Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Herge

Herge

Hergé, né le 22 mai 1907 à Etterbeek (Bruxelles), de son nom de naissance Georges Prosper Remi, entre au service des abonnements du journal belge Le Vingtième Siècle en automne 1925.

De retour du service militaire, il réintègre le journal où l’occasion lui est donnée de tâter de la photogravure ...

Voir plus

Hergé, né le 22 mai 1907 à Etterbeek (Bruxelles), de son nom de naissance Georges Prosper Remi, entre au service des abonnements du journal belge Le Vingtième Siècle en automne 1925.

De retour du service militaire, il réintègre le journal où l’occasion lui est donnée de tâter de la photogravure et de l’illustration. En janvier 1929, Hergé devient rédacteur en chef du supplément pour les jeunes Le Petit Vingtième, qui voit naître les aventures de Tintin et permet à son auteur d'accéder à la célébrité.

Hergé n'est pas que le créateur de Tintin ou du Capitaine Haddock puisqu'il est également l'auteur de séries de bandes dessinées comme Quick et Flupke, Popol et Virginie ou encore Jo, Zette et Jocko.

Avis sur cet auteur (115)

  • add_box
    Couverture du livre « Les aventures de Tintin t.12 ; le trésor de Rackham le rouge » de Herge aux éditions Casterman

    LALIE.01 sur Les aventures de Tintin t.12 ; le trésor de Rackham le rouge de Herge

    Et une aventure de plus (et c'est loin d'être fini) avec « Les Aventures de Tintin, tome 12 : le Trésor de Rackham le rouge » du dessinateur belge Hergé.

    On continue l'histoire de l'épisode précédent, « le secret de la Licorne ». Tintin, Milou, le capitaine Haddock et les frères Dupondt...
    Voir plus

    Et une aventure de plus (et c'est loin d'être fini) avec « Les Aventures de Tintin, tome 12 : le Trésor de Rackham le rouge » du dessinateur belge Hergé.

    On continue l'histoire de l'épisode précédent, « le secret de la Licorne ». Tintin, Milou, le capitaine Haddock et les frères Dupondt partent à la recherche du trésor de Rackham le Rouge que l'ancêtre du capitaine Haddock lui aurait pris. Dans ce récit, ils seront aussi aidés par le professeur Tournesol, nouveau personnage dans la série, patenteux et un peu dur de la feuille (« mais pas sourd ! » dixit le personnage dans Objectif Lune).

    Dans la lignée de l'enquête policière que constituait « le Secret de la Licorne », cette aventure témoigne de la science du récit d'Hergé, qui développe son album à partir d'une intrigue plutôt mince, reposant uniquement sur le thème de la recherche d'un trésor. de nombreuses références à des oeuvres majeures du genre apparaissent dans l'album, principalement L'Île au trésor de Robert Louis Stevenson. Sur le plan graphique, le Trésor de Rackham le Rouge est salué par la critique et Hergé y a réalisé notamment l'un de ses dessins favoris, lorsque les personnages principaux accostent sur l'île dont on suppose qu'elle renferme le trésor.

    L'album marque une étape importante dans les Aventures de Tintin, Hergé achevant de mettre en place une « famille de papier » autour de son héros. L'album est en effet marqué par l'entrée du professeur Tournesol dans la série, tandis qu'après avoir découvert que le château de Moulinsart appartenait à son ancêtre, le capitaine Haddock parvient à en faire l'acquisition pour s'y installer définitivement, grâce à l'argent gagné par le professeur Tournesol avec la vente du brevet de son sous-marin.
    Cet album est la suite du Secret de la Licorne, avec lequel il forme un diptyque. À la fin de cette aventure, les héros avaient découvert, en réunissant trois parchemins, les coordonnées géographiques de l'île où s'était réfugié le chevalier François de Hadoque, après le naufrage de la Licorne. Convaincus que le trésor du pirate Rackham le Rouge est enfoui sur cette île, Tintin et le capitaine Haddock s'apprêtent à embarquer sur le chalutier Sirius, pour tenter de le retrouver.

    Malgré leurs précautions, l'affaire est ébruitée dans la presse et de nombreux individus, se prétendant descendants du pirate, rendent visite à Tintin pour réclamer leur part du butin. Rapidement chassés par le capitaine, ils cèdent la place aux détectives Dupond et Dupont, puis à un inventeur farfelu et dur d'oreille, le professeur Tournesol, qui leur propose d'embarquer un modèle de sous-marin de son invention, qui leur permettrait de plonger sans craindre les attaques de requins.

    Tintin, le capitaine et les Dupondt suivent le savant à son domicile, mais ne sont pas intéressés par l'appareil, manifestement peu solide. Bien que Tintin explique son désintérêt à l'inventeur, ce dernier n'entend rien à la conversation et propose de fabriquer un nouveau modèle.

    Une série d'évènements menace l'expédition du Sirius : Maxime Loiseau, l'un des malfaiteurs de l'album précédent, s'est évadé de prison et a été aperçu rodant près du bateau, tandis que le capitaine Haddock craint l'arrivée d'un malheur après avoir brisé un miroir dans le magasin où il achetait un scaphandre avec Tintin. Les Dupondt reçoivent l'ordre d'embarquer à bord du Sirius et d'assurer la protection de l'expédition et le navire finit par lever l'ancre.

    Dans les jours qui suivent, l'équipage découvre avec stupeur que Tournesol a embarqué clandestinement et a transbordé, dans les cales du navire, les pièces détachées de son sous-marin, au lieu des caisses de whisky du capitaine. (Mille sabords ! Tonnerre de Brest !) le voyage se déroule sans incident majeur mais, dans un premier temps, l'île est introuvable, malgré la justesse du calcul des coordonnées. Tintin comprend alors que l'erreur vient du changement de méridien origine entre leur époque et celle du chevalier de Hadoque : les coordonnées étaient autrefois calculées à partir du méridien de Paris (et non celui de Greenwich).

    Ayant corrigé leur trajectoire, les héros arrivent sur l'île et se lancent dans son exploration. Ils découvrent un totem représentant le chevalier. Les plongées débutent et Tintin, avec l'aide du sous-marin en forme de requin de Tournesol, parvient à localiser l'épave de la Licorne. Les recherches tiennent d'abord toutes leurs promesses car des pièces très rares datant du XVIIème siècle, comme une croix en or, un sabre d'abordage ou des bouteilles de rhum, sont remontées à la surface. Un coffret est même découvert, mais il ne contient que de vieux parchemins, que Tournesol se propose de déchiffrer. Les recherches se poursuivent, sans résultat. Après avoir remonté la figure de proue de la Licorne, Tintin et le capitaine décident de rentrer en Europe.

    Peu après leur retour, Tournesol fait une découverte stupéfiante : les parchemins révèlent que le château de Moulinsart était autrefois la propriété du chevalier de Hadoque, qui l'avait reçu de Louis XIV. Tournesol propose au capitaine d'utiliser l'argent de la vente du brevet de son sous-marin pour acquérir le château. Une fois Moulinsart en leur possession, Tintin et le capitaine trouvent dans la cave un mystérieux globe terrestre en pierre. Tintin, qui se remémore le message des trois parchemins de la Licorne, réalise soudain que celui-ci renferme le trésor….
    Mais ici, j'arrête de raconter cette aventure que connaissent bien les « tintinologues » ou autres « tintinophiles ».

    Un album encore bien divertissant et des aventures à suivre.

  • add_box
    Couverture du livre « Le sceptre d'ottokar » de Herge aux éditions Casterman

    LALIE.01 sur Le sceptre d'ottokar de Herge

    On retourne faire un tout du côté de Tintin avec : « Les Aventures de Tintin, tome 8 : le Sceptre d'Ottokar » de l'écrivain belge Hergé. C'est qu'il y a encore pas mal de tomes en attente et pas mal de voyages à faire avec notre petit reporter intrépide avec son fidèle Milou.

    Cette fois, nous...
    Voir plus

    On retourne faire un tout du côté de Tintin avec : « Les Aventures de Tintin, tome 8 : le Sceptre d'Ottokar » de l'écrivain belge Hergé. C'est qu'il y a encore pas mal de tomes en attente et pas mal de voyages à faire avec notre petit reporter intrépide avec son fidèle Milou.

    Cette fois, nous allons en Syldavie (une petite monarchie de la péninsule balkanique, menacée d'annexion par la Bordurie voisine, elle aussi fictive.)

    Tintin se retrouve au centre des conflits de la famille royale. le symbole du pouvoir, le sceptre disparaît, ce qui est risqué pour la royauté et la continuité de sa dynastie.

    Avec cet album, c'est la première apparition de la cantatrice Bianca Castafiore, alors que les Dupond et Dupont ont une place plus importante que précédemment et font souvent rire le lecteur.

    Tintin trouve sur un banc de Bruxelles une serviette qui a été oubliée et décide de la rendre à son propriétaire, le professeur Nestor Halambique (un sigillographe) qui, après avoir découvert le sceau du roi Ottokar, au cours d'un congrès à Prague, doit aller en Syldavie. En le quittant, Tintin voit que le professeur est surveillé par des ressortissants syldaves. Lui-même est repéré, subit un attentant à la bombe qui échoue (normal), grâce à l'intervention des Dupond et Dupont. Tintin prend la décision d'accompagner le professeur Halambique en Syldavie sous prétexte d'être son secrétaire.
    En réalité, dans la famille Halambique, il y a des jumeaux….

    Renseignements pris pour la « sigillographie », elle est appelée également sphragistique : la discipline historique qui a pour objet l'étude des sceaux sous tous leurs aspects et quelle qu'en soit la date. Elle décrit matrices et empreintes et les étudie de façon critique, du point de vue historique, artistique, technique et de la valeur probatoire : types, légendes, modes d'apposition et nature diplomatique et juridique, ainsi que les méthodes de conservation.
    Après ce petit cours, on retourne au livre seulement pour dire que je vais passer sur les multiples aventures et mésaventures de cet album car point trop n'en faut.

    Ah, ah ! Vous avez pensé que j'allais tout raconter ? Vous auriez trouvé cela rasoir. C'est un peu l'ennui de chroniquer des tomes et des tomes d'une même série. Et pourtant, j'ai toute une pile devant moi.

    C'est classique, c'est efficace. de l'humour – de beaux dessins bien colorés – des réflexions philosophiques – un voyage mouvementé mais un voyage également =
    Un album de plus pour les « tintinophiles » qui l'auront certainement apprécié, ne serait-ce que ces belles planches illustrées.

    A suivre.

  • add_box
    Couverture du livre « Les aventures de Tintin t.18 ; l'affaire Tournesol » de Herge aux éditions Casterman

    Maitre_Bruce sur Les aventures de Tintin t.18 ; l'affaire Tournesol de Herge

    L'aventure démarre sur un simple phénomène qui brise tout autour du château, sans en comprendre la nature. Puis très vite tintin comprend que le professeur est en danger et se lance à sa rescousse. Le rythme s'accélère alors pour lancer la team dans une course contre la montre. Passant d'un pays...
    Voir plus

    L'aventure démarre sur un simple phénomène qui brise tout autour du château, sans en comprendre la nature. Puis très vite tintin comprend que le professeur est en danger et se lance à sa rescousse. Le rythme s'accélère alors pour lancer la team dans une course contre la montre. Passant d'un pays à l'autre, d'un régime a l'autre, d'un dictateur à l'autre, on y reconnaît bien la des références au régime nazi, entre autre. Mais pour autant, Hergé n'oublie pas d'y placer un peu d'humour, avec notamment l'arrivée de Lampion, l'assureur un peu (beaucoup) idiot. C'est aussi dans cet album que l'on trouve le sketch du sparadrap, véritable gag de situation sur plusieurs pages. Visuellement, c'est très détaillé et inspiré (on reconnaît bien là les bords du lac Léman par exemple).

    Donc c'est vrai, on peut considérer cet album comme une référence en la matière.

  • add_box
    Couverture du livre « Les aventures de Tintin t.1 ; Tintin au pays des Soviets » de Herge aux éditions Casterman

    LALIE.01 sur Les aventures de Tintin t.1 ; Tintin au pays des Soviets de Herge

    Il n'est pas certain que ce soit le moment d'évoquer les « Soviets » mais cela fait longtemps que j'ai une furieuse envie de chroniquer mes bandes dessinées de Tintin crée par le dessinateur Belge, Hergé (de son vrai nom Georges Prosper Remi – 1907-1983). Et comme je possède une graaande...
    Voir plus

    Il n'est pas certain que ce soit le moment d'évoquer les « Soviets » mais cela fait longtemps que j'ai une furieuse envie de chroniquer mes bandes dessinées de Tintin crée par le dessinateur Belge, Hergé (de son vrai nom Georges Prosper Remi – 1907-1983). Et comme je possède une graaande quantité de ces ouvrages, je me lance avec le premier tome (débutons par le commencement) : « Les Aventures de Tintin, tome 1 : Tintin au pays des Soviets ».

    Juste une petite anecdote : alors que je passais un congé à Bruxelles, j'étais allée voir une exposition consacrée à Tintin. Cherchant à éviter les journalistes guettant une proie pour un papier, paf, c'est tombé sur moi. Questions, réponses et puis enfin, du calme pour regarder ces tout petits personnages. Oui, il ils étaient tout petits et une drôle d'impression en pensant aux BD.

    Une fois, en plaisantant, j'avais dit que lorsque je finirais par chroniquer des BD, je mettrais des bulles !

    D'abord, je ne possède pas la version originale : la mienne remonte à mon enfance et elle est toute en couleurs (c'est plus agréable). J'ai absolument tenu à la conserver avec la série des « Astérix ».

    Pour ce premier tome, Tintin est déjà accompagné de son inséparable fox-terrier Milou. le quotidien belge, le Petit XXe, l'envoie enquêter dans l'URSS de Staline. Mais le régime des Commissaires du Peuple essaie de l'empêcher d'entrer, tente de le trucider en faisant exploser son train alors en Allemagne : quel accueil !

    Finalement, Tintin tombe sur une réserve de blé destiné à l'exportation tandis que les habitants meurent de faim car on réquisitionne leurs productions. S'il est vrai que la Russie soviétique a exporté des produits alimentaires en créant des pénuries, cela a été encore le cas au début des années 30, quand Staline a brisé la résistance des paysans ukrainiens en les affamant (et voilà l'Ukraine : je ne pense pas avoir choisi le bon moment pour publier cette chronique mais puisque j'ai commencé…)

    Après cet épisode des paysans, Tintin a aussi découvert des trésors qui avaient été volés aux bourgeois : : « Vous êtes ici dans la cachette où Lénine, Trotski et Staline ont amassé les trésors volés au peuple ! (…) Vous qui avez violé ce secret, vous serez mis à mort. »

    Bien entendu, dans cette histoire, cette bande dessinée, notre super héros Tintin parvient à se surmonter tous les obstacles avec tous les moyens de locomotion qu'il trouve : moto – train… afin de rejoindre sa Belgique.

    Pour cette chronique, je me suis fait un plaisir de ressortir toute ma collection et d'en refeuilleter ce premier tome : un vrai plaisir.

    Alors, je vous dis : « хорошее чтение » (prononcer : « khorosheye chteniye » = « bonne lecture. »)