Camille Bordas

Camille Bordas

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Articles (1)

Voir tous les articles

Avis (10)

  • Couverture du livre « Les treize desserts » de Camille Bordas aux éditions Joelle Losfeld

    sand marc sur Les treize desserts de Camille Bordas

    Aucun intérêt ...
    Pas un personnage vous touche
    pas une histoire dans le roman vous apporte quoi que soit ...

    Aucun intérêt ...
    Pas un personnage vous touche
    pas une histoire dans le roman vous apporte quoi que soit ...

  • Couverture du livre « Isidore et les autres » de Camille Bordas aux éditions Inculte

    yves MONTMARTIN sur Isidore et les autres de Camille Bordas

    Isidore est un garçon de onze ans, il a deux frères et trois soeurs, il est le dernier de la fratrie. On le trouve gentil et doué pour lire les sentiments des gens. Il passe son temps à brosser la tache du canapé de sorte qu'on la voit le moins possible, une activité qu'il pratique depuis la...
    Voir plus

    Isidore est un garçon de onze ans, il a deux frères et trois soeurs, il est le dernier de la fratrie. On le trouve gentil et doué pour lire les sentiments des gens. Il passe son temps à brosser la tache du canapé de sorte qu'on la voit le moins possible, une activité qu'il pratique depuis la nuit des temps. Tous ses frères et soeurs ont sauté des classes et les trois aînés préparent des thèses, lui le seul truc pour lequel il est doué c'est l'apnée, il peut retenir sa respiration très longtemps.

    « J'étais le dernier des six et je ne voulais pas qu'on m'attribue les bizarreries des autres. Je voulais être unique. Moi-même. Différent. En même temps je n'avais pas trop le choix (j'étais moins beau et moins intelligent que les autres). Mais je n'avais pas non plus d'idée précise de ce que je devais être. »

    À chacun de ses anniversaires, il met à jour son testament. Il est chargé de rédiger la biographie de sa soeur Simone qui a en tête de changer le monde, les autres veulent tous être ermites et réfléchir. Son occupation favorite c'est de tenter de faire des fugues, sans succès, puisque personne ne s'aperçoit de son absence.

    « J'aimais ma famille, je crois. Je n'en connaissais pas d'autre, c'est vrai et du coup, je ne pouvais pas trop comparer, mais il me semblait que c'étaient des gens bien, corrects. Même s'ils étaient souvent perdus dans leurs pensées. Chacun dans sa bulle. »

    Tout le monde appelle son papa le père, il le voit très peu, il est toujours en déplacement. Isidore est persuadé que c'est un agent secret. Sa mère consacre sa vie à les rendre heureux et sociables.

    J'ai beaucoup aimé ce récit où l'auteur nous raconte avec beaucoup de finesse et de sensibilité l'histoire d'un jeune garçon normal perdu au milieu d'une famille de surdoués. Il se pose toutes les questions que se pose un adolescent de son âge, mais cela semble si décalé dans cette famille hors norme et cela crée des situations très drôles. Isidore va être confronté au deuil, à la sexualité, à la solitude, à chaque fois il va réagir à sa façon pleine de candeur comme un petit prince perdu sur une planète qui n'est pas la sienne, toujours à l'écoute des autres, prêt à les réconforter.

    Il s'interroge sur la mort, sur l'intelligence,

    « T'as pas remarqué que Bérénice, Aurore et Léonard se sont tous inscrits en thèse parce qu'ils pensaient qu'ils allaient trouver des réponses à toutes leurs questions, mais qu'au lieu de ça, il leur faut de plus en plus temps pour répondre à des questions de plus en plus simples ? Ils divisent toutes les questions en une infinité de sous-questions maintenant, et les sous-questions sont tellement compliquées qu'ils finissent par revenir à la question originale. Ils sont devenus cinglés. »

    Au détour des pages, le lecteur va croiser un boucher spécialiste des blagues salaces, la doyenne de l'humanité, « je suis tellement plus diminuée aujourd'hui que ne serait-ce que l'an dernier... cette dégradation physique... c'est comme une bande annonce pour la fin de vie, vous voyez ? Et le film a pas l'air terrible ! », et surtout la fragile Denise qui souffre d'anorexie et de dépression sévère.

    L'écriture de Camille Bordas est délicate, pleine d'humour, chargé d'émotions. Laissez-vous tenter, partez à la rencontre d'Isidore, vous ne le regretterez pas.

  • Couverture du livre « Isidore et les autres » de Camille Bordas aux éditions Inculte

    KateMoore70 sur Isidore et les autres de Camille Bordas

    Le roman se passe en France.

    Isidore a onze ans et il est le petit dernier d’une fratrie de six enfants. Il est très différent de ses frères et soeurs.
    Ce sont tous des surdoués et ils sont tous plongés dans leurs études jusqu’à ne sortir de leurs chambres seulement pour le repas. Il faut...
    Voir plus

    Le roman se passe en France.

    Isidore a onze ans et il est le petit dernier d’une fratrie de six enfants. Il est très différent de ses frères et soeurs.
    Ce sont tous des surdoués et ils sont tous plongés dans leurs études jusqu’à ne sortir de leurs chambres seulement pour le repas. Il faut souligner que certains visent un doctorat.
    Isidore est le plus « normal » et le plus sensible de tous : il n’a jamais sauté de classes et fait très attention aux remarques des autres, par exemple.

    « J’étais persuadé que si je fuguais, ça ferait plaisir à ma mère. Elle se plaignait tout le temps qu’on n’était pas assez aventureux. Ça ne faisait ni chaud ni froid à mes frères et soeurs, qui étaient indifférents aux opinions d’autrui en règle générale, mais moi, je prenais ça à coeur. J’étais le dernier des six et je ne voulais pas qu’on m’attribue les bizarreries des autres. Je voulais être unique. Moi-même. Différent. En même temps, je n’avais pas trop le choix (j’étais moins beau et moins intelligent que les autres). Mais je n’avais pas non plus d’idée précise de ce que je devais être. Alors, je me disais que je pouvais au moins essayer d’être ce que ma mère voulait et donner sa chance à l’aventure. » (pages 14-15).

    Ce qui fait aussi sa différence est qu’il est le seul capable d’exprimer des émotions et il n’a pas peur de faire appel à celles-ci.
    La famille sait qu’Isidore sera toujours là pour eux. Ils peuvent compter sur lui pour écouter, réconforter, trouver des solutions…
    Même s’il n’est pas un surdoué, il s’interroge sur de nombreux sujets. Il est très curieux de nature.

    L’auteur, Camille Bordas, nous brosse le portrait avec humour et tendresse d’un Isidore passant de l’enfance à l’adolescence, dans une famille totalement atypique.
    Cette famille est tellement décalée qu’elle en devient comique et attachante.
    Isidore est doué pour la vie. Ses frères et soeurs sont, eux, doués pour les études.
    Dans « Isidore et les autres », le héros cherche à comprendre les autres et le monde qui l’entoure.

    « « Parfois, j’ai l’impression d’avoir élevé une portée de petits misanthropes intolérants. Toujours dans vos bouquins. Vous n’en levez le nez que pour critiquer le reste de l’humanité. » Elle s’est tournée vers moi, comme je m’y attendais, pour dire : « Sauf toi Dory (surnom d’Isidore), bien sûr. »
    Simone n’aimait pas qu’on la traite d’intolérante. C’était son petit point faible et son paradoxe….
    « Et qu’est-ce que tu voudrais que je fasse, maman ? Je veux bien que les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits, mais s’ils décident de grandir sans ouvrir un bouquin, rien ne m’oblige à subir leur conversation.
    - Je ne veux pas que tu fasses quoi que ce soit, ma chérie. J’aimerais juste, de façon générale, que tu sois plus ouverte, et je dis ça pour ton bien, que tu sortes un peu de ta tanière, que tu rencontres des gens…
    - Des gens ? a dit Simone, indignée. Mais j’en connais déjà plein ! » »
    (page 51). 

    Camille Bordas est une Française vivant à Chicago. Elle a d’abord écrit son roman en anglais, salué notamment par Zadie Smith, l’auteur américaine « De la Beauté ». Puis, elle l’a traduit en français en modifiant le texte original.
    Elle explore les relations au sein d’une famille « d’excentriques". Et on l’a découvre à travers les yeux d’Isidore, un adolescent, comme il en existe des millions dans le monde.

    Et si le vrai génie de cette famille était tout simplement d’avoir un garçon comme les autres, Isidore, leur rappelant sans cesse ce qu’est vraiment la vie.

Voir tous les avis

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !