Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Alain Berthier

Alain Berthier

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis sur cet auteur (1)

  • add_box
    Couverture du livre « Notre lâcheté » de Alain Berthier aux éditions Le Dilettante

    Sabrina SMAIL sur Notre lâcheté de Alain Berthier

    "Mais cette débauche avec des prostituées ne me donna à aucun moment l'impression de déchoir, j'avais beau choisir toujours des filles plus laides et plus vieilles - forcées à plus de complaisances - je me trouvais normal et logique avec moi-même dans une vie normale et réglée. Et l'indifférence...
    Voir plus

    "Mais cette débauche avec des prostituées ne me donna à aucun moment l'impression de déchoir, j'avais beau choisir toujours des filles plus laides et plus vieilles - forcées à plus de complaisances - je me trouvais normal et logique avec moi-même dans une vie normale et réglée. Et l'indifférence où mes fautes laissaient ces femmes les réduisait à rien : à leur propre valeur."

    J'ai essayé, durant ma lecture, de retrouver une histoire aussi dérangeante que celle-ci. Je n'y suis pas arrivée, et au fond de moi, je suis contente d'avoir pu lire quelques choses qui me sortent de mes habitudes. Et quelle claque ! Cet état quasi-végétatif dans une vie qu'on ne souhaite pas, mais dans laquelle on se complaît m'a fasciné. Autant, je n'arrive pas à être raccord aux propos loin de moi, de mes valeurs, autant cette histoire m'a simplement captivée par sa force brute, son ton crue et sans concession. Mon attention était tout entière à cette lente déchéance, sans y trouver de plaisir morbide, j'ai vraiment aimé lire ce véritable extraterrestre littéraire.

    Ce livre, paru une première fois en 1930, me semble intemporel, malgré un style et un vocabulaire soutenu. Intemporel, car les souffrances, subies ou consenties existent toujours, de la même manière. La prise de conscience du narrateur est telle qu'elle semble entrer dans une normalité. Ce qu'il vit semble n'être que le reflet des silences complaisants de la société, passée et présente.

    Lorsqu'il finit par rencontrer cette femme fortunée, Paule, il ne fait que se laisser aller à une facilité de la vie : elle finit par lui mettre la bague au doigt, il s'emprisonne dans un mariage qu'il ne souhaite pas, mais il s'y complait. J'ai même l'impression qu'il se résigne à vivre dans ce qui le révulse : "Tout était fini. J'avais atteint une vieillesse véritable. Rien ne changerait plus. J'entrais dans l'immobilité éternelle : je m'étais accompli et rien ne pouvait m'arriver, puisqu'on n'a d'autre but que soi-même. le monde extérieur cessait d'exister, puisqu'il ne pouvait plus rien modifier de notre bonheur ni de notre malheur".

    Les propos du narrateur concernant son épouse sont peu élogieux. Et pourtant, malgré le cynisme, la brutalité des mots, l'aversion que l'on ressent des personnages l'un pour l'autre et ce lien indéfectiblement cruel qui les unit, le tout donne à cette histoire une force littéraire. On est pris, serré par notre propre jugement, alors qu'on aimerait secouer cette fourmilière, on assiste impuissant à des décisions qui nous dépassent.

    En bref :
    Nous sommes loin de la littérature romantique. L'auteur met en exergue toute la condition dans laquelle le narrateur se trouve, résumé en un mot par le titre du livre. À lire !

Bibliographie de Alain Berthier (1)

Ils ont lu cet auteur

Thèmes en lien avec Alain Berthier

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !