Benjamin Lacombe

Benjamin Lacombe
Benjamin Lacombe est né à Paris, le 12 juillet 1982. Auteur, illustrateur et peintre, il est un représentant phare de la nouvelle illustration française. Il a publié son premier livre à 19 ans aux éditions Soleil alors qu'il entrait à l'École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs de Paris (ENS... Voir plus
Benjamin Lacombe est né à Paris, le 12 juillet 1982. Auteur, illustrateur et peintre, il est un représentant phare de la nouvelle illustration française. Il a publié son premier livre à 19 ans aux éditions Soleil alors qu'il entrait à l'École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs de Paris (ENSAD), où il a suivi sa formation artistique. Depuis, Benjamin Lacombe a écrit et illustré plusieurs dizaines de livres traduits et primés à travers le monde.

Avis (17)

  • add_box
    Couverture du livre « L'ombre du golem » de Benjamin Lacombe et Eliette Abecassis aux éditions Flammarion

    Mathilde Guillaume sur L'ombre du golem de Benjamin Lacombe - Eliette Abecassis

    Une histoire avec des thèmes forts, parfois difficiles à aborder avec des enfants, et rendus ici tout à fait accessibles. Un récit porté par une plume entraînante qui nous emmène à la découverte du mythe du Golem. Une réflexion intéressante sur la nature humaine, magnifiquement mise en page et...
    Voir plus

    Une histoire avec des thèmes forts, parfois difficiles à aborder avec des enfants, et rendus ici tout à fait accessibles. Un récit porté par une plume entraînante qui nous emmène à la découverte du mythe du Golem. Une réflexion intéressante sur la nature humaine, magnifiquement mise en page et illustrée par un Benjamin Lacombe qui sort de sa zone de confort et nous propose un univers ancré dans la religion et les traditions, avec encore tout de même une pointe de magie.

    En savoir plus sur :https://livraisonslitteraires.wordpress.com/2018/05/15/lombre-du-golem/

  • add_box
    Couverture du livre « Carmen » de Benjamin Lacombe et Prosper Merimee aux éditions Soleil

    Frederique Letilleul sur Carmen de Benjamin Lacombe - Prosper Merimee

    Ce magnifique livre-objet fascine par sa couverture-tissu, un mélange de dentelle et de soie très sombre qui met déjà dans le contexte de la lecture du classique de Prosper Merimée. La lecture s'effectue sous forme de roman graphique de luxe sur papier glacé à fond noir et lettrage blanc. En...
    Voir plus

    Ce magnifique livre-objet fascine par sa couverture-tissu, un mélange de dentelle et de soie très sombre qui met déjà dans le contexte de la lecture du classique de Prosper Merimée. La lecture s'effectue sous forme de roman graphique de luxe sur papier glacé à fond noir et lettrage blanc. En ponctuation, les planches de Benjamin Lacombe donne la temporalité dramatique du récit et une invitation à une représentation imaginaire de Carmen de toute beauté ! Un livre ovni qui réuni les charmes de l'album, du roman graphique et du beau livre d'art !

  • add_box
    Couverture du livre « Ondine » de Benjamin Lacombe aux éditions Albin Michel Jeunesse

    Nath Bertrand sur Ondine de Benjamin Lacombe

    Une fois encore, me voici sous le charme absolu du talent de Benjamin Lacombe.

    Cette fois, c’est grâce à une jeune bibliothécaire que j’ai découvert un autre de ses albums, que je me suis dépêchée d’emprunter avant qu’un autre passionné ait la même idée que moi.

    Il s’agit d’Ondine, paru...
    Voir plus

    Une fois encore, me voici sous le charme absolu du talent de Benjamin Lacombe.

    Cette fois, c’est grâce à une jeune bibliothécaire que j’ai découvert un autre de ses albums, que je me suis dépêchée d’emprunter avant qu’un autre passionné ait la même idée que moi.

    Il s’agit d’Ondine, paru chez Albin Michel Jeunesse en 2012 mais il y a eu, je pense, une réédition récente . Je précise immédiatement qu’à mon sens, ce magnifique album s’adresse à un public très large, y compris (et surtout) adulte (ou young adult).

    Reprenant le mythe d’Ondine (issu d’un conte alsacien écrit en 1811 par Friedrich de la Motte-Fouqué), Benjamin Lacombe crée comme toujours, du bout de ses crayons, de ses feutres, un univers poétique, romantique, sensuel, et onirique, dont le lyrisme n’est guère exempt.

    Ondine est une nymphe, une « créature des eaux ». Elle a été adoptée par un couple de paysans, le lendemain de la mort par noyade de leur propre fille. Devenue une belle jeune femme, elle rencontre un jour, au fin fond de la Forêt-Noire, le chevalier Hans de Ringstetten. Bien sûr, ils tombent amoureux l’un de l’autre, mais évidemment, ce sera un amour compliqué. Comme toujours dans les contes traditionnels il y a une méchante …très méchante !

    « Sache que je suis un esprit des eaux, un de ces personnages qui peuplent les récits merveilleux qui effrayent tous les enfants. Je suis née sans âme. Or, une vieille légende dit que si une créature des eaux parvient à se faire aimer d’un homme, elle reçoit en retour une âme humaine ».

    Abordant des thématiques telles que la différence, la filiation, l’amour, l’ambivalence des sentiments, Benjamin Lacombe transporte le lecteur dans une dimension imaginaire haute en couleurs, grâce à des illustrations absolument somptueuses (comme toujours ai-je envie de dire). Les calques superposés magnifient et transcendent ce sentiment de merveilleux, et franchement ce conte se lit autant qu’il se regarde.

  • add_box
    Couverture du livre « Frida » de Benjamin Lacombe et Sebastien Perez aux éditions Albin Michel

    Nath Bertrand sur Frida de Benjamin Lacombe - Sebastien Perez

    Frida, c’est un sublime hommage à Frida Kahlo, artiste et Femme très chère à mon cœur.

    « Dans la salive. Dans le papier. Dans l’éclipse. Dans toutes les lignes. Dans toutes les couleurs. Dans toutes les cruches. Dans ma poitrine. Dehors. Dedans. Dans l’encrier. Dans la peine à écrire. Dans...
    Voir plus

    Frida, c’est un sublime hommage à Frida Kahlo, artiste et Femme très chère à mon cœur.

    « Dans la salive. Dans le papier. Dans l’éclipse. Dans toutes les lignes. Dans toutes les couleurs. Dans toutes les cruches. Dans ma poitrine. Dehors. Dedans. Dans l’encrier. Dans la peine à écrire. Dans la merveille de mes yeux. Dans les dernières lignes du soleil (le soleil n’a pas de lignes). Dans tout. Dire dans tout c’est imbécile et magnifique » (F.K)

    Né au cœur de la Casa Azul, cet album est un bijou, tant par sa forme, que par son fond (la couverture en tissu est à elle seule un chef d’œuvre ). Il permet au lecteur de pénétrer à l’intérieur de l’univers de Frida, dans ses pensées, dans son processus créatif, grâce à un univers graphique époustouflant, totalement envoûtant, et à un texte émaillé d’extraits de lettres, de carnets intimes écrits par cette artiste incroyable, engagée, née de la souffrance, devenue exutoire : « Emmurer la souffrance, c’est prendre le risque qu’elle te dévore de l’intérieur ».

    Les découpes dans les pages, les couleurs (ce bleu si particulier), la lumière, les fleurs et les papillons (je pense notamment à cette chrysalide symbolique de la naissance artistique de Frida), tout est là pour entraîner le lecteur dans son univers.

    Bien sûr, il y a l’amour et Diego, son « joli petit môme ». Il y a ses combats, ses rencontres, ses peurs, ses obsessions, la Casa Azul et ce désir de laisser une trace dans l’Histoire : « Ne m’oubliez pas ».

    On ne peut que succomber au charme de ce magnifique album et de Frida, si ce n’est déjà fait.

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !