Au sud de la frontière, à l'ouest du soleil

Couverture du livre « Au sud de la frontière, à l'ouest du soleil » de Haruki Murakami aux éditions 10/18

3.875

16 notes

  • Date de parution :
  • Editeur : 10/18
  • EAN : 9782264036292
  • Série : (non disponible)
  • Support : Poche
  • Nombre de page : 223
  • Collection : Domaine etranger
  • Genre : Littérature Romans Poche
Résumé:

Hajime a connu pour la première fois l'amour en compagnie de la douce Shimamoto-San. Séparés par la vie, il n'a pourtant jamais oublié. Aujourd'hui, à l'aube de la quarantaine, Hajime est devenu un homme ordinaire et s'est construit une vie agréable entre sa famille et un métier qui lui... Lire la suite

Hajime a connu pour la première fois l'amour en compagnie de la douce Shimamoto-San. Séparés par la vie, il n'a pourtant jamais oublié. Aujourd'hui, à l'aube de la quarantaine, Hajime est devenu un homme ordinaire et s'est construit une vie agréable entre sa famille et un métier qui lui plaît. Ce fragile équilibre résistera-t-il à ses retrouvailles avec Shimamoto-San ?

Donner mon avis

Les derniers avis

  • 0.25

    Au sud de la frontière, à l’ouest du soleil est un livre que j’ai lu deux fois. La première fois, c’était après avoir lu Kafka sur le rivage et la fin des temps. J’avais été déçue. J’étais fascinée par le brouillage des frontières entre univers réaliste et onirique dans lequel Murakami excelle, que je n’ai pas retrouvé dans ce livre plus contemplatif et moins tarabiscoté que les autres. Ressenti superficiel et passablement influencé par ce que je pouvais attendre sous la plume de cet auteur. En seconde lecture, j’ai adoré ce livre très subtil, un récit de la découverte de soi par le révélateur que constitue l’interaction avec les autres.
    Quels sont les choix que l’on fait ? Pourquoi les fait-on ? Se connaît-on vraiment ?
    Hajime et Shimamoto ont douze ans. Ils s’aiment. Hajime et Shimamoto ont trente-sept ans. Ils se retrouvent. Quel genre de personne est devenu Hajime ? Comment ces retrouvailles affectent-elles son existence.
    Un livre comme celui-ci, un livre sur ce que c’est que de savoir ce à quoi on tient et ce dont on est capable, est, qu’on le veuille ou non, un livre sur le bonheur. J’en recommande la lecture aux fans de Murakami, aux adeptes de l’introspection, aux amoureux de la musique, à tous ceux qui souhaitent se laisser bercer un moment au ressac de l’existence.

  • 0.1

    Bon, me voilà bien embêté pour parler de mon premier Haruki Murakami. Mitigé ? Dubitatif ? Perplexe ? Un peu tout cela, ce qui me paraît normal, puisque en gros, tous ces mots ont le même sens. La première partie (les 70 premières pages) qui décrit la vie de Hajime, monotone, ennuyeuse est tellement bien faite que moi-même je m'y suis profondément ennuyé. Quel talent H. Murakami ! Faire ressentir à ce point à ses lecteurs ce qu'il tente de décrire ; du grand art ! En fait, je me demande à quoi servent ces pages : elles sont inodores, incolores, sans saveur.
    Heureusement la suite sans s'emballer, est plus intéressante : Hajime dont on peut dire qu'il a réussi ne parvient pas à vraiment vivre dans le présent se remémorant sans cesse les moments passés avec Shimamoto-san et avec Izumi, sa première petite amie qu'il a dû quitter précipitamment. Il a quelques coups de cafard, de questionnements qui l'empêchent d'avancer :
    "Je n'avais pas envie de retourner chez moi. Je téléphonai à ma femme, lui dis que j'avais encore des affaires à régler et que je rentrerais plus tard que d'habitude. J'éteignis toutes les lumières et continuai à boire du whisky dans le noir. Je le bus sec, c'était trop compliqué d'aller chercher des glaçons." (p.85)
    Entre tergiversations, questionnements, apitoiements, Hajime n'avance pas et moi non plus qui reste planté dans ce livre avec la sensation de lire des mots qui s'enchaînent en faisant des phrases (c'est le but d'un livre me direz-vous) que je ne comprends pas ou plutôt auxquelles je ne trouve qu'un intérêt très limité. Je ne peux pas dire non plus que l'écriture m'aie scotché. Très simple, ni désagréable ni enthousiasmante, neutre quoi ! Quelques scènes un peu chaudes (gentiment, rien de grivois ou de vulgaire, neutralité oblige !) pour finir d'emballer le lecteur ou la lectrice et hop, le tour est joué.
    Je ne doute pas que ce livre ait trouvé nombre d'amateurs (trices) tant j'entends parler de cet auteur depuis un moment. Son éditeur ne dit-il pas de lui que c'est "une pop-star littéraire au Japon", et qu'il "est devenu un auteur culte dans le monde entier." (4ème de couverture) ? Ça y est les gros mots sont lâchés : "auteur culte", ce qui personnellement me ferait plutôt fuir. De fait, si j'ai lu ce roman, c'est dans le cadre du club de lecture de la Bibliothèque Municipale dont le prochain thème est la littérature asiatique. Sans cela, je ne sais pas si j'aurais ouvert les pages de ce bouquin, qui, sans être inintéressant est bien trop dilué, avec de longues répétitions. Peut-être H. Murakami aurait-il dû en faire une nouvelle ? Enfin, c'est juste un conseil ! Mais je doute d'avoir un jour un remerciement de l'auteur ! Quelle ingratitude ces "pop-stars", ces "auteurs cultes" !

  • 0.2

    Apres avoir lu Kafka sur le rivage l'an passe, je suis donc entre dans ce livre avec quelques attentes … et meme si il ne m’a pas conduit la ou je l’attendais (en bref une sorte de roman total, melangeant fantasmes, allegories et realite), il m’a emmene dans un roman tres plaisant et tres bien conduit. Un synopsis qui peut paraitre assez classique (quasi arlequinesque ?): la vie et les amours d’un jeune homme (Hajime) issu de la petite bourgeoisie japonaise (peut-etre est-il plus classe moyenne au debut), entre 10 et 40 ans. Murikami nous fait voir avec brio les transformations de ce jeune homme, sa decouverte de l’amour, ses echecs, ses periodes moroses et finalement son mariage avec Yukiko et sa reussite professionelle a la tete de 2 boites de jazz branchees. C’est alors « qu’il a tout pour etre heureux » que surgit dans sa vie l’amour de ses douzes ans …Malgre ce synopsis au parfum prononce de deja vu, Murakami, a reussi brillament a m’emmener d’un bout a l’autre, en faisant partager avec brio l’intimite des pensees d’Hajime, ses joies, ses doutes et ses dechirements internes … Sur la fin, quelques passages laissent encore paraitre l’ecriture « fantastique » qui accompagnait Kafka sur le rivage. A noter aussi, a ne pas mettre entre toutes les mains pour certaines scenes un peu chaudes …

    Une parallele bizarre m’est venu en terminant ce roman … J’ai pense a Kundera ! En faire le Kundera japonais serait un pas que je ne franchirais pas, mais il y a une certaines familiarite de ton, d’approche psychologique des personnages … C’est juste une impression fortuite …

  • 0.25

    Un livre captivant qui laisse beaucoup le champ libre au lecteur pour l'imagination et le rêve. A lire....

Voir tous les avis

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Les dernières discussions

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre
Soyez le premier à en lancer une !

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !

Les articles associés

Du même auteur

Saules aveugles, femme endormie Haruki Murakami BELFOND

3.8

Voir tous les livres de Haruki Murakami

Autres éditions

Au sud de la frontière, à l'ouest du soleil Haruki Murakami 10/18

3.875

Voir toutes les éditions

Récemment sur lecteurs.com