Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Philip K. Dick

Philip K. Dick

Philip K. DICK (1928-1982), écrivain américain de science-fiction est l'auteur des plus célèbres romans SF du monde : Do Androids Dream of Electric Sheep?, Le Maître du Haut-Château et Ubik. Souffrant de paranoïa et accro aux médicaments, il écrit des livres qui sont devenus des classiques de la ...

Voir plus

Philip K. DICK (1928-1982), écrivain américain de science-fiction est l'auteur des plus célèbres romans SF du monde : Do Androids Dream of Electric Sheep?, Le Maître du Haut-Château et Ubik. Souffrant de paranoïa et accro aux médicaments, il écrit des livres qui sont devenus des classiques de la littérature SF. Artiste maudit à ses débuts, ce n'est qu'après sa mort, quelques jours avant la sortie du film Blade Runner, qu'il entre dans la légende.

Avis sur cet auteur (28)

  • add_box
    Couverture du livre « Confessions d'un barjo » de Philip K. Dick aux éditions J'ai Lu

    siana sur Confessions d'un barjo de Philip K. Dick

    Ce livre correspond aux œuvres qui nous font douter de la place de l'utile, du persécuté, de la victime. Mais également de la définition de la bienséance. Récit et discours parfois gênant mais toujours prenant avec en prime et en fin d'histoire une prise de conscience sonnant comme une...
    Voir plus

    Ce livre correspond aux œuvres qui nous font douter de la place de l'utile, du persécuté, de la victime. Mais également de la définition de la bienséance. Récit et discours parfois gênant mais toujours prenant avec en prime et en fin d'histoire une prise de conscience sonnant comme une victoire.Du K Dick sans science-fiction qui arrive tout de même à être renversant, ou comment sortir de sa zone.

  • add_box
    Couverture du livre « Blade runner » de Philip K. Dick aux éditions J'ai Lu

    CHRISTOPHE ZWICK sur Blade runner de Philip K. Dick

    Livre à l'origine du film "Les Androïdes rêvent-ils de moutons électriques ?", ce récit d'anticipation est un conte désenchanté. Classique intemporel.

    Livre à l'origine du film "Les Androïdes rêvent-ils de moutons électriques ?", ce récit d'anticipation est un conte désenchanté. Classique intemporel.

  • add_box
    Couverture du livre « Ubik » de Philip K. Dick aux éditions 10/18

    Louis donne son avis sur Ubik de Philip K. Dick

    Il y a quelques années, j'avais emprunté Ubik à ma Médiathèque habituelle. Au bout d'une cinquantaine de pages, il m'était tombé des mains. Alors que je suis un grand amateur de SF, l'univers décrit par Philip K Dick m'apparaissait paradoxalement trop futuriste. Je m'étais promis d'y revenir un...
    Voir plus

    Il y a quelques années, j'avais emprunté Ubik à ma Médiathèque habituelle. Au bout d'une cinquantaine de pages, il m'était tombé des mains. Alors que je suis un grand amateur de SF, l'univers décrit par Philip K Dick m'apparaissait paradoxalement trop futuriste. Je m'étais promis d'y revenir un jour et puis le mois dernier, alors que je fouillais dans la boîte à livres de Noisiel, je suis tombé sur Ubik. J'y ai vu le signe qu'il était temps de retenter l'aventure et un mois plus tard, je suis remonté à cheval et ai même terminé la course.

    Pourtant, cette fois encore, je ne peux nier qu'il m'a fallu un certain temps pour adhérer complètement à l'univers dépeint. J'ai été interpellé au départ par les messages publicitaires plus que curieux qui introduisent chaque chapitre et qui vantent divers produits portant tous le nom du roman. Il faut dire qu'il faut attendre quasiment le dernier tiers du roman pour qu'un début d'explications nous soit fourni.

    Mais ce qui trouble réellement dans Ubik, c'est l'ambiance singulière qui y règne. Ce 1992 futuriste est à des années-lumières de nous. C'est un futur éminemment mental dans les distances entre les hommes sont presque abolies, mais qui apparaît pourtant comme aseptisé, presque déshumanisé. L'argent est toujours un problème, mais a cependant une emprise bien forte, si forte que le rapport que l'homme entretient avec lui semble décomplexé. Les amphétamines sont un produit de consommation courante, mais est-ce surprenant lorsqu'une partie de la population possède des pouvoirs psychiques ?
    Les protagonistes de l'histoire s'inscrivent logiquement dans cette configuration inédite. Joe Chip est un antihéros vaporeux dans les tous sens du terme et les personnages secondaires sont, quant à eux, insaisissables. Leur présence, toutefois, contribue à cette impression de vivre une expérience littéraire authentique qui va bien au-delà des limites confinées de la SF. C'est en soi assez paradoxal, car Philip K Dick convoque nombre de thèmes récurrents au genre dans Ubik.

    De ce mélange, découle une œuvre exigeante qui ne ménage pas le lecteur. Celui-ci se voit contraint de faire un choix, se laisser porter par l'ambiance ou renoncer. Mieux vaut donc s'obstiner, car la récompense est clairement au bout du voyage, si tant est que l'on parvienne à débusquer indices disséminés qui vous aideront à comprendre ce qui est à l'œuvre ici.

    J'ai peiné pendant une partie de cette lecture, mais lorsque j'ai terminé Ubik, tout ce qui m'avait semblé abscons, ardu, voire elliptique a trouvé un sens et reconstitué ce puzzle. Je vous souhaite le même dénouement que le mien.

  • add_box
    Couverture du livre « Ce que disent les morts » de Philip K. Dick aux éditions Gallimard

    Fantomas 57 sur Ce que disent les morts de Philip K. Dick

    Une idée de base très "Orwellienne" , un personnage omniscient qui contrôle tout....une réflexion sur une forme réinventée de totalitarisme cyber.
    Bien.... sans plus.

    Une idée de base très "Orwellienne" , un personnage omniscient qui contrôle tout....une réflexion sur une forme réinventée de totalitarisme cyber.
    Bien.... sans plus.