Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Boris Vian

Boris Vian
1920-1959
Boris Vian passe son enfance à Ville-d'Avray, dans une famille aisée, menacée pourtant de ruine. Sa jeunesse, riche en "surprises-parties" et en canulars, le prépare à une activité multiforme. Il sera ingénieur, romancier, trompettiste, chroniqueur musical, chanteur, auteur dramatique, c... Voir plus
1920-1959
Boris Vian passe son enfance à Ville-d'Avray, dans une famille aisée, menacée pourtant de ruine. Sa jeunesse, riche en "surprises-parties" et en canulars, le prépare à une activité multiforme. Il sera ingénieur, romancier, trompettiste, chroniqueur musical, chanteur, auteur dramatique, comédien... Sachant dès son plus jeune âge sa vie menacée par des problèmes cardiaques, il voudra vivre intensément et s'épuisera.
En 1939, il entre à l'Ecole Centrale et en sort ingénieur. Il travaille alors à l'AFNOR. A partir de 1947, il est animateur des cabarets de Saint-Germain-des-Près et trompettiste dans l'orchestre de jazz de Cl. Abadie.
En 1944, il rencontre Queneau et termine son premier roman, Vercoquin et le plancton. Trois ans plus tard, sa jeune carrière d'écrivain se poursuit par un scandale avec l'édition de J'irai cracher sur vos tombes signé Vernon Sullivan et "traduit de l'américain". Succès public mais très mauvaises critiques. Il finira par avouer qu'il est l'auteur de ce roman et sera traduit en justice pour "attentat aux moeurs par voie de livres". En 1950, il est condamné à quinze jours de prison avec sursis...
Il traverse alors des moments difficiles où il croit avoir raté sa vocation littéraire. En 1956, il est directeur artistique chez Philips, Fontana et aux disques Barclay. Il est aussi l'auteur de plus de quatre cents chansons. Il meurt pendant l'avant-première d'un film tiré de J'irai cracher sur vos tombes. C'est après sa mort que sa réputation de grand écrivain s'est affirmée.
Dans son univers romanesque, l'herbe est rouge, les paupières repoussent quand on les taille et un nénuphar fait mourir une jeune fille. Ce monde est régi par une logique poussée jusqu'à l'absurde et l'invention verbale ne semble pas avoir de limite. Mais la mort rôde, acceptée en général avec indifférence. Non violent, le "déserteur" se refuse seulement à tuer, sans aigreur ni colère.
Il fut également Premier Equarrisseur et finalement Satrape du célèbre Collège de 'Pataphysqiue dont l'idée revient à Jarry. Proche du Surréalisme, Boris Vian n'appartient pourtant à aucune école littéraire.

Articles en lien avec Boris Vian (2)

  • Les Editions des Saints Pères, ou comment le vintage fait des classiques, les must have de votre bibliothèque
    Comment le vintage fait des classiques, les must have de votre bibliothèque. Avec Jessica Nelson

    Lire par-dessus l’épaule de Voltaire… Un rêve à la portée de tous les amoureux de la littérature désormais, depuis que les Editions des Saints Pères ont décidé de publier le manuscrit de Candide. Initialement publié en 1759, le plus célèbre texte des programmes du bac de français est disponible dans la version manuscrite et intégrale, en version limitée à 1000 exemplaires, certes, mais avec un souci de qualité tout à fait décalé par rapport à l’époque.

  • Le livre qui a changé votre vie : le palmarès des 20 livres les plus cités
    Le livre qui a changé votre vie : le palmarès des 20 livres les plus cités

    Pour célébrer ses 20 ans, France 5 a lancé un sondage en ligne demandant "quel est le livre qui a changé votre vie ?".A cette question, plus de 6000 internautes ont répondu. Le palmarès a été révélé le 11 décembre 2014 par François Busnel lors de son émission littéraire "La Grande Librairie".

Avis sur cet auteur (84)

  • add_box
    Couverture du livre « On n'y échappe pas » de Boris Vian aux éditions Lgf

    Dominique Sudre sur On n'y échappe pas de Boris Vian

    L’intrigue se déroule en décembre 1950, lorsque le colonel Franck Bolton rentre de la guerre de Corée, une main en moins et de sérieux traumatismes en plus. Alors qu’il vient tout juste d’arriver, il découvre le meurtre atroce d’une de ses anciennes petite amie. Et rapidement, qu’une autre de...
    Voir plus

    L’intrigue se déroule en décembre 1950, lorsque le colonel Franck Bolton rentre de la guerre de Corée, une main en moins et de sérieux traumatismes en plus. Alors qu’il vient tout juste d’arriver, il découvre le meurtre atroce d’une de ses anciennes petite amie. Et rapidement, qu’une autre de ses conquête a subi le même sort. Il décide d’appeler Narcissus, un ami détective, et tous deux tentent de démasquer le meurtrier.

    Boris Vian avait imaginé et rédigé à la fois le synopsis et les quatre premiers chapitres de ce roman dans la veine de ses titres écrits sous le pseudonyme de Vernon Sullivan. Il en disait :

    J’ai un sujet de roman policier que j’écris pour Duhamel (série noire). C’est un sujet tellement bon que j’en suis moi-même étonné et légèrement admiratif.
    Si je le loupe, je me suicide au rateloucoume et à la banane frite. Boris Vian.

    L’auteur est décédé d’une crise cardiaque en 1959, à l’âge de 39 ans. Quels qu’aient pu être ses projets, il n’a jamais terminé ce roman-là.

    J’ai aimé ce roman aux accents de polar noir américain des années 50, la fausse traduction et les notes en bas de page m’ont ramenée de années en arrière lors de ma lecture de J’irais cracher sur vos tombes. Là, on s’en souvient, où il avait écrit roman de Vernon Sullivan, traduit de l’américain par Boris Vian

    chronique com^lète en ligne sur le blog Domi C Lire https://domiclire.wordpress.com/2022/02/26/on-ny-echappe-pas-boris-vian-et-loulipo/

  • add_box
    Couverture du livre « Blues pour un chat noir et autres nouvelles » de Boris Vian aux éditions Lgf

    Elizabeth Pianon sur Blues pour un chat noir et autres nouvelles de Boris Vian

    Cinq nouvelles dont deux que je ne connaissais pas.
    On retrouve bien sûr l'esprit de Boris Vian, mais je n'ai pas été complètement séduite.
    Cependant, j'ai des circonstances atténuantes.
    1- Je n'aime pas trop les nouvelles en générale.
    2- Un rhume-toux qui s'éternise me fatigue et me rend...
    Voir plus

    Cinq nouvelles dont deux que je ne connaissais pas.
    On retrouve bien sûr l'esprit de Boris Vian, mais je n'ai pas été complètement séduite.
    Cependant, j'ai des circonstances atténuantes.
    1- Je n'aime pas trop les nouvelles en générale.
    2- Un rhume-toux qui s'éternise me fatigue et me rend patraque et grognon.
    Il y a plein de choses que je n'aime plus trop en ce moment (même le chocolat et le café, c'est pour dire!).
    J'ai même du mal à m’intéresser à mes lectures. (Et là, ça devient carrément grave, je crois que je vais me décider à consulter.)
    Bon bref, pas passionnée par ces quelques nouvelles, je n'en demeure pas moins une fidèle adoratrice de Boris Vian, une inconditionnelles fan de toute son œuvre.

  • add_box
    Couverture du livre « On n'y échappe pas » de Boris Vian et Oulipo aux éditions Fayard

    BERNARD DOMINIQUE sur On n'y échappe pas de Boris Vian - Oulipo

    Bonjour. En furetant dans une de mes librairies préférées , je suis tombée nez à nez avec ce roman de Boris Vian et l'Oulipo ou l'Ouvroir de Littérature Potentielle ...Donc il me le fallait
    j'ai passé un bon moment en compagnie de Frank Bolton , un ancien du Vietnam , qui à la suite d'un...
    Voir plus

    Bonjour. En furetant dans une de mes librairies préférées , je suis tombée nez à nez avec ce roman de Boris Vian et l'Oulipo ou l'Ouvroir de Littérature Potentielle ...Donc il me le fallait
    j'ai passé un bon moment en compagnie de Frank Bolton , un ancien du Vietnam , qui à la suite d'un combat perd l'une de ses mains et se voit attribuer une main de fer. Pendant son voyage , dans le train qui le ramène chez lui , il se demande comment il sera accueilli par les femmes , il n'a que trente cinq ans et toujours célibataire . Quand il descend du wagon il reste figé devant la première page du journal : sa première petite amie a été sauvagement assassinée . Il n'a plus qu'une idée en tête , savoir qui a commis ce crime abject . Avec l'aide de son ami détective Narcissus Rose , toujours extravagant " vêtu d'un complet gris pâle adorable et coiffé du véritable et authentique bonnet de fourrure de Daniel Boone " , sa secrétaire , image parfaite des années 50 "une gitane aux yeux verts , avec la pétulance d'une douzaine de Betty Hutton et une carrosserie de Fisher "
    Tous ses personnages ont des caractéristiques proches du stéréotype des films policiers de l'époque et c'est fort agréable. On est plongé dans les décors hollywoodiens des films policiers des années50 avec la couleur en plus. C'est léger , sympathique ,espiègle . Les personnages sont attachants malgré leurs gros défauts. On tourne les pages avec gourmandise pourtant cela reste une histoire de meurtres
    En sachant que Boris Vian n'a écrit que les trois premiers chapitres , on est bluffé par la suite écrite par les oulipiens
    Le fils de Boris Vian a demandé à l'OULIPO d'écrire la suite et fin de ce roman , et c'est fait pour notre plus grand plaisir!
    Belles lectures . Prenez soin de vous

  • add_box
    Couverture du livre « On n'y échappe pas » de Boris Vian et Oulipo aux éditions Fayard

    Elizabeth Pianon sur On n'y échappe pas de Boris Vian - Oulipo

    Quel bonheur en 2020 de pouvoir lire un texte inédit de Boris Vian.
    Certes, il n'en avait écrit que quatre chapitres.
    L'Oulipo s'est chargé d'écrire les douze suivants, et voilà, « On n'y échappe pas » est sous nos yeux ravis.
    Un policier bien mené, dans la verve et dans la veine de...
    Voir plus

    Quel bonheur en 2020 de pouvoir lire un texte inédit de Boris Vian.
    Certes, il n'en avait écrit que quatre chapitres.
    L'Oulipo s'est chargé d'écrire les douze suivants, et voilà, « On n'y échappe pas » est sous nos yeux ravis.
    Un policier bien mené, dans la verve et dans la veine de l'auteur.
    On se régale !
    Et l'Oulipo a parfaitement su prendre la suite, pour notre plus grand bonheur.
    Des personnages truculents, de l'humour, de l'action.
    C'est un heureux pastiche de polar de années 50

Ils ont lu cet auteur

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !