Christian Jacq

Christian Jacq
Né à Paris en 1947 Christian Jacq se passionne pour l'Egypte dès l'âge de treize ans après avoir lu les ouvrages de Jacques Pirenne. Il écrit huit romans en cinq ans, un livret d'opéra, des poèmes, se marie à dix-sept ans et découvre l'Egypte. Il publie son premier livre à 21 ans et débute une ca... Voir plus
Né à Paris en 1947 Christian Jacq se passionne pour l'Egypte dès l'âge de treize ans après avoir lu les ouvrages de Jacques Pirenne. Il écrit huit romans en cinq ans, un livret d'opéra, des poèmes, se marie à dix-sept ans et découvre l'Egypte. Il publie son premier livre à 21 ans et débute une carrière universitaire. Il écrit une vingtaine dessais, connaît son premier succès avec son roman Champollion l'Egyptien en 1987. Il poursuit son oeuvre chez Pocket, Plon (#Le Juge d'Egypte#), Robert Laffont (#Ramsès#) etenfin XO où paraît La Pierre de Lumière en 2000, Les Mystères d'Osiris à partir de 2003. En 2006, il écrit Mozart le grand magicien chez le même éditeur.

Avis sur cet auteur (72)

  • add_box
    Couverture du livre « La reine soleil » de Christian Jacq aux éditions Pocket

    lireencore93420 sur La reine soleil de Christian Jacq

    A la place 145 de ma pal depuis le 1er Février 2018 - 3éme livre du challenge #nothrillerindecember et pour la lecture commune de Christian Jacq - J'ai choisis La reine soleil, l'aimée de Toutankhamon, il as reçu le prix Jean d'Heurs du roman historique de l'année 1989. J'ai une fascination...
    Voir plus

    A la place 145 de ma pal depuis le 1er Février 2018 - 3éme livre du challenge #nothrillerindecember et pour la lecture commune de Christian Jacq - J'ai choisis La reine soleil, l'aimée de Toutankhamon, il as reçu le prix Jean d'Heurs du roman historique de l'année 1989. J'ai une fascination pour ce pharaon, donc découvrir encore de nouvelles sur lui, cela m'intéresse beaucoup

    Aknesa et Toutankhamon se sont croisés très jeunes, Il est tombé fou amoureux de la troisième fille du pharaon Akhénaton. Ils se sont retrouvés au pouvoir, ils étaient adolescents.
    Cette reine a emmené très vite Toutankhamon sur le chemin du pouvoir pour diriger l'Egypte. Lui qui penser que profiter de la vie avec la femme qui m'aimes.

    Je ne connaissais pas l'histoire de la reine Akhésa, très jeune, elle s'intéressait beaucoup à la politique de son pays, mais comme elle était la troisième fille du pharaon, elle savait que normalement elle ne doit pas régner.
    Mais selon des circonstances exceptionnelles, elle accéda au trône auprès de Toutankhamon, mais il était très jeune et pensa qu'à s'amuser, mais Akhésa, avec leur amour puissant, arriveras à faire murir son mari de Pharaon.
    Ce qui est intéressant dans ce livre, c'est de voir de Pharaon évoluer pour plaire à sa belle, et a un moment on ressent qu'il prend un réel plaisir à gouverner.
    On comprend aisément que derrière toutes décisions il y a Akhésa.
    Il y a beaucoup de rebondissements dans la vie de ce jeune couple, des autres personnages du royaume veulent absolument prendre leur place.
    Ce livre est extrait de la vie réel d'Akhésa et ce qu'on en sait, on est très vite embarqué en Egypte au temps des Pharaons, j'ai lu beaucoup de livres de cet auteur, et à chaque fois, il m'enchante, c'est vraiment une parenthèse enchantée.
    Bon la vie au temps des pharaons, et pas que fait d'enchantement, il y a beaucoup d'épreuves, de combats. Mais l'univers est royal et féérique, je suis toujours sous le charme.
    Je suis une passionnée d'Egyptologie, c'est pour une raison que ces livres me plaisent toujours, j'ai une fascination extrême pour Toutankhamon, alors découvrir son amour, j'étais extrêmement captiver.
    Mais ce que j'ai apprécier et ce qui guide toute la trame, c'est leur amour, mais plus particulièrement les sentiments profonds de la Reine et comment cela évolue et même après sa mort.
    Elle lui a était loyal jusqu'au bout de sa vie, j'ai trouvé cela admirable et tellement émouvant.
    Je me dit que je devrais lire plus les ouvrages de Christian Jacq, car ce sont vraiment des joyaux comme ce qui raconte.

  • add_box
    Couverture du livre « Mozart t.1 ; le grand magicien » de Christian Jacq aux éditions Pocket

    kadeline sur Mozart t.1 ; le grand magicien de Christian Jacq

    Sitôt lu sitôt oublié, une lecture dispensable
    J’ai lu ce roman dans le cadre d’une lecture commune sur le thème de la musique et quelle déception. Je garde un bon souvenir de cet auteur que je lisais souvent ado et je n’ai pas retrouvé ce que j’y trouvais avant. L’écriture n’est ni travaillée...
    Voir plus

    Sitôt lu sitôt oublié, une lecture dispensable
    J’ai lu ce roman dans le cadre d’une lecture commune sur le thème de la musique et quelle déception. Je garde un bon souvenir de cet auteur que je lisais souvent ado et je n’ai pas retrouvé ce que j’y trouvais avant. L’écriture n’est ni travaillée ni fluide, le rythme est haché et l’histoire ne m’a pas convaincue. Alors oui Mozart était franc-maçon et oui Christian Jacq est connu pour sa passion pour l’Egypte mais il y a des limites à tout. Entre devenir franc-maçon et avoir été suivi dès l’enfance par un mystérieux Egyptien il y a un écart auquel je n’ai pas adhéré. De même, je n’ai pas vu l’intérêt de couper la vie de Mozart sans arrêt par des guéguerres de loges maçonniques qui tombent comme un cheveux sur la soupe. Ce n’était clairement pas fait pour moi.

  • add_box
    Couverture du livre « Sphinx » de Christian Jacq aux éditions Xo

    Christelle Point sur Sphinx de Christian Jacq

    Des archéologues qui sont assassinés aux quatre coins du monde, un capitaine d’industrie qui meurt dans un accident d’avion, le fils de ce dernier et son ami journaliste qui enquêtent en utilisant la manière forte et un méchant très méchant qui dirige le monde en sous-main, voilà les ingrédients...
    Voir plus

    Des archéologues qui sont assassinés aux quatre coins du monde, un capitaine d’industrie qui meurt dans un accident d’avion, le fils de ce dernier et son ami journaliste qui enquêtent en utilisant la manière forte et un méchant très méchant qui dirige le monde en sous-main, voilà les ingrédients de l’indigeste « Sphinx ». Que pourrais-je dire à son propos ? Que n’est pas Dan Brown qui veut, pour commencer, et que si l’on veut proposer un thriller ésotérique sans se soucier de réalisme (ce qui n’est pas un problème en soi), il faut le faire en utilisant des personnages attachants, un peu travaillés, un peu complexes aussi, sinon on flirte avec le ridicule à chaque page. Christian Jacq nous livre un roman d’aventure sans jamais aucune nuance, sans jamais aucune profondeur. Ici, les gentils sont beaux, résistants à tout, courageux jusqu’à l’absurde, riches jusqu’à l’écœurement, ils mangent les meilleurs mets, occupent les meilleurs hôtels, séduisent des femmes sublimes, courageuses, intelligentes, et ainsi de suite : Rien que des superlatifs à toutes les pages ! C’est pareil pour les « méchants », mais dans l’excès inverse, évidemment… Cette histoire de société secrète adepte de l’alchimie ancestrale, encore, ça aurait pu le faire mais il y a dans ce roman un arrière gout désagréable dont on n’arrive pas à se détacher. Ce qui est moderne est mauvais, ce qui est ancien est bon, les deux zozos britanniques ne connaissent que le rapport de force dans leur relations sociales, ils souffrent tous les deux d’un complexe de supériorité drôlement inquiétant, ils méprisent quasiment la terre entière, dénigre à tout bout de champs, ils seraient américains et non britanniques, ils seraient électeur de Trump, à n’en pas douter ! En fait, ce sont deux petits réacs et cela suinte de tout ce qu’ils font ou disent, et 450 pages à ce régime là, ça m’a saoulé ! J’ai eu toutes les peines du monde à arriver jusqu’à la fin, qui n’en n’est pas vraiment un du reste, et je ne suis pas près de remettre le couvert avec Christian Jacq avant un bon moment. J’imagine que ça pourrait plaire à certain, ce déluge de lieux commun mâtiné d’ésotérisme, ça peut même donner lieux à un film d’action à la rigueur. Mais à c e compte là, moi je préfère retourner à l’occasion chez Dan Brown, au moins ses héros ne sont pas détestables ! Et en plus, objectivement, Dan Brown c’est mieux écrit !

  • add_box
    Couverture du livre « Ces femmes qui ont fait l'Égypte » de Christian Jacq aux éditions Xo

    Ghislaine DEGACHE sur Ces femmes qui ont fait l'Égypte de Christian Jacq

    Formidable roman pour toutes celles et ceux qui sont passionnés par l’Égypte ancienne, comme moi ! Ces femmes qui ont fait l’Égypte (D’Isis à Cléopâtre), de Christian Jacq, nous fait découvrir toute une longue lignée de femmes libres et autonomes qui, du sommet de l’État aux tâches les plus...
    Voir plus

    Formidable roman pour toutes celles et ceux qui sont passionnés par l’Égypte ancienne, comme moi ! Ces femmes qui ont fait l’Égypte (D’Isis à Cléopâtre), de Christian Jacq, nous fait découvrir toute une longue lignée de femmes libres et autonomes qui, du sommet de l’État aux tâches les plus humbles, construisirent une civilisation à nulle autre pareille.
    Au temps des pharaons, l’Égypte accorda aux femmes des droits légitimes, droits octroyés en Europe seulement après la Première guerre mondiale et toujours pas sur une bonne partie de la planète.
    Dans la civilisation pharaonique, les femmes occupaient une place majeure et y ont joué un rôle fondamental. Ces femmes, Christian Jacq nous en raconte quelques-unes, qu’elles soient pharaons bien connus comme Hatchepsout, Néfertiti ou Cléopâtre ou moins célèbres mais tout aussi lumineuses et libres surtout.
    S’il est un peu difficile parfois de s’y retrouver avec tous ces noms et leur signification, ce livre est très instructif.
    En conclusion, Ces femmes qui ont fait l’Égypte est un bel hommage rendu aux femmes qui, aujourd’hui, comme à l’époque de l’Égypte antique, devraient pouvoir sans problème être libres de leurs choix de vie.
    Merci à Lecteurs.com et à XO éditions pour cette lecture.