Jean Guerreschi

Jean Guerreschi
Universitaire et écrivain, Jean Guerreschi est d'origine ariégeoise. Il enseigne aujourd'hui à l'Université de Bordeaux la méthodologie de la recherche, la psychanalyse et la psychologie. Auteur d'une ½uvre romanesque importante, il a publié en particulier Un monde sans iris (Denoël, 1999), La Vi... Voir plus
Universitaire et écrivain, Jean Guerreschi est d'origine ariégeoise. Il enseigne aujourd'hui à l'Université de Bordeaux la méthodologie de la recherche, la psychanalyse et la psychologie. Auteur d'une ½uvre romanesque importante, il a publié en particulier Un monde sans iris (Denoël, 1999), La Vie m'effondre (Denoël, 2003), Seins (collection Blanche, 2006), Autres seins (collection Blanche, 2007).

Avis (1)

  • Couverture du livre « Bélard et Loïse » de Jean Guerreschi aux éditions Gallimard

    Jean-Pierre Ohl de GEORGES sur Bélard et Loïse de Jean Guerreschi

    On croyait avoir tout lu sur les amours trans-générationnels et les idylles entre vieux professeur et jeune étudiante... C'était compter sans le talent très personnel de Jean Guerreschi, qui joue avec le stéréotype - ou se joue de lui, comme on voudra. L'originalité de Bélard et Loïse repose sur...
    Voir plus

    On croyait avoir tout lu sur les amours trans-générationnels et les idylles entre vieux professeur et jeune étudiante... C'était compter sans le talent très personnel de Jean Guerreschi, qui joue avec le stéréotype - ou se joue de lui, comme on voudra. L'originalité de Bélard et Loïse repose sur deux atouts principaux : d'abord, l'éternel face-à-face entre le tendron (Loïse) et le barbon (Bélard) devient ici triangulaire. Le discret personnage de Pièra pourrait bien être le personnage central du roman ; elle vit son désir par procuration (un peu comme le lecteur lui-même ?), tissant entre les deux autres une toile de messages codés. Et nous touchons là au véritable sujet du roman, à sa force intrigante : le désir n'est rien sans le langage. Il est révélé, cristallisé, dirigé par les mots. Ce «touché !» et ce «coulé !» par exemple, empruntés au vocabulaire d'un jeu innocent, veut sonner le tocsin d'une guerre à la fois tendre et impitoyable, celle des corps et des âmes.

    A l'arrière-plan de cette bataille, une fac de province, ses grandeurs, ses petitesses : on a rarement aussi bien décrit, dans la littérature française en tout cas, ce mélange d'effervescence intellectuelle, de cabotinage et de psychodrame qu'on appelle un cours. Puis, brusquement, le décor change. L'action se dénoue en partie dans le New York du 11 septembre 2001, où Jean Guerreschi retrouve l'Histoire, cette Fiction majuscule qui lui a déjà inspiré tant de belles pages. Ample comme une fresque, précis comme une leçon d'anatomie du désir, Bélard et Loïse est sans doute l'un des points culminants de son oeuvre.

Voir tous les avis

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !