Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Chantal Pelletier

Chantal Pelletier
Voyageuse en écriture comme dans la vie, CHANTAL PELLETIER navigue avec bonheur des nouvelles aux polars, du théâtre (elle a été une des Trois Jeanne) aux romans, dont trois ont déjà été publiés aux éditions Joëlle Losfeld (Paradis Andalous, 2007, De bouche à bouches, 2011, Cinq femmes chinoises,... Voir plus
Voyageuse en écriture comme dans la vie, CHANTAL PELLETIER navigue avec bonheur des nouvelles aux polars, du théâtre (elle a été une des Trois Jeanne) aux romans, dont trois ont déjà été publiés aux éditions Joëlle Losfeld (Paradis Andalous, 2007, De bouche à bouches, 2011, Cinq femmes chinoises, 2013). Ce dernier (PRIX PRINTEMPS DU ROMAN 2013) a reçu un très chaleureux accueil de la part des lecteurs et de la presse.

Vidéos relatives à l'auteur

  • Parole de Libraire spécial Rentrée Littéraire 2015

    Dans ce "Paroles de libraire" spécial rentrée littéraire, Laurence Noret, de la librairie La Belle Lurette, à Paris, nous présente ses trois coups de coeur de la rentrée littéraire 2015 : Ecoutez Laurence vous parler avec enthousiasme de ces...

Articles en lien avec Chantal Pelletier (1)

Avis sur cet auteur (14)

  • add_box
    Couverture du livre « Nos derniers festins » de Chantal Pelletier aux éditions Gallimard

    Marie-Laure VANIER sur Nos derniers festins de Chantal Pelletier

    Imaginez : on est en 2044 (ne faites pas la grimace, je vous y vois comme je m'y vois et vous pétez toujours la forme!), le lobby des végétariens, végétaliens, locavores, accros aux protéines, à la macrobiotique et en guerre contre le sucre, le gluten, la graisse a finalement eu gain de cause....
    Voir plus

    Imaginez : on est en 2044 (ne faites pas la grimace, je vous y vois comme je m'y vois et vous pétez toujours la forme!), le lobby des végétariens, végétaliens, locavores, accros aux protéines, à la macrobiotique et en guerre contre le sucre, le gluten, la graisse a finalement eu gain de cause.
    Le fois gras circule en contrebande et « les dealers de camembert sont plus nombreux que les trafiquants d'héroïne. »
    Quant au veau en daube, n'y songez plus et même pas en rêve comme dirait l'autre : on ne mange plus les bébés animaux... Adieu les plats de grenouilles à l'ail, d'escargots de Bourgogne, de raies aux câpres noyées de beurre, les risottos à la truffe baignés de sauces onctueuses : trop gras, trop riches, trop dangereux pour les artères et le coeur… Et toutes ces bonnes choses sont remplacées par une « bouffe sans goût, hygiénique, écologique, morale et consensuelle, en pots, en gélules ou en poudres. » Ah, vous rêvez de vous empiffrer au restau ? Il faudra au préalable vérifier le nombre de points dont vous disposez sur votre permis de table ! Vous avez du diabète ? Votre taux de cholestérol ou de glycémie à jeun laisse à désirer ? Oubliez le baba au champagne ou le pot-au-feu de canard à la citronnelle et autant dire que vous n'aurez PLUS JAMAIS le droit de toucher à la tarte aux trois chocolats. Le restaurateur se chargera de vérifier scrupuleusement les points dont vous disposez encore sur votre permis que vous devrez obligatoirement lui soumettre pour être servi. Vous êtes en bonne santé ? Parfait ! Il vous faudra tout de même jeter un œil aux points qui figurent devant chaque plat sur le menu que l'on vous a proposé. Un bœuf forestier ? Quatre points. En disposez-vous encore ? Une mousse au chocolat : six points.
    S'il vous venait à l'esprit de dilapider d'un seul coup toutes vos réserves, vous diriez alors adieu au restaurant pour un bon bout de temps ! Et si vous abusiez des bonnes choses et tombiez malade, la Sécurité Sociale ne viendrait pas soulager vos finances: vous l'avez voulu, tant pis pour vous ! Terminées les prestations sociales pour les désobéissants !
    Au menu : salade verte, radis, feuilles de chou, brocolis et poireaux. Je vous entends : « ben quoi, c'est bon, les brocolis ! » Hypocrite que vous êtes ! Allez, et le poulet mafé, les pommes de terre farcies en mille-feuilles, la panna cotta, le welsh rarebit, hein, c'est pas mal non plus ?
    Concrètement, pour assurer le bon fonctionnement de tout ce système, il faut des contrôleurs alimentaires. Eh bien, en voici deux, en la personne d'Anna Janvier, une jouisseuse « athée et omnivore », « végétarienne non pratiquante », bonne vivante décomplexée avec « des formes d'ours en peluche et des appétits de boulimique », qui a bien l'intention de profiter de la vie et ce, dans tous les domaines, notamment celui de la bouffe !,,, et son acolyte, Ferdinand Pierraud, un brin coincé mais qui a lui aussi en mémoire les bons petits plats que lui faisait sa grand-mère autrefois pendant ses vacances en Bourgogne. Alors quand on lui dit que ce qui mijote doucement et discrètement dans cette arrière-cuisine de restaurant n'est pas du veau, son esprit s'échappe quelques secondes et il repense aux effluves de blanquette qui s'échappaient de la cuisine de sa grand-mère. « Il se délectait de la viande fondante exhalant tous ses sucs, des champignons encore alertes sous la dent, des carottes saoulées de sauce, puis, avec un quignon de baguette croustillante à la mie très blanche, il sauçait son assiette jusqu'à la dernière goutte… Saucer !! Mot chavirant pour un geste scandaleux qui évoquait le péché et le stupre, sonnait salace et cochon, laissait imaginer mouillures, bruits de bouche et grognements de jouissance, transbahutait surplus de cholestérol et embouteillage des artères… Mots et parfums le prenaient, le comblaient, lui en foutaient plein la bouche, le mettaient au bord d'un orgasme de premier choix. »
    Alors ces deux-là vont débarquer dans le restaurant de Lou, ils vont bien sentir que quelque chose ne tourne pas rond et que les règles, Lou s'en arrange… Elle refuse notamment de contrôler permis de table et cartes de sécu. Hors de question de mesurer l'apport calorique de ses plats. Et puis quoi encore ! Elle risque gros : de perdre son restau par exemple. Mais on fait avec ce qu'on est, hein ? Va s'ajouter à cela le meurtre d'un cuisinier dans un petit restau clandestin.
    Bref, les contrôleurs vont avoir du pain sur la planche ! Surtout que les enlèvements de cuisiniers récalcitrants organisés par quelques intégristes « pour protester contre le massacre des animaux, le gaspillage de la nourriture, la dilapidation des ressources, l'usage encore trop répandu de produits chimiques dans l'agriculture et l'industrie alimentaire, le non-respect des règles diététiques » sont de plus en plus nombreux. Il va donc falloir agir vite !
    J'ai adoré ce polar dystopique (pas pour son intrigue - on ne le lit pas pour ça) mais pour l'évocation sensuelle, poétique et tellement réjouissante des plaisirs de la table… Et c'est si bien écrit qu'on en a l'eau à la bouche… Quant à la société qui se profile où tout est interdit, contrôlé, standardisé, bien formaté, franchement, elle est effrayante et triste, si triste… faite de privation, de contrôle de soi, de morale, de frustration, de renoncement aux plaisirs de la chair, des chairs… C'est vrai qu'on se dit alors, « à quoi bon ?». Ce roman est un appel au plaisir, à la volupté, au bonheur, à un art de vivre tout simplement...
    J'aimerais seulement que vous lisiez les dernières lignes (pas de panique, elles ne dévoilent rien de l'intrigue!), les voici… Qu'elles vous convainquent de vous régaler de ce texte délicieux et roboratif :
    « Quatre-vingt-dix-sept ans, ça passe tellement vite ! Jusqu'à sept ans, ça ne compte pas vraiment, tu n'apprécies pas pareil. Donc mettons quatre-vingt-dix ans. Quatre-vingt dix occasions de manger pour la première fois une pêche, une blanche, mûre à point, bien juteuse, qui a mûri sur l'arbre ! Ça te coule sur les doigts, tu t'en fous partout, t'es le roi du monde pendant deux minutes et demie, tu mâches, tu fais durer, t'es éternel, tu manges ta première pêche de l'année !

    Seulement quatre-vingt-dix premières pêches avec le parfum de la chair mouillée qui te jute dans la bouche ! Y en a qui boulottent ça sans y penser, les pauvres ! Ils auraient dû rester morts ! Parce que c'est pas plus compliqué que ça : avant de vivre, t'es mort, et à la fin, tu re-meurs. En attendant, tu fais gaffe à toutes les premières fois où tu manges une pêche. »

    LIRE AU LIT le blog

  • add_box
    Couverture du livre « Nos derniers festins » de Chantal Pelletier aux éditions Gallimard

    Regine Zephirine sur Nos derniers festins de Chantal Pelletier

    Derrière ce titre qui fait saliver se cache une dystopie polardeuse ou un polar dystopique, c’est comme vous voulez et avec la sauce de votre choix.
    Un cuisinier est assassiné, noyé dans la marmite de blanquette qu’il mitonnait en toute illégalité. Nous sommes en 2044 et manger est devenu...
    Voir plus

    Derrière ce titre qui fait saliver se cache une dystopie polardeuse ou un polar dystopique, c’est comme vous voulez et avec la sauce de votre choix.
    Un cuisinier est assassiné, noyé dans la marmite de blanquette qu’il mitonnait en toute illégalité. Nous sommes en 2044 et manger est devenu compliqué car tout est sous contrôle. Chaque citoyen est muni d’un permis de table à points, des points qu’il peut perdre en avalant une nourriture trop grasse, trop sucrée ou en dégustant une viande interdite comme le veau, les cuisses de grenouille ou le lapin consacré animal de compagnie. Les contrevenants peuvent se voir privés de protection sociale.
    C’est dans ce contexte, par 40°, que débarquent nos deux contrôleurs alimentaires que tout sépare : La Janvier, qui est la cheffe, est une gourmande aux formes appétissantes tandis que Pierraud son acolyte, allergique aux fruits, préfère la nourriture de cosmonaute vite avalée.
    Dans un futur proche, les partisans du bien manger s’affrontent avec les intégristes de l’alimentation saine et politiquement correcte et nos deux héros vont faire la chasse aux dealers de camembert, trafiquants de foie gras et adeptes de banquets clandestins. Leur route va croiser celle de Lou, cheffe cuisinier à la tête d’un restaurant et qui tente de conserver une vraie gastronomie malgré les dictats.
    Il est aussi question de l’avenir de nos vieux avec cette crèche novatrice pour vieillards abandonnés, une idée de Lou et de sa compagne.

    Avec une intrigue sans grande envergure, nous suivons une enquête aux péripéties gastronomiques et gustatives où les recettes s’enchaînent à un train d’enfer.
    Bien dialogué, le style est alerte. C’est drôle et bien enlevé. J’ai bien aimé la succession de recettes incroyables comme la tourte de sanglier au foie gras, servie tiède avec une salade de pourpier aux échalotes ou les cheveux d’ange à la rose constitués de vermicelles craquants enrobés de miel et fourrés de crème parfumée à l’eau de rose.
    D’une lecture agréable, ce roman qui s’avale vite n’est pas très long en bouche. L’enquête sert de prétexte pour décrire une prohibition alimentaire et la guerre acharnée entre les tenants d’une gastronomie sans complexe et les intégristes du bien manger. Si le monde de la gastronomie vous fait saliver et si vous appréciez l’humour culinaire, ce roman vous réjouira, mais si vous êtes amateur de polars aux intrigues complexes et au dénouement surprenant, passez votre chemin.
    Je remercie les éditions Série Noire Gallimard et Explorateurs du Polar avec Lecteurs.com pour m’avoir fait découvrir ce roman

  • add_box
    Couverture du livre « Cinq femmes chinoises » de Chantal Pelletier aux éditions Gallimard

    Colette LORBAT sur Cinq femmes chinoises de Chantal Pelletier

    Cinq vies, cinq parcours de vie.
    Xiu est chassée de son école de gymnastique bien que la meilleure de sa classe car On a décrété son père traite au Parti. Elle veut sa revanche et l’aura. Elle deviendra une femme d’affaire très riche. Daxia, sa fille en fera tout autant, comme les 3 autres. Que...
    Voir plus

    Cinq vies, cinq parcours de vie.
    Xiu est chassée de son école de gymnastique bien que la meilleure de sa classe car On a décrété son père traite au Parti. Elle veut sa revanche et l’aura. Elle deviendra une femme d’affaire très riche. Daxia, sa fille en fera tout autant, comme les 3 autres. Que dire de ces femmes qui ont eu une vie hors toute sentimentalité. Tiziano Terzani l’écrivait dans son excellent livre «Un devin m’a dit »: les chinois sont pragmatiques. Ces cinq vies en sont la preuve parfaite. Foin de tout sentimentalisme, il faut arriver, se sortir de la fange, de la misère, survivre avant de vivre. Mais je ne puis pas dire que ces femmes soient heureuses. Elles marchent en regardant devant, loin devant, jamais en arrière ou simplement pour voir le chemin parcouru et aller encore plus loin. Elles ont fait fortune. Elles ont sacrifié à leur nouveau Dieu : le Dollar. Elles sont homosexuelles dans un pays où cela est très mal vu et punissable, mais, les autorités « tiédissent » (bien sûr, c’est de l’humour) et la chose est tolérée. Le thème le plus fort de ce livre est leur incapacité à montrer leurs sentiments, aveu de faiblesse. Faibles avec leurs enfants mâles, elles sont sans pitié avec leurs filles. Est-ce pour démontrer cela que ce ne sont que des portraits de femmes réussissant leurs vies professionnelles ? Oui la Chine est malade de son pragmatisme, de sa folie de la réussite en laissant derrière elle, l’humanité.
    Chantal Pelletier ne s’embarrasse pas de sentiments pour décrire ces vies. C’est âpre, rude, dur. Les phrases sont sèches, pas de romantisme du tout dans ce livre. La Chine s’est éveillée au communisme, elle s’éveille maintenant au consumérisme, mais toujours point de romantisme ! Ce livre est, je pense, une très bonne approche de la Chine moderne, sur l’émancipation féminine et leur arrivée à des postes de décision.

  • add_box
    Couverture du livre « Cinq femmes chinoises » de Chantal Pelletier aux éditions Gallimard

    France Bellay sur Cinq femmes chinoises de Chantal Pelletier

    L'histoire, de la naissance à l'âge adulte, de 5 femmes chinoises devenues riches.. et leurs destins se croisent...

    L'histoire, de la naissance à l'âge adulte, de 5 femmes chinoises devenues riches.. et leurs destins se croisent...