Aurelien Moriniere

Aurelien Moriniere

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis (1)

  • Couverture du livre « Le choix du roi T.1 ; première trahison » de Jean-Claude Bartoll et Aurelien Moriniere aux éditions Glenat

    Lionel Arnould sur Le choix du roi T.1 ; première trahison de Jean-Claude Bartoll - Aurelien Moriniere

    Je me souviens, il y a quelques années, de bandes annonces à la télé pour des documentaires sur Edouard VIII et même quelques unes de journaux people, évoquant ce roi qui avait « abdiqué par amour » en donnant ainsi l'image d'un personnage romantique forcément positif. Récemment, on peut dire...
    Voir plus

    Je me souviens, il y a quelques années, de bandes annonces à la télé pour des documentaires sur Edouard VIII et même quelques unes de journaux people, évoquant ce roi qui avait « abdiqué par amour » en donnant ainsi l'image d'un personnage romantique forcément positif. Récemment, on peut dire que le vent a quelque peu tourné… Entre des documentaires radios ou télés et cette BD (plus, j’imagine, quelques ouvrages d’historiens), la vérité historique sur ce personnage pas spécialement sympathique remonte à la surface. Car il a beau avoir été le tonton de la Queen d’Angleterre, le bonhomme était tout de même un admirateur du régime Nazi et, sur le plan des idées rétrogrades du moins, un homme en phase avec son temps : les années 30.

    Tout ceci pour vous dire que le sujet est plutôt intéressant et que ce premier tome me paraît bien le traiter. Ça commence à la fin de la 2ème Guerre Mondiale pour enchaîner aussitôt par un flash-back d’une dizaine d’année jusqu'à l’accession au trône d’Edward… Le reste suit son court tranquillement et se poursuivra au tome 2.

    Non, le seul souci, pour moi en tout cas, vient du dessin. Les couleurs sont léchées et les décors extérieurs (des photos joliment retravaillées à la palette graphique) posent l’ambiance nécessaire au cadre historique du récit, mais… Mais les personnages sont parfois dessinés de manière… comment dire… euh… disproportionnée, au vrai sens du terme… Des épaules tombantes pour des carrures trop fines et des têtes trop grosses. Je comprends d’autant moins qu’en vérifiant dans d’autres BDs de Morinière je n’ai rien vu d’aussi flagrant. Certaines perspectives, certains angles, anatomiques ou non, laissent également un peu songeur… C’est d’autant plus dommage que, je me répète, les couleurs, tout comme les décors sont vraiment réussis. Malheureusement, le problème du dessin, c’est que lorsque l'on remarque quelques imperfections, après, on ne voit plus qu’elles…

Ils ont lu cet auteur

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !

Récemment sur lecteurs.com