Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Philippe Meyer

Philippe Meyer
Docteur en sociologie, Philippe Meyer entre à L'Express en 1979, après une dizaine d'années consacrées à la recherche. Il collabore ensuite à L'Événement du Jeudi, puis au Point où il a tenu une chronique consacrée à la télévision. France Inter lui confie en 1982 et jusqu'en 1989 un magazine sat... Voir plus
Docteur en sociologie, Philippe Meyer entre à L'Express en 1979, après une dizaine d'années consacrées à la recherche. Il collabore ensuite à L'Événement du Jeudi, puis au Point où il a tenu une chronique consacrée à la télévision. France Inter lui confie en 1982 et jusqu'en 1989 un magazine satirique ayant la télévision pour cible : Télescopages. De 1989 à 2000, il produit une chronique « matitudinale » quotidienne, ainsi que La prochaine fois je vous le chanterai, toujours sur France Inter. Sur France Culture, il anime une émission politique. Il réalise avec Frédéric Rossif un documentaire sur le nazisme, De Nuremberg à Nuremberg, diffusé en 1989. Parallèlement, il conçoit et anime une émission de musique classique sur M6 (Revenez quand vous voulez), puis une autre, Anicroches, pour Arte. Il a publié entre autres de nombreux récits et essais, le plus souvent satiriques, sur les m?urs de nos contemporains. Il a aussi écrit sur Paris et l'Aveyron, deux lieux qu'il affectionne particulièrement. En 1997, Philippe Meyer écrit et interprète Causerie au Théâtre Mouffetard, puis, en 2001, au Théâtre de la Ville, un spectacle de textes et de chansons intitulé Paris la Grande. Écrivain, journaliste, professeur, acteur, musicien, homme de radio – producteur de La prochaine fois je vous le chanterai... à France Inter et L'Esprit Public à France Culture – Philippe Meyer publie en 2005 son premier roman, Brusque chagrin.

Avis sur cet auteur (4)

  • add_box
    Couverture du livre « Dans le huis clos des salles de bains » de Philippe Meyer aux éditions Seuil

    Anne-Marie Lemoigne sur Dans le huis clos des salles de bains de Philippe Meyer

    On trouve souvent des titres inattendus ou oubliés parmi les livres que présentent les Médiathèques quand elles procèdent à un « désherbage »

    Il y a quelques jours, c'est un nom d'auteur qui m'a attirée : Philippe Meyer ….....
    Serait-ce lui qui , il y a une bonne vingtaine d'années...
    Voir plus

    On trouve souvent des titres inattendus ou oubliés parmi les livres que présentent les Médiathèques quand elles procèdent à un « désherbage »

    Il y a quelques jours, c'est un nom d'auteur qui m'a attirée : Philippe Meyer ….....
    Serait-ce lui qui , il y a une bonne vingtaine d'années officiait comme « chroniqueur matutinal » sur France Inter vers 7h 45 et offrait une courte chronique pleine d'humour inspirée d'un fait d'actualité ?
    Eh bien oui, et l'ouvrage intitulé DANS LE HUIS CLOS DES SALLES DE BAINS, est un recueil de 82 de ses chroniques dont je me délectais, le matin non pas dans le huis clos de ma salle de bains mais dans le huis clos de ma voiture qui me menait au travail .

    Chacune de ses chroniques s'adressant « aux auditeurs sachant auditer » s'ouvre invariablement sur la formule « Heureux habitants de ….(suit le nom d'un département différent chaque jour) et se clôt sur « Je vous souhaite le bonjour. Nous vivons une époque moderne »  
    Sous des dehors badins, d'une plume élégante, parfois même pompeuse, mais toujours fine et savoureuse, Philippe Meyer offre quelques croquis politiques et une analyse sociologique des habitudes ou des travers des années qui ont suivi la guerre du Golfe .

    Chacune de ses courtes chroniques ( moins de 2 pages) est vigoureuse, sans graisse et percutante .
    Il a l'art de traiter des choses sérieuses avec légèreté. Il s'appuie sur un détail ou une anecdote révélateurs d'une situation, y jette un regard caustique et laisse l'auditeur en tirer une morale .
    Les faits évoqués peuvent paraître lointains, mais le ton employé n'a rien perdu de son charme .

  • add_box
    Couverture du livre « Chroniques t.1 : le progres fait rage » de Philippe Meyer aux éditions Folio

    Michel vellard sur Chroniques t.1 : le progres fait rage de Philippe Meyer

    absolument réjouissant,très jolie écriture,très drôle ;bien que datant de1994,ces chroniques restent d'une totale actualité ;philippe meyer a incontestablement sa place à l'académie française, ce qui mettrait sans doute de la vie aux séances du dictionnaire

    absolument réjouissant,très jolie écriture,très drôle ;bien que datant de1994,ces chroniques restent d'une totale actualité ;philippe meyer a incontestablement sa place à l'académie française, ce qui mettrait sans doute de la vie aux séances du dictionnaire

  • add_box
    Couverture du livre « L'homme et le sel » de Philippe Meyer aux éditions Fayard

    Joel Jacquard sur L'homme et le sel de Philippe Meyer

    Faire un livre aussi palpitant avec un seul ingrédient : le sel, c'est très fort. Bravo !

    Faire un livre aussi palpitant avec un seul ingrédient : le sel, c'est très fort. Bravo !

  • add_box
    Couverture du livre « Sanguines ; croquis politiques » de Philippe Meyer aux éditions Robert Laffont

    Joel Adam sur Sanguines ; croquis politiques de Philippe Meyer

    Philippe Meyer a trouvé un filon :quelques mois avant chaque échéance présidentielle, il tire le portrait de toutes ces personnalités politiques qui font l'actualité. De Nicolas Sarkozy à François Hollande en passant par Eva Joly, douze d'entre elles sont ainsi passées à la moulinette. Le trait...
    Voir plus

    Philippe Meyer a trouvé un filon :quelques mois avant chaque échéance présidentielle, il tire le portrait de toutes ces personnalités politiques qui font l'actualité. De Nicolas Sarkozy à François Hollande en passant par Eva Joly, douze d'entre elles sont ainsi passées à la moulinette. Le trait peut être indulgent (Hollande ou Fillon), mais aussi très cruel (Jean-François Copé est désintégré). Le style peut être incisif, mais on a parfois le sentiment que Philippe Meyer se regarde écrire comme d'autres s'écoutent parler.
    Même

Récemment sur lecteurs.com