Eric Stalner

Eric Stalner
Né en 1959, Éric Stalner commence par dessiner à quatre mains avec son frère Jean-Marc (Le Boche, Le Fer et le Feu). C'est en 1999 qu'il débute une carrière en solo avec la création de La Croix de Cazenac sur scénario de Pierre Boisserie chez Dargaud. De nouveau chez Glénat, il signe seul Le Roma... Voir plus
Né en 1959, Éric Stalner commence par dessiner à quatre mains avec son frère Jean-Marc (Le Boche, Le Fer et le Feu). C'est en 1999 qu'il débute une carrière en solo avec la création de La Croix de Cazenac sur scénario de Pierre Boisserie chez Dargaud. De nouveau chez Glénat, il signe seul Le Roman de Malemort.En 2003, il dessine À la recherche de Blanche chez BDEmpher, puis en 2005 Ange-Marie avec Aude Ettori chez Dupuis. En 2004 paraît Blues 46 écrit par Laurent Moënard chez Dargaud où il débute en 2006 La Liste 66.En 2007, Stalner lance deux sagas d'envergure, sur lesquelles il assure à la fois scénario et dessin, avec son complice Pierre Boisserie : Flor de Luna et Voyageur.En 2010, il revient en solo avec La Zone, une fable d'anticipation S.-F.Sa puissance de travail lui permet de signer un nombre d'albums impressionnant tout en conservant une grande qualité graphique à ses ?uvres.Le blog d'Eric Stalner : http://www.stalner.blogspot.com

Avis sur cet auteur (8)

  • add_box
    Couverture du livre « Exilium T.3 ; sonntag » de Eric Stalner et Cedric Simon aux éditions Glenat

    Lionel Arnould sur Exilium T.3 ; sonntag de Eric Stalner - Cedric Simon

    Chronique précédemment parue sur le blog www.sambabd.net

    Il m’aura fallu lire deux fois ce troisième tome pour, finalement, ne pas savoir trop quoi en penser… En effet, après la première lecture j’étais quand même très déçu. Il faut dire que ma mémoire de poisson rouge ne m’avait pas aidé. Je...
    Voir plus

    Chronique précédemment parue sur le blog www.sambabd.net

    Il m’aura fallu lire deux fois ce troisième tome pour, finalement, ne pas savoir trop quoi en penser… En effet, après la première lecture j’étais quand même très déçu. Il faut dire que ma mémoire de poisson rouge ne m’avait pas aidé. Je n’avais qu’un vague souvenir de l’intrigue pourtant chroniquée (pour le tome 2 en tout cas) ici même il y a moins d’un an. Résultat, je trouvais que tout allait trop vite et que, au final, ça sentait un peu le tome de conclusion un brin bâclé. Et puis, conscience professionnelle du chroniqueur amateur oblige, j’ai relu les deux premiers tomes puis, une seconde fois en 3 jours, ce troisième et dernier album de la trilogie.

    Cette deuxième lecture s’est clairement mieux passée que la première. L’histoire, après avoir atteint son apogée critique à la fin du deuxième tome, se conclut d’une manière somme toute assez attendue mais pas spécialement bâclée comme je l’avais précédemment ressentie. Le dessin de Stalner étant toujours d’aussi bonne facture (je ne vais pas vous remettre ce que j’en disais dans ma précédente chronique parce sinon ça va commencer à se voir…) le tout est plutôt agréable à lire.

    Mais bon… Je reste quand même sur ma faim car le scénario me paraît un peu trop alambiqué. Ces histoires de personnages à la double ou triple personnalité ça ne me convainc pas plus que ça. Cédric Simon, le scénariste, finit par nous perdre dans les méandres de la pensée de Koïos dont il a fait son narrateur dans les deux premiers tomes (et quasiment tout celui-ci) pour finir par en changer (de narrateur… vous voyez que c’est compliqué…) en utilisant une forme de phylactère un peu différente afin de nous servir les pensées de Kayenn (l’entité planète). J’ai juste l’impression que ce qui était clair et évident pour lui l’était beaucoup moins pour le lecteur. Tout cela est bien dommage car entre le sujet carrément intéressant et un dessinateur de grand talent, il y avait certainement moyen de faire mieux.

  • add_box
    Couverture du livre « Saint-Barthélémy T.1 ; Sauveterre » de Pierre Boisserie et Eric Stalner aux éditions Arenes

    Les Ô grimoiriens sur Saint-Barthélémy T.1 ; Sauveterre de Pierre Boisserie - Eric Stalner

    J’attendais cette bd avec impatience ! Ce premier tome m’a laissé quelque peu sur ma faim… J’ai trouvé que l’histoire mettait du temps à démarrer, je ne savais pas très bien où les auteurs voulaient nous emmener… Bref ça manque de rythme !

    Et les dessins ? Moi qui suis très sensible aux...
    Voir plus

    J’attendais cette bd avec impatience ! Ce premier tome m’a laissé quelque peu sur ma faim… J’ai trouvé que l’histoire mettait du temps à démarrer, je ne savais pas très bien où les auteurs voulaient nous emmener… Bref ça manque de rythme !

    Et les dessins ? Moi qui suis très sensible aux dessins dans une bd – si je n’accroche pas aux dessins, même si l’histoire est sensationnelle, je stoppe ma lecture ! -, ici j’ai trouvé que les dessins, pourtant très travaillés, n’accompagnent pas l’histoire, on a même, par moment, du mal à retrouver qui sont les personnages.

    En revanche, j’ai vraiment apprécié que la chronologie des faits soit aussi bien respectée, surtout pour une période aussi trouble de l’histoire de France.

    Affaire à suivre au tome 2 !

  • add_box
    Couverture du livre « Exilium T.2 ; Kayenn » de Eric Stalner et Cedric Simon aux éditions Glenat

    Lionel Arnould sur Exilium T.2 ; Kayenn de Eric Stalner - Cedric Simon

    Chronique précédemment parue sur le blog www.sambabd.net


    Ce deuxième tome aurait pu s’intituler : « Où l’on comprend pas mal de choses » tant il est vrai que bien des questions restaient en suspens après la lecture du premier opus d’Exilium et tant il est vrai, également, que ce second tome...
    Voir plus

    Chronique précédemment parue sur le blog www.sambabd.net


    Ce deuxième tome aurait pu s’intituler : « Où l’on comprend pas mal de choses » tant il est vrai que bien des questions restaient en suspens après la lecture du premier opus d’Exilium et tant il est vrai, également, que ce second tome répond à la plupart d’entre elles. Je vous avoue avoir lu quelques avis en cherchant des visuels pour illustrer cette chronique et ils n’étaient pas forcément très bons. Je crois que je vais donc me distinguer… En effet, je l’aime bien, moi, cette série. Le seul reproche que je pourrais lui faire c’est d’être parfois un peu compliquée à suivre, en raison, notamment, de la dualité (duplicité ?) des personnages : homme/machine, fille/planète, et des objectifs masqués ou non de chacun. Pour le reste, je trouve assez intéressante la tension qui s’installe au fur et à mesure de la lecture et qui fait que l’on ne sait plus, finalement, pour qui l’on est.

    Qui des trois entités protagonistes veut-on voir s’en sortir ? Koïos ? à priori, non, c’est une machine qui se prend pour Dieu et qui semble faire peu de cas des vies humaines qu’il s’est lui-même confiées. Kayenn ? Même si le récit semble nous pousser à vouloir la préserver, elle aussi a du sang humain sur les mains… Les humains, justement ? On aurait naturellement tendance à espérer qu’ils s’en sortent, mais la façon dont ils se sont organisés en une sorte de dictature qui leur permet à peine de survivre sans la moindre chance d’évoluer vers une société plus apaisée, plus civilisée, ne les rend pas spécialement sympathiques. D’ailleurs, la façon dont Stalner les dessine, non plus, et ce n’est peut-être pas un hasard… Et encore, ça, c’est quand ils n’ont pas été zombifiés par Koïos…

    Parlons-en du dessin, puisque sur ce point-là, au moins, il semble y avoir unanimité. C’est nickel. Stalner est un grand dessinateur et pis c’est tout !!! Circulez messieurs-dames ! Allez voir sur une autre planète si vous trouvez mieux…

    Bref, personnellement, j’attends avec impatience le troisième et dernier tome qui ne devrait pas tarder.

  • add_box
    Couverture du livre « Loup » de Pierre Boisserie et Nicolas Vanier et Eric Stalner aux éditions Xo - 12 Bis

    Marlène G sur Loup de Pierre Boisserie - Nicolas Vanier - Eric Stalner

    Un beau voyage empli d'humilité ,une très belle description de l'environnement . Un lire qui donne envie de rejoindre ce eau pays

    Un beau voyage empli d'humilité ,une très belle description de l'environnement . Un lire qui donne envie de rejoindre ce eau pays