Pierre Loti

Pierre Loti
Pierre Loti de son nom Louis Marie Julien Viaud (1850, Rochefort-1923, Hendaye) a mené une double carrière, celles d'officier de marine et d'écrivain. En 1870, année du décès de son père, il prend la mer comme aspirant de première classe et participe sur une corvette de la marine à la guerre cont... Voir plus
Pierre Loti de son nom Louis Marie Julien Viaud (1850, Rochefort-1923, Hendaye) a mené une double carrière, celles d'officier de marine et d'écrivain. En 1870, année du décès de son père, il prend la mer comme aspirant de première classe et participe sur une corvette de la marine à la guerre contre l'Allemagne. Il exerce cette fonction pendant quarante ans et voyage ainsi à travers le monde. De Tahiti à l'Extrême-Orient, en passant par l'Afrique du Nord et la Turquie – le pays adoré, les pays traversés servent de cadres à ses intrigues romanesques. Il est élu à l'Académie française le 21 mai 1891. Pierre Loti s'affirme comme le plus grand écrivain exotique. Il est l'auteur entre autres de : Aziyadé et Pêcheur d'Islande, Matelot (édit. La Découvrance).

Avis sur cet auteur (13)

  • add_box
    Couverture du livre « Pêcheur d'islande » de Pierre Loti aux éditions Gallimard

    Anneja sur Pêcheur d'islande de Pierre Loti

    Pêcheur d'Islande est un roman d'une tristesse infinie. L'attente et la solitude rythment les pages, immergeant le lecteur dans un monde hostile où l'atmosphère est toujours sombre et l'espoir jamais de longue durée.
    Le roman s'ouvre sur une assemblée de six marins réunis dans un bateau de...
    Voir plus

    Pêcheur d'Islande est un roman d'une tristesse infinie. L'attente et la solitude rythment les pages, immergeant le lecteur dans un monde hostile où l'atmosphère est toujours sombre et l'espoir jamais de longue durée.
    Le roman s'ouvre sur une assemblée de six marins réunis dans un bateau de pêche en Islande. D'emblée la mer et la solitude s'installent au cœur de ce roman. Yann et Sylvestre, pêcheurs, sont amis. Yann est un homme à la carrure solide, timide et réservé, il plait aux jeunes filles. Et surtout à Gaud. A 21 ans, elle habite à Paimpol avec son père. Riche, elle tombe amoureuse de Yann ce jour, où par miracle, il passe la nuit à danser ensemble à la faveur d'un bal. Dès le lendemain, les illusions se perdent, pendant deux ans. Yann ne donne aucune raison, et les deux jeunes gens s'évitent, même si Gaud est folle amoureuse de lui, jusqu'au jour où Yann lui annonce son amour et la demande en mariage dans la petite maison isolée à flanc de colline. Le mariage est organisé à la hâte, les deux amoureux passe six jours idylliques avant que Yann ne reprenne la mer ; à jamais.
    Pierre Loti a décidé de ne laisser aucun répit ni aux deux amoureux, ni au lecteur. L'ambiance qui règne dans cette campagne bretonne en 1883 est déprimante au possible : pas une seule page de cette tragédie sans que le décor soit frappé par la pluie et le vent. La semaine heureuse et pleine de lumière qui précède le mariage est une éclaircie salutaire pour les personnages et le lecteur qui trouvent ici l'occasion de reprendre leur souffle et retrouver l'espoir au milieu de toutes ces ténèbres. Mais Pierre Loti joue avec nos émotions. Et aussitôt Yann reparti après le mariage pour une dernière campagne de pêche, le roman nous entraîne jusqu'à la fin dans un tourbillon d'inquiétude, de solitude, et de désespoir sans que plus aucune bouée ne vienne secourir le lecteur de la tempête qui l'assaille.

  • add_box
    Couverture du livre « Les désenchantées » de Pierre Loti aux éditions Actes Sud

    Salix_alba sur Les désenchantées de Pierre Loti

    Premier sentiment, un plaisir indicible à lire ce "doux" pamphlet sur les harems en Turquie du début du XXe siècle.

    Il est certain que Pierre Loti, au travers de ses différents voyages, fut un adepte inconditionnel de ce pays. Succombant sous le charme de ces paysages (Constantinople devenu...
    Voir plus

    Premier sentiment, un plaisir indicible à lire ce "doux" pamphlet sur les harems en Turquie du début du XXe siècle.

    Il est certain que Pierre Loti, au travers de ses différents voyages, fut un adepte inconditionnel de ce pays. Succombant sous le charme de ces paysages (Constantinople devenu Istanbul dès 1930), de ces effluves des marchés du port, des couleurs naturelles des différentes végétations.

    Or donc, Notre héro tombe amoureux d'une jeune femme turque dans un harem. Des femmes voilées au dehors, mais occidentalisées dans leurs murs. Les rencontrer, leur parler, voici dorénavant son but dans cette ville. Il en fera son obsession, Mais peut--t-on vivre une idylle avec de "petits fantômes noirs" dans une société où la liberté des femmes n'existe pas? Quel devenir pour celle-ci?

    Le chemin sera long pour La liberté de la Femme...

  • add_box
    Couverture du livre « Les désenchantées » de Pierre Loti aux éditions Actes Sud

    Anita Millot sur Les désenchantées de Pierre Loti

    Les désenchantées, ce sont trois jeunes turques : Djénane, Zeyneb et Mélek, âgées de seize à vingt et un ans au début du récit, éduquées comme des européennes mais paradoxalement enfermées dans un harem, pour leur plus grand malheur.
    Djénane, la plus hardie des trois, écrira en avril 1901 à...
    Voir plus

    Les désenchantées, ce sont trois jeunes turques : Djénane, Zeyneb et Mélek, âgées de seize à vingt et un ans au début du récit, éduquées comme des européennes mais paradoxalement enfermées dans un harem, pour leur plus grand malheur.
    Djénane, la plus hardie des trois, écrira en avril 1901 à leur écrivain français favori, André Lhéry dont elle est secrètement amoureuse, persuadée - à tort - de ne jamais recevoir de réponse.
    En 1904, André Lhéry, homme mûr en poste à Istanbul, rencontrera régulièrement en cachette les trois courageuses adolescentes (dont deux seront mariées de force par leurs familles), jusqu’au jour funeste de son retour en France, fin 1905.
    Une magnifique et tragique histoire romanesque, qui nous fait découvrir la terrible condition des femmes turques, traitées comme des odalisques, choyées à outrance lorsqu’elles sont riches, mais emmurées vivantes dans leur propre maison …
    Pierre Loti, nous offre ici un chef d’oeuvre qui nous enchante par la finesse de son écriture si poétique et par la force des sentiments exprimés.

  • add_box
    Couverture du livre « Pêcheur d'islande » de Pierre Loti aux éditions Gallimard

    Charlène Cherbonnel sur Pêcheur d'islande de Pierre Loti

    Très beau récit sur la vie des pêcheurs à la fin du XIXe siècle.
    On y apprend la dureté de leur travail, les risques qu'ils prennent quotidiennement pour rapporter un peu d'argent à leur famille. Mais on y découvre aussi la vie des femmes sur terre et leur interminable attente durant le...
    Voir plus

    Très beau récit sur la vie des pêcheurs à la fin du XIXe siècle.
    On y apprend la dureté de leur travail, les risques qu'ils prennent quotidiennement pour rapporter un peu d'argent à leur famille. Mais on y découvre aussi la vie des femmes sur terre et leur interminable attente durant le printemps et l'été, leurs peurs de ne pas revoir leur mari, fiancé, frère, ami. Des conditions de vie très difficile pour les uns et pour les autres.

    Un récit poignant, plein de douceur et de sobriété.

    Ce qui m'a le plus gêné dans ma lecture c'est la plume de l'auteur à laquelle je n'ai pas du tout accroché.