Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Patrick Besson

Patrick Besson
Lauréat du Grand prix du roman de l'Académie française et du prix Renaudot, juré du prix Renaudot et chroniqueur vedette à l'hebdomadaire Le Point, Patrick Besson est l'auteur d'une soixantaine d'ouvrages, des romans pour la plupart.

Articles en lien avec Patrick Besson (3)

Avis sur cet auteur (21)

  • add_box
    Couverture du livre « L'enfant d'Octobre » de Patrick Besson aux éditions Grasset Et Fasquelle

    Carrie sur L'enfant d'Octobre de Patrick Besson

    L'enfant d'octobre nous relate l'affaire dite du petit Grégory, affaire encore non élucidée à ce jour et qui a refait la une des journaux il y a un an ou deux.

    J'ai grandi avec cette affaire. Je suis née la même année que ce petit garçon qui a été jeté, pieds et poings liés, dans la Vologne,...
    Voir plus

    L'enfant d'octobre nous relate l'affaire dite du petit Grégory, affaire encore non élucidée à ce jour et qui a refait la une des journaux il y a un an ou deux.

    J'ai grandi avec cette affaire. Je suis née la même année que ce petit garçon qui a été jeté, pieds et poings liés, dans la Vologne, rivière qui coule dans le département des Vosges. Une affaire de famille, des comptes mal réglés, un corbeau qui envoie des lettres aux parents depuis plusieurs années, ce linge sale-là, malheureusement, on n'a pas fait que le laver en famille.
    Ce roman, car c'est un roman, Philippe Besson imaginant les pensées de Christine, la mère du garçonnet, retrace ce fait divers devenu l'un des cold cases les plus connus de France, si ce n'est le plus connu. Il y relate les faits, les enquêtes successives, les erreurs commises, les rebondissements et constate que près de 36 ans après le drame – 22 au moment de l'écriture du livre -, on ne connaît toujours pas l'identité du coupable, qu'on ne le connaîtra probablement jamais sauf si quelqu'un décide de se délivrer de ce poids sur son lit de mort.

    Philippe Besson, comme il l'avait fait avec Vivre Vite, qui relatait l'accident mortel de James Dean, a décidé de ne pas totalement romancer son histoire et a utilisé les vrais noms des protagonistes. Si le procédé ne pose pas de problème particulier s'agissant de l'accident de voiture de la star hollywoodienne, j'ai trouvé le parti pris ici beaucoup plus casse-gueule. On ne traite pas un assassinat de petit garçon comme on traite un bête accident de la route, aussi dévastateur fut il. Cependant, s'il fallait écrire un roman sur cette triste affaire, Philippe Besson était l'écrivain idéal. Je ne m'en cache pas, j'aime beaucoup cet auteur, que j'ai eu l'occasion de rencontrer au détour d'une dédicace, qui a une plume délicate et pudique. Rien n'est putassier dans ce livre et il rend je trouve un très bel hommage à ce petit garçon, rappelant par la même occasion qu'il ne s'agit pas d'un simple fait divers. Je comprends l'ire qu'a déclenché à l'époque la sortie de ce livre ; des parents, une mère, ne pouvaient pas accepter ça. Pour ma part, je me suis trouvée en empathie totale avec ce petit Grégory, ces parents qui ont perdu ce qu'ils avaient de plus précieux au monde, de la manière la plus atroce possible.

    Rien n'est gai dans ce livre ; les querelles de famille, les jalousies, la petitesse des gens de cette campagne moisie, l'incompétence de la justice, et j'en passe. Rien n'est gai, non, mais le ton est juste.

  • add_box
    Couverture du livre « L'enfant d'Octobre » de Patrick Besson aux éditions Grasset Et Fasquelle

    Réjane MARTEAU sur L'enfant d'Octobre de Patrick Besson

    Quand j'ai commencé la lecture de ce roman, j'ignorais qu'il relatait l'histoire réelle de ce drame national qu'a été l'assassinat du petit Grégory en octobre 1984. Une affaire non élucidée à ce jour, et qui ne le sera probablement jamais. Ce roman, puisqu'il se revendique roman, distille avec...
    Voir plus

    Quand j'ai commencé la lecture de ce roman, j'ignorais qu'il relatait l'histoire réelle de ce drame national qu'a été l'assassinat du petit Grégory en octobre 1984. Une affaire non élucidée à ce jour, et qui ne le sera probablement jamais. Ce roman, puisqu'il se revendique roman, distille avec brio les faits réels et l'imagination de l'auteur, j'aime beaucoup l'écriture de Philippe Besson, mais difficile de ne pas ressentir un certain malaise face à ce terrible drame, et à la pensée d'un coupable toujours impuni.

  • add_box
    Couverture du livre « Ne mets pas de glace sur un coeur vide » de Patrick Besson aux éditions Plon

    TROUVE sur Ne mets pas de glace sur un coeur vide de Patrick Besson

    Une histoire de cœurs…


    Dans un style incisif, mordant, parsemé de jeux de mots, de figures de style en miroir et en répétitions et terriblement efficace, Patrick BESSON nous fait revivre les quartiers parisiens de Malakoff dans les années 90, avec un roman bien ficelé aux dialogues coups de...
    Voir plus

    Une histoire de cœurs…


    Dans un style incisif, mordant, parsemé de jeux de mots, de figures de style en miroir et en répétitions et terriblement efficace, Patrick BESSON nous fait revivre les quartiers parisiens de Malakoff dans les années 90, avec un roman bien ficelé aux dialogues coups de poings, bien ciselés, truculents.
    Aucun ennui à la lecture de ce texte ou devrais-je dire de ces dialogues qui font en partie le cœur du roman…parlons-en du cœur justement qui en est le thème : le cœur malade en attente d’une greffe de Vincent, richissime rentier, arrogant dans ses propos et sa laideur, le cœur sportif de Philippe, son voisin du dessous, professeur de lettres, passionné de cyclisme et de sexe, le cœur bien accroché de Karima, la belle et brillante veuve algérienne, le cœur mort de Jean-Claude, mari de Karima, décédé soudainement d’un accident de moto.
    A la manière d’un Roman Polanski, l’auteur privilégie l’humour caustique, acide et une bonne dose de suspense pour présenter son histoire, quasi surréaliste : une veuve épouse l’homme qui a hérité du cœur de son mari mort pour lui faire un enfant et revivre son amour impossible.
    Le titre « Ne mets pas de glace sur un cœur vide », tiré de « La Vie de Tchekhov » prend ici tout son sens…

  • add_box
    Couverture du livre « L'enfant d'Octobre » de Patrick Besson aux éditions Grasset Et Fasquelle

    Mireille B sur L'enfant d'Octobre de Patrick Besson

    Connaissant l’écrivain Philippe Besson à travers ses romans inspirés de son histoire personnelle, je souhaitais découvrir son écriture dans un autre registre. Proposé par une amie, je n’ai pas refusé « l’enfant d’octobre ». Cependant, la tragédie de « l’affaire Grégory » m’a évidemment beaucoup...
    Voir plus

    Connaissant l’écrivain Philippe Besson à travers ses romans inspirés de son histoire personnelle, je souhaitais découvrir son écriture dans un autre registre. Proposé par une amie, je n’ai pas refusé « l’enfant d’octobre ». Cependant, la tragédie de « l’affaire Grégory » m’a évidemment beaucoup émue mais le roman a été écrit tellement de fois, entre ceux qui détenaient la vérité, ceux qui s’érigeaient en justiciers, ceux qui se faisaient un film, bref, chacun y allait de ses propos et de ses jugements. L’enquête, ou plutôt les enquêtes ont révélé tout et leur contraire, le ou plutôt les jugements, se sont succédé, la vengeance s’est exprimée, et… en 2018, d’un rebondissement devait enfin accoucher la vérité…

    Face à cette infâme tragédie, je n’avais pas envie de lire, surtout sous la plume d’un écrivain que j’apprécie, une autre version des faits impliquant particulièrement la mère de l'enfant, qui ne pouvait que raviver les discours stériles.
    Je n’ai donc pas ouvert ce livre avec un enthousiasme fou. A la lecture, je n’ai pas ressenti les émotions qu’auraient pu susciter en moi l’écriture sensible et maîtrisée de Philippe Besson dans les descriptions par exemple (les faits, la famille, la douleur, les soupçons, les erreurs, l’enquête, etc…).
    Je me demande pour quelle raison l’auteur s’est saisi de cette affaire, si ce n’est que par intérêt d’ordre économique. Ceci ressemble davantage à du roman feuilleton qu’à de la littérature. Evidemment, très déçue !