Glen Chapron

Glen Chapron
Né en Bretagne, Glen Chapron a commencé par étudier la gravure à l'École Estienne. Il se tourne ensuite vers l'illustration et intègre les Arts Décoratifs de Strasbourg. Il y rencontre les futurs membres du Collectif Troglodyte et Julia Wauters avec qui il lance le fanzine trimestriel d'illustrat... Voir plus
Né en Bretagne, Glen Chapron a commencé par étudier la gravure à l'École Estienne. Il se tourne ensuite vers l'illustration et intègre les Arts Décoratifs de Strasbourg. Il y rencontre les futurs membres du Collectif Troglodyte et Julia Wauters avec qui il lance le fanzine trimestriel d'illustration et de bande dessinée #Écarquillettes#. Après avoir publié, en tant que dessinateur, deux albums BD : Daphnée & Iris chez Kstr et Vents Dominants chez Sarbacane, il se lance à présent dans l'illustration jeunesse.

Avis (3)

  • add_box
    Couverture du livre « L'école de ma vie » de Glen Chapron et Marie Desplechin aux éditions Ecole Des Loisirs

    laetitia RUSTICONI sur L'école de ma vie de Glen Chapron - Marie Desplechin

    Les vacances, c’est sacré ! QUOI ? IL FAUT LIRE ? C’EST PAS JUSTE ! Pourquoi doit-on travailler pendant les vacances ?

    Eh oui, beaucoup d’entre nous l’ont prononcé cette phrase improbable, à 7 ans ou même 14. « Lire = travailler ». Et, en tant qu’adulte, on l’a également entendu, tout droit...
    Voir plus

    Les vacances, c’est sacré ! QUOI ? IL FAUT LIRE ? C’EST PAS JUSTE ! Pourquoi doit-on travailler pendant les vacances ?

    Eh oui, beaucoup d’entre nous l’ont prononcé cette phrase improbable, à 7 ans ou même 14. « Lire = travailler ». Et, en tant qu’adulte, on l’a également entendu, tout droit sorti de la bouche de nos bambins, à un moment ou à un autre. Non ? Allez, avouez !

    Comment transmettre le plaisir de la lecture ? Parfois, on ne prend pas le bon chemin, et la force de persuasion s’apparente à de l’injonction, bien loin de l’apprivoisement.

    Fanta, fraîchement sortie du CP, est invitée chez une amie de sa mère, Sylvie, pour passer quelques jours à la campagne. C’est tout nouveau pour elle, et, elle compte bien en profiter. Mais Sylvie souhaite que la petite fille lise tous les jours.

    Pour Fanta, cette épreuve quotidienne représente une punition : elle ne prend aucun plaisir à lire car il lui faut encore beaucoup déchiffrer les mots, une contrainte bien trop pénible, et qu’elle essaye d’esquiver en apprenant par coeur les histoires.

    "Si je dois lire, c’est pas des vacances. (…)
    Je veux que tu saches bien lire. Je veux que tu sois la plus forte à l’école."

    Lire n’intéresse pas Fanta. Hors de la ville, elle découvre la campagne et toute une série de « première fois » : un voyage en train, la vie avec les animaux, l’observation de la nature, apprendre à nager, faire des confitures, composer des bouquets de fleurs odorantes… Un émerveillement quotidien, bien loin de ce qu’imaginait la jeune fille. Mais Sylvie ne lâche pas…

    "Lire me rend triste parce que je suis obligée de faire semblant. (…)
    Fais un effort, ce n’est pas difficile !"

    Avec les mots simples de Fanta, sa vision du haut de ses 8 ans à peine, le lecteur s’identifie très vite et souffre en silence avec elle, devant l’incompréhension des adultes. C’est tout le talent de l’écriture fluide et directe de Marie Desplechin, ici, à hauteur d’enfant. Mais ce voyage initiatique au pays de la nature va vite faire évoluer Fanta, lui ouvrant le champs des possibles liés au pouvoir de lire.

    "Comme je suis couverte d’étoiles filantes, je fais un dernier voeu avant de tomber dans le sommeil. Mais il est spécial et je le garde dans ma tête : « savoir lire »."

    On retrouve également le style de Glen Chapron, l’illustrateur des aventures d’Anouk et Benji (chroniqué ici), pour une première fois à l’école des loisirs. Ici, un traitement doux aux pastels, un jeu de teintes en contraste, marron et orangé, ombre et lumière, les deux couleurs évoquées dès la première page du livre.

    Un livre à mettre entre les mains des jeunes lecteurs qui trainent un peu les pieds pour se lancer dans la grande aventure de la lecture plaisir. Et, également, entre les mains des « médiateurs », parents, amis, formateurs, pour mieux appréhender la vision et le ressenti d’un enfant de 8 ans, dont l’injonction à lire absolument n’est pas une méthode efficace…

  • add_box
    Couverture du livre « Les aventures d'Anouk et Benji ; le Petit Chaperon se bouge » de Mymi Doinet et Glen Chapron aux éditions Nathan

    Laetitia Gand sur Les aventures d'Anouk et Benji ; le Petit Chaperon se bouge de Mymi Doinet - Glen Chapron

    Le petit chaperon se bouge marque une nouvelle enquête pour le duo choc et attendrissant de Anouk et Benji.

    Chers petits lecteurs et accrocs de la série, suspens garanti dans ce nouvel opus de la série. Détendez-vous, rêvez, que votre ventre grogne du péché de gourmandise, alléché par les...
    Voir plus

    Le petit chaperon se bouge marque une nouvelle enquête pour le duo choc et attendrissant de Anouk et Benji.

    Chers petits lecteurs et accrocs de la série, suspens garanti dans ce nouvel opus de la série. Détendez-vous, rêvez, que votre ventre grogne du péché de gourmandise, alléché par les petits fours succulents. Sondez les images pour avoir peut-être la chance de vous aussi les dévorer. Êtes-vous dans le réel ou dans un monde de conte ? L'auteur vous titille l'esprit et ne doute pas que vous êtes déjà un fin connaisseur de littérature classique. Chaperon rouge... Loup, Peau d'âne... revisités à la sauce Doinet.

    Jusqu'au bout l'histoire nous tient en haleine, nous fait rêver et alors qu'on sent la suite assurée, on trépigne d'excitation et d'impatience.

    A la dernière page, notre bouche a des coulures de mots de l'auteur tels des pâtisseries et désire plus que tout une suite.

    Rendez-vous à la nouvelle parution !!

  • add_box
    Couverture du livre « L'attentat » de Glen Chapron et Loic Dauvillier aux éditions Glenat

    Dominique Bertho Le Lostec sur L'attentat de Glen Chapron - Loic Dauvillier

    J'en sors bouleversée. Israël/Palestine, quelle tragédie... Khadra (mais je n'ai pas lu le roman), et les deux auteurs de BD nous font partager les doutes, les certitudes et les hésitations de ceux qui vivent ce drame, des deux côtés du mur.

    J'en sors bouleversée. Israël/Palestine, quelle tragédie... Khadra (mais je n'ai pas lu le roman), et les deux auteurs de BD nous font partager les doutes, les certitudes et les hésitations de ceux qui vivent ce drame, des deux côtés du mur.

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !