Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Georgia Caldera

Georgia Caldera
Originaire de Touraine, Georgia Caldera est auteur et illustratrice. Elle a publié la série Les Larmes rouges, récompensée du prix Merlin 2012, ainsi que de Dentelle et nécromancie, Hors de portée, Hors de question et Hors de contrôle. Georgia tient également un blog beauté/mode, lafille... Voir plus
Originaire de Touraine, Georgia Caldera est auteur et illustratrice. Elle a publié la série Les Larmes rouges, récompensée du prix Merlin 2012, ainsi que de Dentelle et nécromancie, Hors de portée, Hors de question et Hors de contrôle. Georgia tient également un blog beauté/mode, lafilleauxcheveuxbleus.com, dans lequel elle aime parler de son quotidien d'alternative fashionista, de makeup addict, d'adepte d'expériences capillaires hautes en couleurs et de fan de tattoos.

Avis sur cet auteur (36)

  • add_box
    Couverture du livre « Les brumes de Cendrelune t.3 ; les ombres célestes » de Georgia Caldera aux éditions J'ai Lu

    Les Fantasy d'Amanda sur Les brumes de Cendrelune t.3 ; les ombres célestes de Georgia Caldera

    Retrouvez d'autres chroniques sur mon blog : https://lesfantasydamanda.wordpress.com

    --- La fin d’une saga ---

    Avec Saiwhisper, nous nous sommes enfin décidées à lire le dernier tome de cette saga qui rencontre tout de même un certain succès. Malheureusement, nous ne partageons pas l’avis...
    Voir plus

    Retrouvez d'autres chroniques sur mon blog : https://lesfantasydamanda.wordpress.com

    --- La fin d’une saga ---

    Avec Saiwhisper, nous nous sommes enfin décidées à lire le dernier tome de cette saga qui rencontre tout de même un certain succès. Malheureusement, nous ne partageons pas l’avis de la majorité, Les Ombres célestes n’ayant pas répondu à nos attentes respectives.

    De mon côté, ce n’est pas une surprise. Dès le premier volet, j’ai senti que cette saga n’était pas vraiment faite pour moi. Séduite par l’univers, j’avais toutefois décidé de persévérer avec le deuxième qui était parvenu à m’embarquer, en dépit de quelques bémols.

    Ce n’est pas le cas de ce dernier numéro, néanmoins je suis contente d’en connaître le dénouement.

    --- La romance, l’éternel problème ---

    Je l’ai dit et répété dans mes chroniques précédentes : cette histoire d’amour est bien trop cliché pour me plaire. Il faut dire que Georgia Caldera verse volontairement dans le mélodramatique, et c’est typiquement ce que je déteste.

    Cette fois, c’est Verlaine qui m’a agacée. Malgré la trahison de Céphise, au sujet de laquelle il ne semble pas trop s’interroger, il affirme l’aimer encore et refuse même de lui en vouloir, alors qu’il est prisonnier. Son abnégation frise le ridicule, et Saiwhisper est bien d’accord avec moi sur ce point. En fait, cet aspect de sa personnalité est en contradiction avec la force que l’auteure lui prête depuis tant d’années. Après tout ce qu’il a enduré, après tout ce qu’il a surmonté, voilà qu’il s’effondre à la première difficulté – de simples chaînes, en vérité !

    Du reste, sa relation avec Céphise emprunte un chemin on ne peut plus prévisible.

    --- L’originalité de l’univers est indéniable ---

    C’est pour moi le plus gros point fort de cette trilogie, bien qu’il ne soit pas suffisamment exploité. Contrairement à ce que je redoutais cependant, j’ai obtenu un certain nombre de réponses, que ce soit sur l’apparition des Dieux ou la transformation de notre monde.

    Mais, mais, mais… ça manque de détails, d’explications, d’approfondissements. Par exemple, je ne sais toujours pas quels étaient véritablement les plans d’Orion concernant Verlaine. J’aurais également apprécié en savoir plus sur Héphaïstos, sur ce qui lui a permis de briser les restrictions imposées par son père.

    Bref, je pense sincèrement que cette histoire aurait mérité d’être étoffée.

    --- L’antagoniste, ma plus grande déception ? ---

    Je ne peux pas me justifier sans vous spoiler. Sachez simplement que je misais énormément sur Orion et les mystères qui l’entouraient. Il avait un tel potentiel que j’ai ragé quand j’ai compris que l’affaire serait réglée de façon prématurée.

    Pour résumer, Georgia Caldera a fait un choix scénaristique auquel je n’ai pas adhéré, créant par ce biais un antagoniste caricatural. Il en va de même pour le personnage d’Olympe ; son rôle dans cette suite est totalement secondaire. Dès lors, je ne comprends pas pourquoi l’auteure lui a consacré des chapitres dans le volet précédent pour, ensuite, abandonner son point de vue.

    --- Prêt pour la rébellion ? ---

    Elle couvre depuis si longtemps déjà qu’il était évident qu’elle se déclencherait dans le dernier opus de la saga. Et pourtant… elle ne dure que quelques chapitres, seulement. Ce fut trop rapide, trop facile ! Moi qui apprécie tout particulièrement les révoltes bien menées, j’ai été particulièrement déçue.

    Alors, certes, comme l’auteure ne s’attarde pas sur les détails, l’intrigue se veut dynamique et les pages se tournent toutes seules. Cependant, le dénouement survient tellement vite qu’il en perd tout intérêt. De plus, il n’est pas exempt de facilités, comme tout le reste de la trilogie.

    Ainsi, en dépit des drames qui surviennent habituellement à la fin de chaque rébellion, je suis restée de marbre. J’étais vraiment curieuse de connaître la fin, mais ma satisfaction n’ira pas plus loin.

  • add_box
    Couverture du livre « Les brumes de Cendrelune t.2 ; la symphonie du temps » de Georgia Caldera aux éditions J'ai Lu

    Les Fantasy d'Amanda sur Les brumes de Cendrelune t.2 ; la symphonie du temps de Georgia Caldera

    Retrouvez d'autres chroniques sur mon blog : https://lesfantasydamanda.wordpress.com/

    --- Une suite meilleure que les débuts ---

    Comme annoncé dans ma chronique du premier tome, j’avais l’intention de lire le suivant en dépit des bémols qui m’avaient rebutée, à savoir une romance trop...
    Voir plus

    Retrouvez d'autres chroniques sur mon blog : https://lesfantasydamanda.wordpress.com/

    --- Une suite meilleure que les débuts ---

    Comme annoncé dans ma chronique du premier tome, j’avais l’intention de lire le suivant en dépit des bémols qui m’avaient rebutée, à savoir une romance trop rapide et un style d’écriture relativement lourd. Mais cette fois, ma chère Saiwhisper m’a accompagnée durant ma lecture (retrouvez son avis ici) et, comme d’habitude, ce fut un plaisir d’échanger avec elle.

    Qu’on se le dise : les défauts précédemment relevés sont toujours présents. Néanmoins, ce deuxième volet pénètre au cœur de l’intrigue, raison pour laquelle je l’ai davantage apprécié.

    --- Bienvenue à la cour d’Orion ---

    Dans La Symphonie du temps, Céphise n’est plus une invitée cachée. Présentée à la cour de manière officielle, elle doit tenir son rôle de Premier Violon et ce n’est pas chose facile. Cela lui permet toutefois d’approcher l’ennemi de près, de très près même. Suffisamment près pour l’abattre, peut-être ? Dans tous les cas, ce petit côté intrigue de cour, qui n’a certes duré que le temps de quelques chapitres, m’a beaucoup plu !

    Du reste, Georgia Caldera développe plus avant son univers, et c’est un pur régal. Cependant, il est loin d’avoir révélé tous ses secrets ! Or, c’est aussi ce qui me fait peur, car je crains de ne pas obtenir toutes les réponses à mes questions. Ainsi, je souhaite de tout cœur que l’auteure nous offre les clefs de son monde, et pas seulement le devenir de ses héros, dans le dernier opus de la trilogie !

    --- À propos des héros, justement… ---

    Je l’avais déjà souligné dans ma critique du volume précédent : je ne m’étais attachée ni à Céphise, ni à Verlaine, tant leurs sentiments sont exacerbés. Dans ce tome 2, ces personnages sont restés fidèles à eux-mêmes. Impulsifs, parfois au péril de leur propre vie, ils n’écoutent que leurs émotions, écartant systématiquement la raison de leurs pensées. Mais, mais, mais… on en apprend plus – beaucoup plus ! – sur ce qui les lie et cette partie était vraiment captivante !

    En outre, trois autres personnages prennent la parole et leurs interventions sont souvent source de rebondissements ou de révélations. Héphaïstos est selon moi le plus intéressant d’entre tous et j’ai hâte de connaître son évolution.

    --- Cette romance qui m’a fait grincer des dents ! ---

    Au-delà du fait que j’aime peu la romance malgré quelques exceptions, c’est surtout le style de cette romance qui m’a gênée. Et oui, l’auteure verse continuellement dans le mélodramatique. Torturés jusque dans leur âme, les héros ne cessent de souffrir de leurs sentiments, mais font preuve d’un courage admirable… ou stupide, tout dépend du point de vue !

    De plus, le comportement de Céphise et de Verlaine m’a encore une fois paru inconstant. À croire qu’ils n’ont qu’une seule priorité : trouver des problèmes là où il n’y en a pas, alors que leur situation est déjà précaire. Incapables de se comprendre, ils s’enfoncent dans un désespoir inutile à l’idée de perdre l’autre.

    Mon avis en deux mots ? Too much !

    --- Un cliffhanger en guise de final ---

    Un conseil : si les premiers chapitres de ce livre vous plaisent, refermez-le et achetez sans tarder le tome suivant. En effet, le dénouement s’achève sur un énorme cliffhanger ! J’ai donc bien l’intention de terminer la trilogie, toujours en compagnie de Saiwhisper qui a elle aussi pris plaisir à cette lecture.

    Toutefois, je pense que Les Brumes de Cendrelune sera ma dernière saga de cette auteure. Car, si je comprends son succès, il est clair que son style ne me correspond pas entièrement. Je préfère donc laisser ses romans à d’autres lecteurs qui sauront davantage les apprécier.

  • add_box
    Couverture du livre « Les larmes rouges t.1 ; réminiscences » de Georgia Caldera aux éditions J'ai Lu

    Soon&co sur Les larmes rouges t.1 ; réminiscences de Georgia Caldera

    J'ai découvert la trilogie chez France loisirs qui les a édité en un seul livre et que dire sinon que l'histoire est magnifique ! Inspirée de Dracula mais en mieux, l'auteure réussi à nous plonger dans une histoire d'amour qui traverse le temps et l'espace sans manquer de nous arracher quelques...
    Voir plus

    J'ai découvert la trilogie chez France loisirs qui les a édité en un seul livre et que dire sinon que l'histoire est magnifique ! Inspirée de Dracula mais en mieux, l'auteure réussi à nous plonger dans une histoire d'amour qui traverse le temps et l'espace sans manquer de nous arracher quelques larmes ! Un univers gothique, poétique et que l'on a du mal à lâcher malgré quelques petites longueurs dans le texte dues aux remises en contexte d'un tome à l'autre. Pas gênant si vous lisez les tomes séparément, éloignés dans le temps mais légèrement embêtant si vous lisez les trois d'une traite. Je conseille fortement aux amateurs d'histoire de vampires, de gothique et d'amour inconditionnel.

  • add_box
    Couverture du livre « Les brumes de Cendrelune t.1 ; le jardin des âmes » de Georgia Caldera aux éditions J'ai Lu

    Les Fantasy d'Amanda sur Les brumes de Cendrelune t.1 ; le jardin des âmes de Georgia Caldera

    Retrouvez d'autres chroniques sur mon blog : https://lesfantasydamanda.wordpress.com

    --- Un synopsis plein de promesses ---

    J’ai découvert Georgia Caldera avec sa saga Les Larmes rouges et, malgré une romance beaucoup trop présente, j’en garde un bon souvenir. De ce fait, quand j’ai lu le...
    Voir plus

    Retrouvez d'autres chroniques sur mon blog : https://lesfantasydamanda.wordpress.com

    --- Un synopsis plein de promesses ---

    J’ai découvert Georgia Caldera avec sa saga Les Larmes rouges et, malgré une romance beaucoup trop présente, j’en garde un bon souvenir. De ce fait, quand j’ai lu le synopsis des Brumes de Cendrelune, j’ai eu envie de renouer avec le style de l’auteure. J’ai donc profité de sa présence aux Halliennales de 2019, pour acheter mon exemplaire et le faire dédicacer.

    Le hic, c’est que je n’ai pas apprécié ce premier volet autant que je l’espérais. Je vous explique pourquoi juste après !

    --- Un style qui n’échappe pas à certaines lourdeurs ---

    Ma lecture des Larmes rouges datant de plusieurs années, j’avais oublié à quel point la plume de Georgia Caldera pouvait se révéler complexe. Alors, ne vous y trompez pas, elle écrit très bien. Néanmoins, le côté poétique est poussé à l’extrême dans Le Jardin des âmes, ce qui alourdit considérablement le texte. La majorité des phrases étaient longues et, surtout, comportaient trop d’adjectifs et d’adverbes, selon moi.

    De plus, bien qu’elle aborde plusieurs points de vue à la première personne, l’auteure conserve exactement le même style pour chaque personnage. Ceci est particulièrement dommage, sachant que Céphise et Verlaine possèdent chacun leur personnalité.

    --- L’originalité de l’univers est incontestable ---

    Ce qui m’a tout d’abord attirée dans cette série, c’est l’univers présenté en quatrième de couverture. Et j’ai eu raison d’y croire ; Les Brumes de Cendrelune est un habile mélange de fantasy, de dystopie et de mythologique grecque auquel Georgia Caldera a ajouté une pointe de steampunk. Alors, c’est sûr, une telle association a de quoi décontenancer. Mais, croyez-moi, ça vaut le détour !

    --- Un premier volet introductif ---

    Passé la bonne surprise que constitue l’univers, j’ai trouvé que l’intrigue peinait à démarrer. Pourtant, le livre ne fait jamais que 348 pages…

    Bon, je vous rassure, j’ai fini par déceler le potentiel de l’histoire, notamment grâce aux chapitres dédiés à Verlaine, mais celui-ci reste longtemps caché derrière des relations un brin trop… dramatiques ? Théâtrales ? Larmoyantes ? Choisissez l’adjectif qui vous convient le mieux. Vous l’aurez compris cependant, j’ai grincé des dents à de nombreuses reprises.

    --- Des héros aux sentiments exacerbés ---

    C’est ici que les choses se corsent. En effet, j’aurais pu passer outre le style de l’auteure si j’étais parvenue à m’attacher aux héros. Mais comment se prendre d’affection pour Céphise, cliché de la jeune fille torturée dont les multiples états d’âme demeurent au premier plan ? En fait, ce qui m’a le plus agacée, c’est son inconstance. Et oui, Céphise change d’avis comme de chemise ; un jour, elle est affligée, bien décidée à mettre fin à ses jours, tandis que le lendemain, elle se montre révoltée et prête à mener la guerre coûte que coûte. Un éternel recommencement ! J’ai rencontré le même problème avec Verlaine, même si ce dernier m’a paru plus intéressant.

    Pour être tout à fait honnête à ce sujet, je pense qu’il n’était pas nécessaire de décrire leurs sentiments à chaque instant, comme une litanie sans cesse répétée.

    Quant à la nature de leur relation… eh bien, je ne peux pas vous en dire plus malheureusement, mais sachez que l’addition de leurs défauts respectifs n’a rien arrangé. Comme j’ai soupiré face à leurs disputes puériles et à leurs réconciliations improbables !

    --- Mais alors, j’ai détesté ma lecture ?! ---

    Et non ! D’ailleurs, ma note le prouve, j’ai apprécié Le Jardin des âmes en dépit des bémols cités plus haut. Selon moi, il cache un réel potentiel. En vérité, si l’on fait abstraction du caractère insupportable des héros et du tumulte de leurs émotions, l’intrigue se dévoile à nous. Et c’est tout bonnement passionnant !

    Bref, j’ai envie de connaître la suite, de savoir comment Céphise et Verlaine s’en sortiront dans ce monde dominé par des dieux tyranniques. Je me tiens donc prête pour le deuxième tome !

Récemment sur lecteurs.com