Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Laure Adler

Laure Adler
Historienne, journaliste, ancien conseiller culturel de François Mitterrand, Laure Adlera animé « Le Cercle de minuit » sur France 2. Elle est aussi l'auteur de documents,dont La Vie quotidienne dans les maisons closes (Hachette, 1990), Les Femmespolitiques (Seuil, 1993) et dernièrement, Les femm... Voir plus
Historienne, journaliste, ancien conseiller culturel de François Mitterrand, Laure Adlera animé « Le Cercle de minuit » sur France 2. Elle est aussi l'auteur de documents,dont La Vie quotidienne dans les maisons closes (Hachette, 1990), Les Femmespolitiques (Seuil, 1993) et dernièrement, Les femmes qui aiment sont dangereuses,chez Flammarion.

Vidéos relatives à l'auteur

  • Parole de libraire spécial beaux livres

    Objet esthétique, thématique pointue, le beau livre retient toujours l'attention et notamment lors de périodes de fêtes, propice à un cadeau de qualité. Aussi, en cette fin d'année, nous avons demandé à Karine Henry, libraire...

Articles en lien avec Laure Adler (1)

Avis sur cet auteur (18)

  • add_box
    Couverture du livre « La voyageuse de nuit » de Laure Adler aux éditions Grasset Et Fasquelle

    Eve Yeshé sur La voyageuse de nuit de Laure Adler

    Dans cet essai, l’auteure nous invite à réfléchir sur la vieillesse, sa définition, ce que cela représente selon qu’on est un homme ou une femme, pauvre ou riche…

    Puis, on passe à la notion du « sentiment de l’âge », notion introduite avec cette citation de Elias Canetti dans Le livre contre...
    Voir plus

    Dans cet essai, l’auteure nous invite à réfléchir sur la vieillesse, sa définition, ce que cela représente selon qu’on est un homme ou une femme, pauvre ou riche…

    Puis, on passe à la notion du « sentiment de l’âge », notion introduite avec cette citation de Elias Canetti dans Le livre contre la mort :

    « Depuis quand es-tu vieux ? Depuis demain. »

    J’ai aimé surtout dans cet essai, les auteures cités par Laure Adler : Simone de Beauvoir, Marguerite Duras, Nathalie Sarraute, Annie Ernaux mais aussi des hommes Marcel Proust, Victor Hugo, Emmanuel Todd, ou encore des artistes : Hokusai, Sviatoslav Richter, Soulages entre autres.

    J’ai apprécié la comparaison entre Chateaubriand qui a décidé qu’il était devenu vieux à trente ans alors que Stéphane Hessel s’indignait encore à quatre-vingt-treize ans… ou les références à Philip Roth, la réflexion sur la difficulté à affronter le déclin de nos parents qui deviennent parfois nos enfants, quand la sénilité tente d’occuper la place.

    Devenir la mère de sa mère jusqu’à l’épuisement ; réaliser la mort de celle qui vous a enfanté permet de se déprendre de soi.

    Laure Adler a des mots durs parfois lorsqu’elle compare le prestige des temps grises des hommes qui épousent des jeunettes alors que les femmes à l’inverse sont des cougars qui « s’accrochent » ou ne veulent pas « raccrocher » et que dire de la sexualité ou de l’ombre d’Alzheimer, on a l’impression d’être à la limite des gros mots, là…

    Ensuite, passons à la phase EHPAD… Sujet sensible, parce que j’ai dû me résoudre à y placer ma mère qui a 95 ans et que l’on a gardé chez elle jusqu’à 93 avec les auxiliaires de vie très dévouées, mais c’était devenu trop compliqué avec une chute tous les 2 mois, qui se terminait au CHU. C’est une décision terrible à prendre tant on se sent coupable de ne plus pouvoir assumer, d’y laisser sa propre peau…

    J’ai fini ma lecture « en travers » comme disait une de mes profs de français car j’ai le même âge que Laure Adler, je suis plutôt d’accord avec elle, mais je suis restée sur ma faim (ma fin ?) car si le voyage avec des penseurs que j’aime m’a plu, je trouve qu’elle ne propose pas grand-chose. Et je dois le reconnaître, sa manière de jouer les « Madame Je-sais-tout donneuse de leçon, m’insupporte, chaque fois que je la vois à l’écran, je zappe ce qui n’a pas facilité ma lecture.

    Un grand merci à NetGalley et aux éditions Grasset qui m’ont permis de découvrir cet essai ainsi que la plume de son auteure car Laure Adler m’a donné envie de me plonger ou replonger dans les livres de Nathalie Sarraute et Simone de Beauvoir entre autres.

    #Lavoyageusedenuit #NetGalleyFrance

    https://leslivresdeve.wordpress.com/2021/02/22/la-voyageuse-de-nuit-de-laure-adler/

  • add_box
    Couverture du livre « La voyageuse de nuit » de Laure Adler aux éditions Grasset Et Fasquelle

    fflo sur La voyageuse de nuit de Laure Adler

    Un texte qui redonne du punch à tous ceux qui dans leur tête n'ont pas pris une ride!
    Dans cet essai très intéressant Laure Adler pousse un véritable coup de gueule sur la manière dont notre société considère la vieillesse. A 70 ans elle ne s'estime pas vieille et revendique le droit d’être...
    Voir plus

    Un texte qui redonne du punch à tous ceux qui dans leur tête n'ont pas pris une ride!
    Dans cet essai très intéressant Laure Adler pousse un véritable coup de gueule sur la manière dont notre société considère la vieillesse. A 70 ans elle ne s'estime pas vieille et revendique le droit d’être encore utile à ladite société.
    Ce sont des bribes de pensées, apparemment sans plan, une réflexion sur l'état de la vieillesse en France que Laure Adler nous livre dans ce texte un peu décousu mais d'une grande érudition. Pour appuyer ses dires elle se réfère à de nombreuses citations littéraires ou philosophiques donnant la parole à Simone de Beauvoir, Marcel Proust, Annie Ernaud, Edgar Morin ou encore Jacques Derrida.
    Ses critiques du jeunisme ambiant sont indiscutables. Le prolongement de la vie en bonne forme, le très grand âge, la dérive des EPHAD, la marchandisation des seniors sont quelques-uns des thèmes abordés. Ce texte s'adresse à tout le monde, tout jeune étant un vieux en devenir.
    Bien que de son âge je ne suis pas toujours d'accord avec ce que Laure Adler a écrit. Je pense qu'il faut bien céder la place aux jeunes et ne pas trop opposer les générations. Je ne suis pas certaine non plus qu’autrefois les vieux étaient bien traités.
    https://ffloladilettante.wordpress.com/2020/11/17/la-voyageuse-de-nuit-de-laure-adler/

  • add_box
    Couverture du livre « La voyageuse de nuit » de Laure Adler aux éditions Grasset Et Fasquelle

    Matatoune sur La voyageuse de nuit de Laure Adler

    Sa culture et sa vision du monde permettent à Laure Adler dans son nouvel essai « La voyageuse de nuit » de parler de la vieillesse. A l’aide de références littéraires et historiques, elle dresse un savoir-vivre de ce que devrait être la vieillesse dans notre monde moderne.
    Plutôt punkette que...
    Voir plus

    Sa culture et sa vision du monde permettent à Laure Adler dans son nouvel essai « La voyageuse de nuit » de parler de la vieillesse. A l’aide de références littéraires et historiques, elle dresse un savoir-vivre de ce que devrait être la vieillesse dans notre monde moderne.
    Plutôt punkette que mondaine, âgée de soixante-dix ans, Laure Adler réfléchit à travers « La voyageuse de nuit » sur ce que le terme de vieux /vieille recouvre dans notre Europe, elle aussi bien âgée, qui préfère reléguer plutôt qu’intégrer (mais ce n’est pas le seul groupe social qui subit ça).
    Dans « La voyageuse de nuit », Laure Adler décrit comment la vieille fait plus peur que le vieux. Depuis la nuit des temps, elle est accusée de donner la maladie avec sa ménopause. De plus, lorsqu’elle n’est pas sous l’autorité d’un mari ou d’un frère, elle est souvent associée à la folie ou la sorcellerie. Encore en Inde, actuellement, une veuve est déclarée responsable de la mort de son mari. Elle est répudiée dans une grande misère en dehors de son village.
    La suite ici
    https://vagabondageautourdesoi.com/2020/09/23/laure-adler-la-voyageuse-de-nuit/

  • add_box
    Couverture du livre « La voyageuse de nuit » de Laure Adler aux éditions Grasset Et Fasquelle

    Chantal YVENOU sur La voyageuse de nuit de Laure Adler

    "Ce texte s'adresse aussi aux jeunes, à tous ces futurs vieux qui ont fait déjà en eux, souvent sans s'en apercevoir, une place ce à ce qu'ils seront plus tard."



    C’est un singulier voyage, pour lequel tout être humain est censé préparer ses bagages, pourvu que Dieu ou ses avatars lui...
    Voir plus

    "Ce texte s'adresse aussi aux jeunes, à tous ces futurs vieux qui ont fait déjà en eux, souvent sans s'en apercevoir, une place ce à ce qu'ils seront plus tard."



    C’est un singulier voyage, pour lequel tout être humain est censé préparer ses bagages, pourvu que Dieu ou ses avatars lui prêtent vie assez longtemps. Lorsque l’étape est trop lointaine pour s’en soucier, il est fort probable que le voyageur s’y prenne cependant au dernier moment, alors que la destination se sera insidieusement infiltrée dans les articulations et la mémoire…


    Vieillir… N’est-on pas toujours, dès l’école primaire, le vieux de quelqu’un? Alors relativisons !

    C’est avant tout dans la tête, avec un curieux décalage entre ce que nous laisse croire notre organe pensant, qui se ressent le même que lorsque nous avions quinze ans et ces signes extérieurs qui nous trahissent aux yeux de ceux qui se réveillent encore chaque matin en n’ayant mal nul part. Faut-il pour autant bannir les miroirs et ignorer le regard des autres, qui pensant nous faire plaisir nous font remarquer que nous ne « faisons pas notre âge?

    Exemples et contre-exemples, l’âge mûr a ses caractéristiques individuelles et chacun le vivra avec ses antécédents et plus ou moins de chance.

    Je souscris aux remarques pertinentes de l’auteur, avec une petite objection : n’opposons pas l’âge d’or de la jeunesse, elle n’est pas rose pour tout le monde, au naufrage de la vieillesse, qui n’est pas non plus toujours un parcours d’obstacles.

    L’ouvrage n’atteindra sans doute pas ceux qui ne sont pas (encore) concernés, à ceci près que le plaidoyer pour le vivre ensemble et la prohibition des ghettos qui sont autant d’antichambres de la mort dépend du bon vouloir des générations qui nous suivent.