Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Hervieux Julien

Hervieux Julien
Julien Hervieux est né en 1984 à Troyes. La légende dit, qu'autrefois, il enseignait l'histoire. Mais, la nuit, il était aussi l'Odieux Connard : il réalisait des critiques cinématographiques avec humour sur son blog personnel. Et puis, un jour, il a mêlé ces deux existences, en créant Le Petit T... Voir plus
Julien Hervieux est né en 1984 à Troyes. La légende dit, qu'autrefois, il enseignait l'histoire. Mais, la nuit, il était aussi l'Odieux Connard : il réalisait des critiques cinématographiques avec humour sur son blog personnel. Et puis, un jour, il a mêlé ces deux existences, en créant Le Petit Théâtre des Opérations, une chaîne YouTube sur laquelle il propose de parler de la grande Histoire de manière tout à fait décalée. Parfois, elle est encore plus incroyable que ce que peut produire Hollywood.

Avis sur cet auteur (4)

  • add_box
    Couverture du livre « Orage, petit seigneur des ténèbres » de Hervieux Julien aux éditions Poulpe Fictions

    S. T sur Orage, petit seigneur des ténèbres de Hervieux Julien

    Toujours contente de découvrir une histoire à lire à mes élèves de 8-9 ans. Je suis sûre que celle-ci, très drôle, va leur plaire.
    Même en tant qu'adulte je me suis amusée à lire cette histoire marrante et à m'imaginer en train de la faire découvrir à mes zigues.

    Toujours contente de découvrir une histoire à lire à mes élèves de 8-9 ans. Je suis sûre que celle-ci, très drôle, va leur plaire.
    Même en tant qu'adulte je me suis amusée à lire cette histoire marrante et à m'imaginer en train de la faire découvrir à mes zigues.

  • add_box
    Couverture du livre « Orage, petit seigneur des ténèbres » de Hervieux Julien aux éditions Poulpe Fictions

    Lunartic sur Orage, petit seigneur des ténèbres de Hervieux Julien

    Tout d'abord, je tiens à remercier du fond du cœur les éditions Poulpe Fictions pour ce premier partenariat. Je suis véritablement comblée et j'avais juste hâte de me jeter sur ce petit livre jeunesse à la couverture si adorable. Chose dite, chose faite !

    Ce très beau roman jeunesse signé...
    Voir plus

    Tout d'abord, je tiens à remercier du fond du cœur les éditions Poulpe Fictions pour ce premier partenariat. Je suis véritablement comblée et j'avais juste hâte de me jeter sur ce petit livre jeunesse à la couverture si adorable. Chose dite, chose faite !

    Ce très beau roman jeunesse signé Julien Hervieux dénonce le manichéisme, les clichés et la structure narrative répétitive et lassante que l'on retrouve dans presque tous les contes de notre enfance chérie : « Et ils vécurent heureux jusqu'à la fin des temps et eurent beaucoup d'enfants... » On la connaît bien, cette ritournelle ! Le but ici est au contraire de faire comprendre aux enfants qu'il n'y a pas de gentils ou de méchants pré-définis dans la vie, et qu'ils ne doivent pas laisser leur jugement être corrompu par la routine ou les préjugés. Ce que je ne peux qu'approuver !

    La figure de proue qui incarne cette lucidité nouvelle et cette lueur de bon sens bienvenue se prénomme Orage. En plus d'être un petit garçon absolument à croquer et extrêmement attachant dès les premières pages, ce petit seigneur des ténèbres a aussi bien plus de jugeote que les adultes et les créatures fantastiques de son monde : il ne veut pas que son destin soit ainsi tout tracé par son héritage sans qu'il ait son mot à dire ! S'il n'a pas envie de terroriser les villageois, ou au contraire envie de battre le chevalier servant à la loyale au lieu de s'écraser devant lui, sous prétexte que « c'est la tradition, c'est la loi, c'est comme ça », c'est son droit, non ? Je n'ai pu que lui donner raison sur toute la ligne.

    Certes, les traditions ont aidé à forger notre monde, sa façon de tourner dans le bon sens, elles constituent notre héritage, comme je l'énonçais plus tôt dans le cas d'Orage. En faire totale abstraction serait une bêtise. Mais ce que nous apprend ce roman, qui pour moi a tout bon, c'est qu'il ne faut pas hésiter à remettre en question le fondement de ces dites traditions, et à savoir ne plus en suivre les principes si nécessaires pour le bon fonctionnement éthique et moral de notre société, afin de mener sa vie dans le droit chemin, surtout dans le chemin que nous avons décidé.

    Ainsi, Orage va défendre le droit de vivre comme on l'entend, de pouvoir choisir librement sa vocation et de ne plus se fier à nos préjugés, mais à ce qui nous semble juste. Le raisonnement de la princesse Regalia va aller dans le même sens, mais va être encore plus approfondi et soulever un autre point important : le fait que ce système pré-établi depuis des siècles d'un commun accord entre les Forces du Bien et celles du Mal, si on prend la peine d'y réfléchir à deux fois, mène à la manipulation des masses en se basant sur les sentiments alternatifs de peur et de gratitude qui découlent de ce stratagème des soi-disant "gens de bien". La brillante et perspicace jeune princesse va ainsi accompagner et soutenir le courageux petit seigneur de l'ombre Orage dans sa révolte face à cette injustice éhontée !

    Ce duo de choc m'a beaucoup touchée, fait rire aussi, tout comme le reste des personnages, mais, surtout, j'ai adoré l'image qu'ils renvoyaient tous les deux : celle d'un petit garçon et d'une petite fille qui ne tombent pas forcément amoureux l'un de l'autre, mais entre lesquels naît une amitié sincère et réciproque. Ils entretiennent une relation saine, cohérente avec la personnalité de chacun et dans son évolution, d'entraide, de bienveillance et d'affection mutuelles, même si, lors des premières présentations, cela va être mouvementé car la princesse Regalia est loin d'être une demoiselle en détresse ! Elle ne se laisse pas faire et ne manque pas d'audace. Un vrai modèle pour les petites filles, qui se cherchent et qui ne devraient pas être sous-estimées !

    Bref, à travers les yeux de ces deux jeunes enfants au cœur empli de bienveillance et de tolérance, intrépides et à la soif de liberté et de justice d'être acceptés tels qu'ils sont, le jeune lecteur, et même la plupart des adultes oublieux de leurs leçons passées, apprend qu'il ne faut pas juger les personnes d'après les premières impressions qu'elles nous laissent, et leur laisser une chance, et même plusieurs, de prouver leur valeur.

    Ainsi, le comte et la comtesse de Sombreflamme (jolie oxymore au passage !), parents du petit Orage, forts sympathiques au demeurant, ne sont au fond que d'honnêtes gens qui, eux aussi, se sont fait prendre au piège de cette stratégie machiavélique déployée par les "gens de bien" où, au vu de leur ascendance familiale, ils jouent le rôle de parias afin d'assurer la "pérennité" du royaume. De leur côté, le roi et chevalier mesquins et poltrons de ces terres, misogynes et au sens de l'honneur qui tire vers le 0 pointé, sont auréolés de gloire pour leurs vils mensonges, leur position en haut de cette hiérarchie savamment élaborée leur assurant protection, prospérité et sécurité. Cela ne vous rappelle-t-il pas un certain royaume de France ou même d'autres de nos contrées de par le monde ? Vous l'aurez compris : ne vous laissez jamais ranger dans des cases toutes faites, et n'acceptez pas de vous laisser faire écraser par ce qui vous semble totalement injuste et injustifié. JA-MAIS !

    Je terminerai ma chronique sur un élément de cette histoire déjà de la mort qui tue qui apporte un vrai petit plus : les illustrations de Carine-M. Je ne connaissais pas le travail de cette artiste auparavant, mais je suis carrément tombée en amour devant ce qu'elle nous propose au fil des pages de cette savoureuse et pétillante histoire. Ses dessins en noir et blanc sont juste sublimes et regorgent totalement de cette magie de l'enfance qui fait mouche à chaque fois sur ma personne. Qui plus est, son trait de crayon s'accorde parfaitement à la plume pleine d'humour, de verve, de dynamisme et d'authenticité de Julien Hervieux. Pour en avoir un petit aperçu, c'est par ici que ça se passe ! (Blog de l'illustratrice)

    Pour conclure, ce petit roman vaillant et qui nous dit tout ce qu'il y a de plus vrai aura su conquérir mon cœur encore avide de contes de fées (oui, même à mon âge) qui, cette fois-ci, prend une toute autre direction. Effectivement, la vie n'est pas écrite à l'avance, toutes nos pages sont encore vierges et c'est à nous de choisir quelle type d'encre les noircira ! Le champ des possibles nous est ouvert !

    COUP DE CŒUR ♥ donc pour cette histoire qui redonne une bonne dose d'espoir et de courage !

  • add_box
    Couverture du livre « Au service de sa majesté la mort T.1 ; l'ordre des revenants » de Hervieux Julien aux éditions Castelmore

    kadeline sur Au service de sa majesté la mort T.1 ; l'ordre des revenants de Hervieux Julien

    Imaginez que l'on vienne vous trouvez dans votre cercueil pour vous annoncez que vous avez été choisi par la mort pour récupérer les vivants qui ont dépassé leur temps de vie. Si cette idée de base est prometteuse, son traitement est plutôt classique et reste clairement introductif. Il...
    Voir plus

    Imaginez que l'on vienne vous trouvez dans votre cercueil pour vous annoncez que vous avez été choisi par la mort pour récupérer les vivants qui ont dépassé leur temps de vie. Si cette idée de base est prometteuse, son traitement est plutôt classique et reste clairement introductif. Il conviendra aux jeunes lecteurs qui entrent dans le genre mais pas sûre que les lecteurs plus habitués à ce type de lectures y trouvent leur compte du moins avec ce tome 1. L'écriture est très fluide et addictive. On est dans un page turner agréable à lire qui ne tombe pas dans le glauque mais ne laissera pas un souvenir impérissable non plus. J'ai apprécié que l'héroïne n'accepte pas sa nouvelle situation comme si c'était acquis. Pas facile de se faire un réel avis sur cette lecture car d'un côté il y a une idée et un univers prometteur avec une écriture agréable mais d'un autre ça reste très classique sans qu'on sache si c'est lié à l'aspect introductif ou si ça sera le ton de toute la saga. J'aurai aimé un texte un peu plus long pour avoir une idée de l'évolution du traitement de l'intrigue et mieux me décider sur cette lecture.

  • add_box
    Couverture du livre « Orage, petit seigneur des ténèbres » de Hervieux Julien aux éditions Poulpe Fictions

    Mathilde Guillaume sur Orage, petit seigneur des ténèbres de Hervieux Julien

    Un livre bonne humeur qui fait réfléchir, magnifiquement et très mignonnement illustré par la talentueuse Carine M ! Un ouvrage qui plaira autant aux enfants qu’aux adultes.

    En savoir plus sur : https://livraisonslitteraires.wordpress.com/2018/06/09/orage-petit-seigneur-des-tenebres/

    Un livre bonne humeur qui fait réfléchir, magnifiquement et très mignonnement illustré par la talentueuse Carine M ! Un ouvrage qui plaira autant aux enfants qu’aux adultes.

    En savoir plus sur : https://livraisonslitteraires.wordpress.com/2018/06/09/orage-petit-seigneur-des-tenebres/