Nicolas Jarry

Nicolas Jarry

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis (11)

  • add_box
    Couverture du livre « Les contes de Brocéliande t.3 ; les dames de Brocéliande » de Jean-Luc Istin et Xavier Fourquemin et Nicolas Jarry et Eric Lambert et Dim. D et Jean-Charles Gaudin aux éditions Soleil

    coquinnette1974 sur Les contes de Brocéliande t.3 ; les dames de Brocéliande de Jean-Luc Istin - Xavier Fourquemin - Nicolas Jarry - Eric Lambert - Dim. D - Jean-Charles Gaudin

    Après le tome un, j'ai enchaîné avec... le tome trois :) Pas logique certes, mais je n'avais pas le deux sous la main et comme ils ne se suivent pas je me suis dit que ce ne serait pas très gênant.
    Les dames de Brocéliande nous ai conté par Pock, qui fait partie des korrigans. Avec lui et les...
    Voir plus

    Après le tome un, j'ai enchaîné avec... le tome trois :) Pas logique certes, mais je n'avais pas le deux sous la main et comme ils ne se suivent pas je me suis dit que ce ne serait pas très gênant.
    Les dames de Brocéliande nous ai conté par Pock, qui fait partie des korrigans. Avec lui et les siens nous découvrons deux histoires : le Val aux fées ainsi que La fontaine de Baranton.
    Ses deux histoires nous emmènent à la découverte des fées, mais là encore elles ne sont pas aussi gentilles que nous ne l'imaginons nous humains !
    J'ai beaucoup aimé la première histoire, la rencontre de cet homme avec une louve, sa recherche de son fils. L'histoire est bien ficelée et est très réussie. J'ai un peu moins accroché avec La fontaine de Baranton. Par contre j'ai beaucoup aimé l'hommage des Korrigans à Merlin, à la fin du tome.
    J'ai apprécié cette bande dessinée, les dessins sont toujours aussi réussies. Seul petit bémol : je trouve les couleurs un peu trop sombres par moment. En fait, la colorisation est moins réussie, c'est un peu fade et c'est dommage car du coup ce troisième tome est moins beau que le premier.
    Malgré tout, je ne regrette pas ma lecture et je mets trois étoiles à cette bande dessinée.

  • add_box
    Couverture du livre « Les contes de Brocéliande t.1 ; la dryade » de Guillaume Lapeyre et Marc-Antoine Boidin et Elsa Brants et Francois Debois et Nicolas Jarry et Stephane Bileau aux éditions Soleil

    coquinnette1974 sur Les contes de Brocéliande t.1 ; la dryade de Guillaume Lapeyre - Marc-Antoine Boidin - Elsa Brants - Francois Debois - Nicolas Jarry - Stephane Bileau

    Aimant beaucoup la Bretagne, à la bibliothèque j'ai emprunté plusieurs bandes dessinés de la série Les Contes de Brocéliande.
    J'ai commencé par dévorer le tome 1 : La Dryade.
    Bienvenu dans la clairière aux Dryades.... si vous croyez aux légendes anciennes...
    Mais gare à celui qui ne...
    Voir plus

    Aimant beaucoup la Bretagne, à la bibliothèque j'ai emprunté plusieurs bandes dessinés de la série Les Contes de Brocéliande.
    J'ai commencé par dévorer le tome 1 : La Dryade.
    Bienvenu dans la clairière aux Dryades.... si vous croyez aux légendes anciennes...
    Mais gare à celui qui ne respecterait pas la mémoire de ces lieux !
    Dans cette bande dessinée, bienvenu à vous qui aimez les légendes, les fées, les histoires qui font frissonner...
    Et bienvenu à vous qui aimez la Bretagne, cette région remplie de légendes en tout genre.
    Nous découvrons dans ce premier tome des fées mais attention, ces fées ci sont parfois facétieuses, cruelles et loin des fées des contes de notre enfance !
    Les dessins sont très réussis, les couleurs bien choisies. On a l'impression d'être dans la forêt, dans la clairière aux dryades avec l'enfant des fées, La maison de Brocéliande et L'arbre à fées.
    J'ai bien aimé ce premier tome, le fait que ça se déroule en Bretagne, dans un univers un peu sombre, différent de ce qu'on attend des contes. On se rapproche plus des "vrais" contes, originaux, que de ceux repris par Disney et c'est ce qui m'a plu. C'est plus adulte, plus cruel aussi.. comme peu parfois l'être la vie !
    J'ai apprécié ma lecture et je mets quatre étoiles à ce premier tome.

  • add_box
    Couverture du livre « Breizh ; histoire de la Bretagne T.5 ; la guerre des deux jeanne » de Thierry Jigourel et Nicolas Jarry et Gwendal Lemercier aux éditions Soleil

    Lionel Arnould sur Breizh ; histoire de la Bretagne T.5 ; la guerre des deux jeanne de Thierry Jigourel - Nicolas Jarry - Gwendal Lemercier

    Chronque précedemment parue sur le blog www.sambabd.net


    Les auteurs de la série Breizh liraient-ils mes chroniques sur SambaBD avec le même intérêt que je lis leurs ouvrages ? Je n’aurai pas la présomption de le croire mais je dois bien avouer que le fait qu’ils aient de nouveau fait appel...
    Voir plus

    Chronque précedemment parue sur le blog www.sambabd.net


    Les auteurs de la série Breizh liraient-ils mes chroniques sur SambaBD avec le même intérêt que je lis leurs ouvrages ? Je n’aurai pas la présomption de le croire mais je dois bien avouer que le fait qu’ils aient de nouveau fait appel aux services de Gwendal Lemercier pour illustrer leur propos entretien un peu le doute… En effet, n’écrivais-je pas ici même il y a quelques semaines : « Décidément, ils ont du mal à garder leurs dessinateurs dans cette série… Je vais commencer à croire que c’est fait exprès et que l’idée était effectivement d’en changer à chaque tome. C’est un peu dommage car le précédent me semblait plutôt bien faire l’affaire. » ? et le précédent, je vous le donne en mille, c’était donc le fameux Gwendal Lemercier que l’on retrouve au dessin pour ce tome 5. Tout ça pour dire qu’au niveau du dessin, c’est plutôt bon. Certes, le propos étant très chargé et très majoritairement narratif, on a le droit à de nombreuses cases panoramiques de paysages et de batailles, mais ça reste tout de même très bien dessiné dans l’ensemble.

    Par contre, au risque de me répéter une énième fois, je ne suis toujours pas fan des ciels « collés » et de la (toujours très belle) couverture « mensongère » puisque réalisée par un autre dessinateur (Ugo Pinson) que j’espérais déjà voir dessiner ce tome 5 lors de ma précédente chronique. Je renouvelle donc mon appel aux auteurs de cette série : « Prenez Ugo Pinson pour dessiner le tome 6 ! », puisqu’ils me lisent peut-être… après tout, l’espoir fait vivre.

    Pour ce qui est du contenu historique, je crois que je sature un peu. C’est VRAIMENT très chargé. La période couverte par ce cinquième opus est d’environ 150 ans. Or, en ces temps troublés, violents et hygiéniquement un peu limites, l’espérance de vie d’un dirigeant politique (c’est bien ce que sont les rois, les ducs, princesses et autres papes…) n’est pas des plus longues. Résultat, en 150 ans on les enchaîne grave. A tel point même que l’on s’y perd un peu. Heureusement qu’on les numérote (comme les Rocky…) car sans cela ce serait juste impossible de s’y retrouver, déjà que là…

    Ce n’est sans doute pas la faute des auteurs, Jarry et Jigourel, ils ont déjà dû, j’imagine, faire des choix difficiles pour déterminer ce qu’ils gardaient et ce qu’ils éclipsaient pour que cela rentre dans 56 pages, mais même comme cela c’était peut-être un poil trop ambitieux. Et comme si cela ne suffisait pas, j’ai relevé plusieurs coquilles ou fautes de conjugaison. Ce n’est d’ailleurs pas si étonnant que cela pour une série qui sort ses tomes au rythme effréné de 1 album tous les 2 mois environ…

    Bref, il semble temps que cette aventure éditoriale se termine pour l’équipe bretonne…

  • add_box
    Couverture du livre « Breizh ; histoire de la Bretagne T.4 ; les hommes du Nord » de Thierry Jigourel et Nicolas Jarry et Guillaume Tavernier aux éditions Soleil

    Lionel Arnould sur Breizh ; histoire de la Bretagne T.4 ; les hommes du Nord de Thierry Jigourel - Nicolas Jarry - Guillaume Tavernier

    Chronique précédemment publiée sur le blog www.sambabd.net



    Décidément, ils ont du mal à garder leurs dessinateurs dans cette série… Je vais commencer à croire que c’est fait exprès et que l’idée était effectivement d’en changer à chaque tome. C’est un peu dommage car le précédent me...
    Voir plus

    Chronique précédemment publiée sur le blog www.sambabd.net



    Décidément, ils ont du mal à garder leurs dessinateurs dans cette série… Je vais commencer à croire que c’est fait exprès et que l’idée était effectivement d’en changer à chaque tome. C’est un peu dommage car le précédent me semblait plutôt bien faire l’affaire. Avec Tavernier, on retombe dans un dessin moins léché, moins cohérent au niveau des visages des personnages. Par ailleurs, je ne suis pas fan de certains cadrages ni même de certaines compositions. Rien de bien méchant, mais l’impression générale est assez moyenne. D’autant que le traitement des couleurs et des ciels « collés » ne fait rien pour améliorer les choses. Et puis bon, vous commencez à avoir l’habitude et savoir que ça ne me plaît pas, la couverture, de grande qualité, elle, est dessinée par un autre dessinateur, Ugo Pinson, pour ce qui s’apparente un peu à de la publicité mensongère… Si je peux me permettre un conseil à Jarry et Jigourel, ils devraient lui demander de dessiner le dernier tome, puisque, a priori, ils vont de toute façon changer de dessinateur…

    Et comme un malheur ne vient jamais seul, le contenu n’est lui non plus pas aussi intéressant ou facile d’accès que dans les tomes précédents. Là où l’on se concentrait sur 2 ou 3 personnages charismatiques, on a cette fois-ci le droit à plusieurs générations de chefs bretons où les beaux-parents tuent les fils légitimes du roi défunt puis se battent contre ses bâtards qui revendiquent le pouvoir dans un Jeu de trônesTM ou même un féru de généalogie comme moi finit par s’y perdre. Il y a clairement trop d’informations dans ce quatrième tome. C’est normal, on y couvre une période de 300 ans sur laquelle on a beaucoup de sources, contrairement au premier tome où l’on couvrait une période bien plus longue mais avec des sauts dans le temps. Résultat : une indigestion qui fait perdre le fil de l’histoire malgré des épisodes abordés aussi intéressants que les croisades ou Richard Cœur de Lion.

    Et sinon, j’ai renoncé à essayer de comprendre les titres des tomes de cette série tant ils semblent en décalage avec le contenu. Ici, Les hommes du Nord, s’ils ont une place importante dans le récit, ils n’en sont pas non plus au centre.

    Par contre, c’est bien de le rappeler, je trouve le « packaging » en bon français dans le texte, toujours très réussi, entre les vernis sélectifs, le dos toilé et mêmes les lexiques à l’intérieur. Du très joli travail de la part de Soleil Celtic.

    En espérant que le 5ème et dernier tome à venir sera un peu moins ambitieux sur la quantité et un peu plus sur la qualité.

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !