Jean Clair

Jean Clair
Jean Clair est écrivain, essayiste, historien de l'art et académicien. Ancien directeur du musée national Picasso (1989-2005), il a été commissaire de très nombreuses expositions parmi lesquelles Duchamp (1977), Les Réalismes (1980), Vienne (1986), L'Âme au corps (1993), Balthus (2001), Mélancoli... Voir plus
Jean Clair est écrivain, essayiste, historien de l'art et académicien. Ancien directeur du musée national Picasso (1989-2005), il a été commissaire de très nombreuses expositions parmi lesquelles Duchamp (1977), Les Réalismes (1980), Vienne (1986), L'Âme au corps (1993), Balthus (2001), Mélancolie (2006), Crime et châtiment (2010). Grand spécialiste de Balthus, il a en outre fait paraître Les Métamorphoses d'Eros : essai sur Balthus (RMN, 1996) et a dirigé la publication du catalogue raisonné de l'artiste (Gallimard, 1999).

Avis (2)

  • Couverture du livre « L'hiver de la culture » de Jean Clair aux éditions Flammarion

    Olivier Auroy sur L'hiver de la culture de Jean Clair

    Le Louvre est le musée le plus fréquenté du monde avec six millions de visiteurs par an. Alors que cette vénérable institution abrite les plus grands chefs d’œuvre de l’histoire, les touristes chinois se bousculent pour photographier la Joconde avec leur téléphone portable. Ce serait Nabila qui...
    Voir plus

    Le Louvre est le musée le plus fréquenté du monde avec six millions de visiteurs par an. Alors que cette vénérable institution abrite les plus grands chefs d’œuvre de l’histoire, les touristes chinois se bousculent pour photographier la Joconde avec leur téléphone portable. Ce serait Nabila qui se fout à poil, ce serait le même attroupement. Seulement voilà, dans cinq ans, Nabila, elle est shampouineuse chez Franck Provost à Melun et tout le monde l’aura oubliée. Alors que la Joconde, dans cinq cents ans, les esthètes du monde entier continueront à se pâmer devant son sourire énigmatique. Les chinois ne font donc pas la différence. A ce titre, doit-on les laisser consommer de l’art comme du fast-food ? C’est la question pertinente que pose Jean Clair dans son essai.

  • Couverture du livre « Balthus » de Jean Clair aux éditions Flammarion

    Claude Stas sur Balthus de Jean Clair

    L’importante rétrospective de Balthus ( pseudonyme de Balthasar Klossowski (de Rola) qui s’ouvrit fin 2001 au Palazzo Grassi de Venise était accompagnée d’un volumineux catalogue. En voici la version française. Sous la direction de Jean Clair, une bonne douzaine d’auteurs nous présentent en...
    Voir plus

    L’importante rétrospective de Balthus ( pseudonyme de Balthasar Klossowski (de Rola) qui s’ouvrit fin 2001 au Palazzo Grassi de Venise était accompagnée d’un volumineux catalogue. En voici la version française. Sous la direction de Jean Clair, une bonne douzaine d’auteurs nous présentent en détail aussi bien l’homme que l’artiste, sans oublier, évidemment, les œuvres. Celles-ci, par des notices bien étudiées, présentent les multiples facettes de ce « marginal » de l’art du XX° siècle : portraits, natures mortes, paysages, peintures animalières, nus féminins, scènes de genre (les illustrations sont juste parfaites). Ce catalogue permet aussi de tordre le cou à un certain nombre de clichés balthusiens : il n’est pas seulement le peintre des chats et des jeunes filles. Celui qui fut le directeur de la Villa Médicis (1961-1977) fut à la fin de sa vie célébré par des expositions et par un certain nombre de publications, probablement pour son opiniâtreté à rester figuratif. Balthus mourut le 18 février 2001 sans avoir pu revoir certains des tableaux présents dans cette rétrospective.

Voir tous les avis

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !

Récemment sur lecteurs.com