Elena Ferrante

Elena Ferrante

Elena Ferrante est le pseudonyme d’un auteur qui souhaite absolument rester dans l’ombre : aucune interview en face à face n’est accordée par cet auteur, qui accepte à de rares occasions de s’exprimer dans les médias par écrit. C’est dans une interview écrite qu’Elena Ferrante a avoué être une mè...

Voir plus

Elena Ferrante est le pseudonyme d’un auteur qui souhaite absolument rester dans l’ombre : aucune interview en face à face n’est accordée par cet auteur, qui accepte à de rares occasions de s’exprimer dans les médias par écrit. C’est dans une interview écrite qu’Elena Ferrante a avoué être une mère de famille écrivant des récits inspirés par sa propre vie. Il semblerait que quelques indications disséminées dans La frantumaglia puissent être considérées comme révélatrices : Elena Ferrante serait alors née à Naples en 1943, d’une mère couturière. Certains journalistes évoquent la possibilité que l’auteur soit en réalité Anita Raja, la femme de l’écrivain Domenico Starnone.

Traduits dans une quarantaine de langues, les livres d’Elena Ferrante sont particulièrement appréciés en Europe et en Amérique du Nord. La saga L’Amie prodigieuse, notamment, fait l’objet d’un véritable engouement. Elle plonge le lecteur dans la périphérie de Naples dans les années 1950 et raconte l’histoire de deux amies.

Articles (4)

Avis (204)

  • add_box
    Couverture du livre « Chroniques du hasard » de Elena Ferrante aux éditions Gallimard

    DUPREZ sur Chroniques du hasard de Elena Ferrante

    ECRIRE chaque semaine des chroniques sociales releve de la discipline sportive. Le journal britannique the Guardian avait lance le defi a elena Ferrante. L auteure a accepté , elle s edst donc astreint à écrire régulierement , plus qu a l accoutumée et à donner à ses reflexions une portee...
    Voir plus

    ECRIRE chaque semaine des chroniques sociales releve de la discipline sportive. Le journal britannique the Guardian avait lance le defi a elena Ferrante. L auteure a accepté , elle s edst donc astreint à écrire régulierement , plus qu a l accoutumée et à donner à ses reflexions une portee universelle. Les lecteurs de Ferrante dont moi-meme aimeront la voir se démasquer un peu, mais elle a préven : " a la fin ce que je trouve , en admettant que je trouve quelque chose - me surprend avant tout moi-meme ". L écrivaine la plus mysterieurse d Italie a encore frappée avec ce recueil de textes illustrés

  • add_box
    Couverture du livre « L'amie prodigieuse t.1 » de Elena Ferrante aux éditions Gallimard

    Amelielit sur L'amie prodigieuse t.1 de Elena Ferrante

    Découvert récemment et j'ai adoré, on plonge complètement en Italie et suivons avec haleine le parcours des 2 amies.

    Découvert récemment et j'ai adoré, on plonge complètement en Italie et suivons avec haleine le parcours des 2 amies.

  • add_box
    Couverture du livre « L'amie prodigieuse t.1 » de Elena Ferrante aux éditions Gallimard

    Bleuchocolat sur L'amie prodigieuse t.1 de Elena Ferrante

    A peine refermé "l'amie prodigieuse", je me suis procuré "le nouveau nom", pour retrouver des personnages que j'ai laissés à regrets.
    Cette amie prodigieuse, c'est Lila, la fille du cordonnier, vue à travers les yeux d'Elena, la narratrice. Toutes deux issues d'un quartier populaire de Naples,...
    Voir plus

    A peine refermé "l'amie prodigieuse", je me suis procuré "le nouveau nom", pour retrouver des personnages que j'ai laissés à regrets.
    Cette amie prodigieuse, c'est Lila, la fille du cordonnier, vue à travers les yeux d'Elena, la narratrice. Toutes deux issues d'un quartier populaire de Naples, à la fin des années 50. Toutes deux brillantes en classe, et repérées par leur institutrice qui les pousse à aller au collège. Ce sera le cas pour Elena, pas pour Lila, qui doit travailler à la cordonnerie de son père avec son frère. C'est l'histoire d'une amitié / rivalité, émulation (c'est Lila qui, en se mettant au latin et au grec toute seule, aiguillonne les capacités et le désir d'apprendre d'Elena), mais aussi l'histoire d'une influence, d'une libération. Comment sortir de son milieu grâce à l'école ? Comment fait-on quand on ne se sent plus à sa place parmi ses amis d'enfance car on suit on chemin différent, et quand malgré tout, on ne veut pas perdre cette part d'histoire personnelle ? On suit les deux héroïnes depuis l'enfance jusqu'à l'adolescence et au mariage de Lila. La galerie de personnages (nombreux, on peut avoir un peu de mal à tous les assimiler au départ) est savoureuse et ils sont bien campés : les frères futurs mafieux, qui achètent les habitants du quartier, le prince charmant intellectuel ou économiquement intéressant parce qu'il tient une épicerie, des pères napolitains rustres au coeur tendre...
    Au final, un bon moment de lecture et des personnages que j'aurai plaisir à retrouver !

  • add_box
    Couverture du livre « L'amie prodigieuse t.4 ; l'enfant perdue » de Elena Ferrante aux éditions Gallimard

    Sandrine Fernandez sur L'amie prodigieuse t.4 ; l'enfant perdue de Elena Ferrante

    Pour vivre pleinement son amour avec Nino, Lena n'a pas hésité à quitter mari et enfants. Auteure reconnue, elle multiplie les conférences et les séances de lecture aux quatre coins de l'Italie et même en Europe, à seule fin de se ménager des escapades avec son amant. Sans souci du sévère...
    Voir plus

    Pour vivre pleinement son amour avec Nino, Lena n'a pas hésité à quitter mari et enfants. Auteure reconnue, elle multiplie les conférences et les séances de lecture aux quatre coins de l'Italie et même en Europe, à seule fin de se ménager des escapades avec son amant. Sans souci du sévère jugement de sa mère ou des mises en garde de Lila, la jeune femme ne songe plus qu'à s'installer avec Nino qui la veut près de lui à Naples. Mais Lena n'est pas prête à retrouver cette ville qu'elle a fuie sans désir de retour. Naples l'étouffe, Naples l'enferme dans son passé, Naples lui fait peur. Et à Naples, il y a Lila...Les deux amies ne se fréquentent plus guère. Même si Lila, installée dans le quartier de leur enfance, ne cesse de la relancer, Lena fait la sourde oreille, soucieuse de son indépendance, de sa liberté retrouvée, de son bonheur...

    Avec L'enfant perdue, Elena Ferrante clôt en beauté sa magistrale saga napolitaine. Même si les deux amies sont un temps séparées, on y retrouve tout le sel de cette amitié particulière avec en toile de fond les évènements qui ont secoué l'Italie au fil des années. Pour Lena, toute tentative de rébellion a été étouffée dans l'oeuf par les contingences de la vie domestique et, avec la maturité, vient la prudence et des positions politiques moins tranchées. L'auteure se veut toujours de gauche et prête à défendre la cause des femmes, mais elle préfère éviter les polémiques. Plus téméraire, Lila a prouvé par les actes que les femmes peuvent sortir de leurs cuisines. A la tête d'une entreprise innovante, elle est devenue une figure respectée du quartier qu'elle tente de libérer du joug des frères Solara.
    Lena et Lila vont finir par se retrouver, partager à nouveau ce lien étrange, fait d'amour, de haine, de rivalité, d'envie. Pour le meilleur et pour le pire.
    Pertes, deuils, trahisons...rien ne leur sera épargné et chacune va devoir vieillir avec ses blessures.
    Si au terme de ces quatre tomes, il fallait faire un choix, c'est définitivement Lila qui gagnerait ! Une maîtresse femme forte, entêtée, volontaire, indépendante. A côté de cette passionnée à fleur de peau, la blonde Lena fait bien pâle figure avec son manque de confiance, son manque d'empathie, son manque de lucidité, son manque de personnalité.
    Elles auront pourtant réussi toutes deux à nous passionner jusqu'au bout. Et on les quitte avec beaucoup de tristesse.