Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

LES TEXTES DE CHANSON : DES LIVRES CONDENSES !!!

M'abonner à cette discussion
  • Bonjour, merci et bienvenue Yas Law.

    Le style de texte n'est pas extraordinaire (en tout cas en français) mais les mots portent et l'on se sent tout de suite concerné par les sentiments éprouvés par cette jeune femme. Il semble donc que ce soit en même temps son histoire.
    J'aime beaucoup la conclusion : "On récolte ce que l'on sème, Oh ouais, ça craint d'être toi en ce moment..."
    J'imagine que le gars doit se morfondre quelque part à moins qu'il ne soit passé à autre chose. Si la princesse est encore là, le prince charmant est très très loin d'être charmant.
    Il faut savoir rebondir et sortir de ces situations affectives très fortes. Merci de nous avoir fait partagé un morceau choisi de Beyoncé.
    Amitiés
    JM
  • Bonsoir à tous,

    Ce soir, je vous mets sur la table un jolie de texte sur ce qui pourrait être nous. Comme une sorte d'espoir de réussir sa vie avec "Puisses-tu" de Jean-Louis Aubert et bien sûr la vidéo.

    Amitiés
    JM

    http://youtu.be/s28x9V2XmGQ

    Puisses-tu

    Tu connaîtras des chagrins sans raison,
    Tu croiseras aussi la trahison,
    Tu entendras leur parole à foison,
    Et parfois même jusqu'à la déraison,

    Et tu verras la bassesse, l'impudeur,
    Tu connaîtras aussi l'agression,
    Et tu verras des micros tendus
    Vers des femmes et des enfants nus,

    Puisses-tu vivre, continuer,
    Puisses-tu aimer, continuer,
    Puisses-tu puiser, un peu d'eau,
    Dans le puit, de tes nuits

    Puisses-tu sourire, et même rire
    Quand le pire est à venir,
    Puisses-tu aimer, sans sourciller,
    Simplement continuer,

    Tu connaîtras les chagrins à foison,
    Et les douleurs que tout l'monde partage,
    Tu entendras des demandes et des pleurs,
    Et parfois ça frisera la déraison,

    Et tu verras tous ces mondes inconnus,
    Que tu s'ras sûr d'avoir déjà vu,
    Tu goûteras les fruits de la passion,
    Et le goût amer de la désillusion,

    Puisses-tu vivre, Puisses-tu aimer,
    Puisses-tu vivre, Continuer
    Puisses-tu puiser, Dans le puit,
    De tes nuits, Et rêver,

    Puisses-tu vivre, continuer,
    Sans sourciller et aimer,

    Qui tu es (x4)

    Puisses-tu aimer,
    Qui tu es
  • J ame beaucoup, les divers intervenants prouvent bien l intérêt du sujet!
    Bien amicalement
  • Merci Eugène. Merci de ton passage. C'est ce qui fait le charme de la diversité et du registre inépuisable de la lecture et des mots.
    Amitiés
    JM
  • Bonsoir à tous,

    Je viens poster le lien d'une très belle chanson prônant de belles valeurs. L'artiste est Victoria Petrosillo dont je vous ai déjà mis une chanson...

    Son prochain album est en préparation, elle démarche en ce moment les maisons de disques et c'est ce titre qu'elle a choisi de mettre en avant, je n'ai pas les paroles exactes d'où le lien

    http://www.youtube.com/watch?v=H8v9cMyvxEQ

    A écouter, à méditer et à faire tourner pour l'aider à réaliser son rêve

    Bisous à tous
  • Bonsoir Ludivine et merci de cette contribution.

    Je ne connaissais pas cette chanteuse et sa voix est très envoutante (abonnement sur youtube) ainsi qu'une belle présence sur scène.
    Je n'ai pas trouvé les paroles du tribute sur Mandela mais peut-être est-ce un peu trop tôt.
    Pour découvrir la chanteuse sur sa page officielle
    https://www.facebook.com/VictoriaPageOfficielle

    Amitiés
    JM
  • Bonjour Jean-Michel,

    Je la suis depuis fort longtemps, mais elle avait fait un gros break après avoir interprété le générique de la série Heroes. Elle est revenue début d'année dans The Voice et c'est un plaisir de la retrouver. Du coup, je ne la lâche plus ^^

    Pour les paroles, oui, c'est un peu tôt, la chanson ne sortira pas de suite. Elle démarche actuellement les maisons de disques pour sortir l'album. J'ai eu la chance de la voir interpréter ses nouvelles compos deux fois et même de lui parler et je peux dire que c'est vraiment de magnifiques textes portés par une merveilleuse voix et une artiste généreuse et simple.

    Enfin bref, je pourrais en parler pendant des heures, mais je préfère vous laisse la découvrir par vous-même :)

    Bisous
    Ludivine

    P.S. : Et joyeux Noël :)
  • Bonjour à tous,
    J'utilise cette discussion bien que le texte que je vais joindre ne soit pas une chanson, mais les voeux d'un chanteur que j'affectionne tout particulièrement : Jacques Brel.
    J'ai trouvé ce qu'il avait dit très beau et j'ai souhaité le partager avec vous.
    « Le seul fait de rêver est déjà très important.
    Je vous souhaite des rêves à n’en plus finir,
    et l’envie furieuse d’en réaliser quelques uns.
    Je vous souhaite d’aimer ce qu’il faut aimer
    et d’oublier ce qu’il faut oublier.
    Je vous souhaite des passions.
    Je vous souhaite des silences.
    Je vous souhaite des chants d’oiseaux au réveil
    et des rires d’enfants.
    Je vous souhaite de résister à l’enlisement,
    à l’indifférence, aux vertus négatives de notre époque.
    Je vous souhaite surtout d’être vous. » Jacques BREL, 1er janvier 1968
  • Merci pour ce très beau texte.
    Il est plein de tout ce que l'on peut espérer pour soi-même et les autres.
    Il est comme un liste d'envies.

    Alors voilà une passerelle toute trouvée pour se projeter dans l'année qui vient. Je vous propose ce texte de Johnny et cette interprétation avec Céline Dion et 500 choristes : http://youtu.be/UdOo2vlSk40

    "L'envie" interprétée par Johnny Haliday

    Qu'on me donne l'obscurité, puis la lumière.
    Qu'on me donne la faim la soif, puis un festin.
    Qu'on m'enlève ce qui est vain et secondaire,
    Pour que je retrouve le prix de la enfin.

    Qu'on me donne la peine, pour que j'aime dormir.
    Pour que j'aime le froid qu'on me donne la flamme.
    Pour que j'aime ma terre qu'on me donne l'exil,
    Et qu'on m'enferme un an pour rêver à des femmes.

    On m'a trop donné, bien avant l'envie
    J'ai oublié mes rêves et les mercis.
    Toutes ces choses qui avaient un prix,
    Qui font l'envie de vivre et le désir,
    Et le plaisir aussi

    Qu'on me donne l'envie,
    L'envie d'avoir envie,
    Qu'on rallume ma vie.

    Qu'on me donne la haine, pour que j'aime l'amour,
    La solitude aussi pour que j'aime les gens.
    Pour que j'aime les silences, qu'on me fasse des discours,
    Et toucher la misère pour respcter l'argent ;

    Pour que j'aime être sain, vaincre la maladie.
    Qu'on me donne la nuit, pour que j'aime le jour.
    Qu'on me donne le jour, pour que j'aime la nuit,
    Pour que j'aime aujoud'hui, oublier les toujours ...

    On m'a trop donné, bien avant l'envie
    J'ai oublié mes rêves et les mercis.
    Toutes ces choses qui avaient un prix,
    Qui font l'envie de vivre et le désir,
    Et le plaisir aussi

    Qu'on me donne l'envie,
    L'envie d'avoir envie,
    Qu'on rallume ma vie.

    (solo)

    On m'a trop donné, bien avant l'envie
    J'ai oublié mes rêves et les mercis.
    Toutes ces choses qui avaient un prix,
    Qui font l'envie de vivre et le désir,
    Et le plaisir aussi

    Qu'on me donne l'envie,
    L'envie d'avoir envie,
    Qu'on rallume ma vie.

    Qu'on me donne l'envie,
    L'envie d'avoir envie,
    Qu'on rallume ma vie.
  • Les séparés (N'écris pas...)

    N'écris pas. Je suis triste, et je voudrais m'éteindre.
    Les beaux étés sans toi, c'est la nuit sans flambeau.
    J'ai refermé mes bras qui ne peuvent t'atteindre,
    Et frapper à mon coeur, c'est frapper au tombeau.
    N'écris pas !

    N'écris pas. N'apprenons qu'à mourir à nous-mêmes.
    Ne demande qu'à Dieu... qu'à toi, si je t'aimais !
    Au fond de ton absence écouter que tu m'aimes,
    C'est entendre le ciel sans y monter jamais.
    N'écris pas !

    N'écris pas. Je te crains ; j'ai peur de ma mémoire ;
    Elle a gardé ta voix qui m'appelle souvent.
    Ne montre pas l'eau vive à qui ne peut la boire.
    Une chère écriture est un portrait vivant.
    N'écris pas !

    N'écris pas ces doux mots que je n'ose plus lire :
    Il semble que ta voix les répand sur mon coeur ;
    Que je les vois brûler à travers ton sourire ;
    Il semble qu'un baiser les empreint sur mon coeur.
    N'écris pas !

    Texte de Marceline Desbordes-Valmore (1786-1859) mis en musique et chanté par Julien Clerc.

Ma réponse