Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Capucine Delattre

Capucine Delattre
Née à Paris en 2000, Capucine Delattre est étudiante à Sciences Po. Les Déviantes est son premier roman.

Articles en lien avec Capucine Delattre (1)

Avis sur cet auteur (9)

  • add_box
    Couverture du livre « Un monde plus sale que moi » de Capucine Delattre aux éditions La Ville Brule

    Réjane MARTEAU sur Un monde plus sale que moi de Capucine Delattre

    Où est la frontière entre consentement et acceptation ? Un témoignage bouleversant dans lequel l'auteur se glisse dans la peau d'Elsa, une toute jeune fille de 17 ans, impatiente de vivre ses premiers émois sensuels et sexuels, mais à quel prix ?
    Un livre qui éclaire et dérange à la fois, sur...
    Voir plus

    Où est la frontière entre consentement et acceptation ? Un témoignage bouleversant dans lequel l'auteur se glisse dans la peau d'Elsa, une toute jeune fille de 17 ans, impatiente de vivre ses premiers émois sensuels et sexuels, mais à quel prix ?
    Un livre qui éclaire et dérange à la fois, sur les relations homme/femme, mais aussi enfant/parent, qui pourrait servir d'ouverture au dialogue tant familial que conjugal.

  • add_box
    Couverture du livre « Un monde plus sale que moi » de Capucine Delattre aux éditions La Ville Brule

    Chantal YVENOU sur Un monde plus sale que moi de Capucine Delattre

    Le thème a été souvent exploité ces dernières années : le consentement s’est révélé un sésame crucial, qui marque la frontière entre le viol et la relation autorisée. Un énième roman sur le sujet est-il nécessaire ?

    Si la question s’est posée avant de parcourir les premières pages, ma...
    Voir plus

    Le thème a été souvent exploité ces dernières années : le consentement s’est révélé un sésame crucial, qui marque la frontière entre le viol et la relation autorisée. Un énième roman sur le sujet est-il nécessaire ?

    Si la question s’est posée avant de parcourir les premières pages, ma résistance a été rapidement vaincue. A la fois pour la manière de traiter l’affaire et pour l’écriture qui emporte tout sur son passage.

    La jeune fille qui confie ses états d’âme a dix-sept ans. Considérant qu’il est temps de perdre sa virginité, il lui faut trouver l’occasion de le faire. Sans appréhension. #metoo est passé par là, tout le monde a compris, le danger s’est éloigné. Ce jeune homme rencontré à une fête familiale, âgé de vingt ans et étudiant pourrait faire le job, d’autant qu’il semble attiré lui aussi. Le marché est conclu, sans verbalisation mais en suivant le cours naturel de la séduction juvénile.

    L’épisode n’a rien d’agréable, mais c’est souvent comme ça la première fois, donc elle ne s’inquiète pas. Des habitudes se prennent, elle apprécie d’être suffisamment attractive pour que l’on désire former un couple avec elle, mais de plaisir, point. C’est même une corvée douloureuse. Deux années passeront avant que ce partenaire lui déclare qu’il vaut mieux en rester là.

    Il faudra du temps mettre des mots sur ce qu’elle a subi au cours de ces deux années…

    Un roman remarquable sur ce sujet délicat, traité sans fausse pudeur ni complaisance, et qui peut constituer une mise en garde pour les jeunes générations. Il n’y a pas qu’une façon de commettre un viol. Un consentement n’est pas tacite parce que l’on vit en couple.

    Par ailleurs, le jeune homme n’est pas si coupable que ça, ou alors par ignorance ou pire inconscience, et on pourrait voir là un défaut d’éducation. D’autant qu’il semble avoir compris le message.

    Lu avec intérêt, d’autant que la plume est fine, mais déterminée.

    280 pages Ville brûle 25 Août

  • add_box
    Couverture du livre « Les déviantes » de Capucine Delattre aux éditions Belfond

    Elizabeth Pianon sur Les déviantes de Capucine Delattre

    Anastasia, trentenaire, a un poste très rémunérateur dans une société.
    Elle vient d'être quittée par son ami et apprend qu'elle a un cancer du sein.
    Elle ne prévient presque personne et se réfugie dans la solitude.
    Iris, son amie, a elle aussi une belle situation et de plus un mari...
    Voir plus

    Anastasia, trentenaire, a un poste très rémunérateur dans une société.
    Elle vient d'être quittée par son ami et apprend qu'elle a un cancer du sein.
    Elle ne prévient presque personne et se réfugie dans la solitude.
    Iris, son amie, a elle aussi une belle situation et de plus un mari parfait.
    Mais l'amour de son mari l'étouffe.
    Lolita, sa sœur vient de passer brillamment le bac et est en révolte contre ses parents dont elle n'accepte pas les orientations qu'ils choisissent à sa place.
    Trois femmes à un tournant de leur vie.
    Trois femmes déviantes qui vont décider de leur vie à venir.
    La première partie m'a parue un peu longue, mais d'une analyse très approfondie (trop peut-être)
    Mais quand on sait que Capucine Delattre n'a que dix-neuf ans, on ne peut être qu'époustouflé.
    Comment à cet âge peut-on avoir une telle connaissance de la psychologie féminine et la décrire avec tant d'aisance.
    Parce que ce n'est pas de l'à peu près, ce ne sont pas des phrases lancées qu hasard.
    C'est du véridique, on pourrait presque dire du vécu.
    Et puis l'écriture est très belle, le style impeccablement maîtrisé.
    Vraiment, un grand bravo et j'espère que l’aventure littéraire ne va pas s'arrêter là.

  • add_box
    Couverture du livre « Les déviantes » de Capucine Delattre aux éditions Belfond

    Marie-Hélène Fasquel sur Les déviantes de Capucine Delattre

    Trois destins de femmes, vus à travers le prisme de l'une d'entre elles.

    Anastasia, au nom de princesse (splendide et déchue), battante, conquérante à qui rien ne résiste, à qui tout réussit, se voit un jour limitée, empêchée par la maladie.

    De ce coup de frein brutal forcé et inattendu,...
    Voir plus

    Trois destins de femmes, vus à travers le prisme de l'une d'entre elles.

    Anastasia, au nom de princesse (splendide et déchue), battante, conquérante à qui rien ne résiste, à qui tout réussit, se voit un jour limitée, empêchée par la maladie.

    De ce coup de frein brutal forcé et inattendu, elle saura, avec deux complices - on peut même parler de disciples ! - faire une formidable opportunité de réviser ses priorités et de redécouvrir l'essentiel.

    Ce roman vif, acéré, vivant, d'une toute jeune auteure, nous offre une vision de l'existence, de nos existences, sans concessions.

    Un ouvrage sur l'audace, lui-même téméraire et vertigineux !

    L'audace de vivre sa vie telle qu'on l'entend, le courage de renoncer, de s'écouter et de refuser de la subir tout simplement.

    Qui décide véritablement de nos choix en fin de compte ?

    La force de tout détruire pour se reconstruire, sainement, totalement, sans crainte de l'inconnu, de la solitude, de la nouveauté...

    Que de justesse, de perspicacité et de vérité ! Que de lucidité et de clairvoyance !

    Car n'est-ce pas la menace mortelle qui rend la vie... plus vivante ?

Thèmes en lien avec Capucine Delattre

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !