Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Peter James

Peter James
Peter James a longtemps vécu aux États-Unis, où il était scénariste et producteur de cinéma. De retour en Angleterre, il partage désormais son temps entre le Sussex et Notting Hill. Auteur de romans policiers parmi les plus lus du Royaume-Uni, il est également propriétaire d'une société de produc... Voir plus
Peter James a longtemps vécu aux États-Unis, où il était scénariste et producteur de cinéma. De retour en Angleterre, il partage désormais son temps entre le Sussex et Notting Hill. Auteur de romans policiers parmi les plus lus du Royaume-Uni, il est également propriétaire d'une société de production en Grande-Bretagne. En 2011, il a reçu le très prestigieux People's Dagger Award.

Avis sur cet auteur (62)

  • add_box
    Couverture du livre « La mort de lorna belling » de Peter James aux éditions Fleuve Noir

    Sandrine Fernandez sur La mort de lorna belling de Peter James

    Quand Lorna Belling est découverte, morte, dans la baignoire du studio qu’elle louait à Brighton, les policiers ne sont pas longs à conclure que son mari l’a assassinée, Corin étant déjà connu de leurs services pour des faits de violences conjugales. Mais le commissaire Roy Grace sait bien que...
    Voir plus

    Quand Lorna Belling est découverte, morte, dans la baignoire du studio qu’elle louait à Brighton, les policiers ne sont pas longs à conclure que son mari l’a assassinée, Corin étant déjà connu de leurs services pour des faits de violences conjugales. Mais le commissaire Roy Grace sait bien que dans une enquête, il ne faut privilégier aucune piste, au risque de se fourvoyer. Il s’avère d’ailleurs que Lorna avait un amant dont elle venait de découvrir les mensonges et qu’elle recevait des menaces d’un homme qui pensait qu’elle l’avait arnaqué. Autant de potentiels suspects pour une enquête simple en apparence mais qui pourrait être plus complexe que prévu. Une affaire idéale pour se faire la main que Grace décide de confier à un de ses adjoints, Guy Batchelor, lui-même essayant de consacrer un peu plus de temps à sa famille, agrandie depuis l’arrivée de Bruno, le fils de dix ans qu’il a eu avec Sandy et dont il ignorait jusqu’alors l’existence.

    Rien à dire sur l’enquête, rythmée, musclée, haletante, et particulièrement détaillée par un Peter James très au fait des techniques et procédures policières. Mais il y a un mais…
    Il en va des aventures de Roy Grace comme de ces séries télévisées où les deux héros, souvent un homme et une femme, se tournent autour pendant quelques saisons, laissant planer une tension amoureuse insoutenable. On rêve de les voir en couple et, une fois le premier baiser échangé, on s’ennuie devant leur bonheur tout neuf.
    Pour le commissaire de Brighton, c’était la disparition de Sandy, sa première épouse, qui faisait tout le sel des romans. Sandy était-elle vivante ou morte ? En Angleterre, en Allemagne ou sous les tropiques ? Ce mystère résolu, la série a perdu son âme…Et ce n’est pas le jeune Bruno, taiseux et un poil psychorigide, qui va faire remonter l’intérêt pour la vie privée de Grace. On soupçonne des problèmes à venir mais trop, c’est trop. Le policier n’aura-t-il donc jamais la paix ? Et d’ailleurs la mérite-t-il, lui qui est capable de faire un aller-retour à Munich pour chercher son fils inconnu, de le déposer à la maison et de retourner au poste comme si cet enfant ne venait pas de perdre sa mère, d’être déraciné et transplanté auprès d’un père, d’une belle-mère et d’un demi-frère dont il ignorait l’existence… ?
    Malgré tout, on lira la suite, parce que Peter James maîtrise son sujet et parce qu’on aime ses personnages.

  • add_box
    Couverture du livre « La maison des oubliés » de Peter James aux éditions Fleuve Noir

    Lison CARPENTIER sur La maison des oubliés de Peter James

    En quête d’une nouvelle vie paisible à la campagne après des années passées dans la banlieue de Brighton, une famille emménage dans un petit village du Sussex, nommé Cold Hill. Ollie Harcourt est web-designer, il pense pouvoir gérer son travail depuis sa propriété tout en supervisant les travaux...
    Voir plus

    En quête d’une nouvelle vie paisible à la campagne après des années passées dans la banlieue de Brighton, une famille emménage dans un petit village du Sussex, nommé Cold Hill. Ollie Harcourt est web-designer, il pense pouvoir gérer son travail depuis sa propriété tout en supervisant les travaux de celle-ci : le domaine de Cold Hill, un séduisant manoir géorgien, a en effet besoin d’une bonne rénovation. Son épouse Caro, avocate, et leur fille Jade, une pré-ado curieuse et espiègle, le suivent avec peu d’entrain : difficile de perdre tous les avantages de la ville pour s’isoler en campagne, mais l’aventure les tente tout de même… Cependant, dès leur installation, des évènements étranges se produisent : des ombres apparaissent, des silhouettes suspectes venues d’on ne sait où se profilent dans les couloirs de la mystérieuse demeure. Celle-ci semble receler de lourds secrets et la famille ne semble pas la bienvenue…

    Difficile de faire dans l’originalité lorsque l’on traite d’une maison hantée, c’est mon constat après plusieurs lectures de ce type. Mais pour quelle raison chercher à faire original alors que ce que le lecteur recherche dans ce genre de roman, c’est précisément la maison mystérieuse, les apparitions étranges, les phénomènes surnaturels… des éléments vus et revus mais dont on ne se lasse véritablement jamais… tant que le délicieux frisson que nous procurent ces quelques pages soit bien présent ! La photo de couverture et les premiers chapitres vous mettent dans l’ambiance : un manoir de style géorgien (personnellement je préfère le style victorien plus tarabiscoté, mais ne crachons pas dans la soupe tant qu’il y au moins une pièce secrète, une porte dérobée ou un souterrain, ça fait l’affaire…), un village de campagne qui semble perdu dans le temps, une famille qui débarque et ne s’attend nullement à ce qui va leur arriver… Pour sûr le premier chapitre vous annonce la couleur, difficile d’imaginer une fin positive après cela… Voilà, tout y est, c’est parfait et tant pis pour l’originalité puisque ça fait tant de bien. J’ai lu ce roman le sourire aux lèvres, puisque j’y ai trouvé ce que je voulais !

    Nous suivons donc les pas de Ollie, le père, qui se rend rapidement compte qu’il a embarqué sa petite famille dans une belle galère : quelques phénomènes étranges apparaissent mais il ne s’en inquiète tout d’abord pas plus que cela… La maison est vieille, de là à croire qu’elle est hantée… Mais lorsqu’il se rend compte qu’il n’est pas le seul à voir des choses étranges, la situation devient inquiétante. D’autant plus que la maison digne d' »Une baraque à tout casser » (le film), va vraisemblablement leur coûter bien plus que prévu, il découvre en effet que des travaux inattendus vont alourdir la facture de remise en état. Il se rend vite compte qu’il est coincé : endetté, sans possibilité de faire marche arrière, il va devoir enquêter sur le passé de la maison pour faire face aux forces qui s’y trouvent…

    Peter James parvient à nous entrainer dans une ambiance angoissante, en ancrant son récit dans notre époque avec toute la technologie que cela implique : internet, web-cam détournés par les fantômes du passé. Il n’épargne pas ses personnages, ils sont mis à rude épreuve psychologiquement. On se dit mais pourquoi restent-ils dans cette maison ? Ils sont pris au piège financièrement, ils ont fait le choix de s’endetter pour acquérir cette propriété et n’ont désormais d’autres choix que de l’assumer. Ce qui rend assez crédible le fait qu’ils ne tentent pas de s’éloigner de cette maison… Et s’ils tentaient ?

    L’auteur nous soumet à quelques expériences et problèmes insolubles : distorsion temporelle, phénomènes physiquement inexplicables… J’ai adoré! Si je l’avais lu quelques semaines plus tôt, je vous l’aurais conseillé pour Halloween, mais je vous dirais juste qu’il ne faut pas attendre cette occasion spéciale pour frissonner!

  • add_box
    Couverture du livre « La mort de lorna belling » de Peter James aux éditions Fleuve Noir

    Caroline Savéant sur La mort de lorna belling de Peter James

    J’ai toujours apprécié les romans de Peter James et celui-ci ne déroge pas à la règle. Un vrai moment de plaisir! C’est une enquête aux multiples tiroirs qui s’offre au lecteur et à Roy Grace que nous retrouvons d’ailleurs avec plaisir. Ce dernier vit d’ailleurs, en parallèle de son enquête, un...
    Voir plus

    J’ai toujours apprécié les romans de Peter James et celui-ci ne déroge pas à la règle. Un vrai moment de plaisir! C’est une enquête aux multiples tiroirs qui s’offre au lecteur et à Roy Grace que nous retrouvons d’ailleurs avec plaisir. Ce dernier vit d’ailleurs, en parallèle de son enquête, un moment personnel particulier: la rencontre avec son fils dont il vient d’apprendre l’existence avec le décès de sa mère, son ex-femme. Tous deux vivaient en Allemagne. Roy Grace a donc peu de temps à accorder à l’enquête et délègue donc cela à son second Guy. Cette enquête aux multiples branches emmènera le lecteur dans différentes voies, impossible de découvrir le ou les coupables, une enquête ficelée au millimètre près. L’intrigue sur la vie personnelle de Roy Grace mérite de se poursuivre à l’avenir. Hâte!

  • add_box
    Couverture du livre « La mort de lorna belling » de Peter James aux éditions Fleuve Noir

    Manika sur La mort de lorna belling de Peter James

    Lorna Belling, après avoir compris que son amant lui mentait est retrouvée morte dans une baignoire dans un appartement qu'elle loue depuis plus d'un an à l'insu de son mari. Suicide ? meurtre ? qui est le tueur ? Voici les questions auxquelles va devoir répondre Roy Grace, commissaire...
    Voir plus

    Lorna Belling, après avoir compris que son amant lui mentait est retrouvée morte dans une baignoire dans un appartement qu'elle loue depuis plus d'un an à l'insu de son mari. Suicide ? meurtre ? qui est le tueur ? Voici les questions auxquelles va devoir répondre Roy Grace, commissaire responsable de l'enquête.

    On entre rapidement dans le vif du sujet, après avoir pris connaissance la vie de Lorna, on est témoin de ses dernières heures de vie, en suivant les faits et gestes du supposé tueur mais sans pour autant en connaitre son identité.
    L'enquête ne va donc pas être simple, car beaucoup d'indices ont été cachés mais la ténacité de l'inspecteur et de son équipe va finir par aboutir.
    En temps que lecteur, nous sommes tenus en haleine tout au long du récit.
    Je ne connais pas du tout cette série c'est vraiment une découverte pour moi, les personnages sont apaisants, impliqués nias leur travail conscients que leur engagements peut être lourd à porté pour leur entourage sans pour autant verser dans l'alcool ou la dépression.

    Une belle découverte.