Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Oscar Wilde

Oscar Wilde
Né à Dublin, O. Wilde est le fils d'un chirurgien irlandais et d'une poétesse engagée pour son pays. Après des études à Oxford, il s'installe à Londres en 1879: séduisant, raffiné et subtile, il est fêté dans toute l'Angleterre. Il développe rapidement sa théorie de l'esthétisme et donne des conf... Voir plus
Né à Dublin, O. Wilde est le fils d'un chirurgien irlandais et d'une poétesse engagée pour son pays. Après des études à Oxford, il s'installe à Londres en 1879: séduisant, raffiné et subtile, il est fêté dans toute l'Angleterre. Il développe rapidement sa théorie de l'esthétisme et donne des conférences sur ce thème aux Etats-Unis. Il devient le rédacteur en chef de The Womans'World.
En 1891, il rencontre Alfred Douglas et entre dans le monde de l'homosexualité. Le père de son ami intente un procès et Wilde est condamné à deux ans de travaux forcés (1895) qu'il purge à la prison de Reading. Il quitte l'Angleterre pour la France, à l'expiration de sa peine. Commence alors une décadence dont il ne sortira pas et malgré l'aide de ses amis, il finit ses jours dans la solitude.
En ces dernières décennies du 19e siècle, Wilde incarne une nouvelle sensibilité qui apparaît en réaction contre le positivisme et le naturalisme. Dans la préface du Portrait de Dorian Gray, il définit le rôle de l'artiste, sa recherche du raffinement et de la beauté. L'oeuvre d'art a plus d'influence sur l'esthète que la vie elle-même.
"The artist is the creator of beautiful things. There is no such thing as a moral or an immoral book. Books are well written, or badly written. That is all. No artist desires to prove anything. Even things that are true can be proved. All art is quite useless." (préface de The Picture of Dorian Gray)

Articles en lien avec Oscar Wilde (4)

  • La bibliothèque idéale d'Ingrid Desjours
    #Découvrez la liste des "lectures idéales" d'une dame du polar !

    Ingrid Desjours nous dévoile sa bibliothèque idéale

  • The London tour : quels sont les meilleurs romans sur la capitale britannique ?
    The London tour : quels sont les meilleurs romans sur la capitale britannique ?

    Londres, une ville cosmopolite où tous les styles sont permis. Une ville chargée d’Histoire et d’histoires aux personnages réels ou imaginaires. Entre Jack l'éventreur, Miss Marple, Mary Poppins où Simon Templar, c’est une foule de héros qui peuple l’imaginaire collectif. Alors, afin de savourer cette mémorable « british touch » dont, seuls, les formidables auteurs britanniques ont le secret, un petit city tour s’impose !

  • Interview de Jean-Michel Ribes : l’amour des mots
    Interview de Jean-Michel Ribes : l’amour des mots

    Fidèle à son goût de l'absurde et de l'insolite, l'auteur et metteur en scène, directeur du théâtre du Rond-Point depuis 2002, détourne le sens des mots qu'il aime et en invente quelques autres dans un truculent petit « dictionnaire ». Rencontre.

  • Oscar Wilde
    Oscar Wilde

    Né à Dublin le 15 octobre 1856, Oscar Wilde  est le fils d'un grand chirurgien et d'une poétesse.

Avis sur cet auteur (66)

  • add_box
    Couverture du livre « Le portrait de Dorian Gray » de Oscar Wilde aux éditions Lgf

    Guillier Charlène sur Le portrait de Dorian Gray de Oscar Wilde

    Le portrait de Dorian Gray est pour moi un chef d'œuvre ! L'écriture d'Oscar Wilde est comme toujours un régal, et sa conception de la moral, fascinante. Incontestablement une de mes meilleures lectures

    Le portrait de Dorian Gray est pour moi un chef d'œuvre ! L'écriture d'Oscar Wilde est comme toujours un régal, et sa conception de la moral, fascinante. Incontestablement une de mes meilleures lectures

  • add_box
    Couverture du livre « Le portrait de Dorian Gray » de Oscar Wilde aux éditions Lgf

    Michel Giraud sur Le portrait de Dorian Gray de Oscar Wilde

    Le peintre Basil Hallward tombe sous le charme de Dorian Gray, un jeune adolescent bourgeois dont Il peint le portrait. Il le présente à son ami Lord Henry Wotton, un dandy cynique et désabusé, qui décide immédiatement de prendre en charge l'éducation mondaine du jeune homme. Rapidement, Dorian...
    Voir plus

    Le peintre Basil Hallward tombe sous le charme de Dorian Gray, un jeune adolescent bourgeois dont Il peint le portrait. Il le présente à son ami Lord Henry Wotton, un dandy cynique et désabusé, qui décide immédiatement de prendre en charge l'éducation mondaine du jeune homme. Rapidement, Dorian devient jaloux du portrait, qui restera éternellement jeune...
    Devenu un jeune adulte, il tombe amoureux de la comédienne Sibyl Vane, ou plus exactement des rôles qu'elle joue à la perfection. Devenant elle-même amoureuse de Dorian, elle perd son talent. Il la quitte alors avec rudesse et constate ce soir-là que, si lui a conservé toute sa beauté, le tableau se transforme suivant le caractère du modèle, devenant une sorte de miroir de son âme...

    Oscar Wilde dresse un portrait au vitriol de la bourgeoisie et de l'aristocratie anglaise de la fin du dix-neuvième siècle. Tout y est : le cynisme et l'arrogance des possédants (dont Lord Henry ne se cache pas !), le mépris des "basses" classes et des femmes (avec des passages tellement outranciers qu'ils m'ont bien fait rire !), l'homosexualité cachée ou inavouée (voir les relations ambigües de Basil, et même de Lord Henry, avec Dorian), etc.
    A l'heure de "Mee too" et des luttes pour le respect des différentes formes de sexualité, lire Le portrait de Dorian Gray peut être une réjouissance (que c'est juste et bien écrit, malgré quelques lourdeurs ou longueurs) et/ou générer de l'inquiétude (plus d'un siècle plus tard, pourquoi encore tant de résistances sur ces sujets dans nos sociétés ?). Sur le fond, je suis totalement conquis !

    Sur la forme, je suis un peu plus réservé. Il y a de nombreux passages où l'écriture est dynamique, enlevée, comme dans un roman d'aventure. Mais il y en a d'autres où elle est plus contemplative, et paraît plus lourde et laborieuse. Le texte accuse son âge...
    Ce n'est donc pas un roman qui se lit vite et facilement. Mais c'est assurément un roman qui compte !

    Chronique illustrée : http://michelgiraud.fr/2020/10/08/le-portrait-de-dorian-gray-oscar-wilde-bibebook-impressionnante-satire-de-la-vieille-societe-anglaise/

  • add_box
    Couverture du livre « Le portrait de Dorian Gray » de Oscar Wilde aux éditions Lgf

    Vanessa Rioli sur Le portrait de Dorian Gray de Oscar Wilde

    Lu à l'adolescence, ce livre m'avait fasciné...
    Le fantastique se mêle à la réalité sous les thèmes de l'apparence, de la vieillesse, de la jeunesse...
    On en sort en se posant des questions...

    Lu à l'adolescence, ce livre m'avait fasciné...
    Le fantastique se mêle à la réalité sous les thèmes de l'apparence, de la vieillesse, de la jeunesse...
    On en sort en se posant des questions...

  • add_box
    Couverture du livre « Le crime de Lord Arthur Savile » de Oscar Wilde aux éditions Gallimard

    JuanGarciaMadero sur Le crime de Lord Arthur Savile de Oscar Wilde

    Lecture d’un soir, « Le crime de Lord Arthur Savile » est un bon cru de Wilde, qui nous raconte comment après s’être vu prédire un sombre avenir par un chiromancien à une soirée chez lady Windermere, le lord Arthur Savile du titre de la nouvelle va tout faire pour se débarrasser de...
    Voir plus

    Lecture d’un soir, « Le crime de Lord Arthur Savile » est un bon cru de Wilde, qui nous raconte comment après s’être vu prédire un sombre avenir par un chiromancien à une soirée chez lady Windermere, le lord Arthur Savile du titre de la nouvelle va tout faire pour se débarrasser de l’embarrassante prophétie, et songer plus que sérieusement à comment et qui éliminer au sein de son entourage. Tout en prenant soin de reporter son mariage à une date ultérieure, une fois ce fâcheux événement derrière lui.

    Vous l’aurez compris, j’ai beaucoup aimé, c’est court et léger mais avec la plume et l’intelligence de Wilde, l’humour noir devient un régal. Qu’il dépeigne la société qui fréquente les salons de lady Windermere ou décrive les réflexions parfois naïves mais tellement comiques du pragmatique (et pourtant si influençable !) lord Savile, Wilde est éblouissant, glissant comme dans ces pièces un aphorisme ou deux de ci de là, s’autorisant les envolées lyriques dans ses descriptions, magnifiant l'ironie qu'il manie à la perfection ; il parvient ainsi à nous rendre cette courte lecture agréable et marquante.