Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Kenneth Cook

Kenneth Cook
Kenneth Cook (1929-1987), romancier, journaliste, fondateur d'une ferme de papillons, s'est rendu célèbre en publiant un chef-d'?uvre de roman noir, Cinq matins de trop (Autrement, 2006). Ses nouvelles lui ont offert trois best-sellers, dont Le Koala tueur (Autrement, 2009 ; Editions de la Loupe,... Voir plus
Kenneth Cook (1929-1987), romancier, journaliste, fondateur d'une ferme de papillons, s'est rendu célèbre en publiant un chef-d'?uvre de roman noir, Cinq matins de trop (Autrement, 2006). Ses nouvelles lui ont offert trois best-sellers, dont Le Koala tueur (Autrement, 2009 ; Editions de la Loupe, 2009) et La Vengeance du wombat.

Avis sur cet auteur (18)

  • add_box
    Couverture du livre « Outback » de Kenneth Cook aux éditions Autrement

    voyages au fil des pages sur Outback de Kenneth Cook

    « Outback« , c’est du Kenneth Cook et pourtant c’est une déception. On est bien loin du coup de cœur de « Cinq matins de trop« , son premier roman, grâce auquel j’avais découvert cet auteur.

    Pourtant ici il y a aussi du noir, et on est dans l’outback australien. Mais ce dernier n’est qu’un...
    Voir plus

    « Outback« , c’est du Kenneth Cook et pourtant c’est une déception. On est bien loin du coup de cœur de « Cinq matins de trop« , son premier roman, grâce auquel j’avais découvert cet auteur.

    Pourtant ici il y a aussi du noir, et on est dans l’outback australien. Mais ce dernier n’est qu’un décor à peine visible là où il était presque un personnage dans le précédent, et la noirceur est loin d’être aussi oppressante.

    Nous avons donc Johnson, un cambrioleur à la petite semaine, au QI à la hauteur des pâquerettes, qui descend, presque par hasard, un flic alors qu’il sortait de la bijouterie qu’il venait de piller. Débute alors une chasse à l’homme, avec tous les policiers de la région aux trousses de Johnson, et une nuée de journalistes dans leur sillage. Parmi ceux-ci, Ben Davidson, un jeune reporter idéaliste, en quête du scoop qui fera décoller sa carrière.

    Le roman suit ces deux hommes en parallèle, jusqu’au moment où leurs destins se croisent avant se s’écarter à nouveau.

    Face à tous ces flics assoiffés de vengeance, on se demande si Johnson va se rendre ou se faire cribler de balles, à moins que ce ne soit les deux, dans la mesure où son tempérament à la fois colérique et trouillard, et sa bêtise, le rendent imprévisible. Quant à Davidson, on le suit tantôt avec son équipe à la chasse au reportage exclusif, tantôt aux prises avec sa hiérarchie, elle-même contrainte aux compromissions honteuses avec son actionnaire et principal pourvoyeur de budget.

    Avec des personnages un peu caricaturaux, des dialogues assez plats, une intrigue convenue, ce roman publié en 1962 se lit rapidement mais sans passion. Il manque de mordant et de puissance. Heureusement, Kenneth Cook a fait mieux depuis.

  • add_box
    Couverture du livre « Le koala tueur et autres histoires du bush » de Kenneth Cook aux éditions Le Livre De Poche

    T O sur Le koala tueur et autres histoires du bush de Kenneth Cook

    Dans chaque nouvelle, l'auteur reprend une aventure invraisemblable mais réelle qui lui est arrivée. Il s'y présente comme un écrivain quelque peu obèse, pas très téméraire dès qu'il se retrouve face à des animaux sauvages dont ce koala qui tentera de l'émasculer. Son don pour se mettre dans des...
    Voir plus

    Dans chaque nouvelle, l'auteur reprend une aventure invraisemblable mais réelle qui lui est arrivée. Il s'y présente comme un écrivain quelque peu obèse, pas très téméraire dès qu'il se retrouve face à des animaux sauvages dont ce koala qui tentera de l'émasculer. Son don pour se mettre dans des situations périlleuse est infini !
    On passe un excellent moment en compagnie de la faune australienne et de figures de ce milieu : mineurs d'opales, montreurs de serpents, trafiquants d'or, ...
    J'ai vraiment apprécié l'humour de ce recueil, l'autodérision de l'auteur, le coté burlesque. le style de la nouvelle est bien maitrisé et les chutes sont désopilantes !
    Ce livre m'a été conseillé par le libraire à qui je demandais un auteur né en Océanie pour le challenge Globe-trotteurs. Très bon conseil : J'ai a-do-ré !

  • add_box
    Couverture du livre « Le vin de la colère divine » de Kenneth Cook aux éditions J'ai Lu

    Ines Perluette @la_bibliotheque_de_perluette sur Le vin de la colère divine de Kenneth Cook

    J’ai connu Kenneth Cook grâce aux nouvelles du Koala tueur, où il narrait avec humour ses aventures dans le bush australien. Autant vous dire que ce livre est d’un autre style, beaucoup plus sombre et violent (avec malgré tout un ton parfois décalé). C’est un récit basé en partie sur des...
    Voir plus

    J’ai connu Kenneth Cook grâce aux nouvelles du Koala tueur, où il narrait avec humour ses aventures dans le bush australien. Autant vous dire que ce livre est d’un autre style, beaucoup plus sombre et violent (avec malgré tout un ton parfois décalé). C’est un récit basé en partie sur des témoignages de soldats ayant fait la guerre du Vietnam, et du coup c’est extrêmement poignant et réaliste. Dans un bar, un soldat se confesse au lecteur, et je ne vais pas vous le cacher, c’est un récit traumatique, avec des détails qui retournent l’estomac (mais en même temps, un roman de témoignages de guerre ça n’allait pas parler de petits lapinous mignons qui se roulent dans des fleurs). L’évolution de la pensée du soldat, qui était volontaire à la base, et qui peu à peu se sent en décalage avec ce qu’il vit, est très intéressante. Je dois bien vous avouer que je me demandais où j’allais dans les premières pages, mais rapidement, je me suis trouvée totalement absorbée par ce récit. La tension monte peu à peu au fil des pages, et l’atmosphère se fait pesante. C’est un livre petit, mais dense, traitant de l’absurdité de la guerre, avec une pensée quasi-philosophique, tout en la racontant telle qu’elle est : féroce et insensée.

  • add_box
    Couverture du livre « L'ivresse du kangourou » de Kenneth Cook aux éditions J'ai Lu

    Manika sur L'ivresse du kangourou de Kenneth Cook

    Sous forme de courts chapitres, Kenneth Cook nous raconte des anecdotes toutes plus drôles les unes que les autres qui lui sont arrivées (c'est raconté à la 1ère personne) avec des animaux d'Australie. Un voyage haut en couleur aussi divertissant qu'amusant. L'auteur se moque de lui même avant...
    Voir plus

    Sous forme de courts chapitres, Kenneth Cook nous raconte des anecdotes toutes plus drôles les unes que les autres qui lui sont arrivées (c'est raconté à la 1ère personne) avec des animaux d'Australie. Un voyage haut en couleur aussi divertissant qu'amusant. L'auteur se moque de lui même avant tout et nous fait sourire voire rire plus d'une fois.

    C'est une découverte de cet auteur pour moi et je s'en suis ravie un petit livre qui se lit rapidement, léger et qui fait du bien dans cette période plus que morose où l'envie de voyage de voyage se fait sentir.

Récemment sur lecteurs.com