Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Armand

Armand

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis sur cet auteur (2)

  • add_box
    Couverture du livre « Le convoyeur T.1 ; nymphe » de Armand et Tristan Roulot aux éditions Lombard

    Bd.otaku sur Le convoyeur T.1 ; nymphe de Armand - Tristan Roulot

    Le « Convoyeur » et sa monture ont les honneurs de la couverture. On pourrait croire qu’il s’agit d’un western n’étaient quelques détails intrigants : pas de pistolet ni de carabine mais une sorte d’arme étrange, pas de Stetson non plus mais des lunettes de soudeur et un regard incandescent chez...
    Voir plus

    Le « Convoyeur » et sa monture ont les honneurs de la couverture. On pourrait croire qu’il s’agit d’un western n’étaient quelques détails intrigants : pas de pistolet ni de carabine mais une sorte d’arme étrange, pas de Stetson non plus mais des lunettes de soudeur et un regard incandescent chez l’homme comme chez la bête. Derrière eux, une carcasse d’autocar, des champignons géants ainsi qu’une silhouette qui les surplombe du haut d’une pile de pont. On a d’emblée une impression de malaise à cause de ces yeux rouges et de la robe noire du cheval qui font penser à un cavalier de l’apocalypse. Ça tombe bien : c’est du post-apo ! Le surnom convoyeur » n’est pas loin non plus du terme « fossoyeur » et l’on comprend de suite que le héros n’est pas forcément un gentil.

    C’est un format classique de 56p franco-belge. Le découpage est plutôt traditionnel avec des gouttières mais certaines pages innovent en s’affranchissant des cases, en utilisant de nombreuses cases verticales, d’autres de taille ou de format particulier (parallélépipèdes) ou des incrustations et en supprimant même l’espace inter-iconique. L’ensemble est ainsi rythmé et dynamique comme on peut s’y attendre pour un récit d’aventures.
    C’est un tome introducteur donc la mise en place de l’histoire et des personnages est assez longue mais n’empêche pas la fluidité de la narration. L’histoire commence « in medias res » cependant l’on découvre vite le contexte grâce à la voix off du Convoyeur présente en récitatif ou au récit qu’il fait auprès de son commanditaire, Monsieur Cendre, des péripéties qui ont émaillé sa dernière mission. Quand il y a des sauts dans le temps (flash-back de la première rencontre d’Anne et du convoyeur ou histoire d’Anna et Nymphe), ils sont différenciés par un passage au noir et blanc et lorsqu’on change de narrateur (Anna à la place du convoyeur), les cadres changent de couleur. Donc c’est plutôt bien balisé.

    J’ai trouvé très intéressant que l’histoire se passe en France : ça change des récits collapsologiques qui, au cinéma comme en bande dessinée, se passent souvent aux Etats-Unis. J’ai bien aimé aussi le choix du virus. « La Rouille » qui a d’abord détruit tout ce qui contenait du fer : les immeubles, ponts, voitures, grilles de supermarchés puis s’est attaqué ensuite au fer contenu dans le sang humain provoquant de lourdes mutations génétiques et une stérilité quasi complète. Mais le reste ne m’a guère passionnée : j’ai trouvé que cela brassait trop de genres différents pour être réellement maîtrisé et que certains ne s’harmonisaient pas vraiment. De plus, si je comprends que la violence soit une composante nécessaire pour décrire ces temps barbares, je trouve qu’il y a une surenchère et que ça manque souvent d’ellipse et de subtilité. Avait-on réellement besoin de Sponges par exemple hormis pour créer un effet gore ?

    Comme on a un univers composite (post-apo/féodal/western/aventure/super héros), Dimitri Armand peut s’en donner à cœur joie sur le plan graphique ! Les couleurs sont plutôt évocatrices et permettent de créer différentes atmosphères. J’aime bien le soin apporté aux détails des vestiges de l’ancien monde : on retrouve des enseignes (Leclerc, Boulanger, UGC), des barres d’immeubles en ruines et des carcasses de voitures et d’autocars. Paradoxalement, les châteaux médiévaux réinvestis sont rutilants et très bien dessinés. Les décors participent donc bien à la dramaturgie et soulignent aussi certains enjeux. J’ai apprécié aussi l’inventivité pour créer de nouveaux objets « sans fer » comme, par exemple, les véhicules des prêtres aux roues de bois tirés par les eunuques. Cependant l’ensemble de l’album ressemble à un « book » d’hommages et de pastiches sans réelle identité visuelle propre…

    Quant aux personnages, du fait du format choisi, ils n’ont guère une psychologie fouillée et tombent dans l’achétype Le protagoniste avec sa dégaine de Clint Eastwood impassible me semble réussi. On a clairement un jeu sur le cliché ici. J’aime bien aussi celui du traque-gène qui n’a rien à envier à ceux de Loisel ou de George Lucas (comme certaines femmes mutantes d’ailleurs) ou celui de monsieur Cendre qui ressemble au méchant du « Legend » de Ridley Scott avec ses cornes. Mais là aussi, même si Dimitri Armand se régale en partant du côté des « X Men », il me semble qu’on fait dans la surenchère et que ça perd en efficacité. Le personnage de Nymphe est ainsi trop attendu : la métaphore de la mante religieuse n’a rien de nouveau et paraît même un tantinet rétrograde. Celui qui m’intéresse finalement le plus c’est celui de la chasseresse énigmatique qui est à la poursuite du convoyeur.

    Cet album plaira sans doute à un grand nombre, mais, quant à moi, je n’ai guère envie de poursuivre la lecture des aventures à venir …

  • add_box
    Couverture du livre « Le Vent De La Haine » de Armand aux éditions Seine

    Sandrine Boonaert sur Le Vent De La Haine de Armand

    J'aime beaucoup les livre de Marie Paul Armand parce que c'est une ecrivain du Nord qui me parle de ma région et j'ai aimé ce livre doublement parce qu'il parle de la resistance pendant la 2e guerre mondiale

    J'aime beaucoup les livre de Marie Paul Armand parce que c'est une ecrivain du Nord qui me parle de ma région et j'ai aimé ce livre doublement parce qu'il parle de la resistance pendant la 2e guerre mondiale