Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Hadrien Bels

Hadrien Bels
Hadrien Bels, né en 1979, a grandi à Marseille. Il est vidéaste et réalisateur.

Avis sur cet auteur (12)

  • add_box
    Couverture du livre « Tibi la blanche » de Hadrien Bels aux éditions L'iconoclaste

    Mimosa sur Tibi la blanche de Hadrien Bels

    Voyage au Sénégal avec 3 adolescents qui passent leur bac,on apprend à connaître leurs familles et leurs façons de vivre,mais surtout leurs aspirations à faire leurs études en France.J'ai appris beaucoup,y compris sur les relations franco-sénégalaises.Sympathique et enrichissant,un livre qui...
    Voir plus

    Voyage au Sénégal avec 3 adolescents qui passent leur bac,on apprend à connaître leurs familles et leurs façons de vivre,mais surtout leurs aspirations à faire leurs études en France.J'ai appris beaucoup,y compris sur les relations franco-sénégalaises.Sympathique et enrichissant,un livre qui ,parfois même,fait sourire.
    "(il) croise les bras,façon mannequin pour une sous-marque de costume italien fabriqué en Turquie[...]Il ressemble à un footballeur congolais sous contrat.
    -Les mots sont des traîtres.Ils créent désordres et polémiques.
    -La richesse part avec la maladie,l'accident ou la vieillesse."

  • add_box
    Couverture du livre « Tibi la blanche » de Hadrien Bels aux éditions L'iconoclaste

    ziggy sur Tibi la blanche de Hadrien Bels

    Après « Cinq dans tes yeux », dont l’action se situait à Marseille, Adrien Bels revient cette fois-ci avec un roman qui se déroule à Dakar.
    C’est l’histoire de trois adolescents, Tibilé, Neurone et Issa. Ils sont amis depuis l’enfance , ont vécu dans le même quartier mais sont issus de milieux...
    Voir plus

    Après « Cinq dans tes yeux », dont l’action se situait à Marseille, Adrien Bels revient cette fois-ci avec un roman qui se déroule à Dakar.
    C’est l’histoire de trois adolescents, Tibilé, Neurone et Issa. Ils sont amis depuis l’enfance , ont vécu dans le même quartier mais sont issus de milieux différents.
    Tibilé est issue d’un milieu conservateur, Rigobert ,surnommé Neurone car hyper intelligent ,vient d’une famille aisée dont le père possède l’une des plus grosses concessions automobiles de Dakar, Issa, quant à lui vit dans une famille recomposée, sa mère l’ayant eu très jeune d’un homme qui l’a répudiée. Nous découvrons ces trois amis au moment où ils attendent les résultats du bac. On ressent toute la tension qui est liée à ces résultats. Est-ce que Neurone décrochera la mention « très bien » tant convoitée ? Est-ce que Tibilé aura la mention qui lui permettra d’aller étudier en France ? Est-ce qu’Issa obtiendra son bac, lui qui est le moins bon élève des trois et qui a besoin de ce diplôme pour pouvoir faire une école de stylisme afin de devenir tailleur ?
    Au travers de ces trois amis, on entre dans l’intimité familiale , qui chacune à une histoire compliquée.
    Ce récit situe les trois adolescents au premier grand tournant de leur vie. Ils vont quitter le giron familial pour entrer dans le monde du travail.
    Un très beau texte qui nous transporte au Sénégal auprès d’une jeunesse pleine de vie de d’espoir en l’avenir qu’elle compte bien croquer à belles dents.

  • add_box
    Couverture du livre « Tibi la blanche » de Hadrien Bels aux éditions L'iconoclaste

    charlene_bzh sur Tibi la blanche de Hadrien Bels

    Un roman qui fait voyager au cœur de la jeunesse dakaroise. Il y a Neurone, il y a Issa et il y a Tibi. Ils ont 18 ans et attendent les résultats du bac. Ils ont des rêves plein la tête, ils sont jeunes et croient en l'avenir, leur avenir.

    Une plume simple et facile à lire qui nous emmène...
    Voir plus

    Un roman qui fait voyager au cœur de la jeunesse dakaroise. Il y a Neurone, il y a Issa et il y a Tibi. Ils ont 18 ans et attendent les résultats du bac. Ils ont des rêves plein la tête, ils sont jeunes et croient en l'avenir, leur avenir.

    Une plume simple et facile à lire qui nous emmène dans les quartiers de Dakar, entre ethnie, entre coutumes, entre les petites rues et les croyances.

  • add_box
    Couverture du livre « Tibi la blanche » de Hadrien Bels aux éditions L'iconoclaste

    Regine Zephirine sur Tibi la blanche de Hadrien Bels

    Dès les premières pages, Hadrien Bels nous plonge direct dans cette ambiance survoltée d’une banlieue dakaroise et de sa jeunesse.
    Trois lycéens attendent les résultats du bac. Malgré leurs différences sociales et ethniques, ces trois-là sont amis. Il y a Tibilé, surnommée Tibi la blanche...
    Voir plus

    Dès les premières pages, Hadrien Bels nous plonge direct dans cette ambiance survoltée d’une banlieue dakaroise et de sa jeunesse.
    Trois lycéens attendent les résultats du bac. Malgré leurs différences sociales et ethniques, ces trois-là sont amis. Il y a Tibilé, surnommée Tibi la blanche parce que, grâce à sa double nationalité, elle pourra aller étudier en France. Puis Rigobert, surnommé Neurone, le bon élève de la bande dont le père qui a réussi vend de grosses voitures. Puis Issa, de père inconnu et de famille pauvre, il rêve de devenir styliste et gagne déjà sa vie en cousant des boubous et des pagnes en wax.
    Ces trois amis font des projets d’avenir, inquiets quant à leur réussite à l’examen qui conditionne la suite de leurs études.

    « C’est tout le département qui est venu s’entasser devant le portail du lycée. L’air est moite d’angoisse. A quelques mètres, Soda et sa bande de conasses qui se prennent pour Miss Sénégal. A côté d’elles, les frères Cissé, les stars d lycée. … A l’écart de la foule, enfin, Neurone. Il s’est fait beau. Malheureux ! Il sait pas que ça porte malheur quand tu arrives devant la porte du jugement dernier ? »

    Le lecteur partage le quotidien et les rêves de ces ados pleins d’une énergie contagieuse. Ils grandissent dans un monde antagoniste : d’un côté l’influence occidentale, les études et le mariage le plus tard possible, voire pas du tout pour Issa et de l’autre, les traditions ancestrales, la famille élargie et les mariages arrangés. Tibi sait qu’elle devra accepter le mari soninké choisi par sa mère.
    Leur vie est un mélange foutraque d’exubérance adolescente et de respect ancestral. Ils peuvent écouter Booba ou Youssou N’Dour, le roi du mbalax et consulter un marabout. Leur culture, épicée et colorée, est à l’image de ce français qu’ils parlent, héritage du colonialisme, mais qu’ils truffent d’expressions imagées et de gouaille. On sourit en les écoutant parler et leur sincérité, leur spontanéité nous séduit.

    Grâce à des chapitres courts et un récit rythmé par les dialogues, l’auteur a su nous plonger dans le quotidien d’une jeunesse africaine qui se cherche un avenir. L’atmosphère urbaine est très bien rendue et le récit est à la fois drôle et instructif car bien documenté.
    Un roman attachant qui se lit avec facilité.

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !