Jean-Marc Ligny

Jean-Marc Ligny
Né à Paris en 1956, Jean-Marc Ligny attrape le virus de la science-fiction dès l'âge de huit
ans, et décide de se lancer dans l'écriture à vingt. Il publie sa première nouvelle en 1978 dans
Futurs au présent (Denoël), l'anthologie « spéciale nouveaux talents » de Philippe Curval. Son
premier roman, Temps Blancs (Denoël), paru l'année suivante, lui vaudra un passage à Apostrophes,
la célèbre émission littéraire de Bernard Pivot.
Il n'en fallait pas plus pour lancer une carrière : depuis, Jean-Marc Ligny a publié une quarantaine
de romans de science-fiction, de fantastique et même policiers, plus de cinquante nouvelles
et une quinzaine de romans pour la jeu-nesse. Il a obtenu tous les prix littéraires décernés
dans le domaine de l'imaginaire : Rosny Aîné pour Jihad (Denoël) et Aqua™ (L'Atalante),
Bob Morane et Julia Verlanger pour Aqua™, Grand Prix de l'Imaginaire pour Inner City (J'ai
Lu), Prix de la Tour Eiffel pour Les Oiseaux de lumière (J'ai Lu). Jihad a été traduit et publié
en Italie, Aqua™ en Allemagne et en Chine.
Né à Paris en 1956, Jean-Marc Ligny attrape le virus de la science-fiction dès l'âge de huit
ans, et décide de se lancer dans l'écriture à vingt. Il publie sa première nouvelle en 1978 dans
Futurs au présent (Denoël), l'anthologie « spéciale nouveaux talents » de Philippe Curval. Son
premier roman, Temps Blancs (Denoël), paru l'année suivante, lui vaudra un passage à Apostrophes,
la célèbre émission littéraire de Bernard Pivot.
Il n'en fallait pas plus pour lancer une carrière : depuis, Jean-Marc Ligny a publié une quarantaine
de romans de science-fiction, de fantastique et même policiers, plus de cinquante nouvelles
et une quinzaine de romans pour la jeu-nesse. Il a obtenu tous les prix littéraires décernés
dans le domaine de l'imaginaire : Rosny Aîné pour Jihad (Denoël) et Aqua™ (L'Atalante),
Bob Morane et Julia Verlanger pour Aqua™, Grand Prix de l'Imaginaire pour Inner City (J'ai
Lu), Prix de la Tour Eiffel pour Les Oiseaux de lumière (J'ai Lu). Jihad a été traduit et publié
en Italie, Aqua™ en Allemagne et en Chine.

Avis (3)

  • Couverture du livre « Des yeux dans le ciel » de Jean-Marc Ligny aux éditions Syros

    0.25

    Marie Kacher sur Des yeux dans le ciel de Jean-Marc Ligny

    Violette et Jasmin sont deux adolescents présentant des aptitudes exceptionnelles : Violette peut apaiser n’importe quel homme ou animal énervé tandis que Jasmin est pourvu d’un don de prémonition. Mais cette nuit-là, son rêve prémonitoire tourne au cauchemar : les images qu’il a vues semblent...
    Voir plus

    Violette et Jasmin sont deux adolescents présentant des aptitudes exceptionnelles : Violette peut apaiser n’importe quel homme ou animal énervé tandis que Jasmin est pourvu d’un don de prémonition. Mais cette nuit-là, son rêve prémonitoire tourne au cauchemar : les images qu’il a vues semblent sortir tout droit des histoires de démons que raconte le chaman pour exhorter les villageois au respect de Mère-Nature. De plus, il a reçu la vision d’un homme, tout d’argent vêtu, qui sort d’une machine volante - abomination ! - descendue tout droit du ciel … Quelle n’est donc pas sa surprise lorsque, quelques mois plus tard, tandis qu’il se voit attaquer par une panthère sous les regards indifférents de ses voisins - qui n’osent pas interférer avec les désirs de Mère-Nature - ce visiteur des étoiles le sauve en tirant le feu de son bâton …

    Des yeux dans le ciel, c’est un petit bijou de science-fiction, un récit d’anticipation pour la jeunesse comme on n’en trouve que très peu. Du haut de ses seize ans, Jasmin n’en est pas moins un enfant ébahi face aux objets « tabous » du passé, qu’utilise très naturellement cet inconnu venu d’ailleurs, qui ne craint pas les colères de la nature … Jasmin est intrigué, certes, mais il est surtout terriblement curieux, fasciné et … influençable. Il a une confiance absolue dans les adultes, ce qui va lui poser bien des problèmes au cours du roman. Violette, quant à elle, se méfie de cet étranger qui ressemble tellement aux démons des vieilles légendes. Mais elle accepte de voyager avec lui, pour rester avec Jasmin. La relation entre ces deux jeunes gens m’a vraiment touchée et c’est l’une des choses qui font que j’aime autant ce livre.

    Des yeux dans le ciel, c’est aussi un roman d’initiation. Jasmin et Violette se voient contraint de fuir leur village, de quitter tout ce qu’ils ont toujours connus. Toutes leurs certitudes vont être bouleversées par ce périple. En premier lieu, c’est leurs croyances qui se voient ébranlées : ce visiteur venu du ciel a beau ne respecter aucunes des règles édictées par les chamans, Mère-Nature ne le châtie jamais. Il y a également les récits d’un vieil homme qu’ils vont rencontrer, qui remettent en cause les légendes du guérisseur … Mais surtout, les deux adolescents vont faire face à la nature humaine. Les adultes qu’ils croisent sur leur chemin ne sont pas tous aussi bienveillants que ne pouvaient l’être ceux de leur village. Les deux adolescents vont également faire la découverte d’une civilisation totalement différente de la leur … et le dépaysement va être rude.

    En bref, Des yeux dans le ciel est un excellent petit livre de science-fiction qui plaira aux jeunes lecteurs comme aux moins jeunes. Les personnages sont attachants et intéressants, l’intrigue est bien menée sans être trop compliquée, l’écriture est fluide et facile à lire. Ce roman peut donc devenir une excellente initiation à la science-fiction pour les jeunes lecteurs, mais permet également aux plus grands de passer un bon moment de lecture sans prise de tête. Vraiment, ce livre mérite d’être plus connu !

  • Couverture du livre « Inner city » de Jean-Marc Ligny aux éditions Actusf

    0.2

    Sabrina Desremp sur Inner city de Jean-Marc Ligny

    L'avis des Rêveurs et Mangeurs de Papier
    http://revesurpapier.blog4ever.com/inner-city-de-jean-marc-ligny-1

    Paris est désormais une ville sale, abandonnée. Où sont-ils tous passés?
    Connectés... Dans la Haute Réalité...


    Jean-Marc Ligny présente ici un univers futuriste intéressant à...
    Voir plus

    L'avis des Rêveurs et Mangeurs de Papier
    http://revesurpapier.blog4ever.com/inner-city-de-jean-marc-ligny-1

    Paris est désormais une ville sale, abandonnée. Où sont-ils tous passés?
    Connectés... Dans la Haute Réalité...


    Jean-Marc Ligny présente ici un univers futuriste intéressant à découvrir. Dans Inner City, il présente les dangers du monde virtuel et la réalité que les hommes préfèrent abandonner. C'est un roman cyberpunk compréhensible et accessible puisque nous connaissons actuellement les jeux en ligne et le virtuel qui commence à se développer. D'ailleurs, on s'imagine très bien utiliser des cyglasses un jour (casque qui permet l'immersion totale) et après cette lecture je ne trouve plus ça très attirant, mais plutôt effrayant. Pour ceux que le genre cyberpunk effraie un peu, oui, un vocabulaire spécifique est utilisé mais on n'est pas pour autant noyé dans les détails techniques. On nous laisse le temps de nous habituer et on s'immerge petit à petit, à notre tour.

    En clair, la Haute Réalité, c'est quoi? Un monde virtuel où les Inners, les joueurs, se réfugient. Tout ce qu'ils veulent ce sont des aventures palpitantes dans des mondes virtuels, avec des parcours, des explorations programmées. Des séjours en cyberspace bien plus excitants que leur réalité. C'est même l'occasion de réaliser leurs fantasmes. Fantasmes sexuels y compris, avec la zone du cyberlove. Il faut savoir que les gens ne se donnent plus la peine d'interagir réellement avec les autres et ils en ont même oublié l'amour. Le principal risque de la Haute Réalité c'est de s'y perdre. Un inner connecté en permanence peut atteindre une certaine confusion, au point de se perdre dans la Réalité Profonde. C'est une zone qui n'est pas contrôlée et les inners peuvent s'y perdre à jamais. C'est encore plus dangeureux depuis qu'il y a un tueur fantôme qui rôde, qui hante cet abîme virtuel...

    Au niveau des personnages, j'ai aimé leur diversité. On alterne les différents points de vue à chaque chapitre et j'ai bien apprécié cette approche puisqu'elle permet de s'immerger dans la Basse Réalité et dans la Haute Réalité. Je vous parlerai seulement de trois d'entre d'eux, les plus récurrents, les plus marquants. Trois personnages qui nous présentent chacun leur vision de ce monde.

    Il y a d'abord Kris, une jeune femme psychoriste, psychologue secouriste. C'est un boulot difficile et éprouvant qui consiste à sauver les âmes en détresse, les inners déroutés. C'est finalement à elle de traquer le fameux fantôme sérial killer. Il y a aussi Hang, un chasseur d'images et un hacker. Il est chargé de donner envie aux Inners de prendre leur console, de rejoindre la Haute Réalité. A lui de dénicher des séquences vidéos violentes et spectaculaires. Son personnage nous permet de découvrir Slum City, la banlieue, la réalité, et il est clair que ce n'est pas tout rose. Puis il y a Alice, la grand mère de Kris, une vieille femme qui vit en Bretagne. Elle ne s'est jamais habituée aux nouvelles technologies. Les chapitres qui lui sont consacrés sont des chapitres plus nostalgiques. Elle aimerait retrouver de vraies valeurs et ne comprend pas pourquoi les gens ont ce besoin de s'enfermer dans un monde qui n'existe pas. Pourquoi ne pas retrouver une vie simple? Triste et sombre à ce moment précis peut être, mais bien réelle...

    Verdict : La première version de ce roman date de 1996 et je pense que cette réédition tombe très bien. Le virtuel est un sujet qui me parle, qui parle à beaucoup d'entre nous car nous sommes en plein dedans et ça se développe. Jean-Marc Ligny en propose une vision futuriste crédible, à tel point que ça en devient effrayant. Bon, j'aurai bien à redire sur la fin parce que je suis un peu frustré pour le coup, mais je ne dirai rien ^^.

  • Couverture du livre « La mort peut danser » de Jean-Marc Ligny aux éditions Gallimard

    0.2

    Kerenoc Kerenoc sur La mort peut danser de Jean-Marc Ligny

    Très beau roman fantastique celtique de Jean-Marc Ligny, inspiré par la musique du groupe "Dead Can Dance". A lire bien sûr en écoutant en boucle les mélodies envoutantes de Lisa Gerrard!

    Très beau roman fantastique celtique de Jean-Marc Ligny, inspiré par la musique du groupe "Dead Can Dance". A lire bien sûr en écoutant en boucle les mélodies envoutantes de Lisa Gerrard!

Voir tous les avis

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur
Soyez le premier à en lancer une !

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !

Récemment sur lecteurs.com