Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

John Le Carre

John Le Carre
John le Carré est né en 1931. Après avoir étudié à Oxford, il enseigne à Eton, puis travaille pendant cinq ans pour le Foreign Office. L'Espion qui venait du froid, lui vaut la célébrité. La consécration vient avec la trilogie : La Taupe, Comme un collégien et Les Gens de Smiley. John le Carré vi... Voir plus
John le Carré est né en 1931. Après avoir étudié à Oxford, il enseigne à Eton, puis travaille pendant cinq ans pour le Foreign Office. L'Espion qui venait du froid, lui vaut la célébrité. La consécration vient avec la trilogie : La Taupe, Comme un collégien et Les Gens de Smiley. John le Carré vit en Cornouailles.

Articles en lien avec John Le Carre (3)

  • Rentrée 2016 : la mort à l’œuvre, si si !
    Rentrée 2016 : la mort à l’œuvre, si si !

    La revue de presse d’Abeline Majorel

  • Opération Sweet Tooth de Ian McEwan
    Opération Sweet Tooth de Ian McEwan

    Concis et gentiment provocateur, Ian McEwan ne fait pas perdre son temps au lecteur. Dès le premier paragraphe d’« Opération Sweet Tooth », il pose les bases de son histoire : quarante ans plus tôt, l’héroïne Serena Frome a été envoyée en mission par les services secrets britanniques, et ça ne s’est pas très bien terminé. Plongée immédiate dans l’Angleterre du début des années 1970, perturbée par la Guerre Froide, la crise économique naissante, les débuts de l’IRA et même l’émergence du terrorisme palestinien.

  • Une Vérité si délicate de John le Carré
    Une Vérité si délicate de John le Carré

    Parmi les grands noms du roman d'espionnage, Gérard de Villiers, disparu il y a quelques semaines à 83 ans, excellait dans la description brute et parfois même visionnaire quand il imaginait, un an avant l'opération Serval, les colonnes de 4x4 déferler sur le Nord Mali. John le Carré fascine, lui, par sa capacité de déconstruction des grands rouages géopolitiques.

Avis sur cet auteur (55)

  • add_box
    Couverture du livre « Une vérité si délicate » de John Le Carre aux éditions Points

    JuanGarciaMadero sur Une vérité si délicate de John Le Carre

    M. John Le Carré réussit une prouesse dans ce roman : trouver la juste distance entre une narration d’une drôlerie irrésistible, débordante d’un humour « so british » subtil allié à un style foisonnant d’inventivité, et une histoire d’espionnage crasseuse et terrible, révélatrice des maux de...
    Voir plus

    M. John Le Carré réussit une prouesse dans ce roman : trouver la juste distance entre une narration d’une drôlerie irrésistible, débordante d’un humour « so british » subtil allié à un style foisonnant d’inventivité, et une histoire d’espionnage crasseuse et terrible, révélatrice des maux de notre époque.

    Nous suivons plusieurs personnages dans ce « Une Vérité si délicate », l’un des plus réussis étant Kit Probyn, l’oiseau de bas vol, qui se retrouve « téléphone rouge » lors d’une délicate opération à Gibraltar, montée par un politicien peu scrupuleux, l’armée de Sa Gracieuse Majesté et une bande de mercenaire venus du pays de l’Oncle Sam. Les intérêts de toutes les parties sont troubles, et l’on sent à plein nez la corruption sans que le naïf Probyn ne semble y comprendre quelque chose.

    Plus tard cependant, les évidences finiront par lui sauter aux yeux, notamment quand un certain Jeb viendra lui faire des révélations qui remettront en cause sa fulgurante carrière, en lui apprenant la réalité de ce à quoi il a participé. Il devra alors faire un choix, associant à celui-ci un lanceur d’alerte du nom de Tobby Bell, qui devra trahir le Foreign Office s’il veut aider à faire jaillir cette vérité si délicate, sur les secrets de l’opération bancale de Gibraltar.

    Une réussite totale, emplie d’un humour ravageur, à mes yeux le plus drôle des livres du maître Le Carré, qui nous plonge dans les méandres de la politique et des guerres pas toujours propres menées par les castes qui en tirent les rouages. Instructif, drôle, et au final, indispensable.

  • add_box
    Couverture du livre « La taupe » de John Le Carre aux éditions Points

    slabont sur La taupe de John Le Carre

    Bof... j'avoue que j'avais de très fortes attentes. Par contr e j'ai trouvé le roman lourd et que cela manquait cruellement d'actions.

    Bof... j'avoue que j'avais de très fortes attentes. Par contr e j'ai trouvé le roman lourd et que cela manquait cruellement d'actions.

  • add_box
    Couverture du livre « Un homme très recherché » de John Le Carre aux éditions Points

    Bagus35 sur Un homme très recherché de John Le Carre

    Issa ,un immigré tchéchène débarque à Hambourg et contacte une avocate en lui demandant de servir d'intermédiaire auprès d'un banquier anglais qui détiendrait un compte bancaire au nom de son père ,un ancien colonel de l'armée rouge .Il aimerait que cet argent sale lui permette de financer ses...
    Voir plus

    Issa ,un immigré tchéchène débarque à Hambourg et contacte une avocate en lui demandant de servir d'intermédiaire auprès d'un banquier anglais qui détiendrait un compte bancaire au nom de son père ,un ancien colonel de l'armée rouge .Il aimerait que cet argent sale lui permette de financer ses études de médecine et de venir en aide aux tchéchènes .Seulement il est loin de se douter que les services secrets de plusieurs pays s'intéressent de près à lui. Un bon roman d'espionnage teinté d'humour.

  • add_box
    Couverture du livre « Retour de service » de John Le Carre aux éditions Seuil

    Sophie Wag sur Retour de service de John Le Carre

    Un espion anglais qui reprend du service, une femme ex espionne, un copain de badminton qui est peut-être un agent double, un roman bien alambiqué, un peu confus (est-ce le fait de la traduction?) et bien long... Si le final plutôt pas mal m'a rappelé certains films d'Alfred Hitchcock, le chemin...
    Voir plus

    Un espion anglais qui reprend du service, une femme ex espionne, un copain de badminton qui est peut-être un agent double, un roman bien alambiqué, un peu confus (est-ce le fait de la traduction?) et bien long... Si le final plutôt pas mal m'a rappelé certains films d'Alfred Hitchcock, le chemin pour y parvenir m'a semblé bien long et bien peu passionnant... Il y avait pourtant de bonnes idées mais le contre-contre-contre espionnage ainsi que les noms, surnoms et noms de code, après m'avoir égarée, ont fini par me lasser. C'était mon premier roman de John Le Carré, je suis allée au bout par piété littéraire, je réessaierai sans doute mais pas tout de suite...

Récemment sur lecteurs.com