Romain Slocombe

Romain Slocombe
Photographe, cinéaste, peintre, illustrateur, traducteur et écrivain, Romain Slocombe réconcilie depuis plus de trente-cinq ans le roman noir, l'avant-garde artistique et l'univers underground de la contre-culture américaine et japonaise. Son intérêt pour la question de la violence, y compris sou... Voir plus
Photographe, cinéaste, peintre, illustrateur, traducteur et écrivain, Romain Slocombe réconcilie depuis plus de trente-cinq ans le roman noir, l'avant-garde artistique et l'univers underground de la contre-culture américaine et japonaise. Son intérêt pour la question de la violence, y compris sous la forme ultime de la torture, dans le cadre intime ou historique, a ceci d'unique qu'elle ne sombre jamais dans la morbidité. C'est avec une sérénité parfaite et un humour élégant, très british, que Romain Slocombe aime aborder des sujets graves en créant des univers minutieusement extraits de son imagination sans limite. Il s'offre le paradoxe d'une écriture documentée et de sujets très contemporains, notamment ceux de la fascination du féminin, du rapport entre image et écrit, de la proximité de la civilisation occidentale ou japonaise et du monstrueux. Sa tétralogie La Crucifixion en jaune, publiée chez Gallimard, a rencontré un grand succès critique et public, et les expositions de ses ½uvres photographiques l'ont fait connaître dans le monde entier. Auteur de polars accompli (Envoyez la fracture, Mortelle résidence) et spécialiste incontesté de l'imagerie japonaise, sa longue collaboration avec Roland Jaccard (culminant avec Sugar Babies et Suite viennoise) a mis en lumière sa singularité dans le panorama littéraire français. Éclectique savant dans une époque qui ne connaît que les dilettantes zappeurs, il peut fièrement revendiquer ses héritages, de Topor à Huysmans en passant par Chesterton ou Jack O'Connell. En quarante ans de travail, il s'est forgé une place à part dans les meilleures maisons d'édition françaises : Gallimard, Fayard, les Presses Universitaires de France.

Articles en lien avec Romain Slocombe (1)

Avis sur cet auteur (40)

  • add_box
    Couverture du livre « La débacle » de Romain Slocombe aux éditions Robert Laffont

    Christlbouquine sur La débacle de Romain Slocombe

    Juin 1940, le gouvernement français quitte Paris. Cet abandon donne le signal d’un exode gigantesque qui jette les populations sur les routes. On retrouve dans ce roman, pêle-mêle, Jacqueline Perret embarquée avec ses parents, son frère et leur bonne dans la voiture familiale pour rejoindre la...
    Voir plus

    Juin 1940, le gouvernement français quitte Paris. Cet abandon donne le signal d’un exode gigantesque qui jette les populations sur les routes. On retrouve dans ce roman, pêle-mêle, Jacqueline Perret embarquée avec ses parents, son frère et leur bonne dans la voiture familiale pour rejoindre la propriété des grands-parents ; Lucien Schraut, soldat déserteur qui veut rejoindre la femme qu’il aime ; Paul Guirlange, avocat fasciste accompagné de sa femme Marie-Louise ; Hortense Gutkind, la jeune femme dont Lucien est amoureux. Tous se retrouvent bloqués au milieu de ce vaste chaos où chacun cherche à sauver sa peau.

    Ce roman est puissant par sa force d’évocation. Les scènes apocalyptiques qu’il décrit lors des bombardements, les morts et les blessés qui jalonnent la route sont montrés dans toute leur cruauté et leur crudité.

    La psychologie des personnages auxquels l’auteur s’attache sont aussi extrêmement bien rendus avec leurs faiblesses, leurs petitesses, leur égoïsme et parfois leurs moments d’héroïsme.

    Un roman qui rend compte avec force de ce que dut être cette période complexe, sans rien cacher des comportements humains.
    L’auteur retrace par ailleurs avec beaucoup de détails passionnants la déroute des soldats, l’incompréhension générale et cette espèce de période où personne ne sait bien quoi faire au milieu de ce grand moment de déroute où rien ne semble maîtrisé.

    La documentation est précise donnant encore plus de relief et de réalité aux événements.

    C’est passionnant, on dévore ce roman page après page à la suite des personnages créés par Romain Slocombe jusqu’à l’annonce de la demande d’armistice annoncée par Pétain et à la perpétration de nouvelles atrocités, notamment le massacre des soldats sénégalais par les troupes d’invasion allemandes.

    Un magnifique travail de reconstitution et de mémoire.

  • add_box
    Couverture du livre « Sadorski et l'ange du péché » de Romain Slocombe aux éditions Robert Laffont

    Anita Millot sur Sadorski et l'ange du péché de Romain Slocombe

    Paris 1943. Pour la troisième fois, je retrouve l’immonde, l’abject, le monstrueux, l’infâme (j’en passe et des meilleurs) inspecteur Léon Sadorski (”Sado” pour ses collègues, c’est tout dire !) Pour la troisième fois, la lecture de ce roman m’a profondément secouée !
    On aurait pu penser que...
    Voir plus

    Paris 1943. Pour la troisième fois, je retrouve l’immonde, l’abject, le monstrueux, l’infâme (j’en passe et des meilleurs) inspecteur Léon Sadorski (”Sado” pour ses collègues, c’est tout dire !) Pour la troisième fois, la lecture de ce roman m’a profondément secouée !
    On aurait pu penser que ses dernières mésaventures (voir l’Étoile jaune de l’inspecteur Sadorski) allait le calmer un tant soit peu : que nenni ! Il est toujours aussi immoral et sans scrupules, ignore jusqu’à l’existence du mot empathie et ne s’apitoie que sur un seul et unique sort : le sien !
    Ce salaud est pourtant un flic particulièrement efficace et zélé, en 1943, lorsqu’il s’agit d’arrêter des juifs qu’il exécre, des trafiquants en tous genres ou des résistants qu’il jalouse …
    Ses plus grandes faiblesses : son immense orgueil et sa lubricité. À l’égard de son épouse tant qu’à celui des femmes qu’il interroge sans ménagement durant son service … Son désir obsessionnel également, pour sa petite voisine juive, Julie Odwak, qu’il a recueillie chez lui après avoir fait interner sa mère, afin de pouvoir l’isoler des autres et se l’approprier …
    Romain Slocombe n’épargne aucun détail à ses lecteurs. Il est terriblement bien documenté (voir les notes de l’auteur et la bibliographie) J’admire une fois de plus son courage et son culot, pour avoir osé donner naissance à ce policier parisien anti-héros, collabo et antisémite, tout en dénonçant une époque peu reluisante ! Un coup de coeur pour ce troisième volet qui est mon préféré - même si sa lecture n’est pas rose … -

  • add_box
    Couverture du livre « L'étoile jaune de l'inspecteur Sadorski » de Romain Slocombe aux éditions Robert Laffont

    Bill sur L'étoile jaune de l'inspecteur Sadorski de Romain Slocombe

    Deuxième roman de Romain Slocombe, où j'ai retrouvé l'inspecteur Sadorski, toujours affecté au quai des Orfèvres où il œuvre au sein des Renseignements Généraux.

    Paris, 29 mai 1942 : une bombe explose devant le Palais de Justice, dans un café fréquenté par les Brigades spéciales, faisant deux...
    Voir plus

    Deuxième roman de Romain Slocombe, où j'ai retrouvé l'inspecteur Sadorski, toujours affecté au quai des Orfèvres où il œuvre au sein des Renseignements Généraux.

    Paris, 29 mai 1942 : une bombe explose devant le Palais de Justice, dans un café fréquenté par les Brigades spéciales, faisant deux morts et plusieurs blessés. Quelques jours plus tard, le cadavre d'une inconnue est découvert en banlieue. Ces deux affaires pourtant disjointes sont attribuées à l'Inspecteur Principal Adjoint Sadorski. En reprenant l'enquête, réinterrogeant les témoins, filant des suspectes présumées, s'acoquinant avec une victime ... il démêlera des pelotes embrouillées pour découvrir les coupables.

    Dans cet été 42 où les étoiles jaunes deviennent obligatoire, dans les semaines qui précèdent la grande rafle des juifs parisiens, Romain Slocombe nous décrit la vie quotidienne du Paris sous contrôle allemand.

    Les bassesses, mais aussi les amitiés, les cas particuliers qui n'occultent pas les tueries de masse ... 

    Les descriptions sans concession des différentes factions en présence, des compromissions, des obéissances plus ou moins strictes aux ordres reçus font de ce roman un précieux témoignage d'une époque dont on n'a vu jusque là que des récits de vainqueurs ... 

    J'attends avec impatience le prochain tome de ces romans ...

  • add_box
    Couverture du livre « Monsieur le commandant » de Romain Slocombe aux éditions Pocket

    Enidan sur Monsieur le commandant de Romain Slocombe

    Nous sommes en 1942, époque tristement noire, où prolifèrent les lettres de dénonciation . L'auteur de l'une d'entre elles : Paul-Jean Husson, écrivain très respectable de la prestigieuse Académie française. La sacrifiée : Isle, elle est blonde, allemande, épouse de son fils Olivier, mère de ses...
    Voir plus

    Nous sommes en 1942, époque tristement noire, où prolifèrent les lettres de dénonciation . L'auteur de l'une d'entre elles : Paul-Jean Husson, écrivain très respectable de la prestigieuse Académie française. La sacrifiée : Isle, elle est blonde, allemande, épouse de son fils Olivier, mère de ses petits enfants. Terrifiant, dérangeant... Un livre qui nous révèle la lâcheté des hommes, si effrayante qu'on la croît impossible