La voix des vagues

Couverture du livre « La voix des vagues » de Jackie Copleton aux éditions Les Escales

4.5

10 notes

  • Date de parution :
  • Editeur : Les Escales
  • EAN : 9782365691659
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
  • Nombre de page : 359
  • Collection : (non disponible)
  • Genre : Littérature Anglo-Saxonne
Résumé:

Lorsqu'un homme horriblement défiguré frappe à la porte d'Amaterasu Takahashi et qu'il prétend être son petit-fils disparu depuis des années, Amaterasu est bouleversée. Elle aimerait tellement le croire, mais comment savoir s'il dit la vérité ?

Ce qu'elle sait c'est que sa fille et son... Lire la suite

Lorsqu'un homme horriblement défiguré frappe à la porte d'Amaterasu Takahashi et qu'il prétend être son petit-fils disparu depuis des années, Amaterasu est bouleversée. Elle aimerait tellement le croire, mais comment savoir s'il dit la vérité ?

Ce qu'elle sait c'est que sa fille et son petit-fils sont forcément morts le 9 août 1945, le jour où les Américains ont bombardé Nagasaki ; elle sait aussi qu'elle a fouillé sa ville en ruine à la recherche des siens pendant des semaines. Avec l'arrivée de cet homme, Amaterasu doit se replonger dans un passé douloureux dominé par le chagrin, la perte et le remord.

Elle qui a quitté son pays natal, le Japon, pour les États-Unis se remémore ce qu'elle a voulu oublier : son pays, sa jeunesse et sa relation compliquée avec sa fille. L'apparition de l'étranger sort Amaterasu de sa mélancolie et ouvre une boîte de Pandore d'où s'échappent les souvenirs qu'elle a laissé derrière elle...
 

Donner mon avis

Les derniers avis

  • 0.25

    Ce jour-là, Amaterasu a accompagné son petit-fils Hideo à l'école. Puis elle est rentrée chez elle sur les hauteurs de Nagasaki. A 11 heures, elle devait voir sa fille Yuko, un rendez-vous qu'elle lui avait arraché, presqu'imposé tant leurs relations étaient tendues. Elles s'était mise en retard et espérait que Yuko aurait la patience de l'attendre. Mais, ce jour-là, le 9 août 1945, à 11 heures 02, la ville a basculé dans l'horreur. L'école de Hidéo, rasée, la cathédrale où se trouvait Yuko, pulvérisée, Nagasaki sous le feu, la cendre, l'enfer descendus du ciel. Après des semaines de recherches désespérées, Amaterasu et son mari Kenzo ont du admettre l'horrible vérité, les deux êtres qu'ils aimaient le plus au monde ont péri dans les flammes de Pikadon. Alors ils sont partis. Ils ont quitté le Japon, la ville meurtrie, pour se reconstruire, loin du drame, en Amérique.
    Les années ont passé, quarante précisément. Amaterasu est désormais une vieille femme, une veuve solitaire qui a trop souvent noyé les mauvais souvenirs sous une bonne dose d'alcool. Quand un homme vient frapper à sa porte, le visage ravagé par Pikadon, et dit être Hideo, elle ne peut croire, accepter que son petit-fils soit revenu d'entre les morts. Mais cette visite a ouvert une brèche dans la carapace forgée par les années. Amaterasu est projetée dans le passé, à l'époque où Yuko avait 16 ans et découvrait l'amour...

    Amaterasu n'a plus le choix, elle doit affronter ce passé si douloureux qu'elle a en vain tenté d'oublier. Alors elle se fait violence et plonge dans le journal intime de Yuko, ce qu'elle s'était toujours interdit de faire. Alors revient, par vagues successives, toutes les émotions si longtemps enfouies, tous les souvenirs savamment étouffés. Avec pudeur et dignité, elle revient sur les drames qui ont jalonné sa vie et son pays. De son premier chagrin d'amour aux premiers émois de sa fille, de son mariage avec Kenzo à celui, arrangé, de Yuko avec Shige, de la guerre à la bombe et à l'exil. Que peut-elle dire à celui qui prétend être son petit-fils de ses doutes, de ses rancoeurs, de ses erreurs, de ses chagrins, de son terrible sentiment de culpabilité ? Il est venu chercher ses racines, elle ne peut que lui proposer une histoire familiale tourmentée, des secrets, des amours contrariées, des vies saccagées. Doit-elle ouvrir son cœur à ce miracle que lui offre le destin, raconter aussi la tendresse, le bonheur, la joie, ou est-il trop tard, est-elle trop aigrie ?
    Jackie Copleton a réussi là un roman d'une beauté émouvante où les petites histoires des personnages s'inscrivent dans la grande Histoire du Japon dont elle connaît les mœurs et la culture. Elle a su évoquer le plus dur, le plus sombre avec beaucoup de douceur, de poésie et de respect. Son roman est tout simplement magnifique et bouleversant.

  • 0.15

    Un tres bon roman historique tres subtil que mon libraire m a conseille .....y aller les yeux fermes.

  • 0.2

    http://leslivresdejoelle.blogspot.fr/2016/11/la-voix-des-vagues-de-jackie-copleton.html

    Un jour, un homme d'une quarantaine d'années au visage horriblement défiguré frappe à la porte d'Amaterasu Takahashi, une vieille femme japonaise, et prétend être son petit-fils Hidéo.

    Amaterasu est venue trouver refuge en Amérique en 1946 avec son mari après avoir perdu sa fille unique Yuko et son petit-fils Hidéo à Nagasaki lors du bombardement américain du 9 août 1945.

    Ce jour là, Amaterasu a vécu l'explosion atomique, qu'elle appelle Pikadon, comme un éclair et un terrible bruit suivis d'un épouvantable silence. Epargnée car elle se trouvait sur les hauteurs à 1,5km du rayon d'action de la bombe, elle découvre une vision d'enfer sous une pluie radioactive noire quand elle dévale la colline à la recherche de son petit-fils de sept ans qu'elle vient de déposer à l'école et de sa fille avec qui elle avait rendez-vous dans la cathédrale. Aucun des deux n'a survécu, leurs corps n'ont jamais été retrouvés.

    Comment savoir si cet homme dit la vérité? D'autant plus qu'il n'a aucun souvenir de son enfance avant la bombe.
    L'arrivée de cet homme plonge Amaterasu dans son passé, elle qui a quitté le Japon pour l'Amérique pour "Continuer, endurer, vivre" et qui doit parfois trouver le réconfort dans l'alcool.

    La lecture des carnets intimes de sa fille, ses propres souvenirs et les lettres de Sato, devenu le père adoptif de l'homme qui se dit être Hédio, la replongent dans un passé qu'elle tente d'oublier. Elle se remémore sa propre jeunesse qui semble mystérieuse et douloureuse et ses rapports tendus avec sa fille.

    Le récit fait alterner présent et passé de façon très maitrisée.
    Les évènements historiques de l'époque, l'entrée en guerre du Japon en 1940, Pearl Harbor, la bombe, la capitulation du Japon défilent au fur et à mesure que l'intrigue familiale se dessine.

    Les mots de vocabulaires japonais insérés en tête de chaque chapitre sont particulièrement intéressants pour comprendre l'âme nippone, ils décrivent des rites et coutumes essentiels de la culture japonaise, ils expliquent des traits de caractère propres aux japonais, obéissance, modestie, patience, pudeur et retenue dans l'expression des sentiments, importance du regard public et complète sujétion des femmes aux hommes.

    Intrigue romanesque captivante, suspense digne d'un roman policier, personnages très attachants, éléments historiques, découverte de la culture nippone sont les atouts de ce premier roman très bien construit. Les éléments du puzzle sont distillés très adroitement pour nous permettre de reconstituer ce drame familial.

  • 0.25

    Un premier roman magnifique, une perle rare, un véritable coup de cœur !

    Voici quatre décennies qu'Amaterasu Takahashi s'est exilée aux États-Unis avec son mari après la disparition de sa fille et de son petit fils. Déracinée, vielle et seule depuis que son mari est décédé, elle reçoit la visite d'un homme horriblement défiguré. Il se présente comme étant Hideo, son petit-fils, le fils de sa fille unique, Yuko. Amaterasu est bouleversée. Elle aimerait tellement le croire. Mais Amaterasu sait que Yuko et son Hideo sont morts le 9 août 1945, le jour où les américains ont bombardé Nagasaki. Elle se souvient avoir fouillé sa ville en ruine à la recherche des siens pendant des semaines. Avec cette visite impromptue, Amaterasu se replonge dans un passé douloureux dominé par le chagrin, la perte et le remord. Elle se remémore tout ce qu'elle a voulu oublier : son pays, sa jeunesse et sa relation compliquée avec sa fille.

    Dès les premières pages, Jackie Copleton nous immerge dans la culture japonaise, nous fait vivre cette tragique journée du 9 août 1945, le jour où les américains ont largué une bombe atomique sur Nagasaki. L'auteure nous narre une tragédie historique et familiale sur quatre générations où se mêlent secrets, amours et trahisons. La voix des vagues c'est l'histoire des Takahashi. On oscille entre présent et passé pour découvrir le Japon d'avant et d'après guerre. Passant de la narration à la lecture du journal intime de Yuko et des lettres de Jomei Sato, l'auteure qui a un grand sens du romanesque, nous dévoile minutieusement et subtilement chaque personnage.

    Magnifiquement construit, servi par une écriture subtile et élégante La voix des vagues est un roman lumineux, un récit d'amour et d'Histoire. Il est d'une beauté bouleversante et d’une grande poésie.

    Un conseil, laissez-vous bercer au son des souvenirs d'Amaterasu, venez vous imprégner de la culture nipponne où tout n'est qu'émotion contenue.

    http://the-fab-blog.blogspot.fr/2016/12/mon-avis-sur-la-voix-des-vagues-de.html

  • 0.25

    Jackie Copleton signe ici une histoire poignante.

    Sur fond de drame historique, trois générations s’entremêlent.

    Souvenirs, secrets, coutumes, culpabilité, pardon, renaissance…
    Voici les thèmes abordés dans cette fresque familiale à la beauté japonaise.

    L’écrivain a enseigné l’anglais à Nagasaki et à Sapporo (elle vit depuis au Royaume-Uni).
    Son écriture a su garder toute la délicatesse et la pudeur caractéristiques de ce pays.

    C’est un premier roman MAGNIFIQUE.

    Ma chronique sur https://arthemiss.com/la-voix-des-vagues-de-jackie-copleton/

  • 0.25

    Décidément les éditions LES ESCALES soignent leurs couvertures. Vous ne trouvez pas que ce livre est juste très très beau ??

    Mais en plus d'éditer de magnifiques livres, LES ESCALES éditent de bons livres. Aucune déception chez cet éditeur depuis ma lecture du premier roman de Victoria HISLOP, L'ILE DES OUBLIES.

    Encore une fois, ce nouveau livre est une réussite avec une histoire bouleversante qui se déroule sur plusieurs décennies au pays du Soleil Levant.

    Amaterasu TAKAHASHI est une vieille femme qui a immigré aux Etats Unis avec son mari après le bombardement de Nagasaki où elle vivait. Le 9 août 1945, elle a vu sa ville détruite mais aussi mourir sa fille et son petit-fils dans cet effroyable épisode de la Seconde Guerre Mondiale.

    Quarante années plus tard, un homme totalement défiguré vient frapper à sa porte et se dit être son petit-fils finalement rescapé du PIKADON, la bombe meurtrière, alors qu'Amaterasu a cherché en vain les siens après le bombardement. Bouleversée et perdue, Amaterasu ressasse ses souvenirs, ses raports difficiles avec sa fille Yuko, sa jeunesse et son bonheur brisés par l'attaque des américains.

    Pour être tout à fait honnête, je ne suis pas du tout familière de la culture nipponne, de l'histoire du JAPON et j'ai été tout d'abord séduite par le dépaysement qu'offre ce récit. L'auteur attache une grande importance à la compréhension de la pensée nipponne puisqu'elle propose à chaque nouveau chapitre l'explication d'un mot issu de la pensée japonaise avec son histoire et son impact sur les relations dans la société.

    La pauvre Amaterasu n'a pas été épargnée par la vie et ses souvenirs sont terribles. Se replonger avec elle dans son passé c'est se souvenir que les hommes sont capables du pire et que le JAPON, lors de la Seconde Guerre Mondiale, n'a pas été exempt de tout malheur, bien au contraire. Ce roman nous retrace les évènements du bombardement à travers la vie de cette famille simple et ordinaire qui a vécu de plein fouet la tragédie. A cela, l'auteur ajoute une histoire d'amour fou et compliqué, elle nous relate la jeunesse tragique d'Amaterasu et incite le lecteur à suivre l'histoire du JAPON à travers le vécu de cette famille.

    J'ai trouvé ce livre très étoffé, très dense et j'ai aimé ce récit terriblement romanesque. Jackie COPLETON réussit parfaitement à imbriquer son histoire avec la tragédie de la bombe atomique et excelle à nous narrer la passion de Yuko pour Jomei Sato tout en nous confrontant au mode de pensée et aux traditions nippons. Pour moi, ce fut une vraie découverte .

    J'ai eu l'impression que tout était très calculé dans cette société japonaise et très codé. On remarque dès le début de notre lecture que Jackie COPLETON a vécu au JAPON et qu'elle a attaché une grande importance à restituer toutes ces régles et traditions et j'ai beaucoup aimé cette démarche. J'ai aussi été captivée par cette romance si tragique que vit Yuko, Jackie COPLETON a réussi à imaginer une jeune nipponne qui brise tous les tabous et la bienséance, elle a aussi excellé à cacher les secrets enfouis d'Amaterasu qui justifent une partie de son comportement et de ses choix de vie.

    J'ai trouvé une certaine langueur au style de Jakie COPLETON mais cela permet de parfaitement s'imprégner des évènements et de l'histoire qui s'étale sur plusieurs décennies.

    LA VOIX DES VAGUES est un livre beaucoup plus riche qu'il n'y paraît avec un récit au cours duquel, plus on tire les fils, plus la bobine s'emmêle...

    Je vous laisse découvrir les secrets cachés d'Amaterasu et la belle histoire d'amour de Yuko... Tout cela ne devrait pas vous laisser indifférents !



    MYMY

  • 0.25

    Le 9 août 1945, les américains ont bombardé Nagasaki, dans le sud du Japon, quelques jours après l'Hiroshima ; l'une des plus meurtrières, décimant sur son passage plus de 75.000 personnes.
    C'est à partir de cet événement tragique de la seconde guerre mondiale que l'auteure, Jackie Copleton, nous narre l'histoire de Amaterasu, de sa fille Yuko, de son petit-fils Hideo, et de son mari.

    Comme tous les jours, Amaterasu, accompagne Hideo à l'école et revient le chercher. Ce jour-là, elle a rendez-vous à sa fille, dans une cathédrale, pour une discussion. Juste le temps d'aller se changer à la maison, de prendre le tramway, et elle serait à l'heure pour voir Yuko. Vite, vite, elle fait vite, fait quelques courses de rationnement et repart. Hélas, l'Amérique vient de larguer une bombe atomique au même moment, détruisant tout sur son passage. Pikadon.
    Quarante ans plus tard, nous retrouvons Amaterasu, en Amérique. Depuis cette tragédie où elle a perdu sa fille et son petit-fils, elle essaie de survivre, d'aller mieux, malgré toutes ces années passées. Pourtant un jour, un homme défiguré se présente à sa porte prétendant être son petit-fils, Hideo. Impossible. Elle voudrait tellement le croire, vraiment. Amaterasu a cherché pendant des semaines, Hideo et sa fille, à Nagasaki, jusqu'à ce qu'elle se fasse une raison et décide de partir avec son époux, décédé, aujourd'hui, pour les états-unis. Alors qui est-il ?

    Le passé remonte à la surface ; le mal, le manque, le tout. Sentir la présence de sa fille... Amaterasu replonge dans ses souvenirs en tournant les pages intimes de Yuko où les secrets les plus enfouis vont se dévoiler, tristement, sous nos yeux.

    L'histoire est magistrale, magnifiquement belle, bien écrite, détaillée, avec les us et coutumes pour complètement immerger à l'époque de ce Japon. Juste ce qu'il faut. Le rythme est lent mais l'intrigue est très intéressante mêlant amour et haine et les non-dits qui peuvent avoir de lourdes conséquences pour la suite ! On plonge bien évidemment dans l'horreur, surtout dans les débuts, mais l'auteure ne s'attarde pas trop dessus, puisque tout le récit est centré sur les souvenirs qui remontent à la jeunesse et secrets de cette femme âgée, des journaux intimes de sa fille, dévoilant une part d'elle que sa mère ne connaissait pas, et de sa rencontre avec cet homme, ami de la famille.

    Très beau roman.

  • 0.2

    Le 9 août 1945, la ville de Nagasaki est bombardée par les américains. Amaterasu y a perdu sa fille Yuko et son petit-fils Hideo. Des décennies plus tard, alors qu’elle a refait sa vie aux Etats-Unis, un homme terriblement défiguré se présente à sa porte en prétendant être ce petit-fils disparu…

    Alors qu’Ama se refuse à le reconnaître, les souvenirs affluent : elle se remémore sa fille, sa propre jeunesse, la vie d’avant Pikadon (la bombe). En se plongeant dans les journaux de Yuko elle entre dans son histoire intime, celle d’une jeune fille qui éprouva un amour passionné pour Sato, un médecin qu’elle connut par son père et contre lequel sa mère s’est acharnée à la protéger – jusqu’à la tragédie.

    C’est un premier roman extrêmement réussi, avec de toute évidence un immense travail de documentation en amont, car l’auteure réussit la prouesse de nous faire vivre la catastrophe de Nagasaki comme si on y était. L’horreur de toutes ces vies dévastées, et la tentative presque immédiate de retrouver une vie normale, avec sagesse et sans esprit de vengeance. « Continuer, endurer, vivre. »

    Au-delà de ces atrocités, c’est aussi un très bel hommage à ce pays – et à la femme japonaise. Chaque chapitre commence par définir un terme ou un concept japonais et donne le ton à ce qui suit. Sur cette passionnante toile de fond on suit avec plaisir l’histoire d’une famille où les secrets sont nombreux. Ama, de vieille dame discrète qu’elle est, m’a parue assez antipathique : elle repousse de toutes ses forces son mystérieux visiteur alors qu’elle a le pouvoir de lui rendre son identité, comme pour se refuser une chance au bonheur dirait-on, plutôt par orgueil me semble-t-il. De même le personnage du fameux médecin ne m’a pas paru bien clair dans ses sentiments et son comportement.

    Secrets, culpabilité, ressentiment… Il me semble après lecture que je resterai longtemps marquée par le contexte historique qui m’a même poussée à faire des recherches supplémentaires, mais en soi c’est déjà une belle réussite que de rendre hommage à toutes les victimes de Nagasaki, et j’ai passé grâce à La Voix des Vagues un moment d’évasion très fort.

  • 0.25

    Imaginez qu’un jour un homme d’une quarantaine d’années, défiguré par d’atroces brûlures, frappe à votre porte et se présente comme votre petit-fils. Imaginez que la dernière fois que vous avez vu ce petit-fils, il était en uniforme d’écolier et avait 7 ans. Imaginez que depuis tout ce temps, vous le croyiez mort…
    C’est ce qui arrive à Amaterasu Takahashi, japonaise, qui a fui son pays pour les USA après le bombardement de Nagasaki par les Américains. Ce jour-là, le 9 août 1945, sa vie a basculé et si elle et son mari ont échappé au massacre, il n’en a pas été de même pour leur fille Yuko et leur petit-fils Hideo.
    De la mort, du chaos, des flammes, de la destruction, de la guerre, de l’horreur, Jackie Copleton a su tirer un roman lumineux, magnifique. "La voix des vagues" est un récit d’une beauté bouleversante et d’une grande poésie.
    Servie par une superbe écriture, élégante et tranquille, brillante, ciselée, l’histoire de la famille Takahashi nous est présentée oscillant entre présent et passé. A l’instar d’un roman policier, les évènements nous sont communiqués au compte-goutte. Ce n’est que petit à petit que se tisse la toile reliant chaque membre de la famille, ce n’est que petit à petit que nous découvrons les raisons des chagrins, remords et regrets de ceux qui ont survécu. Mais c’est aussi une grande histoire d’amour. Chaque personnage est minutieusement décrit, brodé à petits points, ses émotions disséquées, ses décisions analysées. Parallèlement nous découvrons l’histoire du Japon avant et pendant la seconde guerre mondiale, habilement traitée. L’horreur nous est livrée sans ostentation, tout en retenue.
    Ce premier roman, très abouti, représente à mes yeux tout ce que j’attends d’un livre : une belle écriture, une réelle beauté des mots, une histoire captivante, des personnages attachants, une intrigue bien menée, un côté historique, un vrai dépaysement. Bref ! ce fut un grand, très grand plaisir de lecture.

Voir tous les avis

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre
Soyez le premier à en lancer une !

Widget

Code à intégrer dans votre page

Code à intégrer dans votre page

Les lecteurs en parlent...

Afficher plus de discussions

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !

Du même auteur

La Voix Des Vagues Jackie Copleton A VUE D'OEIL

0

Voir tous les livres de Jackie Copleton

Récemment sur lecteurs.com