Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Jorge Luis Borges

Jorge Luis Borges
1899-1986 - C'est dans le centre de Buenos Aires que Jorge L. Borgès voit le jour. Il passe son enfance à Palermo: "Il est vrai que j'ai grandi dans un jardin, derrière une grille à pointes, et dans une bibliothèque aux illimités livres anglais". Son père, professeur à l'Institut des Langues Viva... Voir plus
1899-1986 - C'est dans le centre de Buenos Aires que Jorge L. Borgès voit le jour. Il passe son enfance à Palermo: "Il est vrai que j'ai grandi dans un jardin, derrière une grille à pointes, et dans une bibliothèque aux illimités livres anglais". Son père, professeur à l'Institut des Langues Vivantes, lui donne le goût de la littérature.En 1914, la famille s'embarque pour l'Europe et se réfugie à Genève pendant la première guerre. Là, le futur écrivain, encore adolescent, apprend le français.Les premiers poèmes et contes sont publiés dans des revues, en Argentine. En 1944, paraît le recueil "Fictions" et son auteur obtient le Prix d'Honneur de la Sade. Dès lors reconnu, il ne cessera plus de créer. Mais à partir de 1956, les ophtalmologues lui interdisent d'écrire et de lire: il dictera désormais ses textes à des collaborateurs copistes.Le plus fidèle d'entre eux est certainement Adolfo Bioy Casares ("L'invention de Morel", 1940). Le travail va réunir ces deux hommes différents et ils publieront souvent sous un pseudonyme commun comme pour mieux marquer l'osmose qui s'est accomplie entre eux.

Articles en lien avec Jorge Luis Borges (3)

  • Interview de Guillaume Klossa à propos d'Une jeunesse européenne
    Interview de Guillaume Klossa à propos d'Une jeunesse européenne

    Dans Une jeunesse européenne (Grasset), Guillaume Klossa raconte, à l’échelle d’un homme de 41 ans, les trente années parcourues sur le continent européen, qui l’ont conduit à créer le thinkTank EuropaNova. Aux confins de l’entreprise, du journalisme et de la politique, cet ancien conseiller de Jean-Pierre Jouyet et de Nicole Notat, ancien éditorialiste dans le journal Métro, est aujourd’hui l’un des dirigeants de McDonald’s France.

  • Portrait d'Oliverio Coelho, l’Argentine à conte d’auteur
    Portrait d'Oliverio Coelho, l’Argentine à conte d’auteur

    Parmi la délégation d’une trentaine d’auteurs argentins invités à l’occasion du Salon du livre, certains noms ont logiquement une résonance plus familière que les autres. Tels Quino, inépuisable dessinateur des interrogations caustiques de Mafalda (dont Glénat vient de publier deux anthologies exhaustives), ou encore Alberto Manguel, directeur artistique du nouveau festival Atlantide, l’an dernier.

  • Interview de Patrick Gyger, organisateur du nouveau festival littéraire "Atlantide" à Nantes
    Interview de Patrick Gyger, organisateur

    Du 31 mai au 2 juin, la Ville de Nantes inaugure Atlantide, son festival des littératures. Patrick Gyger, le directeur du Lieu Unique, qui a porté le projet, nous présente cette nouvelle fête du livre d'ici et d'ailleurs.

Avis sur cet auteur (7)

  • add_box
    Couverture du livre « Histoire universelle de l'infamie » de Jorge Luis Borges aux éditions Langues Pour Tous

    JuanGarciaMadero sur Histoire universelle de l'infamie de Jorge Luis Borges

    Le maître argentin ébauche avec cette « Histoire universelle de l’infamie » son œuvre en prose. Comme il l’avoue lui-même avec modestie dans la préface à l’édition de 1954, ces histoires « représentent le jeu irresponsable d’un timide qui n’osa pas écrire des nouvelles et s’amusa à falsifier et...
    Voir plus

    Le maître argentin ébauche avec cette « Histoire universelle de l’infamie » son œuvre en prose. Comme il l’avoue lui-même avec modestie dans la préface à l’édition de 1954, ces histoires « représentent le jeu irresponsable d’un timide qui n’osa pas écrire des nouvelles et s’amusa à falsifier et à déformer (parfois sans aucune justification esthétique) des récits d’autrui ». Ce qu’il ne dit pas, et que le lecteur découvrira en lisant ces pages, c’est qu’il s’exerce avec habileté à la construction d’un récit, peaufinant sa prose qui donnera par la suite moult formidables nouvelles, et qu’il insère déjà dans ces premiers textes les thématiques et les effets de style qui lui sont chers, comme son goût de la mystification, sa méfiance envers les masques (qui travestissent la vérité sous de fallacieuses apparences), son plaisir à l’énumération, son art de décrire en quelques lignes et avec une justesse extrême une situation ou une action, son plaisir d’user de l’hypallage.

    Avec, en outre, l’habituelle érudition de M. Borges, qui nous fera découvrir ici, entre autres, Hashim ibn Hakim, le prophète voilé, Arthur Orton alias Tom Castro, le faux fils revenu d’entre les morts, la légende de l’Ouest, Billy the Kid, ou encore le chef de gang de New York City Monk Eastman. Usant de fausses références, n’hésitant pas à bousculer les certitudes de son lecteur en le manipulant habilement avec une subtile ironie, et toujours avec la plus grande intelligence, il est à mes yeux indispensable de découvrir les textes de cette « Histoire universelle de l’infamie » si l’on veut mieux comprendre le talent littéraire du fameux bibliothécaire portègne.

    Ce à quoi j’ajouterai, pour terminer, qu’à travers ce choix des bandits, des réprouvés, des êtres moralement condamnables, et sa façon de ne les dépeindre que par petites touches, on trouve aussi dans cet ouvrage d’universelles vérités sur la nature humaine. Même si M. Borges joue certainement de ce goût du public pour le sensationnel, et s’en amuse même, il sait aussi reconnaître et user de la puissance mélodramatique des destins qu’il a choisis, et des épisodes qu’il nous rapporte. En tous les cas, un plaisir immense de lecture, que je recommande vivement.

  • add_box
    Couverture du livre « Fictions » de Jorge Luis Borges aux éditions Gallimard

    Franck FINET sur Fictions de Jorge Luis Borges

    C'est la mort dans l'âme (j'en fait beaucoup, je sais... ) que j'abandonne la lecture de ce recueil de nouvelles du "Maître".
    Daniel Pennac m'y autorise alors j'use de mon droit de ne pas finir un livre.
    Pas un caprice mais là, c'est trop dur !
    La lecture doit rester un plaisir pas une...
    Voir plus

    C'est la mort dans l'âme (j'en fait beaucoup, je sais... ) que j'abandonne la lecture de ce recueil de nouvelles du "Maître".
    Daniel Pennac m'y autorise alors j'use de mon droit de ne pas finir un livre.
    Pas un caprice mais là, c'est trop dur !
    La lecture doit rester un plaisir pas une torture intellectuelle.
    Vaincu au bout de 125 pages, ça reste honorable, non ?
    Les références historiques, littéraires, philosophiques et tant d'autres ont eu raison de mon cerveau étroit et j'avoue avoir touché mes limites.
    Borges est probablement un auteur majeur mais pour les esprits supérieurs, ce que je ne suis pas. *
    Je rends les armes et laisse ce recueil de nouvelles ou la symbolique, le surréalisme prennent toute la place.

    Une oeuvre pour les aficionados !

  • add_box
    Couverture du livre « Le rapport de brodie » de Jorge Luis Borges aux éditions Gallimard

    Lise Selmer sur Le rapport de brodie de Jorge Luis Borges

    Juste fan de tout Borges

    Juste fan de tout Borges

  • add_box
    Couverture du livre « Conferences » de Jorge Luis Borges aux éditions Gallimard

    Jf Gibelin sur Conferences de Jorge Luis Borges

    Toute la culture de Borges mise à disposition du lecteur, passionnant.

    Toute la culture de Borges mise à disposition du lecteur, passionnant.