Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Laurent Mauvignier

Laurent Mauvignier
Laurent Mauvignier est né en 1967.

Articles en lien avec Laurent Mauvignier (4)

  • Les Correspondances, Manosque 2016 : Suprême régal pour lecteurs
    Les Correspondances, Manosque 2016 : Suprême régal pour lecteurs

    Merci à Jean-Paul pour ses impressions, ses rencontres, ses Correspondances

  • Jack London nu, Despentes "non écrivain", Finkielkraut "non philosophe"
    Jack London nu, Despentes "non écrivain", Finkielkraut "non philosophe"

    La revue de presse livres vous dit tout ce qu’il faut savoir — et emporter — avant l’été !

  • Tendance : La catastrophe naturelle inspire les romanciers français
    Tendance : La catastrophe naturelle inspire les romanciers français

    Ouragans, tsunamis, inondations, éruptions : les éléments déchaînés inspirent les auteurs français. Sans remonter jusqu’aux grands classiques (« L’Inondation », nouvelle de Zola ou « La Peste » de Camus), chaque rentrée littéraire, ou presque, livre « son roman de catastrophe ». 

  • Des hommes de Laurent Mauvignier

    A travers l’histoire de Bernard, un sdf alcoolique et sexagénaire, Laurent Mauvignier s’empare du sujet de la guerre d’Algérie, rarement traitée par les écrivains contemporains. Ils étaient simples appelés pendant la guerre d’Algérie. Ils ont vu, sont revenus et se sont tus. Quarante ans de silence ont coulé sur la vie des héros de Laurent Mauvignier.

Avis sur cet auteur (103)

  • add_box
    Couverture du livre « Histoires de la nuit » de Laurent Mauvignier aux éditions Minuit

    Catherine Rechenmann Arrieutort sur Histoires de la nuit de Laurent Mauvignier

    Que dire de ce livre à l’écriture singulière ? De très beaux passages carrément envoûtants alternent avec ce qu’on pourrait appeler du remplissage à l’écriture asphyxiante ... un va et vient incessant entre la réalité et les souhaits , désirs envisagés par les protagonistes L’écriture est...
    Voir plus

    Que dire de ce livre à l’écriture singulière ? De très beaux passages carrément envoûtants alternent avec ce qu’on pourrait appeler du remplissage à l’écriture asphyxiante ... un va et vient incessant entre la réalité et les souhaits , désirs envisagés par les protagonistes L’écriture est rythmée par l‘alternance du souffle et de l’asphyxie ! De la même façon que trop d’infos tuent l’info , trop de mots tuent le mot ! Une écriture vernaculaire et compliquée à l’envi enlevant tout rythme à cette histoire finalement simple et triste
    Pourtant il y avait matière dans ce curieuse récit...

  • add_box
    Couverture du livre « Histoires de la nuit » de Laurent Mauvignier aux éditions Minuit

    Domi Mots sur Histoires de la nuit de Laurent Mauvignier

    Résumé de l’éditeur
    Il ne reste presque plus rien à La Bassée : un bourg et quelques hameaux, dont celui qu’occupent Bergogne, sa femme Marion et leur fille Ida, ainsi qu’une voisine, Christine, une artiste installée ici depuis des années.
    On s’active, on se prépare pour l’anniversaire de...
    Voir plus

    Résumé de l’éditeur
    Il ne reste presque plus rien à La Bassée : un bourg et quelques hameaux, dont celui qu’occupent Bergogne, sa femme Marion et leur fille Ida, ainsi qu’une voisine, Christine, une artiste installée ici depuis des années.
    On s’active, on se prépare pour l’anniversaire de Marion, dont on va fêter les quarante ans. Mais alors que la fête se profile, des inconnus rôdent autour du hameau.

    Ce que j’en pense
    J’ai commencé « Histoires de la nuit » en me disant qu’il s’agissait sans doute d’un huit-clos rural. Genre très couru en ce moment, mais que j’apprécie toujours.

    Démarrage de la lecture : la première phrase s’échelonne sur une page. Je m’y perds, reprends au début pour comprendre bien le sens. Je sens que la lecture va être fastidieuse.
    Surtout pour moi, qui aime les phrases courtes, précises, ciselées.

    Et puis, au fur et à mesure, l’auteur m’embarque dans son récit. Phrases longues, voire très longues, je n’y fais plus attention et m’identifie tour à tour aux personnages. Je m’interroge sur les non-dits, suis mal à l’aise face à certaines situations et pourtant je piaffe d’impatience pour savoir il nous emmène, ce drôle d’auteur…

    Je suis bluffée par son talent, par ce récit haletant, par cette écriture en parfaite harmonie avec l’histoire.
    Les portraits sont magnifiques, ils paraissent à peine esquissés et pourtant, ils sont présents devant nos yeux comme des tableaux.
    « Elle observe la fillette aux coudes écartés sur la table, bien posés sur la toile cirée aux vieux motifs de fleurs des champs lacérés par les coups de couteau et blanchis par les trainées d’éponge et de poudre à récurer, les mains relevées près du visage, le buste penché si près de la table et de la feuille sur laquelle elle va dessiner, ses bras chétifs et ses longs doigts fins, sa tête si fine, ses yeux très noirs et brillants, vifs, intelligents et presque querelleurs. »

    Un huit clos rural, en effet, comme bien d’autres. Une intrigue banale, très banale même…
    Pourtant, le rythme, la tension, la présence effective des différents protagonistes, la pression d’en finir – comme les personnages – sont là.
    En refermant les 635 pages ( eh oui… ) le récit reste présent dans ma tête, comme un moment magique, entre parenthèses.

    Oui, un roman bluffant, comme peut l’être un peintre avec une nature morte, à priori très ordinaire et qui captive le spectateur, incapable de s’en détacher, incapable de comprendre pourquoi cette toile le fascine autant.

    Laurent Mauvigner représente pour moi, ce que doit être un auteur. Quelqu’un capable de faire vivre son histoire, ses personnages, par le biais d’une écriture qui scande le récit.
    Une véritable symbiose entre l’écrivain et son lecteur.
    Un alchimiste du verbe et du récit, un véritable conteur.
    Un très grand cru !

  • add_box
    Couverture du livre « Histoires de la nuit » de Laurent Mauvignier aux éditions Minuit

    Marie-Laure VANIER sur Histoires de la nuit de Laurent Mauvignier

    « Histoires de la nuit » m'a fait l'effet d'avoir un chewing-gum accroché à mon talon par une chaude journée d'été : vous savez, le truc énervant qui colle, s'étire, se distend, s'allonge en se divisant en une multitude de fils à chaque pas, vous empêchant littéralement d'avancer.
    Je dois vous...
    Voir plus

    « Histoires de la nuit » m'a fait l'effet d'avoir un chewing-gum accroché à mon talon par une chaude journée d'été : vous savez, le truc énervant qui colle, s'étire, se distend, s'allonge en se divisant en une multitude de fils à chaque pas, vous empêchant littéralement d'avancer.
    Je dois vous avouer que, dans un premier temps, la lecture de l'horrible première phrase m'a immédiatement fait refermer le roman. A la fois longue et lourde, bancale et maladroite, s'efforçant de mimer vaguement la forme du Nouveau Roman, cette grotesque et aberrante première phrase ne laissait rien présager de bon. En plus, elle n'avait rien à voir avec le style de Mauvignier. Rien. Elle en était même l'opposé.
    J'avais donc abandonné. Et j'étais furieuse.
    Pourtant, j'aime Mauvignier. Et je l'attendais, ce roman.
    Et puis, certains m'ont dit : « Poursuis ! A la deux-centième page, tu verras, c'est mieux ! »
    Je suis allée jusqu'au bout de ce pavé et franchement, je ne comprends toujours pas ce qui lui a pris à Mauvignier d'étirer dans tous les sens cette histoire, le moindre détail donnant lieu à des développements sans fin, des explications vaines, des répétitions inutiles, des précisions superflues pour arriver à ce gros bloc balourd, boursouflé et ridicule. Quelle patience il m'a fallu pour traverser toutes ces pages à la fois inélégantes et artificielles dans leur forme et tellement redondantes dans le fond. Était-ce pour que le lecteur éprouve viscéralement l'ennui profond qui règne dans ce hameau ou bien l'auteur a-t-il voulu rendre palpable l'âme torturée des protagonistes ?
    Le résultat : l'impression d'un texte incompréhensiblement hypertrophié et verbeux qui aurait pu être vraiment très bon si Mauvignier avait eu l'idée géniale d'écrire avec son propre style. D'ailleurs, la fin est nettement meilleure que le début. On dit que le naturel revient au galop…
    C'est raté et c'est vraiment dommage !

    LIRE AU LIT le blog

  • add_box
    Couverture du livre « Continuer » de Laurent Mauvignier aux éditions Minuit

    Anne-Marie Lemoigne sur Continuer de Laurent Mauvignier

    Un roman magnifique, puissant, poignant , qui vous enlève dès les premières pages, vous emmène au galop dans les grands espaces du Kirghisistan et ne vous lâche plus .

    Conjuguant l'aventure intérieure et l'équipée à cheval avec ses nombreuses péripéties , il évoque le parcours initiatique...
    Voir plus

    Un roman magnifique, puissant, poignant , qui vous enlève dès les premières pages, vous emmène au galop dans les grands espaces du Kirghisistan et ne vous lâche plus .

    Conjuguant l'aventure intérieure et l'équipée à cheval avec ses nombreuses péripéties , il évoque le parcours initiatique de deux êtres broyés à la recherche d'une relation plus apaisée .
    Mauvigner traduit avec justesse et sensibilité le malaise de l'adolescence, mais aussi les tourments d'une mère hantée par les fantômes du passé à propos desquels il distille des informations tout au long du récit. Il leur faudra se perdre pour pouvoir se retrouver
    S'il plonge le lecteur au plus profond des souffrances de ses deux personnages, il l' ouvre en même temps à la connaissance du peuple kirghise, semi-nomade et hospitalier

    Son écriture rythmée, énergique, pleine d'élan, aux phrases souvent longues et syncopées est de celle qui immerge le lecteur et le tient en apnée jusqu'à la dernière ligne .