Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Davina Ittoo

Davina Ittoo

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis sur cet auteur (2)

  • add_box
    Couverture du livre « Misère » de Davina Ittoo aux éditions Atelier Des Nomades

    Jean-Paul Degache sur Misère de Davina Ittoo

    Misère, écrit par Davina Ittoo, maître de conférence à l’Open University of Mauritius, m’a plongé dans la vie quotidienne de l’île Maurice, en 1968 puis en 1988. Elle m’a surtout fait partager superstitions, rêves fous et luttes fratricides au moment de l’indépendance de l’île puis permis de...
    Voir plus

    Misère, écrit par Davina Ittoo, maître de conférence à l’Open University of Mauritius, m’a plongé dans la vie quotidienne de l’île Maurice, en 1968 puis en 1988. Elle m’a surtout fait partager superstitions, rêves fous et luttes fratricides au moment de l’indépendance de l’île puis permis de retrouver ses principaux personnages vingt ans après.
    Ce livre me rappelle l’excellent roman historique de Caroline Laurent, Rivage de la colère. Il se déroule à la même époque et rappelle la déportation des habitants des îles Chagos vers Maurice pour y installer une base militaire après un accord anglo-américain.
    Quant à Misère, l’histoire débute dans un village proche de l’océan Indien, village nommé Rivière des Anguilles. Un jeune homme, Arjun, découvre un enfant réfugié dans les latrines de sa maison. Ce gosse ne sait dire qu’un mot : Misère !
    Alors que Sarité, la mère d’Arjun, est veuve de Suraj, décédé depuis quelques années, ne veut pas de cet enfant, Arjun décide de s’en occuper. Ce gosse qu’il nomme Krishna, a un sixième doigt et cette différence ne manque pas de déclencher la haine dans le village. De plus, il est circoncis, donc musulman, dans un village pratiquant l’hindouisme. J’apprends que ses parents ont été massacrés, que sa mère a été éventrée d’un coup de sabre sous ses yeux et que, depuis, il a perdu la parole, sauf pour dire Misère.
    Davina Ittoo se lance donc dans un roman assez compliqué que j’ai trouvé un peu confus. Elle montre bien tous les malheurs, toutes les violences s’abattant sur les Mauriciens lorsque le Royaume-Uni a laissé l’île devenir indépendante. Elle raconte ces luttes fratricides sur fond religieux entre hindouistes, musulmans et chrétiens.
    Découverte par les navigateurs portugais puis colonie française, Mauritius s’est appelée Île de France de 1717 à 1814, moment où elle a été cédée aux Britanniques qui lui ont redonné son nom d’île Maurice, Mauritius. Elle fait partie de l’archipel des Mascareignes et donc du continent africain. Si l’hindouisme est la religion principale, l’île est multiethnique, multiconfessionnelle, multiculturelle. L’anglais est la langue officielle, le français la seconde mais les gens parlent le créole mauricien.
    Ces quelques précisions sont importantes pour comprendre ce que raconte Davina Ittoo, les violences déchaînées au moment de l’indépendance. Des chants, des poèmes reviennent régulièrement dans le récit qui ne néglige aucun détail de la vie quotidienne. Avec cela, il y a immanquablement le désir, l’amour, le besoin sexuel. Arjun est l’amant d’Asha dont Vinod, le mari, sait bien qu’elle n’est pas enceinte de lui.
    Peu de temps après la mort violente de Sarita, Arjun, son fils, disparaît. Personne ne sait où il est parti. Peut-être à Port-Louis, la capitale ? Complètement seul, le jeune Krishna ne peut plus rester et s’en va à son tour.
    Vingt ans plus tard, toujours à Rivière des Anguilles, Vidya est une belle jeune fille, très amie avec Ouma, garçon devenu fille. Elles sont fascinées par le temple et par ces musiciens, les mêmes qui avaient mis le village en émoi vingt ans plus tôt. Heureusement, Vinod avait pris l’habitude de noter actions et pensées dans un carnet que Vidya réussit à récupérer et qui livre enfin la vérité sur ce qui s’est passé vingt ans plus tôt.
    Alors, l’autrice, avant d’emmener son lecteur à Port-Louis, la capitale, le plonge au milieu des dieux de l’hindouisme en y mêlant rêves et cauchemars les plus fous.
    J’avoue avoir eu un peu de mal au cours de la lecture d’un roman dense que j’ai trouvé parfois un peu embrouillé. Je reconnais que cela traduit parfaitement l’état mental des principaux personnages de Misère, ce mot traduisant bien dans quel état vit la plupart des habitants de l’île Maurice.
    Misère, de Davina Ittoo faisait partie des six romans sélectionnés pour le Prix Orange du livre en Afrique et je remercie Lecteurs.com et les éditions Atelier des nomades pour cette lecture à la fois enrichissante, dépaysante et poétique.

    Chronique illustrée à retrouver sur : https://notre-jardin-des-livres.over-blog.com/

  • add_box
    Couverture du livre « Misère » de Davina Ittoo aux éditions Atelier Des Nomades

    Sharon sur Misère de Davina Ittoo

    « Et même lorsque le monde s’évanouirait dans un grand bruit, les pierres demeureraient, suspendues entre le chaos et le cosmos. »
    Ceci est un grand roman! Tragique. Poétique. Mystique. Sensuel. Les tensions dr l’indépendance sont abordées avec une telle sincérité et rien n’est dans le...
    Voir plus

    « Et même lorsque le monde s’évanouirait dans un grand bruit, les pierres demeureraient, suspendues entre le chaos et le cosmos. »
    Ceci est un grand roman! Tragique. Poétique. Mystique. Sensuel. Les tensions dr l’indépendance sont abordées avec une telle sincérité et rien n’est dans le cliché. Le lien du passé et du présent - magnifique! Et Ouma! Quel personnage ! Androgyne, errante - j’adore ! A lire et à relire cette œuvre profondément mauricienne

Bibliographie de Davina Ittoo (1)

Thèmes en lien avec Davina Ittoo

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !