Gaston Leroux

Gaston Leroux
Gaston Leroux (1868-1927), d'abord chroniqueur judiciaire pour le quotidien Le Matin, commence une carrière de feuilletoniste avec le cycle de Rouletabille (1907-1922) puis celui de Chéri-Bibi (1913-1925). Auteur d'une quarantaine de romans et nouvelles, dont les plus célèbres sont Le Mystère de ... Voir plus
Gaston Leroux (1868-1927), d'abord chroniqueur judiciaire pour le quotidien Le Matin, commence une carrière de feuilletoniste avec le cycle de Rouletabille (1907-1922) puis celui de Chéri-Bibi (1913-1925). Auteur d'une quarantaine de romans et nouvelles, dont les plus célèbres sont Le Mystère de la chambre jaune et Le Fantôme de l'Opéra, son oeuvre mélange avec audace mystère, aventure et humour noir.

Articles en lien avec Gaston Leroux(2)

  • Paris, des siècles de lumières
    Paris, des siècles de lumières

    Chaque ère a marqué Paris de son sceau. De la Révolution française à la Belle Epoque, de Mai 68 au Paris d'aujourd'hui, les événements joyeux ou tragiques ont battu le pavé de cette capitale captivante pour la façonner encore. Des Catacombes aux transformations haussmaniennes, des Halles de Baltard aux architectures les plus récentes, Paris est un perpétuel mouvement, propice aux agissements les plus inattendus. Alors, curieux, offrez-vous un ticket pour une jolie ballade, rendez-vous station Gaité !

  • Le Livre de Poche a 60 ans, tout un roman !
    Le Livre de Poche a 60 ans, tout un roman !

    Le livre en format poche détiendrait-il la mémoire littéraire de notre temps ? En tout cas, c’est le «poche» qui a révolutionné la lecture et ce, bien avant le numérique. 

Avis sur cet auteur (39)

  • add_box
    Couverture du livre « La poupée sanglante » de Gaston Leroux aux éditions Editions De L'aube

    Yves MABON sur La poupée sanglante de Gaston Leroux

    Gaston Leroux (1868-1927) est célèbre pour avoir créé des personnages qui ont dépassé sa propre renommée : Rouletabille, Chéri-Bibi. Il est aussi l'auteur de Le fantôme de l'opéra. Le livre du jour, a aussi une suite, La machine à assassiner écrite la même année. Construit en deux parties,...
    Voir plus

    Gaston Leroux (1868-1927) est célèbre pour avoir créé des personnages qui ont dépassé sa propre renommée : Rouletabille, Chéri-Bibi. Il est aussi l'auteur de Le fantôme de l'opéra. Le livre du jour, a aussi une suite, La machine à assassiner écrite la même année. Construit en deux parties, l'une révélant les mémoires de Bénédict et l'autre continuant l'histoire et la finissant. La première est un peu longue parfois, entre les exclamations du relieur amoureux transi et rejeté, c'est sans doute l'époque qui veut cela, maintenant, on va au plus court. Gaston Leroux écrit là un roman fantastique qui part dans plein de -fausses (?)- directions, qui nous entraîne, lecteurs, dans des suppositions folles et nous réserve surtout de belles et réelles surprises. Si l'on passe sur ces longueurs et ces lamentations un poil désuètes, on a la joie de lire de la belle littérature, de belles phrases, des imparfaits du subjonctif, de belles tournures avec des mots à apprendre, broucolaque par exemple : ""Broucolaque" est le mot dont se servaient les Grecs pour désigner ce que la superstition moderne désigne sous le nom de "vampires."" (p. 117). Et puis, au détour d'un paragraphe, il n'est pas rare de tomber sur une réflexion intemporelle : "Seigneur Dieu, ne jugeons personne !... Ayons peur des formes que prennent les choses en nous frôlant et ne disons point tout haut avec le triste orgueil de la créature qui ne dispose que de ses cinq sens "ceci est" ou "ceci n'est pas"... Méfions-nous ! méfions-nous ! L'Univers est autour de nous comme une immense embûche... D'autres avant moi ont prononcé le mot : Farce !" (p. 48)

    Relisons donc Gaston Leroux, un peu oublié et pourtant maître du fantastique, des histoires à rebondissements et à la logique imparable, digne d'un Edgar Allan Poe. Cela fait un bien fou de se replonger dans ses histoires avec une ambiance qu'on qualifierait de gothique de nos jours, un style un peu emphatique parfois et d'autres fois plus prosaïque, avec des personnages marquants, une foultitude de détails ; tout cela fait travailler l'imaginaire de manière incroyable.

  • add_box
    Couverture du livre « Le fauteuil hanté » de Gaston Leroux aux éditions Gallimard-jeunesse

    Fantomas 57 sur Le fauteuil hanté de Gaston Leroux

    Une ambiance de BD proche de celle d'Adèle Blansec de Tardi. Jubilatoire.

    Une ambiance de BD proche de celle d'Adèle Blansec de Tardi. Jubilatoire.

  • add_box
    Couverture du livre « Le mystère de la chambre jaune » de Gaston Leroux aux éditions Lgf

    Fantomas 57 sur Le mystère de la chambre jaune de Gaston Leroux

    Un polar bien ficelé et gentillement désuet dans son écriture un peu datée.
    Une des rares adaptation en film supérieure au livre dont elle est inspirée.

    Un polar bien ficelé et gentillement désuet dans son écriture un peu datée.
    Une des rares adaptation en film supérieure au livre dont elle est inspirée.

  • add_box
    Couverture du livre « Le mystère de la chambre jaune » de Gaston Leroux aux éditions Lgf

    Cyan sur Le mystère de la chambre jaune de Gaston Leroux

    J’avais déjà lu ce livre à l’adolescence, j’ai également vu l’adaptation ciné avec Denis Podalydès. Pourtant je n’avais aucun souvenir de la façon dont se résolvait l’énigme, même si j’ai immédiatement soupçonné le bon personnage. Réminiscences probables, mais inconscientes de mes précédentes...
    Voir plus

    J’avais déjà lu ce livre à l’adolescence, j’ai également vu l’adaptation ciné avec Denis Podalydès. Pourtant je n’avais aucun souvenir de la façon dont se résolvait l’énigme, même si j’ai immédiatement soupçonné le bon personnage. Réminiscences probables, mais inconscientes de mes précédentes incursions dans les aventures de Rouletabille. J’étais assez sûre de moi, mais je ne parvenais pas à expliquer le fameux Mystère qui donne son titre au livre. C’est pourquoi cette histoire m’a maintenue en haleine jusqu’à sa fin et son explication parfaitement logique et, finalement, relativement simple!

    L’auteur use de beaucoup de détours et de mystères avant d’en arriver là, embrouillant d’autant plus son lecteur que Rouletabille ne dévoile pas ses déductions avant les dernières pages. ça peut être parfois agaçant, surtout quand, comme moi, on n’est visiblement pas apte à utiliser « le bon bout de sa raison » ^^

    L’histoire nous est raconté par Sinclair, un ami de Rouletabille, qui utilise parfois des journaux intimes ou comptes-rendus, usant même parfois un peu trop de l’effet récit-dans-le-récit, au point qu’une fois je me suis égarée dans la chronologie des évènements. Gaston Leroux abuse également un peu des italiques et guillemets alors que ça n’est pas justifié la plupart du temps. ça ne gêne pas la compréhension, mais j’ai trouvé ça plutôt agaçant, justement parce que ça n’était pas justifié. Pour le reste, la plume est plutôt agréable.

    Une lecture sympathique, qui maintient le suspense jusqu’à la fin. Et un classique de la littérature policière à découvrir.