

  • Bernard de Fallois : de Proust à Columbo, la mort d’un grand éditeur
    Bernard de Fallois : de Proust à Columbo, la mort d’un grand éditeur

    Un découvreur de talents, aux méthodes insolites

  • Le livre qui a changé votre vie : le palmarès des 20 livres les plus cités
    Le livre qui a changé votre vie : le palmarès des 20 livres les plus cités

    Pour célébrer ses 20 ans, France 5 a lancé un sondage en ligne demandant "quel est le livre qui a changé votre vie ?".A cette question, plus de 6000 internautes ont répondu. Le palmarès a été révélé le 11 décembre 2014 par François Busnel lors de son émission littéraire "La Grande Librairie".

  • La madeleine et le savant
    Proust au service secret de l’esprit

    Chose rare pour un ouvrage scientifique accessible, André Didierjean n’utilise jamais le mot de « vulgarisation » dans « La Madeleine et le Savant ». Le professeur de l’université de Franche-Comté entend faire découvrir aux non-initiés les subtilités de la psychologie cognitive, mais sans jamais travestir la science pure, dont il rapporte ici les expériences et découvertes récentes. Quand d’autres montent sur les épaules de Darwin, André Didierjean rappelle qu’un scientifique peut être également fin lecteur, en faisant le « pari du plaisir proustien ».

  • Interview d'Emmanuel Grand à propos de son thriller Terminus Belz
    Interview d'Emmanuel Grand à propos de son thriller Terminus Belz

    Après la rencontre qui s'est déroulée au café littéraire d'Orange le 07 octobre 2014, Emmanuel Grand nous a accordé une interview. Entretien avec un auteur dont Terminus Belz est le premier roman.

Avis sur cet auteur (85)

  • add_box
    Couverture du livre « À l'ombre des jeunes filles en fleurs » de Marcel Proust aux éditions Lgf

    Chantal YVENOU sur À l'ombre des jeunes filles en fleurs de Marcel Proust

    Dans ce deuxième opus de La recherche, Marcel est un ado avide de relations avec des jeunes filles. Il est plus amoureux de l’amour que des jeunes personnes en question, à un tel point que quelque soit la demoiselle entrevue, elle devient l’objet exclusif d’un désir envahissant et incontrôlable....
    Voir plus

    Dans ce deuxième opus de La recherche, Marcel est un ado avide de relations avec des jeunes filles. Il est plus amoureux de l’amour que des jeunes personnes en question, à un tel point que quelque soit la demoiselle entrevue, elle devient l’objet exclusif d’un désir envahissant et incontrôlable. Gilberte Swan, la fille de Swann et d’Odette de Crécy est la première à ouvrir le bal. Malgré sa conduite peu amène envers le jeune homme qui est un peu collant dans son insistance à croiser son chemin et à manigancer pour se retrouver en tête à tête avec l’élue de son coeur, Marcel persiste et signe. Et cette passion l’entraîne dans des stratagèmes complexes, y compris fréquenter plus que la convenance ne l’exige les parents de Gilberte. D’autant que ceux-ci connaissent l’écrivain à succès Bergotte, bénéfice secondaire non négligeable pour un aspirant écrivain. Au cours de cette première partie, Marcel assise pour la première fois à une pièce théâtre dans laquelle joue la Berma. Et Proust décrit à merveille le désarroi de Marcel, qui voudrait à l’unisson de ceux qui sont sensé connaître les codes, admirer ce qui ne lui inspire que peu d’émoi. Comment sait-on que ce que l’on voit est admirable ? Quel sont les critères pour décider de la valeur d’une artiste ?

    Peu à peu Marcel se désintéresse de Gilberte et le départ vers Balbec signera la fin de cet amour.

    Mais Balbec sera le lieu d’autres passions : l’amitié de Saint-loup, les échanges avec le peintre célèbre Elstir, puis la rencontre d’Albertine.

    Marcel observe, avec avec finesse, le comportement de ses contemporains afin d’en comprendre les règles qu’il ne manque pas de s’approprier, tout en étant conscient de son inexpérience.

    Proust analyse avec une grande acuité le comportement de son narrateur, qui trouve dans la es situations les plus banales l’occasion de décortiquer les processus psychiques en cause.

    Même si cela reste une lecture complexe, du fait du style, de ces longues phrases à tiroir, il n’en reste pas moins que la lecture est passionnante.

  • add_box
    Couverture du livre « Du côté de Chez Swann » de Marcel Proust aux éditions Pocket

    Pierre-Antoine sur Du côté de Chez Swann de Marcel Proust

    Le premier pas, si simple en apparence, vers une œuvre magistrale où chaque personnage acquiert le statut de héros, où le lecteur est emmené plus loin qu’au-delà du miroir, puisqu’il devient tour à tour narrateur, sa grand-mère, son amour de jeunesse et tous les autres....

    Le premier pas, si simple en apparence, vers une œuvre magistrale où chaque personnage acquiert le statut de héros, où le lecteur est emmené plus loin qu’au-delà du miroir, puisqu’il devient tour à tour narrateur, sa grand-mère, son amour de jeunesse et tous les autres....

  • add_box
    Couverture du livre « À la recherche du temps perdu t.1 » de Marcel Proust aux éditions Gallimard

    Michel Giraud sur À la recherche du temps perdu t.1 de Marcel Proust

    Dans une première partie, le narrateur revit son enfance : l'heure angoissée du coucher, dans la chambre que lui réservaient ses grands-parents dans leur demeure de Combray ; la découverte des sens (les odeurs, les couleurs...) et des premiers émois des amours d'enfance, au cours de balades...
    Voir plus

    Dans une première partie, le narrateur revit son enfance : l'heure angoissée du coucher, dans la chambre que lui réservaient ses grands-parents dans leur demeure de Combray ; la découverte des sens (les odeurs, les couleurs...) et des premiers émois des amours d'enfance, au cours de balades autour du village ; la vie bourgeoisie provinciale avide de reconnaissance et intolérante...
    La seconde partie, bien plus courte, est centrée sur M. Swann, déjà rencontré dans la première partie, mais présenté ici dans sa vie mondaine parisienne, dans une bourgeoisie bien-pensante mais qui jouit de s'encanailler par procuration...

    Au risque de paraître iconoclaste, je confesserai que la lecture de ce premier tome m'a ennuyé. Je vais tenter de vous expliquer pourquoi, mais je sais que ce n'est pas gagné...
    D'abord, l'écriture est datée. Certes, cela complique la lecture, mais n'est normalement pas rédhibitoire. Sauf que comparée aux textes des presque contemporains que sont Hugo, Balzac ou Zola, l'écriture de Proust me paraît aujourd'hui tellement... ringarde ?
    Ensuite, on a le droit d'avoir une écriture contemplative, et même auto-contemplative ; mais pour passer quel message ? J'avoue que je cherche encore...
    Enfin, sauter des coqs à l'âne d'une première partie (des angoisses du coucher à la santé de la vieille tante, de la servilité des domestiques aux balades campagnardes, des amitiés de façade aux premiers amours d'enfance, etc.), à la vie mondaine de Swann dans une seconde, où est la cohérence ?
    Oui, je sais. Ceux qui aiment vont me dire que pour apprécier il faut aller au bout des 7 tomes. Encore faut-il en avoir l'envie... Et, pour moi, ce premier tome ne la donne pas, ou ne la donne plus... Trop daté, trop décalé ? Mais je vais persévérer, au moins jusqu'au tome 2 !

    Chronique illustrée : http://michelgiraud.fr/2020/09/26/a-la-recherche-du-temps-perdu-tome-1du-cote-de-chez-swann-marcel-proust-bibebook/

  • add_box
    Couverture du livre « À la recherche du temps perdu » de Marcel Proust aux éditions Gallimard

    Isabelle DEBUCHY sur À la recherche du temps perdu de Marcel Proust

    C'est ma lecture obsessionnelle du moment. Même si je n'en suis qu'au deuxième tome d' A l'ombre des jeunes filles en fleurs, je n'imagine pas un seul instant ne pas aller jusqu'au bout. Les portraits sont d'une véracité et d'une actualité saisissante !

    C'est ma lecture obsessionnelle du moment. Même si je n'en suis qu'au deuxième tome d' A l'ombre des jeunes filles en fleurs, je n'imagine pas un seul instant ne pas aller jusqu'au bout. Les portraits sont d'une véracité et d'une actualité saisissante !