Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

La sarabande des nanas selon Niki de Saint Phalle

Couverture du livre « La sarabande des nanas selon Niki de Saint Phalle » de Catherine Guennec aux éditions Ateliers Henry Dougier
Résumé:

Très tôt, elle l'avait décidé. Elle serait une héroïne. « George Sand, Jeanne d'Arc, un Napoléon en jupons » ... « L'important était que ce fût difficile, grand, excitant » ... Un triple voeu exaucé - par le Ciel, les étoiles ou le Destin (auxquels elle croit) - et au-delà de toute... Voir plus

Très tôt, elle l'avait décidé. Elle serait une héroïne. « George Sand, Jeanne d'Arc, un Napoléon en jupons » ... « L'important était que ce fût difficile, grand, excitant » ... Un triple voeu exaucé - par le Ciel, les étoiles ou le Destin (auxquels elle croit) - et au-delà de toute attente.
L'histoire, celle d'une franco-américaine bien née (vieille noblesse française...) d'une extrême beauté, commence comme un conte de fées pour virer très vite au cauchemar, au film d'horreur, qui va pourtant rebondir encore et encore. A travers ses amours et son oeuvre, féconde, multiforme, poétique, bavarde... qui nous raconte des histoires, son histoire, qui met en scène le couple mythique qu'elle forme avec le sculpteur Tinguely.
Cette « héroïne », rebelle et magnifique, va prendre la carabine « pour faire saigner la peinture », explorer la représentation de la femme : avec ses mariées, ses déesses, ses mères dévorantes et ses fameuses nanas... opulentes, joueuses et colorées.
Sa vie - difficile, grande et excitante - est un roman.

Donner votre avis

Avis (2)

  • Niki de Saint Phalle est une artiste immense et pas seulement par la taille de ses nanas dont il est question ici ! J’ai beaucoup aimé le principe de cette collection et de cette maison d’édition, « Les ateliers Henry Dougier » que je ne connaissais pas et qui propose des romans qui déclinent...
    Voir plus

    Niki de Saint Phalle est une artiste immense et pas seulement par la taille de ses nanas dont il est question ici ! J’ai beaucoup aimé le principe de cette collection et de cette maison d’édition, « Les ateliers Henry Dougier » que je ne connaissais pas et qui propose des romans qui déclinent le concept un artiste/une œuvre (dont la reproduction en couleur est présente sur les rabats de couverture) . Ici nous avons donc une « sarabande de Nanas » d’un côté et une version plus accessible et populaire, une « nana gonflable » de l’autre. La romancière Catherine Guennec nous en explique la genèse sous forme d’un roman biographique plutôt qu’une biographie romancée. En effet, nous n’avons guère l’impression de lire un ouvrage documentaire même si les références sont là comme le souligne la bibliographie des pages finales. Ainsi, les propos de la narratrice artiste par exemple sont extraits de ses écrits autobiographiques. Si l’aspect romanesque l’emporte, c’est peut-être dû aux choix narratifs ? le récit est polyphonique et nous avons les points de vue alternés de la gouvernante de la petite Niki - surnommée … Nana !- et de l’artiste elle-même une fois adulte. Un seul chapitre échappe à cette règle : le chapitre 6 qui laisse la parole au docteur Cossa, le psychiatre qui accueillit Niki de Saint Phalle lors de sa première dépression à 22 ans.

    Les chapitres sont courts et la langue élégante et sobre. On en apprend beaucoup sur la vie et l’œuvre de la franco-américaine. L’événement traumatique qui marqua la fin de son enfance, « l’été des serpents », est au cœur de l’ouvrage et de la réflexion sans être pesant pour autant. Ses relations sentimentales éclairent également son parcours. La romancière montre merveilleusement bien l’attachement ambivalent à l’enfance. On notera aussi un index en fin d’ouvrage sur toutes les œuvres citées. C’est astucieux et utile et donne furieusement envie de se précipiter au MAM de Paris à défaut de pouvoir se rendre aux abattoirs de Toulouse. Je vais m’empresser d’acquérir d’autres titres de la collection. En priorité ceux de Mme Guennec sur Hopper et O’Keefe ainsi que celui consacré à Munch qui vient de paraître sous la plume de Marc Lenot afin de mieux préparer ma visite de l’expo à Orsay !

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • «L’art des fous, la clé des champs»

    Dans cette biographie romancée, Catherine Guennec met en scène la belle Niki de Saint Phalle et raconte comment, après un viol, elle a réussi à échapper au suicide et à la folie pour imposer son art et laisser derrière elle une œuvre remarquable.

    «J’ai...
    Voir plus

    «L’art des fous, la clé des champs»

    Dans cette biographie romancée, Catherine Guennec met en scène la belle Niki de Saint Phalle et raconte comment, après un viol, elle a réussi à échapper au suicide et à la folie pour imposer son art et laisser derrière elle une œuvre remarquable.

    «J’ai cavalé au bord du vide. J’ai côtoyé les gouffres et j'en suis revenue. Tout était noir, tapissé de nuit, et soudain, peu à peu, la lumière, la couleur...
    D'une certaine façon, peindre m’aura permis d’être «folle» de façon acceptable. Et sortez, je vous prie, ce mot «folle» des sphères médicales. Moi, je vous parle de poésie, d’art. "L’art des fous, la clé des champs".»
    Quelle belle idée que cette collection «le roman d'un chef d'œuvre» qui nous permet d'entrer dans l'intimité d'un artiste grâce à la magie du souffle romanesque et à un dispositif narratif particulièrement attrayant. Catherine Guennec a choisi ici le mode choral en donnant la parole à Niki, mais aussi à ses proches et à ceux qui l'ont côtoyée, comme par exemple le psychiatre qui l'a suivie dans son établissement.
    Mais n'allons pas trop vite en besogne et commençons par le commencement, quand Niki s'appelait encore Marie-Agnès Fal de Saint-Phalle, fille d'une Américaine qui préférera son pays à sa famille et d'un banquier de très bonne famille qui utilisera indifféremment sa cravache pour ses chevaux et ses enfants.
    C'est dans les propriétés de la Nièvre et de l'Oise qu'elle grandit, dans le luxe mais sans amour. Les grands-parents veillent sur elle jusqu'à ce jour où la belle enfant reçoit la visite de son père et commet ce crime qui va la traumatiser profondément.
    On comprend son humeur dépressive, ses tentatives de suicide, son internement. Mais on découvre aussi comment l'art, le dessin et la peinture avant la sculpture, parviendront à la sauver. D'abord en canalisant sa colère et sa violence, notamment avec ses œuvres à la carabine, puis avec des assemblages d'objets.
    Elle s'émancipe du carcan familial en allant rejoindre sa mère aux États-Unis. À New York et Boston, elle travaille un temps comme mannequin puis rencontre Harry Matthews qu'elle épouse très vite et en avril 1951 naît leur fille Nora. Ils partent pour Cambridge, plein de rêves mais sans un sou. Harry veut devenir chef d'orchestre et voit le potentiel de son épouse: «Tu as le choix, Niki. Devenir un peintre traditionnel, somme toute mineur, ou donner toute ta mesure, ta démesure. Ta chance, c’est de ne savoir ni peindre ni dessiner, parce que tu vas tout inventer!»
    Alors, elle a pris confiance, s'est décidée à voler de ses propres ailes. Elle part pour Paris, y découvre Brancusi et l'artiste-séducteur Jean Tinguely.
    «Quand, pour la première fois, j'ai aperçu une de ses sculptures, un bric-à-brac grinçant suspendu dans son atelier, j’ai été saisie. Et conquise. Jamais rien vu de pareil ! C’était beau, c'était fou, c'était puissant et ça lui ressemblait.»
    La suite est sans doute l'une des plus fascinantes collaborations entre deux artistes, un maelstrom créatif, des machines de l'un aux Nanas de l'autre, des mécaniques folles de l'un aux couleurs joyeuses de l'autre. Près de 3500 œuvres seront alors réalisées, près de deux par semaine!
    Catherine Guennec nous entraîne avec bonheur dans La sarabande des Nanas, leurs soubresauts et leurs chocs. Car le couple va se séparer pour mieux se retrouver. Dans ce tourbillon, on n'oubliera rien des influences, celles de Gaudi et du Facteur Cheval, ni la genèse de l’une des œuvres maîtresses de Niki, le fabuleux Jardin des Tarots en Toscane. Après Gwenaelle Aubry qui avait publié l’an passé Monter en enfance et cherchait déjà dans les monstres de l’enfance de l’artiste les raisons de son œuvre foisonnante, voici un petit livre qui ravira tous les amateurs d’art. Car il possède une grande vertu: en le refermant, on n'a qu'une envie, retrouver ces Nanas, courir les musées et les expos. Ce monde joyeux et coloré, féministe et poétique qui répond pourtant à un crime.
    https://urlz.fr/ktpE

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.