Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

LES TEXTES DE CHANSON : DES LIVRES CONDENSES !!!

M'abonner à cette discussion
  • Bonjour Christelle

    Il y a des jours où j'aimerai aussi tirer ma révérence à moi,
    avec le sentiment d'avoir fait de mon mieux pour mes 3 enfants, mes ami(e)s, mes amours et mes em.... !!!

    Amitiés et grosse bises
    JM
  • Bonsoir à tous,

    Jean-Michel, aucun soucis pour le tutoiement, je déteste le vouvoiement, ça me fait me sentir vieille loool

    Sinon voilà ma seconde participation à ce sujet, c'est une chanson d'une artiste géniale (qu'on a pu voir dans "The Voice 2" et que j'adore depuis longtemps), cette chanson, c'est un peu ma bible du moment, quand je vais mal, je l'écoute et ça me rebooste.

    Elle s'intitule "Qui d'autre que moi" et l'artiste est Victoria Petrosillo :

    "Je laisse derrière moi l'empreinte de mes pas
    Je sens que j'avance et que je saisis ma chance
    J'esquive les regards et les préjugés
    Et le monde me tend les bras comme s'il n'attendait que moi

    Mais je ne sais pas où je vais
    Ni de quoi demain sera fait
    J'vais pas rester à d'mander l'heure
    A ces gens, ces envieux qui me jugent et condamnent mes erreurs

    Qui d'autre que moi peut décider de ma destinée
    De ce que seront ma vie, tous les chemins que je dois tracer
    Qui d'autre que moi peut se risquer de me retenir
    De vivre ma vie, d'être libre, de m'aventurer sans réfléchir

    Pas le temps, moi je veux aller de l'avant
    Je veux tracer ma route, me relever coûte que coûte
    Parfois s'il m'arrive de douter de moi
    Je relève le menton et je regarde vers l'horizon

    Mais je ne sais pas où je vais
    Ni de quoi demain sera fait
    J'vais pas rester à d'mander l'heure
    A ces gens, ces envieux qui me jugent et condamnent mes erreurs

    Qui d'autre que moi peut décider de ma destinée
    De ce que seront ma vie, tous les chemins que je dois tracer
    Qui d'autre que moi peut se risquer de me retenir
    De vivre ma vie, d'être libre, de m'aventurer sans réfléchir

    Je veux croire que tout est possible
    Qu'importe l'argent, le sang, les bibles
    Et vivre sans baisser les yeux sur c'que je suis et c'que je veux
    Je veux marcher le regard fier, renverser toutes les barrières
    Sans regretter d'être moi-même, qu'importe les anathèmes

    Qui d'autre que moi peut décider de ma destinée
    De ce que seront ma vie, tous les chemins que je dois tracer
    Qui d'autre que moi peut se risquer de me retenir
    De vivre ma vie, d'être libre, de m'aventurer sans réfléchir"

    Voilou en espérant que ça vous plaise ;)

    Bisousss
  • Bonjour tout le monde,
    Des chansons que j'écoute et qui me touche ou me font rêver il y en a beaucoup, beaucoup trop pour tout partager ici, alors je ne choisis que celles qui me parle à ce moment précis de ma vie, peut être que dans 3, 6 ou 12 mois elles seront juste de belles chansons mais aujourd'hui elles me correspondent.
    Amitiés et bises.
    Christelle
    Parler à mon père (Céline Dion 2012)
    Je voudrais oublier le temps
    Pour un soupir pour un instant
    Une parenthèse après la course
    Et partir où mon cœur me pousse

    Je voudrais retrouver mes traces
    Où est ma vie ou est ma place
    Et garder l'or de mon passé
    Au chaud dans mon jardin secret

    Je voudrais passer l'océan, croiser le vol d'un goéland
    Penser à tout ce que j'ai vu ou bien aller vers l'inconnu
    Je voudrais décrocher la lune, je voudrai même sauver la terre
    Mais avant tout je voudrais parler à mon père
    Parler à mon père...

    Je voudrais choisir un bateau
    Pas le plus grand ni le plus beau
    Je le remplirais des images
    Et des parfums de mes voyages

    Je voudrais freiner pour m'assoir
    Trouver au creux de ma mémoire
    Des voix de ceux qui m'ont appris
    Qu’il n'y a pas de rêve interdit

    Je voudrais trouver les couleurs, des tableaux que j'ai dans le cœur
    De ce décor aux lignes pures, où je vous voie et me rassure,
    Je voudrais décrocher la lune, je voudrais même sauver la terre,
    Mais avant tout,
    Je voudrais parler à mon père..
    Je voudrais parler à mon père..

    Je voudrais oublier le temps
    Pour un soupir pour un instant
    Une parenthèse après la course
    Et partir où mon cœur me pousse

    Je voudrais retrouver mes traces
    Où est ma vie, où est ma place
    Et garder l'or de mon passé
    Au chaud dans mon jardin secret

    Je voudrais partir avec toi
    Je voudrais rêver avec toi
    Toujours chercher l'inaccessible
    Toujours espérer l'impossible
    Je voudrais décrocher la lune,
    Et pourquoi pas sauver la terre,
    Mais avant tout, je voudrais parler à mon père
    Parler à mon père..
    Je voudrais parler à mon père
    Parler à mon père..

    Si seulement je pouvais lui manquer (Calogéro 2004)
    Il suffirait simplement
    Qu’il m’appelle/Qu'il m'appelle
    D'où vient ma vie/Certainement pas du ciel

    Lui raconter mon enfance
    Son absence/Tous les jours
    Comment briser le silence/Qui l'entoure

    Aussi vrai que de loin
    Je lui parle/J'apprends tout seul
    A faire mes armes
    Aussi vrai qu'j'arrête pas/D'y penser
    Si seulement/Je pouvait lui manquer

    Est-ce qu'il va me faire un signe
    Manquer d'amour/N'est pas un crime
    J'ai qu'une prière à lui adresser
    Si seulement/Je pouvais lui manquer

    Je vous dirais simplement
    Qu'à part ça/Tout va bien
    A part d'un père /Je ne manque de rien
    Je vis dans un autre monde
    J m'accroche tous les jours
    Je briserai le silence/Qui m'entoure

    Aussi vrai que de loin
    Je lui parle/J'apprends tout seul
    A faire mes armes
    Aussi vrai qu'j'arrête pas/D'y penser
    Si seulement/Je pouvait lui manquer

    Est-ce qu'il va me faire un signe
    Manquer d'amour/N'est pas un crime
    J'ai qu'une prière à lui adresser
    Si seulement/Je pouvais lui manquer

    Est-ce qu'il va me faire un signe
    Manquer d'amour/N'est pas un crime
    J'ai qu'une prière à lui adresser
    Si seulement/Je pouvais lui manquer
  • Bonjour à tous,

    Le grand des grands, qui me donne la chair de poule : Jacques Brel !

    "Quand on a que l'amour" (source Lyrics-Copy)

    Quand on n´a que l´amour
    A s´offrir en partage
    Au jour du grand voyage
    Qu´est notre grand amour

    Quand on n´a que l´amour
    Mon amour toi et moi
    Pour qu´éclatent de joie
    Chaque heure et chaque jour

    Quand on n´a que l´amour
    Pour vivre nos promesses
    Sans nulle autre richesse
    Que d´y croire toujours

    Quand on n´a que l´amour
    Pour meubler de merveilles
    Et couvrir de soleil
    La laideur des faubourgs

    Quand on n´a que l´amour
    Pour unique raison
    Pour unique chanson
    Et unique secours

    Quand on n´a que l´amour
    Pour habiller matin
    Pauvres et malandrins
    De manteaux de velours

    Quand on n´a que l´amour
    A offrir en prière
    Pour les maux de la terre
    En simple troubadour

    Quand on n´a que l´amour
    A offrir à ceux-là
    Dont l´unique combat
    Est de chercher le jour

    Quand on n´a que l´amour
    Pour tracer un chemin
    Et forcer le destin
    A chaque carrefour

    Quand on n´a que l´amour
    Pour parler aux canons
    Et rien qu´une chanson
    Pour convaincre un tambour

    Alors sans avoir rien
    Que la force d´aimer
    Nous aurons dans nos mains,
    Amis le monde entier

    Mes amitiés à tous
    (De grosses grosses bises à JM et Christelle)
  • Grosses et merci à Séverine, Christelle et Ludivine.

    Les textes de Zaz au-delà de la musique très enjouée me transportent et je les écoute en boucle en ce moment.

    Je vous propose aujourd'hui ces paroles étonnantes où l'on semble entraîné dans une mortelle randonnée qui permet de faire le point de l'essentiel de sa vie :
    "...Je gravis la montagne comme je gravis ma vie, Tous ces regards croisés si je les ai compris, J'ai pourtant vu 1000 fois et suis encore surprise, De la beauté des êtres qui m'ont fait lâcher prise..."

    Chanson "La lessive" de Zaz

    On gravit des sommets dans nos vies dans nos cœurs
    Cet amour infini, mélange de douleur
    Mais partager l'instant du bonheur
    On garde ancré en soi comme pour lui rendre honneur
    Je gravis la montagne comme je gravis ma vie
    Tous ces regards croisés si je les ai compris
    J'ai pourtant vu 1000 fois et suis encore surprise
    De la beauté des êtres qui m'ont fait lâcher prise

    C'est la beauté sans mot qui transforme un instant,
    A genoux dans la glace, laissant faire ce qui doit,
    Je garde en moi le chaud, la saveur du présent
    De ces moments de grâce qui fut vous qui fut moi

    Ils vivent leur ascension, grimpent et bravent leur peur
    Il n'y a nulle prison que celle que l'on se crée au cœur
    Je prend note et leçon dans ces vives lueurs
    La lune me regarde, ne pas mourir avant l'heure
    Je garde précieusement l’expérience dans ma chaire
    Revenir au quotidien lui non plu ordinaire
    Dans les pages d'un bouquin ces phrases qui me décrivent
    Tout se termine et prend fin après l'extase la lessive

    C'est la beauté sans mot qui transforme un instant
    A genoux dans la glace laissant faire ce qui doit
    Je garde en moi le chaud, la saveur du présent
    De ces moments de grâce qui fut vous qui fut moi

    Portée dans ma tête jusqu'à mon sac à dos
    Les petites tempêtes me poussent vers le haut
    Le froid que je respire, je sens que je m'allège
    Je n'ai rien vu venir les deux pieds dans la neige
    Et puis c'est plus facile, et un pas après l'autre
    Si je marche tranquille, si je suis quelqu'un d'autre
    J'aurai toute ma vie laissant faire ce qui doit
    De ce qu'on a gravit qui fut vous qui fut moi

    C'est la beauté sans mot qui transforme un instant,
    A genoux dans la glace, laissant faire ce qui doit,
    Je garde en moi le chaud, la saveur du présent
    De ces moments de grâce qui fut vous qui fut moi

    C'est la beauté sans mot qui transforme un instant,
    A genoux dans la glace, laissant faire ce qui doit,
    Je garde en moi le chaud, la saveur du présent
    De ces moments de grâce qui fut vous qui fut moi.

    Bises & Amitiés
    JM
  • Enfin Mimi est de retour.

    Bon, allez un petit cadeau :
    http://www.youtube.com/watch?v=orDR4JA91F4
    Et en prime des photos qui s'égrainent de ses nombreux films et de ses partenaires autour de lui.
    Je retiendrai cette phrase simple et très belle.
    "Le jour où quelqu'un vous aime, il fait très beau !!!"
    Amitiés
    JM
  • Bonsoir J. Michel, Christelle, Séverine, Ludivine, Philippe , Muriel et Mimi...

    Un beau texte parmi tant d'autres de Jacques Brel qui a laissé un vide immense en partant vers les étoiles.

    Ces gens-là :
    D’abord, d’abord, y a l’aîné
    Lui qui est comme un melon
    Lui qui a un gros nez
    Lui qui sait plus son nom
    Monsieur tellement qu´y boit
    Tellement qu´il a bu
    Qui fait rien de ses dix doigts
    Mais lui qui n´en peut plus
    Lui qui est complètement cuit
    Et qui s´prend pour le roi
    Qui se saoule toutes les nuits
    Avec du mauvais vin
    Mais qu´on retrouve matin
    Dans l´église qui roupille
    Raide comme une saillie
    Blanc comme un cierge de Pâques
    Et puis qui balbutie
    Et qui a l´œil qui divague
    Faut vous dire, Monsieur
    Que chez ces gens-là
    On ne pense pas, Monsieur
    On ne pense pas, on prie

    Et puis, y a l´autre
    Des carottes dans les cheveux
    Qu´a jamais vu un peigne
    Qu´est méchant comme une teigne
    Même qu´il donnerait sa chemise
    A des pauvres gens heureux
    Qui a marié la Denise
    Une fille de la ville
    Enfin d´une autre ville
    Et que c´est pas fini
    Qui fait ses p´tites affaires
    Avec son p´tit chapeau
    Avec son p´tit manteau
    Avec sa p´tite auto
    Qu´aimerait bien avoir l´air
    Mais qui a pas l´air du tout
    Faut pas jouer les riches
    Quand on n´a pas le sou
    Faut vous dire, Monsieur
    Que chez ces gens-là
    On n´vit pas, Monsieur
    On n´vit pas, on triche

    Et puis, il y a les autres
    La mère qui ne dit rien
    Ou bien n´importe quoi
    Et du soir au matin
    Sous sa belle gueule d´apôtre
    Et dans son cadre en bois
    Y a la moustache du père
    Qui est mort d´une glissade
    Et qui r´garde son troupeau
    Bouffer la soupe froide
    Et ça fait des grands flchss
    Et ça fait des grands flchss
    Et puis y a la toute vieille
    Qu´en finit pas d´vibrer
    Et qu´on attend qu´elle crève
    Vu qu´c´est elle qu´a l´oseille
    Et qu´on n´écoute même pas
    C´que ses pauvres mains racontent
    Faut vous dire, Monsieur
    Que chez ces gens-là
    On n´cause pas, Monsieur
    On n´cause pas, on compte

    Et puis et puis
    Et puis il y a Frida
    Qui est belle comme un soleil
    Et qui m´aime pareil
    Que moi j´aime Frida
    Même qu´on se dit souvent
    Qu´on aura une maison
    Avec des tas de fenêtres
    Avec presque pas de murs
    Et qu´on vivra dedans
    Et qu´il fera bon y être
    Et que si c´est pas sûr
    C´est quand même peut-être
    Parce que les autres veulent pas
    Parce que les autres veulent pas
    Les autres ils disent comme ça
    Qu´elle est trop belle pour moi
    Que je suis tout juste bon
    A égorger les chats
    J´ai jamais tué de chats
    Ou alors y a longtemps
    Ou bien j´ai oublié
    Ou ils sentaient pas bon
    Enfin ils ne veulent pas
    Parfois quand on se voit
    Semblant que c´est pas exprès
    Avec ses yeux mouillants
    Elle dit qu´elle partira
    Elle dit qu´elle me suivra
    Alors pour un instant
    Pour un instant seulement
    Alors moi je la crois, Monsieur
    Pour un instant
    Pour un instant seulement
    Parce que chez ces gens-là
    Monsieur, on ne s´en va pas
    On ne s´en va pas, Monsieur
    On ne s´en va pas
    Mais il est tard, Monsieur
    Il faut que je rentre chez moi.

    Pendant que je lis, j'entends Jacques chanter, son interprétation était magistrale.

    Amitiés, Nina
  • Merci infiniment Nina pour ce très beau texte.

    Cette chanson (que j'entends également) est pleine de ces caricatures, de ces personnages à la Zola, Hugo ou Dumas.

    Allez régales-toi avec un simple harpe pour accompagner ...
    http://youtu.be/NfwW76JzVQI

    Grosses Bises
    JM
  • Merci pour ce lien J. Michel, la même émotion chaque fois. Brel m'accompagne souvent lors de mes déplacements en voiture.

    Bon dimanche, bises. Nina
  • Bonjour à tous les fidèles, et merci une nouvelle fois à Jean-Mihel pour cette chronique passionnante. Je partagerai bien avec vous les paroles de "Savoir aimer" , qui recèle pour moi de précieux enseignements de vie...

    Savoir sourire,
    À une inconnue qui passe,
    N'en garder aucune trace,
    Sinon celle du plaisir
    Savoir aimer
    Sans rien attendre en retour,
    Ni égard, ni grand amour,
    Pas même l'espoir d'être aimé,

    Mais savoir donner,
    Donner sans reprendre,
    Ne rien faire qu'apprendre
    Apprendre à aimer,
    Aimer sans attendre,
    Aimer à tout prendre,
    Apprendre à sourire,
    Rien que pour le geste,
    Sans vouloir le reste
    Et apprendre à Vivre
    Et s'en aller.

    Savoir attendre,
    Goûter à ce plein bonheur
    Qu'on vous donne comme par erreur,
    Tant on ne l'attendait plus.
    Se voir y croire
    pour tromper la peur du vide
    Ancrée comme autant de rides
    Qui ternissent les miroirs

    Savoir souffrir
    En silence, sans murmure,
    Ni défense ni armure
    Souffrir à vouloir mourir
    Et se relever
    Comme on renaît de ses cendres,
    Avec tant d'amour à revendre
    Qu'on tire un trait sur le passé.

    Apprendre à rêver
    À rêver pour deux,
    Rien qu'en fermant les yeux,
    Et savoir donner
    Donner sans rature
    Ni demi-mesure
    Apprendre à rester.
    Vouloir jusqu'au bout
    Rester malgré tout,
    Apprendre à aimer,
    Et s'en aller,
    Et s'en aller...

    Amitiés à vous tous Jean-Michel, Nina, Christelle, Séverine, Ludivice, Philippe, Muriel , Mimi et merci pour vos excellents choix. Et pour reprendre les mots des pétillants grenoblois de Sinsemilia je vous souhaite "Tout le bonheur du monde" !

Ma réponse