Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

LES TEXTES DE CHANSON : DES LIVRES CONDENSES !!!

M'abonner à cette discussion
  • Salut Olivier,

    Très content de te revoir et Merci de très beau texte et de ta dédicace.

    "Apprendre à aimer", presque un programme, presque la première leçon de la première heure du premier cours sur l'estime de l'autre.
    Il s'accompagne d'une gestuelle dédiée au mal entendant et les mains qui s'agitent sont autant d'invitations à partager.

    http://youtu.be/g-gh2hIRhkc

    Chaque couplet recèle une évidence, un vécu qui forcément nous a effleuré à un moment ou un autre et qui le sera sûrement bientôt.

    Alors pour répondre à ton appel, je prends "tout ce bonheur du monde" sans rien attendre en retour et je t'envoie un sourire à ce présent qui vient...

    Amitiés
    JM
  • Avant d'aller fermer les yeux, je vous propose un voyage en avion avec Frédérik May "Au dessus des nuages".
    Je vous laisse le soin de (re)trouver ses chansons et ses textes. Il y en a de merveilleux, de drôle, de contestataire, de poétique. Il ne laisse pas indifférent. Et comme indiqué dans cette discussion, le texte d'une chanson est un livre condensé.
    Bonne nuit
    Amitiés
    JM

    Vent sud-ouest, piste vingt-trois...
    Bruyants, ses moteurs s'éveillent.
    Il s'élance devant moi,
    Assourdissant mes oreilles,
    Troublant l'asphalte mouillé,
    Traînant la pluie comme un voile
    Qui retombe déchiré
    En lambeaux lorsqu'il s'envole.

    Au-dessus des nuages,
    La liberté semble être infinie.
    Toutes nos craintes et nos peines, dit-on,
    En sont ensevelies sous l'horizon,
    Et tout ce qui nous accable et confond
    S'y allège et s'éclaircit.

    Mes yeux distinguent longtemps
    Le feu rouge au fuselage
    Qui disparaît lentement
    Au fond du gris des nuages.
    Je connais bien son chemin
    Et la route qu'il sillonne,
    Par le sifflement lointain,
    Son grondement monotone.

    Au-dessus des nuages,
    La liberté semble être infinie.
    Toutes nos craintes et nos peines, dit-on,
    En sont ensevelies sous l'horizon,
    Et tout ce qui nous accable et confond
    S'y allège et s'éclaircit.

    Le calme vient s'installer,
    Et la pluie fine persiste.
    Quelqu'un prépare un café
    Au fond du bureau de piste.
    L'huile fait des arcs-en-ciel
    Dans les flaques, et les nuages,
    En passant se mirent en elles...
    J'aurais bien fait ce voyage...

    Au-dessus des nuages,
    La liberté semble être infinie.
    Toutes nos craintes et nos peines, dit-on,
    En sont ensevelies sous l'horizon,
    Et tout ce qui nous accable et confond
    S'y allège et s'éclaircit.

    Au-dessus des nuages,
    La liberté semble être infinie.
    Toutes nos craintes et nos peines, dit-on,
    En sont ensevelies sous l'horizon,
    Et tout ce qui nous accable et confond
    S'y allège et s'éclaircit.

    Au-dessus des nuages,
    La liberté semble être infinie.
    Toutes nos craintes et nos peines, dit-on,
    En sont ensevelies sous l'horizon,
    Et tout ce qui nous accable et confond
    S'y allège et s'éclaircit.
  • Oui, je me disais qu'il vous faudrait un texte à lire au réveil, alors voici "une cruche en pierre, des miettes de pain" de Frédérik May avec les accords de la boîte à chanson.net.

    Ces histoires sont courtes et merveilleuses !!!
    Amitiés
    JM

    Tonalité :
    G | G# | A | A# | B | C | C# | D | D# | E | F | F# | G


    C Dm7 G7 C
    Une cruche en pierre, des miettes de pain
    F G7 C
    Autour de ton verre des taches de vin
    C Dm7 G7 C
    Le lit découvert une paire de souliers
    F G7 C
    Un foulard bleu-vert, des objets oubliés.


    C
    Tu n'avais pas pris le temps
    Dm7 F G
    De les ranger en partant hm hm, hm hm
    C
    J'en ferai des souvenirs
    Dm7 F G
    Pour tous ces jours à venir hm hm, hm hm
    C F G
    Je n'ai pas réalisé combien de temps
    C F D7 G7
    j'ai passé A rester là à rêver, à cent fois me demander
    C F G7
    Comment passer tout ce temps loin de toi,
    C F G7 C
    Comment passer tout ce temps loin de toi.


    C Dm7 G7 C
    Une cruche en pierre, des miettes de pain
    F G7 C
    Autour de ton verre des taches de vin
    C Dm7 G7 C
    Le lit découvert une paire de souliers
    F G7 C
    Un foulard bleu-vert, des objets oubliés.


    C
    Cette lettre terminée,
    Dm7 F G
    j'irai faire le marché hm hm, hm hm
    C
    Des conserves du café
    Dm7 F G
    Et des œufs pour le dîner hm hm, hm hm
    C F G
    Mais je me suis attardé, c'est trop tard pour le marché
    C F D7 G7
    Il me reste un peu de vin et ce soir je n'ai pas faim
    C F G7
    Mais comment passer tout ce temps loin de toi,
    C F G7 C
    Comment passer tout ce temps loin de toi.


    C Dm7 G7 C
    Une cruche en pierre, des miettes de pain
    F G7 C
    Autour de ton verre des taches de vin
    C Dm7 G7 C
    Le lit découvert une paire de souliers
    F G7 C
    Un foulard bleu-vert, des objets oubliés.
  • Bonjour à tous,
    Trés bon sujet cher JM, je n'ai pas compris de suite l’intérêt du sujet, mais en écoutant, ce matin , l'une de mes chansons préférées de Brel, La Quête, j'ai pensé: Tiens , c'est en plein dans le sujet de JM, et , de plus, Severine et Nina ont contribué, avec des morceaux de notre Grand bonhomme, alors, , j'ajoute ma contribution:
    Rêver un impossible rêve
    Porter le chagrin des départs
    Brûler d'une possible fièvre
    Partir où personne ne part
    Aimer jusqu'à la déchirure
    Aimer, même trop, même mal,
    Tenter, sans force et sans armure,
    D'atteindre l'inaccessible étoile
    Telle est ma quête,
    Suivre l'étoile
    Peu m'importent mes chances
    Peu m'importe le temps
    Ou ma désespérance
    Et puis lutter toujours
    Sans questions ni repos
    Se damner
    Pour l'or d'un mot d'amour
    Je ne sais si je serai ce héros
    Mais mon cÂœur serait tranquille
    Et les villes s'éclabousseraient de bleu
    Parce qu'un malheureux
    Brûle encore, bien qu'ayant tout brûlé
    Brûle encore, même trop, même mal
    Pour atteindre à s'en écarteler
    Pour atteindre l'inaccessible étoile.

    Tout une rêgle de vie, non?
    Bien amicalement à tous
    Eugene
  • Bonjour, seconde participation à cette chronique que je trouve très belle. Je rejoints Eugène pour te dire Merci Jean Michel car c'est vrai que c'est une excellente idée. Voici donc les paroles traduites d'une très belle chanson Basque:
    "Si je lui avais coupé les ailes
    Il aurait été à moi
    Il ne serait pas parti

    Mais alors
    Il n'aurait plus été un oiseau

    Et moi,
    C'est l'oiseau que j'aimais"
    (traduction de la chanson Hegoak, véritable hymne)

    Et en fait cette chronique remet en valeur les paroles des chansons car bien que les mélodies soient souvent très attractives, les paroles sont au final bien plus marquantes. Merci aussi à Nina et Séverine pour l'hommage appuyé à Monsieur Brel... Amitiés à toutes et tous, Philippe
  • Bonjour à tous et merci à Eugène et Philippe...

    Je suis ravi à l'idée de savoir que j'ai pu vous sensibiliser aux beaux textes de nos contemporains. Et ce texte traduit de l'homme et l'oiseau pourtant extrêmement court nous invite immédiatement et spontanément dans le voyage.

    Mes amitiés à vous tous.
    Mon auberge espagnole, mon "Village" se remplit sans cesse et sur les murs, je vois de plus en plus de dédicaces. Un phare éclaire votre route vers le pays de l'Imaginaire.

    JM
  • Juste un régal en cette période de l'année, voici un texte de saison.
    Amitiés
    JM

    A la faveur de l'automne de Tété en 2003 et repris sur scène avec Christoph Maé pour l'émission "Alcaline" :
    http://www.dailymotion.com/video/x1775xm_alcaline-le-concert-christophe-mae-et-tete-a-la-faveur-de-l-automne_tv

    Posté devant la fenêtre
    Je guette
    Les âmes esseulées
    A la faveur de l'automne

    Posté devant la fenêtre
    Je regrette
    De n'y avoir songé
    Maintenant que tu abandonnes

    A la faveur de l'automne
    Revient cette douce mélancolie

    Un, deux, trois, quatre
    Un peu comme on fredonne
    De vieilles mélodies

    Rivé devant le téléphone
    J'attends
    Que tu daignes m'appeler
    Que tu te décides enfin

    Toi, tes allures de garçonne
    Rompiez un peu la monotonie
    De mes journées de mes nuits

    A la faveur de l'automne
    Revient cette douce mélancolie

    Un, deux, trois, quatre
    Un peu comme on fredonne
    De vieilles mélodies

    A la faveur de l'automne
    Tu redonnes
    A ma mélancolie
    Ses couleurs de super-scopitone
    A la faveur de l'automne

    Comment ai-je pu
    Seulement être aussi bête ?
    On m'avait prévenu
    Voici la vérité nue
    Manquerait
    Plus que le mauvais temps
    S'y mette,
    Une goutte de pluie et
    J'aurais vraiment tout perdu
  • Bonjour Jean Michel,
    Une très belle chanson aussi au niveau de la mélodie que des paroles. Je ne la connaissais pas du tout et il y a quelques jours j'ai eu le plaisir de l'entendre à l'émission "N'oublier pas les paroles" (oui je sais !!!! mais bon nous avons tous nos faiblesses) et depuis je l'écoute beaucoup via Youtube.
    Bises.
    Christelle
  • Salut Christelle,

    Mais tout à fait d'accord, c'est une bonne émission très éclectique sur les choix musicaux et souvent bien interprétés par des amateurs avec un très bon orchestre.
    Je t'ai passé le lien sur dailymotion où Tété chante en duo avec Christophe Maé.

    Voici un très beau texte de Téri Moïse sorti en 2003, "Les poèmes de Michelle"
    (texte et vidéo à consulter sur ce site par exemple : http://www.parolesdeclip.fr/les-poemes-de-michelle-teri-moise.html)

    Michelle veut croire
    En l'innocence que sa vie ne permet pas
    Si jeune trop mûre
    Elle connaît déjà la faim les nuits dures

    Elle s'écrit une vie
    Pour pouvoir tout changer, changer

    {Refrain :}
    Dans les poèmes de Michelle
    Les enfants ont des ailes
    Pour voler
    C'est quand la nuit tombe
    Qu'ils deviennent colombes
    Pour rêver, rêver

    S'enfuir de tout
    Le crayon sera sa clef
    Les feuilles son issue
    Un vers une rime les mots s'unissent pour
    Protéger la victime

    Il lui faut ces mots
    Pour pouvoir tout changer, changer

    {Refrain}

    Avec ces mots si beaux
    Elle voudrait tout changer, changer

    {Refrain}

    C'est encore un texte d'actualité car on aimerait tout changer et pouvoir rêver.
    Bises et Amitiés
    JM
  • Bonjour à tous!
    J’aimerai vous faire partager « Beyonce - Best Thing I Ever Have »
    En espérant vous atteindre. Mais je ne m’inquiète pas : les belles histoires touchent toujours l’âme.
    Dans le clip, on découvre une Beyonce sereine et heureuse qui s’habille avec soin pour l’évènement qui va changer sa vie : son mariage. Tout y est : la robe de princesse, le grand parc dans le château et la famille exhaltée. Bref : romantisme, amour, joie… Tous ces bons sentiments sont à la limite au bord de l’overdose… pour ma part, j’ai adoré le contraste entre les paroles qui parlaient de l’ex grand amour et du clip qui montrait le nouveau (le futur ex ?) grand amour.

    Cette chanson est très libératrice, on apprend à lacher prise. Déposer ses valises de rancœur, les fameux ex aller de l’avant. Car devant, il y a forcément le bonheur qui nous attend. Et cette philosophie peut se dupliquer dans n’importe domaine de notre vie.

    Pour ceux qui comprennent l’anglais:

    What goes around, comes back around (hey my baby) (x2)
    I say what goes around comes back around (hey my baby)
    What goes around comes back around...

    There was a time
    I thought, that you did everything right
    No lies, no wrong
    Boy I must've been out of my mind
    So when I think of the time that I almost loved you
    You showed your ass and I, I saw the real you

    Thank God you blew it
    I thank God I dodged the bullet
    I'm so over you
    So baby good lookin' out*


    I wanted you bad
    I'm so through with that
    Cause honestly you turned out to be the (best thing I never had)
    You turned out to be the (best thing I never had)
    And I'm gonna' always be the (best thing you never had)
    Oh yeah, I bet it sucks to be you right now

    So sad, you're hurt
    Boo hoo, oh, did you expect me to care
    You don't deserve my tears
    I guess that's why they ain't there
    When I think that there was a time that I almost loved you
    You showed your ass and baby yes I saw the real you

    Thank God you blew it
    I thank God I dodged the bullet
    I'm so over you
    So baby good lookin' out

    I know you want me back
    It's time to face the facts
    That I'm the one that's got away
    Lord knows that it would take another place, another time, another world, another life
    Thank God I found the good in goodbye

    I wanted you bad
    I'm so through with that
    Cause honestly you turned out to be the (best thing I never had)
    You turned out to be the (best thing I never had)
    And I'm gonna' always be the (best thing you never had)
    Oh yeah, I bet it sucks to be you right now

    What goes around, comes back around (x2)
    I bet it sucks to be you right now

    Rien de mieux que de lire dans sa langue maternelle :
    On récolte ce que l'on sème
    On récolte ce que l'on sème
    On récolte ce que l'on sème

    Il fut un temps
    Où je pensais que tu faisais tout bien,
    Pas de mensonges, pas de fautes notes
    Mec, j’avais complètement avoir perdu l'esprit
    Alors quand je pense à l’époque où je t'ai presque aimé
    Tu as fait le malin et moi, j'ai vu le vrai toi

    Merci Dieu, tu l'as balayé
    Je remercie Dieu j'ai esquivé la balle
    J'en ai fini de toi
    Alors merci chéri

    Je te désirais profondément
    J'ai dépassé tout ça
    Parce qu'honnêtement tu as failli être la (meilleure chose que j'ai jamais eu)
    Tu as failli être la (meilleure chose que j'ai jamais eu)
    Et je serai toujours la (meilleure chose que tu aies jamais eu)
    Oh ouais, ça craint d'être toi en ce moment

    Si triste, tu es blessé
    Boo Hoo, oh, tu t’attendais à ce que je réconforte?
    Tu ne mérites pas mes larmes
    C'est pour ça qu'il n’y en a pas
    Quand je pense qu'il fut un temps où je t'ai presque aimé
    Tu as fait le malin et chéri oui j'ai vu le vrai toi

    Merci Dieu, tu l'as balayé
    Je remercie Dieu j'ai esquivé la balle
    J'en ai fini de toi
    Alors merci chéri

    Je sais que tu veux que je revienne
    Il est temps d'affronter le fait
    Que je suis celle qui s'en va
    Dieu sait que ça sera un autre lieu, un autre temps, un autre monde, une autre vie
    Merci Dieu, j'ai trouvé la paix dans l'au revoir

    Je te désirais profondément
    J'ai dépassé tout ça
    Parce qu'honnêtement tu as failli être la (meilleure chose que j'ai jamais eu)
    Tu as failli être la (meilleure chose que j'ai jamais eu)
    Et je serai toujours la (meilleure chose que tu aies jamais eu)
    Oh ouais, ça craint d'être toi en ce moment

    On récolte ce que l'on sème
    Oh ouais, ça craint d'être toi en ce moment

    Amitiés,
    Yasmine

Ma réponse